Chic alors, de plus en plus de musulmans quitteraient la France pour faire leur hijra au Maroc ?

Comme par hasard la plupart des témoignages larmoyants et victimaires sont ceux d’adeptes du sac poubelle intégral.

Comme par hasard, ces musulmanes qui se plaignent de ne pas être acceptées, avec leur sac poubelle, disent clairement que leur pays, même si elles sont nées en France, c’est le Maroc… La France c’est leur pays d’accueil. Chacun comprend qu’elles n’ont aucune envie de respecter les us et coutumes de ce pays d’accueil « pervers, » carrément. Et de voguer pour le Maroc. Et pourtant, même au Maroc elles sont contrôlées, voire interpellées…Je me marre.

Et ils affichent tous la couleur, ils veulent vivre comme au 7ème siècle. Personne ne sait si cela les conduit à jeter smartphones et télés.  En tout cas je doute…

Je doute qu’à l’époque de Mahomet la vie ait pu être goûteuse pour les femmes, qui se partageaient un seul homme à 4 femmes et une dizaine d’esclaves. Pas de lassitude, assurément, pour ces messieurs, mais même si Mahomet était un sur-homme – ce dont nous pouvons honnêtement douter au récit de sa vie- chacune de ses épouses devait souffrir d’un manque sexuel abominable… Sans parler de l’étrange plaisir d’entendre le mâle de la baraque se servir, violer, prendre son plaisir quand et avec qui il le voulait.

Et ils se plaignent des amalgames ? Mais refusent de retirer la barbe et le voile qui les éviteraient ? Tant pis pour eux.

Mais si les donzelles ennikabées sont heureuses, je leur donne ma bénédiction, ravie que quelques fantômes de moins choquent la vue de nos enfants (la vérité sort de leur bouche).

Notre perversité et nos bikinis les dérangent ?
Deux solutions. Ils essaient d’imposer leurs tenues de Belphégor par la force, par l’obstination, par leurs pleurs de perpétuelles victimes, avec l’aide des islamo-collabos. Ils retournent au pays.
Pour eux comme pour nous, il n’y a pas photo. C’est cette dernière solution qui est la meilleure. Alors continuons de dire haut et fort que nikab, hidjab et voile ne sont pas de chez nous, ne sont pas bienvenus chez nous.
 

Ces musulmans qui quittent la france pour faire leur hijra au Maroc (témoignages)

HIJRA – De plus en plus de musulmans de France décident de quitter l’Hexagone pour migrer dans les « terres d’islam » et vivre leur religion comme au temps des premiers compagnons du prophète.

Ce grand saut, qui connaît un véritable essor depuis quelques années, s’appelle la Hijra, en référence au départ des compagnons du prophète Mohammed de La Mecque vers l’oasis de Yathrib, ancien nom de Médine, en 622.

Les « frères » et « soeurs » qui choisissent de s’exiler vers le Maghreb ou le Moyen-Orient s’appellent les mouhajirounes. Se sentant souvent stigmatisés dans leur pays d’accueil, ils franchissent le pas pour vivre au sein de la Oumma (communauté musulmane), qui ne peut prospérer qu’en « terre d’islam », et veulent pratiquer leur religion librement. Beaucoup d’entre eux choisissent le Maroc comme pays d’exil. C’est le cas de Siham, une « mohajira » qui s’est installée en octobre dernier à Témara, petite commune balnéaire située en périphérie de Rabat, « grâce à Dieu », nous confie-t-elle.

Siham ne porte pas la burqa mais juste le voile, car selon elle « la Hijra ne dépend finalement pas du port de l’un ou de l’autre, c’est plus un choix personnel ». Pour cette mère de famille infirmière qui vivait en France, la principale motivation de son expatriation au Maroc était d’élever ses enfants « dans un pays calme et en accord avec sa religion« . « En France, on essaie de nous enlever toute identité religieuse et nos enfants sont éduqués avec un esprit ‘pervers’. Plus mes enfants grandissaient, plus j’étais en désaccord avec le système éducatif français », explique-t-elle.

