Boualem Sansal ne dit pas que des conneries mais il en dit pas mal et d'impardonnables !

A lire, une interview de Boualem Sansal qui date de début juin mais qui mérite quelques commentaires et prises de distance.

Je suis en désaccord avec lui sur pas mal de points.

-la distinction qu’il fait entre islam et islamisme

– son affirmation selon laquelle les attentats ne viseraient qu’à monter une partie de la population contre l’autre -il ne voit pas que le but est, par la terreur, d’instaurer de fait la charia, le règne de l’islam-

-quant à  parler de fusion de population et non de remplacement c’est une erreur énorme. Le but de nos élites est bien de nous remplacer et de remplacer notre civilisation par l’islam. Une fusion supposerait une part d’intégration, d’assimilation de l’autre, ce qui n’est absolument pas le cas.

-on passera sous silence son affirmation grotesque : l’Allemagne serait bientôt foutue car islamisée… par la faute des autres pays européens qui la détestent… Quelque peu réducteur, non ? Et tout cas cela dédouane les islamo-collabos et les musulmans de leurs actes. Boualem Sansal taupe de l’islam ?

– et son autre affirmation grotesque les islamistes se battent courageusement, cela il faut le leur laisser, il est où le courage de tirer sur ces centaines de jeunes désarmés  à un concert, il est où le courage de tuer en quelques secondes des journalistes armés d’un crayon assis autour d’une table, il est où le courage de décapiter, de brûler vif, de crucifier et enterrer vif des enfants ? Boualem Sansal cultiverait-il à l’insu de son plein gré une forme de fascination pour le héros musulman ?

-et puis le quidam est gonflé d’affirmer : En France, les immigrés ont été livré à eux-mêmes. On a simplement mis les Algériens, les Togolais ensemble et souvent dans des conditions inhumaines. Conditions inhumaines, vraiment, ces HLM où se sont entassés en 1962 les pieds-noirs fichus dehors d’Algérie, ces HLM où j’ai d’ailleurs passé mon enfance ? J’aimerais que Boualem Sansal m’explique pourquoi les Pieds-noirs qui auraient eu bien des raisons de s’en prendre à la France et à ses gauchistes qui voulaient les mettre à la mer ont élevé leurs enfants dans la droiture et le respect de l’autre et du pays qui les accueillait, leur ont fait faire des études, n’ont pas détruit les boîtes à lettres ni pissé sur les paillassons, n’ont pas brûlé les voitures de leurs voisins patos...   J’aimerais aussi que Boualem Sansal pointe du doigt le tribalisme africain – et musulman- qui fait que Algériens et Marocains ne peuvent pas cohabiter, ni sur le même palier, ni dans la même mosquée… alors les Togolais, les Maliens en plus, avec des Maghrébins musulmans considérant les noirs comme des êtres inférieurs… Pfff !  Je t’en ficherais des conditions inhumaines ! Les seuls ayant vécu dans des conditions inhumaines ont été les Harkis – ceux que l’on n’a pas laissé se faire exterminer en  Algérie – qui ont vécu dans des camps de la honte. Bizarrement aussi ces Harkis n’ont jamais, eux non plus,exercé de vengeance sur leur pays d’accueil et leurs habitants. 

-enfin, comment pardonner à un Boualem Sansal qui reconnaît les bienfaits de notre civilisation de nous tirer dans le dos  je vois notre civilisation disparaître, et avec beaucoup de regrets car elle a fait avancer l´humanité, même si ses excès nous nuisent depuis un certain temps déjà.    On sent qu’ici le musulman de naissance et de culture parle. Nos excès… Trop de liberté, Boualem Sansal ? Trop de liberté d’expression ? Trop de liberté de moeurs ? Trop de mini-jupes ?

 Bref le personnage a vendu 300000 exemplaires de son livre, a été accueilli partout (ceci explique cela),mais je ne suis pas sûre qu’il ait fait avancer le schmilblic dans le bon sens. Ceci explique sans doute cela.

Pour soutenir Résistance républicaine financièrement, cliquez sur  http://resistancerepublicaine.com/don/  et choisissez le montant de votre don.

