Bastia, manifestation des policiers la nuit dernière, en soutien à leurs collègues du continent

Manifestation nocturne des policiers dans les rues de Bastia

Alors que des milliers de policiers se sont rassemblés ce mardi devant les palais de justice de France, une centaine d’homologues en uniformes et en civil ont manifesté la nuit dernière, dans le calme, à Bastia. Ils étaient une centaine dont certains portant un brassard « police » à se rassembler en silence devant le commissariat de Bastia.

Cette marche en soutien à leurs collègues du continent ne relevait en aucun cas de l’organisation mais bien d’un appel à la solidarité. 

Escortés par des voitures de police, gyrophares allumés, les manifestants ont défilé dans le calme jusqu’à la préfecture. Arrivés sur place, ils ont entonné une Marseillaise avant de se disperser peu avant minuit.  

Ils sont les victimes d’un problème gouvernemental et d’une justice désoeuvrée.

Les policiers se disent aujourd’hui pâtir de la « bâtonite » ou politique du chiffre et du manque de soutien de la part des officiers et des commissaires « dont les fonctions relèvent davantage d’un gérant ou d’un DRH ».

Une pression du chiffre d’ordre nationale, « On a changé les diktats qui faisaient de nous des policiers pour devenir des statistiques. La politique du chiffre nous tue nationalement » a expliqué un policier sous couvert d’anonymat.  Souffrant d’un manque d’effectifs et de gardes statiques qui n’en finissent plus, ils réclament également l’amélioration des conditions matérielles d’exercice de leur métier ainsi qu’un assouplissement des règles de la légitime défense faisant alors allusion aux débordements qui se sont déroulés en marge de la manifestation du 15 octobre dernier, « On était là pour encadrer et sécuriser et non pour faire cesser l’infraction, ce qui n’est pas notre but ». Aucun n’a voulu s’exprimer ouvertement ce mardi soir mais tous ont unanimement crié un « ras le bol » face à une hiérarchie soumise aux exigences chiffrées du gouvernement dont les policiers sur le terrain sont les victimes directes « Ils cherchent la quantité plutôt que la qualité ».  Mercredi prochain, le président de la République François Hollande rencontrera les organisations représentatives de la police nationale. Tous espéraient ce soir des avancées concrètes dont « plus de moyens et de considération ». 

 84 total views,  1 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. Et bien voilà, nous sommes pas seul pour la résistance contre la dictature en place.
    Et eux c’est pas les Antifas faux culs du sieur Mélenchon, avec un état Fasciste qui barre la route au peuple qui lui résiste, tenu par la capot Fasciste Manuel Valse.
    Mon soutien va aux vrais policiers de France, pas aux escrocs.
    Nous reconnaissons les vrais hommes et femmes, quels que soient leurs fonctions, par la volonté de protéger leur peuple, les autres sont des ennemis du peuple.
    Comme les ennemis ne sont pas clairement désignés, c’est à nous peuples européens de le faire, et ils sont aux pouvoirs, des Pinochet partout.

  2. Allez y les gars ne lâchez rien. Le caseneuve doit avoir des migraines qui l’empêchent de dormir.

  3. un chaleureux MERCI aux policiers corses pour leurs collègues du continent tout comme vous ils ont besoin de soutien

Les commentaires sont fermés.