Peur des amalgames

Autre raison invoquée pour expliquer son départ: la montée du terrorisme et, avec elle, la peur des amalgames. « En tant que musulmane, c’était très dur à vivre, je me faisais régulièrement agresser. J’ai une amie en France qui a failli se faire renverser par un chauffard raciste car elle était voilée alors qu’elle avait son enfant dans la poussette! L’homme s’est arrêté après avoir essayé de la percuter et s‘est moqué d’elle et de sa tenue« , confie-t-elle, expliquant se sentir enfin en sécurité au Maroc « car personne ne peut me dire de retourner dans mon pays: j’y suis déjà! ».

Oum Souleyman, elle, n’a pas encore sauté le pas mais prépare activement sa Hijra. Commerçante franco-algérienne et mère célibataire d’une petite fille de trois ans, elle envisage de partir au Maroc, pays qu’elle « affectionne particulièrement ». « J’ai du sang marocain du côté de ma mère, et j’y vais en tant que touriste depuis 2002 », raconte-t-elle.

Après avoir vécu en Espagne et en Angleterre, Oum explique elle aussi ne pas se sentir à sa place en France, où elle estime que le climat est « hostile » envers les musulmans. « Soit nous devons vivre selon un islam ‘modéré’ comme ils disent, en enlevant le voile ou la barbe, soit nous sommes considérés comme des terroristes. Ils ignorent sûrement qu’il existe un juste milieu. Ce juste milieu, c’est bien nous. Nous condamnons les terroristes fermement mais ce n’est pas pour autant que je dois enlever mon voile pour le prouver ».
« Nous ne faisons que rentrer chez nous »

Reste encore à justifier ce départ, pas toujours compris par les proches des « mohajirounes », dont les parents ou grands-parents ont souvent migré en France pour garantir à leurs enfants un avenir plus prospère. « Si nos anciens sont venus en France pour une meilleure vie, c’est ce que nous voulons aujourd’hui aussi mais en faisant un retour », explique-t-elle. « Ce sont nos racines, nous ne faisons que rentrer chez nous. »

Pour Oum, néanmoins, la Hijra n’est pas une fin en soit, mais « le début d’une nouvelle vie ». Avec, également, la crainte de ne pas être bien reçue dans son nouveau pays d’accueil, de ne pas trouver de travail et de logement correct, ou encore d’être prise pour « une intégriste ». « Le temps d’adaptation est primordial. Certain sont déçus car ils idéalisent la Hijra et ne prennent pas le temps de se familiariser avec le climat », conclut-elle.

Fahd, lui, a choisi de revenir en France après deux ans de Hijra à Casablanca. Célibataire à l’époque, il est revenu dans l’Hexagone pour des raisons professionnelles. « Ma Hijra a été à la hauteur de mes attentes. Je suis parti seul au Maroc pour la stabilité politique et sociale du pays, et mon intégration s’est faite très rapidement », explique-t-il. « Je n’ai pas eu de complications avec les autorités marocaines, mais beaucoup avec les autorités françaises », ajoute Fahd sans donner plus de détails. Une chose est sûre: il voudrait renouveler l’expérience, mais à long terme cette fois-ci, et avec sa famille.

Elément déclencheur

Mariam, mouhajira franco-marocaine originaire de la région parisienne, ancienne responsable de communication dans une entreprise de finance française, est installée au Maroc depuis deux ans. Elle porte le voile intégral depuis sept ans, après avoir opéré un retour à l’islam il y a une dizaine d’années. « J’ai toujours été fière d’être française mais le jour où j’ai voulu vivre ma foi, j’ai ressenti un rejet incroyable », raconte-t-elle.

« Entre le temps où j’ai mis le voile et mon mariage, la tension montait en France. Au début, le problème était le port du voile au travail, mais il y a eu tellement de faits divers que les musulmans ont commencé à être rejetés de manière extrême et radicale » estime-t-elle. « Ma vie n’était qu’une lutte contre le racisme et l’islamophobie ».

« L’élément déclencheur de ma Hijra est le jour où j’étais avec mon fils Abdellah qui avait 8 mois. J’étais enceinte du deuxième. Je faisais la queue dans un supermarché quand un enfant m’a vue et à crié: ‘Fantôme!’ Sa mère n’a même pas réagi. Elle ne l’a pas corrigé pour lui dire que ce n’était pas poli. J’ai tellement pleuré ce jour-là… J’ai donc décidé de rentrer chez moi, au Maroc ».

