Et une voilée refoulée de l'Aqua Park de Saint-Laurent-des-Vignes, une !

Quel pied !

Dordogne : voilée et refoulée d’une piscine

Signe des temps, une femme de 38 ans s’est vu refuser l’entrée de l’Aqua Park parce qu’elle portait le hijab. Le gérant assume, elle s’en désole.

C‘était il y a deux semaines, à l’entrée de l’Aqua Park de Saint-Laurent-des-Vignes, près de Bergerac. Nadia Amouri, 38 ans, se voyait refuser l’accès du centre aquatique privé parce qu’elle portait le voile islamique. Un hijab bleu roi, ouvert sur le cou. Et une nouvelle affaire que l’intéressée a choisi de médiatiser, à verser aux polémiques et crispations estivales dans un contexte qui n’aura échappé à personne. Reste un instantané sociologique, avec d’un côté une femme voilée, de l’autre un gérant droit dans ses bottes, qui en dit long et n’augure pas de jours heureux.

Que s’est-t-il passé au comptoir de l’Aqua Park ? En vacances chez ses parents à Gardonne, Nadia Amouri, contractuelle dans l’administration et domiciliée à Nantes, s’y présente en début d’après-midi avec ses enfants de 4 et 9 ans, son frère Abderrazak et sa fiancée Khadija. À peine a-t-elle le temps de demander un billet tarif non-baigneur… « Le monsieur ne m’a même pas regardée. Il a dit “soit elle enlève le voile, soit elle ne rentre pas. Ça me dérange personnellement et ça va déranger ma clientèle.” » Les mots claquent, Nadia Amouri le vit « comme une humiliation, un coup porté à ma fierté ». « Mon frère bouillait de l’intérieur. » La petite famille tourne les talons.

« Contexte actuel »

Si l’interdiction de porter le notoire burkini figure expressément au règlement de l’Aqua Park depuis un précédent « dans une piscine lyonnaise », bien antérieur à la polémique de l’été, pas un mot sur le port du voile.

La rédaction vous conseille

Pas simple, a priori, d’interdire les couvre-chefs en plein air, contrairement à une piscine publique. « En premier lieu, je le fais pour moi. Et en second lieu, pour ma clientèle. Et vous pouvez l’écrire », n’en martèle pas moins Jean-Marie Dumas, le propriétaire du centre aquatique, confirmant avoir refoulé la jeune femme.

Cloué sur un fauteuil roulant depuis un match de rugby, celui-ci ne craint pas d’éventuelles répercussions sur son activité. Signe des temps : « Au contraire », renchérit son fils Cédric. Et Jean-Marie Dumas d’invoquer « le contexte actuel » et le comportement de jeunes « de la cité » qui finissent « rembarrés » du site et dont il ne veut retenir que le pire : « L’un d’eux est parti en disant ‘‘c’est nos frères qui ont fait péter le Bataclan »», tonne-t-il.

« Chacun fait comme il veut »

S’il ne s’est pas appesanti sur le sujet devant Nadia Amouri et ses proches, celle-ci n’est pas dupe. Et se refuse à entretenir les amalgames, aussi voilée soit-elle. « Ce n’est pas comme si j’étais arrivée avec un mari barbu, se défend Nadia Amouri. Ce n’est pas une provocation. Je ne suis pas voilée jusqu’au nez, je suis habillée de façon classique, avec une jupe longue, une chemise à carreaux, les manches jusqu’aux coudes. Ma belle-sœur était en short et débardeur. Chacun fait comme il veut. On était venu pour passer du bon temps. » De dépit, son frère (et non son père comme indiqué précédemment par erreur, ndlr), lui-même lui a soufflé : « Tu n’avais qu’à l’enlever. »

La voilà donc improvisée porte-parole de ces femmes voilées. En l’occurrence tardivement, « depuis 2007 ». Elle s’est décidée « toute seule, comme une grande », en mesure l’inconfort dans le regard des autres, mais réfute tout prosélytisme en ces temps troublés : « Depuis les attentats, on vous passe au scanner. Je suis sociable, ma fille va dans une école privée catholique. Je n’éduque pas mes enfants dans la méfiance de l’autre. »