Pour Boualem Sansal « l’Europe n’a plus d’avenir : l’Islam va faire éclater notre société »


Boualem Sansal a très récemment donné une interview au quotidien allemand « Die Welt » dont je vous livre ici un extrait, traduit de l´allemand exclusivement pour Europe-Israël.

Boualem Sansal est un écrivain algérien. Il avait obtenu en 2012 le Prix du Roman Arabe, mais celui-ci lui a été retiré après son apparition au Festival des Ecrivains de Jérusalem. Dans son dernier roman « 2084 : La fin du Monde » (Grand Prix de l´Académie Française) parut en 2015, il décrit une dictature religieuse qui, sans être jamais nommé par l´auteur, est manifestement une fiction d´un Islam futur, un Islam universel.

Die Welt: Bien que votre livre ne soit pas ce qu´on pourrait appeler une lecture divertissante, il s´est déjà vendu à plus de 300.000 exemplaires, rien qu´en France. Comment expliquez-vous ce succès ?

Sansal: Les gens se réveillent. Ils réalisent que l´islamisation n´est pas un phénomène local, mais concerne toute l´Europe. Nous avons tous peur – même si nous ne voulons pas tous l´admettre.

Die Welt: Quel type d´expérience cela a été pour vous d´écrire un livre aussi sombre ?

Sansal: Cela n´n’a été ni pénible, ni exaltant. Je suis un scientifique et en ceci, j´observe le monde comme un éthologue. Une chose ou l´autre peut m´émouvoir, mais je me ressaisis. Il faut voir les choses en face, de manière rationnelle, sans se mentir à soi-même.

Die Welt: Comment un musulman lit il ce livre ?

Sansal: Un musulman comme moi, qui n´est pas croyant mais qui a grandi dans un pays musulman, le lira sans doute comme vous et moi. Ils se trompent en Occident s´ils pensent que tous les musulmans sont islamistes. Ils ont davantage peur de l´Islamisme que les occidentaux.

Die Welt: Depuis les attentats de Paris et Bruxelles, l´Occident a peur aussi

Sansal: Bien sûr, et ce n´est que le début

Die Welt: Une sorte d´avertissement ?

Sansal: Oui, après les attentats sur „Charlie Hebdo“, c´était différent. La plupart pouvaient montrer de la compréhension. Ils étaient coupables de blasphème, quand même. Donc ils disaient : Ce n´est pas bien de tuer, mais regarde ce qu´ils ont fait…

Die Welt: Ils l´avaient cherché, comme la jeune fille en mini-jupe provoque son propre viol ?

Sansal: Oui, et en raison de cette logique, les attentats de janvier n´avaient pas été perçus comme un avertissement. Le Bataclan, par contre, a été une attaque islamiste, car cette agression visait «l´autre» en raison de ce qu´il est, de sa culture, son style de vie. C´était un lieu pour les jeunes gens, tout comme les bars, le Stade; des lieux qui définissent l´Occident. Mais, ce processus de prise de conscience, c´est précisément ce que les islamistes veulent provoquer. Ils savent qu´ils ne peuvent pas vaincre l´Occident sur le plan militaire. Ils ne peuvent même pas vaincre les faibles états arabes. Donc, ils doivent amener l´Occident à se détruire soi-même. Ils veulent diviser la société car ils savent que s´ils y parviennent, celle-ci va s´écrouler.

Die Welt: Il y a en France, des intellectuels populistes qui soutiennent la théorie du «grand remplacement», c´est à dire le refoulement de la civilisation occidentale chrétienne et son remplacement par l´Islam.

Sansal: Je trouve l´expression mal choisie. Il ne s´agit pas de remplacer au sens propre les populations, mais plutôt d´une sorte de fusion : La France est en phase d´islamisation.

Die Welt: Au fond, vous êtes du même avis. Notre culture est-elle en train de disparaitre ?

Sansal: En tant que démocrate, oui, je vois notre civilisation disparaitre, et avec beaucoup de regrets car elle a fait avancer l´humanité, même si ses excès nous nuisent depuis un certain temps déjà.

………..

Die Welt: Nous avons recueilli un million de réfugiés, essentiellement des musulmans. Quel est votre pronostic pour l´Allemagne ?

Sansal: L´Allemagne a été extrêmement naïve. Sur le long-terme, l´Allemagne est le pays qui est le plus menacé.