Crainte des suspicions

Comme Oum, qui craint d’être prise pour une intégriste au Maroc, Mariam explique que porter la burqa, qui ne fait pas partie de la culture marocaine, n’est pas toujours vue d’un bon oeil, notamment dans les quartiers aisés de Rabat où elle se rend parfois, ou par les autorités marocaines qui ont renforcé, depuis les attentats de Casablanca en 2003, la surveillance des milieux salafistes.

« On a reçu beaucoup de visites. Ils disent parfois qu’ils sont des amis de mon mari, qui rentre très souvent en France pour le travail. Ils m’arrêtent dans la rue pour s’assurer que je ne suis pas un homme et nous posent beaucoup de questions« , explique-t-elle.

Malgré cela, elle ne souhaite pas rentrer en France. « Les autorités françaises sont encore plus strictes. Ils peuvent t’arrêter sur un coup de tête et mettre tes enfants dans un foyer. Une sœur qui préparait sa Hijra au Maroc a vécu le même scénario: les autorités l’ont arrêtée et ont pris ses enfants en l’accusant de vouloir aller en Syrie pour rejoindre Daech« .

Source : Al HuffPost Maroc

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

http://www.kassataya.com/monde/19663-ces-musulmans-qui-quittent-la-france-pour-faire-leur-hijra-au-maroc-temoignages

 115 total views,  1 views today

image_pdf

25 Commentaires

  1. Lorsque les imams de France feront les premiers leur hijra, nous pourront rêver à la joie. D’ici là prudence…
    Les imams français veulent que Marianne accouche d’un « islam de France » afin d’avoir le droit du culte d’amender librement le Coran sous les yeux effarés de Miss Charia la pieuse musulmane âgée de 14 siècles.
    Ainsi telle une édentée vielle none violentée sur un tapis de prière volant par plus de 200 arrivistes docteurs en droit civil du sanglier qui bêle des sourates tout en dormant. il se sent prophète avec 2 joints, 5 prières, 3 vodka.
    Tous ces imams aspirent à un juste partage des indemnités des député, sénateurs qu’ils ont ainsi contribué à faire élire ou sinon avoir un traitement de fonctionnaire dévoué à maintenir la paix sociale dans les ghettos…
    Ils réclament le doublement du nombre de mosquées en raison de
    l’accroissement de la crise économique. La France va encore perdre 50% de ses emplois industriels ce qui va augmenter le travail des imams chargés de museler les banlieues avec des sourates « modérées » du fameux islam de France… Scène et scénario sont prêts la comédie en 2 actes pourra sereinement être présenté à la générale de 2017.
    Si la France devient démocratiquement terre d’islam et applique les lois de la charrue de l’islam pour continuer de labourer les terres judéo-chrétiennes au nom d’une irréversible monarchie musulmane, il nous restera plus qu’à lustrer les étoiles des généraux et lécher les fesses des imams tels des banquiers avides des comptes bancaire sans intérêt des musulmans.
    l’arrêt en 1992
    En espérant que le processus électoral ne soit pas brisé net par des généraux dociles et soumis. Afin de protéger la démocratie du danger de sa libre mais vulgaire expression « populiste ». Ainsi fut le cas Algérie en 1992 à cause d’une religion d’obsédés sexuels qui voilent des fillette de 5 ans juste pour vaincre leurs propres perversités et fantasmes. Bref…
    Interdisez le Coran d’urgence ou sinon : croiser les jambes, serrer les fesses, fermer la gueule des mouettes…

  2. Philippe et Franck nous brisent le moral en brisant nos illusions, hélas…
    Si les Français n’étaient pas si bonnasses…. les choses changeraient. Les musulmans auraient moins envie de revenir. Après tout, ils ont bien su nous chasser, eux, de leur pays…
    Christine, au sujet de vos allusions à Mahomet et ses femmes il faut que je dise ici que j’ai lu la trilogie de Marek Halter : Les femmes de l’islam. Cet auteur a beaucoup de talent et il réussi a rendre le personnage de Mahommet sympathique… Rassurez-vous, quel que soit son talent l’auteur ne me fera pas changé d’avis sur le personnage. Il y est bien sûr question de toutes les femmes qui ont été ses épouses et, effectivement, en fin de vie il en avait tellement que chacune n’avait certainement pas droit à une nuit par semaine avec lui. Et comme vous le pensez si bien, la dernière héroïne, Aïcha, raconte dans ses mémoires, sa jalousie pour les autres épouses ainsi que la difficulté d’avoir à supporter l’écho des ébats de ses rivales, dans la même demeure…

    • Merci Olivia, je n’avais pas lu le livre de Marek Halter mais le bon sens…

  3. c’est une fausse joie !
    ils partent, oh oui, ça c’est une bonne idée. mais après quelques mois passer dans ces pays merveilleux !!
    ils reviennent !!!