Autour du cou

Au travail, où elle enlève son hijab et le porte autour du cou, comme la loi l’y oblige, Nadia Amouri a eu une explication avec une collègue qui pestait contre le Coran après les attentats du 13 novembre. « Ces gens-là, ils n’ont rien à voir avec la religion. Je lui ai dit de ne pas toucher au Coran. On s’est réconcilié, elle m’a demandé pardon. »

La mère de famille ose encore espérer une explication avec le patron du centre aquatique : « Je ne suis pas là pour juger. Je suis là pour savoir pourquoi il a eu une cette réaction. J’ai envie de lui parler personnellement. »

Les vertus du dialogue ? « À force, il y aura des conflits partout », dit son frère Abderrazak, pas moins lucide.

http://www.sudouest.fr/2016/08/27/voilee-et-refoulee-d-une-piscine-2479874-1733.php

 32 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. à noter que samedi dernier mon épouse à emmener nos deux enfants au parc du  » PAL  » à Dompiere sur Besbre dans le 03 ( Allier) , et vu que je travaillais je n’y suis pas aller , le soir en rentrant du travail mon épouse m’a expliquer sa journée au parc… et m’ a dit qu’elle y avais vu quatre ou cinq  » belphégors  » moi je les appels des  » handy bag  » ou  » épouvantail à moineaux  » faisant du manège et autres attractions … !
    j’ai dit à mon épouse  » pourquoi tu n’a pas fait de photos avec ton portable j’aurais put les mettre sur le site de RR …? elle m’a répondu .. qu’elle y avais penser mais ne voulant pas trop se faire remarquer elle avais renoncer !
    donc chers Patriotes si vous allez au  » PAL  » dans le 03 ne soyez pas étonner de voir « des sacs poubelles » faisant du toboggan et de la rivière canadienne ….!
    inadmissible de la part de la direction d’accepter ces « choses »… dans un parc d’attractions déjà pour des raisons de sécurité une taré ou un taré habiller en « sac poubelle » pourrait se faire sauter parmi le public et d’autre part elles font peur aux gamins …!

  2. C’est un parc aquatique , c’est pas un lieu de promotion pour l’islam !! bravo au gérant !

  3. OK, c’est pas politiquement correct mais trop bon. les vitupérations d’un chauffeur de camion hongrois, obligé, lui, de gagner durement sa vie, à Calais. Je vais apprendre le hongrois, je suis déja fan de techno hongroise.
    Allez, juste pour se détendre les zygomatiques:
    https://youtu.be/382njADcWvE

    • excellent mais surtout un quart d’heure d’hallucinant défilé des migrants

  4. Faut rien lâcher, et si ils ne sont content qu’ils se barrent, la France n’est pas un pays musulman.

  5. « Dans une école privée catholique.’ Comme Abdel hier, Décidément tous les musulmans suivent un cursus catholique !!!! Ça craint !
    « Je lui ai dit de ne pas toucher au Coran. On s’est réconcilié, elle m’a demandé pardon. » Pourquoi que se serait passé si elle avait passé outre la menace ?
    Menace n’est même pas… voilée !
    Manifestement cette voilée est rompue à la communication. Je doute qu’elle voulait plonger en maillot de bain et sans son voile qu’elle ne quitte jamais puisqu’elle le « porte au cou  » sans l’enlever dans le cadre des on travail .
    Il s’agissait donc d’une manœuvre de sa part : elle savait parfaitement qu’elle serait refoulée.
    Bravo au propriétaire du centre aquatique qui très certainement ne doit pas cacher ses opinions….

  6. Et la phrase pour défausser l’islam : « ces gens n’ont rien à voir avec la religion pas touche au coran ». J’espère que sa collègue va arrêter de l’écouter et va mieux se renseigner, parce que OUI, ces gens avaient TOUT à voir avec l’islam et sa merde de coran.
    Le gérant du parc a eu tout à fait raison d’agir ainsi, et j’espère qu’il sera soutenu par les patriotes de sa communauté.

  7. Parfait que ça dure !si tout le monde si mais ont les auras à usure
    Lorsque tout leurs sera interdit ils seront moins nombreux à venir en France maintenant li faut enlever les aides sociales et la parole c’est par bateau entier qu’il quitterons la France
    Ce salopards de jupe non éligible pendant 5 ,ans qui prône le vivre ensemble un rendu à l’islam

Les commentaires sont fermés.