Die Welt: En quoi, naïve ?

Sansal: Parce que l´Allemagne s´est longtemps complu de ne pas être concernée par ces problèmes. L´Islam, c´était en France, au Royaume-Uni, mais pas chez nous ! Et puis, l´Allemagne est, en raison de son expérience des guerres, une société extrêmement tolérante. Il est facile d´en abuser. Lorsque les islamistes algériens ont été chassé d´Algérie, ils ont trouvé refuge en Allemagne, où on leur a accordé le statut de réfugié politique.

Die Welt: Sur quoi fondez-vous votre appréciation que cette guerre des cultures, ce phénomène d´islamisation, entre autres de l´Allemagne, est déjà en cours ?

Sansal: La preuve la plus significative est le „Bataclan“. Ils n´ont pas attaqué une caserne mais une salle de concert, car ils ne visent pas une prise de pouvoir classique, mais veulent mener une « guerre des cultures ». Ensuite, il suffit de jeter un regard sur le monde arabe, dans lequel cette bataille est menée partout et sans retenue. En ce qui concerne l´Allemagne, je ne suis pas trop sûr de ce qui s´y passe. L´Islam turque ne peut être comparé à l´Islam du Maghreb. Les turcs qui sont arrivés dans les années 70 ont, dès leur arrivée, travaillé dans l´industrie. En France, les immigrés ont été livré à eux-mêmes. On a simplement mis les algériens, les togolais ensemble et souvent dans des conditions inhumaines.

Die Welt: En Turquie, on assiste en ce moment, avec Erdogan, à une islamisation de la société. Comment cela va-t-il évoluer selon vous ?

Sansal: Le retour du Religieux, en particulier chez les jeunes, contamine toute la société et cela sera bientôt perceptible en Allemagne aussi.

Die Welt: Nous avons déjà observé cette ingérence et, si l´on veut, contamination par le biais de l´affaire Böhmermann

Sansal: Erdogan se conduit comme un calife; les turcs se comportent comme ses sujets. Il s´est déjà fait construire son Palace. L´Empire Ottoman a été sans le moindre doute le plus violent de tous les califats du monde islamique. Nous assistons en ce moment même au retour de cette violence. Erdogan veut rebâtir le Califat, mais il sait que les arabes ne l´accepteront jamais. Peut-être s´imagine t´il étendre son empire vers l´Europe. C´est pour cette raison que l´Allemagne est le pays le plus menacé.

Die Welt: Vous voulez dire, à cause des turcs ou à cause des réfugiés ?

Sansal: Ni l´un, ni l´autre. Parce que tous les européens sont emplis de ressentiments à l´égard de l´Allemagne. L´Allemagne est riche, influente, exceptionnellement bien organisée. Les gens ne rêvent de rien d´autre que de la chute de l´Allemagne. Un cauchemar en complète un autre. Et les cauchemars d´Erdogan sont partagé par beaucoup d´Européens.

Die Welt: Si l´on poursuit cette pensée, cela signifie que nous vivrions en Allemagne sous le règne du califat d´Erdogan. Cela parait parfaitement absurde. L´Europe est-elle vraiment « fini » à ce point ?

Sansal: Oui, elle n´a plus d´avenir.

Die Welt: Est-ce-que vous pouvez encore dire en Europe ce que vous pensez ?

Sansal: Non, je ne peux plus. D´un côté, on m´invite encore, car on a le besoin d´entendre d´autres opinions qui ne sont pas « politiquement correctes ». En même temps, on a peur que j´amène des ennuis.

Die Welt: Qu´est-ce que vous n´avez pas le droit de dire ?

Sansal: Cela, personne ne vous le dit. C´est bien plus subtil. Mais tout ce qui revient à critiquer l´Islam pose problème. C´est comme si on pouvait tout critiquer, même Dieu, mais pas l´Islam.

Die Welt: Monsieur Sansal, êtes-vous islamophobe ?

Sansal: Pas dans le sens dans lequel ce mot est utilisé. Je n´aime pas l´Islam. Je n´y crois pas et réalise que l´Islam n´est pas seulement un risque, mais un énorme risque. Il va faire éclater notre société.