  4. Qu’ils soient tous et toute déchus de la nationalité Française comme cela ils et elles ne pourront plus revenir en France et aussi tirer du fric à la CAF et autres caisses !!! et les laisser dehors définitivement vu qu’ils et elles ont fait leurs choix de leur pays sectaire et sanguinaire islamisés !!! bon débarras avec toute et tout ces charognards haineux contre les Européens !!!

  5. Tirez vous, barrez vous c’est pas moi qui vais pleuré. Dehors l’islam, dehors les musuls, votre vu m’incommode.

  6. C’est un micro mouvement ce truc, ils doivent être 5000 au maximum à tenter de faire ça chaque année…
    … Et plus de la moitié reviendront au bout de 12 à 18 mois.
    Je suis désolé de vous casser vos illusions, mais ces gens vivent en France depuis beaucoup trop longtemps, ils ont des habitudes de conforts qu’ils ne retrouveront jamais là-bas …
    La connexion internet, ça marche très bien en France !
    Au Maroc ? 9 fois/10 t’es obligé d’aller foutre un coup de babouche dans la parabole pour qu’elle accepte de fonctionner.
    L’eau, claire et pure ici, là-bas, au mieux, elle est verdâtre dans certains quartiers.
    Ici, leurs gosses peuvent faire chier le monde avec leurs quads volés jusqu’à des 3h du mat, nos flics ne diront RIEN !
    Au Maroc, tu réponds à un flic, c’est six mois de rééducation et ensuite la taule dont tu sortira avec le cul tellement dilaté qu’un train pourrait y passer sans frôler les bords.
    Et ces femmes qui se disent agressées ici (agressions dont on entend jamais parler) Là-bas, c’est RÉEL … Il suffit qu’elles sortent seules, c’est interdit par le coran.
    Bref, même en admettant que 5000 d’entre eux foutent le camp.
    Même en admettant qu’ils ne reviennent jamais (et c’est pas le cas) Il y en a 200 000 qui entrent légalement du Maroc où d’ailleurs, alors, ça va changer quoi ?

    • Ils n’admettent pas d’être commandés par un non-musulman (surtout juif) et parfois même par un noir même musulman. Ils vivent beaucoup mieux avec la même pension au Maroc qu’en France et avec des études équivalentes les enfants ont la possibilité d’avoir une très bonne situation.
      Un africain noir diplômé chrétien et marié avec une française désirait retourner en Afrique car selon ses propres termes tout est à faire, alors qu’ici tout est fait.

  7. qu’ils partent l’air ici n’en sera que plus respirable, il faut les encourager dans cette voie, plus il en partira moins on sera pollué par ces bouffons!
    enfin une bonne nouvelle, un petit encouragement serait il nécessaire pour les hésitants…

  8. Je suis toujours surpris quand une femme défend l’islam ou même se convertit. Le coran autorise un homme à battre ses femmes. RR a amplement traité ce sujet comme le fait que l’islam autorise également le mariage des fillettes impubères http://www.blog.sami-aldeeb.com/2011/02/04/mahomet-et-aicha-debat-entre-l%E2%80%99imam-mustafa-zahid-et-robert-spencer/. Je laisse de côté l’excision laquelle n’est pas pratiquée dans tout le monde musulman. Quand on lit que ces femmes veulent le bien de leurs enfants et donc de leurs filles, on est en droit de se poser des questions

  9. Bon vent !!! aller simple j’espère ! effectivement reste a savoir si elles ne vont pas continuer a palper des allocations ou aides diverses comme certains retraités repartis vivre au bled et aujourd’hui âgés de 120 ans .