Die Welt: Votre collègue, Kamel Daoud, a suscité une polémique car il a décrit les jeunes musulmans qui au Nouvel An s´en sont pris aux femmes à Cologne comme étant sexuellement opprimés. Vous êtes de son avis ?

Sansal: Daoud vit en Algérie et observe ce type de situation au quotidien. C´est une société de toutes les frustrations, pas seulement sexuelles. Un jeune musulman qui est soudainement confronté à une société libre, va faussement interpréter une femme qui montre son corps.

Die Welt: Le courage et la conviction nous manquent-ils pour défendre nos valeurs ?

Sansal: Les Islamistes se battent courageusement pour ce à quoi ils croient; cela il faut leur laisser. En ce qui nous concerne, il me faut malheureusement constater qu´il n´y a rien qui nous stimule. Pour le mot Liberté, autrefois, nous étions prêts à aller au bout du monde. Aujourd´hui, le mot est creux.

Die Welt: Ce n´est pas vrai. Après les attentats de Charlie Hebdo, des millions de gens ont manifesté dans les rues pour la liberté d´expression.

Sansal: Ce n´était rien d´autre qu´une réaction émotionnelle spontanée. Cela n´avait d´autre intérêt que d´offrir une tribune aux Chefs d´Etat, en particulier, ce pauvre Hollande qui ne ferait pas de mal à une mouche. En Algérie, on a vu ce qui arrive lorsque les gens se laissent submerger par les émotions: Des pleurnicheries collectives insensées.

Die Welt: Devons-nous prendre le titre de votre livre au sens littéral : « La Fin du Monde » ? N´y a t´il donc plus d´espoir nulle part ?

Sansal: Vous savez, parfois il suffit d´une petite chose, une idée, une phrase et les évènements suivent un autre cours. En Algérie, c´étaient les mots de l´écrivain Tahar Djaout, qui se sont répandu comme une trainée de poudre dans le pays. Les gens ont soudainement ouvert grands leurs yeux. Il avait raison. Ses mots ont donné du courage.

Die Welt: Qu´est-ce qu´il avait dit ?

Sansal : Au cours d´une interview, il a dit avec son sourire modeste : « Si tu parles, tu meurs. Si tu ne parles pas, tu meurs aussi. Alors parle et meurs ! ». La semaine suivante, ils l´avaient assassiné.

© Traduit de l’allemand par Christoph Wittmann pour Europe Israël News

 http://www.europe-israel.org/2016/06/pour-boualem-sansal-leurope-na-plus-davenir-lislam-va-faire-eclater-notre-societe/

 145 total views,  2 views today

image_pdf

17 Commentaires

  1. Bonsoir
    pour le sujet qui nous concerne , je vais vous donnez un truc pour savoir si un livre est intéressant ou pas, avant de le lire ;
    si l’auteur est sérieusement menacé ou victime d’une fatwa alors le livre a toutes les chances d’etre intéressant.
    sinon, c’est à coup sure , un requisitoire contre la société raciste ,…., padamalgam , on est tous des freres ….. etc. du vent quoi.
    et ce truc ne marche pas pour d’autres sujet.
    bon 14 juillet

  2. Je crois qu’un complot pour le propulser ne tient pas.
    En revanche, que ce soit un opportuniste qui a trouvé un créneau pour exister dans la vitrine super encombrée des libraires, sans doute.
    Il y a une vingtaine d’années, fleurirent les écrivains créolisant la langue française, au discours anti-raciste quand ils étaient interviewés en Métropole mais , en fait , pleins de ressentiment envers les « Blancs » , les « colonialistes » , ressentiment qu’ils laissaient , en revanche, échapper , lorsqu’ils s’exprimaient aux Antilles. Ils ne manquaient aucune occasion d’accuser la France à laquelle ils devaient tout : l’éducation, le salaire (majoré de 40% car employés dans la fonction publique dans LEUR pays d’origine), un accès favorisé au postes d’Université locaux, la consécration médiatique; les conquêtes féminines… et même l’immense majorité de leur lectorat. En effet, les lecteurs métropolitains croyaient goûter à un renouveau du style en avalant une langue composite truffée de particularismes, la plupart inventés, langue que personne dans le peuple n’a jamais parlé là-bas.
    On ne peut pas dire, d’ailleurs, que le peuple des locaux accrochait à la lecture de leurs romans et encore moins de leurs manifestes sur la « créolité ». Mais ils ont pu faire une carrière rémunératrice et confortable entre littérature et politique… vaguement à gauche, grâce à la bienveillance du pouvoir « fwansé colonialiss »…

    • Bonjour,
      Merci de cette très bonne analyse qui nous ramène, en effet, à une mode d’il y a 30 ans à laquelle tous les Plenel médiatiques ont collaboré !

      • je ne sais pas je corrige à chaque fois que je le vois et le peux, il faut faire attention quand vous complétez le formulaire

        • Christine, à vrai dire « fautes de frappe » ne me va pas mal, bien que j’eusse préféré « force de frappe », qui vous conviendrait plutôt… (re-LOL)

  3. Sansa dit : «  »Un musulman comme moi, qui n´est pas croyant mais qui a grandi dans un pays musulman,…… » » Si il n’est pas croyant, comment peut-il être musulman ???? Et d’avoir grandi dans un pays musulman, ça ne lui a pas ouvert les yeux sur cette saloperie ????
    Hhhaaaaaa !! Takhya quand tu nous tiens…….. Il en est un parfait exemple, car il n’est pas apostat, il joue et tire profit de la situation…. Cet opportuniste !
    Ce type n’est qu’un tartuffe de plus.
    PS : Ce matin, je me suis offert une croix que je porte à mon cou, il est temps pour nous de remettre au goût du jour certains symboles…….

  4. Merci à RR pour cette réinformation : le domaine culturel est trop important pour le laisser aux mains des récupérateurs et manoeuvriers de tout poil.
    A l’enfumeur algérien, on opposera notre clairvoyant (et tout aussi courageux) Houellebecq: Soumission, une oeuvre à lire, à relire et à méditer !

  5. Complètement d’accord, Christine, j’avais tiqué en lisant ses propos de parti -pris pour l’Allemagne au détriment de la France… Il y a chez lui, dans un coin, encore du ressentiment anti-français.
    L’amour-propre des Algériens, même éclairés, nourrit souvent ce ressentiment.
    Est-ce en vertu de cette règle , souvent vérifiée dans d’autres cas de figure, envers qui vous a beaucoup apporté, dire « merde » est plus facile pour l’orgueilleux que dire « merci » ?

  6. IL SE DEFINIT COMME UN MUSULMAN NON CROYANT,?C EST UN CRETIN de plus il ne connait pas l europe normal comment diviser ce qui est incompatible??? LA REACTION DES EUROPEENS TEND PLUTOT VERS CECI VIDEO A LUI TRANSMETTRE POLES AGAINST ISLAM VIDEO BATTLE OF THE NATIONS PRAGUE 2015 VIDEO ISLAM THE SOUND OF SILENCE ET VIDEOS WAFA SULTAN

  7. Perso j’ai été très déçue par le livre « 2084 », que j’ai lu en entier bien sagement page après page en espérant toujours que ça allait décoller. C’est un livre froid, technique, une prouesse en ce sens, mais les personnages ne vivent pas vraiment, on aimerait qu’ils s’ouvrent et se découvrent, on aimerait leur découvrir des défauts, mais ils sont trop lisses. On aimerait un peu d’humanité, mais non. Il décrit une dictature de l’islam, certes, mais de manière trop soft. Et même parfois, laborieuse, convenue. C’est plus un pamphlet qu’un roman. Sansal taupe de l’islam ? Vous m’ouvrez une perspective…Qui veut propulser Sansal sur le devant de la scène ? Voilà une question.

    • Je n’ai pas lu 2084 je ne peux donc en parler, mais votre compte-rendu ne m’étonne pas vu ce que je viens de lire du personnage… Ce gars n’est pas clair c’est le moins que l’on puisse dire, et on lui a bien servi la soupe.