  10. J’ai vécu 9 ans au Maroc et comme beaucoup de Français vivant là-bas, je suis rentrée en France car on sent de plus en plus l’hostilité à l’égard des Français mais ps seulement, j’ai eu des amis sénégalais et ivoiriens qui ne sont pas franchement accueillis à bras ouverts alors qu’ils travaillent tout à fait honnêtement pour des Européens puisque les Marocains n’embauchent pas les noirs. Ce qu’ils avouent ouvertement puisque la parole est libérée, la haine est avouée et quelquefois criée….
    Alors c’est vrai qu’en matière de racisme, ils peuvent nous donner des leçons !

      • Bravo pour votre humour ,chère Christine… Apprécié jusqu’en Angleterre !!!
        Je fais suivre systématiquement articles et liens pour mes amis  »bobos » à l’anglaise… Un peu pour les emmm….c’est vrai,mais ils ne connaissent pas les fondements de la laïcité française,nourris qu’ils sont ( musulmans non pratiquants)
        à l’ultralibéralisme !!!
        Mais cela commence à porter des fruits!
        La stratégie du moustique patriote reste la bonne pour ce type de profil….Les frasques musulmanes font le reste!
        Je constate,et ne suis pas le seul,que l’opinion publique vient d’opérer un revirement, surtout depuis le tragique attentat de Nice et de tous les micro-attentats perpétrés, ici où là ,et que l’on découvre sur la presse régionale ou internet !
        Plus que jamais, nous devons montrer notre acharnement thérapeutique, si j’ose dire, à ouvrir les yeux de nos contemporains sur le fond du problème… L’islam… Cette saloperie planétaire !
        Même si,je sais bien que l’islam peut se vivre de bien des manières à travers le monde,en raison de la prégnance de cultures antérieures.
        Encore une fois : bravo et merci d’être là avec tous les patriotes qui liberent la parole face à la dictature du Politiquement Correct.
        Bises de nous deux…du fin fonds de l’Aquitaine…

  11. Bon vent mais j’espère qu’avant elles rendent leurs passeports européens et qu’elles ne benéficient plus des nombreuses allocations que les idiots de français leur accordent avec leurs impôts de plus en plus lourds !

  12. Quel sain retour aux racines, encourageons-les, non, sincèrement, nous ne les retiendrons pas !
    Enfin du bleu dans notre champ visuel!

  13. Bonne et mauvai »se nouvelle à la fois. Bonne, car moins il y en aura mieux je me porterai. « Pôv chérie qui n’a pas supporté de se faire traiter de fantôme, quand elle te traite de salope, serait-ce in petto et soyons en sûrs aux oreilles de ses enfants.
    MAuvaises nouvelles, il se peut qu’elles continuent à toucher des allocations françaises. C’est à vérifier.
    Pourquoi le Maroc et pas l’Algérie ou le Moyen- Orient ? Pourtant en Algérie on peut toucher les allocs françaises et même les toucher sur le sol français pour des enfants restés en Algérie. PAssons. Donc pourqui le Maroc ?
    Parce que c’est moins la merde qu’ailleurs. L’Algérie est devenu un cloaque, où la corruption règne en maître. Lire à ce sujet le terrible roman de Yasmina Khadra  » qu’attendent les singes ».
    Moyen-Orient ? Si veous n’êtes pas de souche, c’est très très dur et terriblement dangereux d’y vivre. En plus, il n’est pas certain que vous ayez le droit d’ entrer sur ce sol, tout pieux musulman que vous soyez.
    Aucun réfugié musulman syrien en Arabie saoudite, au Qatar, Emirats arabes unis ou même Koweit….

  14. Moi j’ai de la peine ???
    Et petite question : elles renoncent aussi aux allocs ??????
    Ou allons nous leur faire parvenir au bled comme pour les retraites

  15. Bonjour ma chère Christine !
    Snifff ! Sniffff ! je vais pleurer donne moi un mouchoir Christine nos copines les famtomas en noire vont faire leurs Hirja ! P…ain !
    Haaa !!! qu’elle bonne nouvelle que tu envoie Christine ,il faut toute les motivés à faire leurs Hirja et Bye,Bye,

    • Surtout qu’ils partent le plus rapidement possible.
      Mais c’est sans compter sur nos pourris de politiques et de collabos en tout genre, qui feront tout pour les empêcher de partir.

Les commentaires sont fermés.