      • Merci Christine de nous avoir fait ce très évocateur « flash back » sur nos HLM de banlieue parisienne où il faisait bon vivre en 1962 —pourtant t’as pas connu, t’es trop jeune !— Boualem, lui, n’a manifestement pas connu ce milieu…
        Moi qui m’étais toujours farci les toilettes dans le froid, devant l’évier de cuisine ou le bac en ciment de la buanderie jusqu’à l’adolescence, quel bonheur de découvrir les bienfaits de la douche avec eau chaude et le chauffage central !… et détail symptomatique : les escaliers (nickel !) cirés à tour de rôle jusqu’au palier par les différents occupants qui étaient plutôt souriants dans l’ensemble…C’était un autre temps et une autre population !!…
        Ouaip, là Boualem tu déconnes !
        Par contre, je me demande si la traduction est bien fidèle à ses propos :
        –« les djihadistes qui se battent « courageusement » …N’a-t-il pas voulu dire « avec détermination » par opposition à l’avachissement de notre jeunesse émasculée…Ce en quoi, il n’aurait pas tort …
        –« musulman comme moi qui n’est pas croyant » …Oui, c’est contradictoire, mais même s’il est athée, Boualem ne peut renier qu’il est issu d’une communauté de tradition et culture musulmane. C’est également le cas de nombreuses familles algériennes qui ont fuit leur pays aux voitures piégées purificatrices, pour se réfugier en France et qui voient d’un très mauvais œil l’arrivée de milliers (millions?) d’abrutis du « Livre » …Sauf exceptions rares comme chez les Harkis, ces familles auront du mal à s’extirper de ce folklore berbéro-bédouino-arabe pendant encore une ou deux générations, même si non-croyantes… D’autant plus que nos irresponsable politiques ne font qu’encourager cette « ferveur » religieuse au lieu de la réduire au silence !
        –« les excès de notre civilisation » : je crois que Boualem pensait aux lois Zoubira sur le mariage gay, bientôt la GPA et à la légalisation prochaine de l’inceste … Oui, on peut considérer que ce sont des excès dont un des effets induira la radicalisation de certains intégristes…
        Je vous trouve bien sévère avec Boualem …Lisez le donc son dernier livre !
        Ah si tout le Maghreb et Moyen-Orient pouvaient être peuplés de Boualem de cet acabit !

  8. Bien Chére Christine !
    je confirme entiérement ton réquisitoire sans concession contre la tartuffe et le fumiste ultra dangereux répondant au nom de Boualem Sansal ( il a fallu que le lise plusieurs fois pour le retenir ! )
    Ce sinistre personnage se balance tel un primate dans les arbres entre la plus profonde des dhimmitude et une pratique de la Taqqya que ne sauraient désavouer les « grands docteurs » de cette religion de « paix » , couverte de sang humain dés les plus hautes origines de son existence
    Non et encore non! la distinction entre islam et islamisme est essentiellement illusoire, car ce mouvement cultuel fut de toute façon accompagné par une avalanche de violences dés les tous premiers temps de sa présence en Arabie, et ce constat castatrophique est encore aggravé par les sourates criminelles figurant dans le coran canonique universellement accépté sur le plan international !
    Quant à l’affirmation de ce trés triste sire ! selon laquelle les djihadistes font preuve de « courage », elle serait capable de nous faire tous mourir étouffés de rage , dans la mesure ou elle est constitue évidemment un mensonge particuliérment scandaleux , en plus d’être une apologie du terrorisme normalement sanctionnable dans un tribunal !
    Affirmer que les djihadistes font preuve de vaillance dans leurs actions, revient à avancer que les sinistrissimes einsatzgruppen de Himmler assassinant en masse les communautés juives sur le front de l’est en 1941 – 1942, auraient fait preuve aussi d’un courage méritoire ? Ici même le méprise de ce monsieur Sansal envers les victimes de crimes contre l’humanité , est absolument …MONSTRUEUX !
    Dés maintenant pouvons nous nous poser la question essentielle de savoir , si il existe un moyen de porter plainte contre ce personnage infecte , sur la base d’une apologie du terrorisme , puisque ce délit est bel et bien constitué par sa déclaration écrite sur le courage des djihadistes
    Je remercie d’avance de la réponse à la question posée dans le paragraphe précédent

    • Encore un faux opposant au pire de l’islam, un peu comme Mohamed Sifaoui, on évoque l’islamisme pour disculper l’islam.
      On s’acharne sur le fruit sans évoquer l’arbre .
      Décevant Boualem Sans al.

Les commentaires sont fermés.