Ballot-Belcassine a oublié que l'arabe, pas plus que l'occitan, n'est une langue

Ballot-Belcassine est dans son rôle, rien d’étonnant hélas. Mais elle a oublié un petit truc technique: pas plus que l’ »occitan », l’ »arabe » n’est une langue ! Il n’y a pas d’unité entre la langue arabe du Maroc et celle d’Iraq, et pas d’intercompréhension  (pas plus qu’entre un gascon et un niçois, pour continuer la comparaison avec la fumisterie occitane)!

 La prétendue unité est toute conceptuelle, c’est-à-dire idéologique : on VEUT que l’occitan et l’arabe soient des « langues unes et indivisibles », et c’est là que commencent les vrais problèmes: pour « prouver » que l’arabe est UNE langue, il faut aller chercher les preuves dans… le Coran et sa langue artificielle que personne ne parle aujourd’hui (est-qu’on parle le français de Villon ? Où seriez-vous compris si vous vous amusiez à le parler dans la rue?).

Le parallélisme avec l’occitan est flagrant, et révélateur de deux états d’esprit totalement réactionnaires dans le plein sens du terme: retour à un passé mythifié qu’on exalte de façon fanatique. Pour les occitanistes, c’est l’époque des troubadours (XIIe siècle), et pour les islamophiles/arabophiles c’est l’époque de Mahomet (encore plus lointaine).

Je ne sais ce qu’en pensera Eva, mais je propose aux arabophones amoureux de la vérité de déclarer que la langue arabe ça n’existe pas: il n’existe que DES langues arabes, chacune avec sa propre histoire et son propre développement.
C’est exactement ce qu’on a fait pour dynamiter ce concept de « langue occitane »: il existe DES langues d’oc qui s’inscrivent dans un PATRIMOINE culturel essentiellement français car localisées en France.
Nul besoin d’une « langue occitane » qu’on ne peut pas décrire linguistiquement, et nul besoin non plus d’une « langue arabe » sauf à vouloir imposer partout la langue du Coran, largement incompréhensible même pour les spécialistes.

A l’inverse, vive les langues VIVANTES régionales, de France ou du Maghreb ou d’ailleurs. Et vive les autres langues de culture européennes que sont le grec, le latin et l’hébreu (on a d’extraordinaires textes bilingues hébreu-provençal, un vers en hébreu et le suivant en provençal).

Nous sommes pour tout ce qui fait vivre notre culture européenne, et contre tout ce qui veut la tuer ou seulement l’amoindrir: c’est un des volets essentiels de notre programme de Résistance, chère Ballot-Belcassine (même ce détournement de votre nom est fait de culture, ne vous en déplaise).

 141 total views,  1 views today

image_pdf

44 Commentaires

  1. Pour terminer les échanges à propos de l’arabe, voici la réponse de Gamma, qu’il n’a pas réussi à poster, ayant un souci informatique
    A l’époque de Mahomet, l’arabe n’était pas tout à fait celui du coran qu’on lit aujourd’hui. Ce n’était pas une langue, encore, à proprement parlé. Il existait des dialectes, et cette langue était formée que de quinze lettres de l’alphabet. D’ailleurs, suite aux recherches et études sur les manuscrits de Sanaa ou de Samarkand ou autres, les signes diacritiques n’existaient pas. Sans ces signes diacritiques ainsi que la ponctuation survenue plus tard, il était difficile de lire le coran, même pour les initiés qui n’étaient souvent pas d’accord sur le sens d’un mot ou d’une phrase. En effet, une fois l’apparition des signes on arrivait à 980 façons de lire le coran – d’après les chercheurs – . Ce qui prouve que beaucoup de versets ou textes étaient compris différemment selon la lecture faite. Scientifiquement, il n’y a aucun coran complet qui remonte à Othman Ibn Affan, 3ème Calife, tel qu’on le prétend. Les chercheurs ont posé le terme « Attribué à » Othman et sont d’accord qu’il n’en est rien en réalité ; mais il fallait un point de référence. Le premier alphabet sémite est issu de l’écriture araméenne. De cette écriture se déclinent plusieurs écritures tels que le syriaque, l’hébreux, le mandéen ainsi que la nabatéen. L’arabe est l’héritier du nabatéen. On peut même affirmer que l’arabe est une synthèse du nabatéen et du syriaque. La plus ancienne écriture du coran est l’écriture hidjazi. Le hidjazi a évolué à partir du strangili qui est une écriture syriaque celle de l’Evangile – d’ailleurs « Injil » veut dire Evangile et l’on trouve dans Strangili le mot « injil »- et est devenu l’écriture koufi qui est l’écriture arabe que l’on connait de nos jours. L’arabe est une langue complète comme les autres. Même le syriaque est encore pratiqué de nos jours.
    Je suis un peu étonné de certains commentaires qui se basent sur le sentiment plutôt que sur la raison et les faits. Nous n’allons pas ressusciter la phrénologie de Gall – sorte d’arianisme inversé – sous prétexte de ne pas aimer l’islam. – Je ne cible pas Renoir dans cette dernière – Je rejette toute confusion entre haine et raison. Il ne s’agit pas de combattre ou de refuser l’arabe ou l’admettre. Il s’agit de s’adosser à des références sérieuses, et de ne pas enjamber les réalités en pratiquant la politique de l’autruche par le fait de rejeter des cultures ou langues qui restent utilisées largement de nos jours. Les chrétiens parlent l’arabe en orient, et des musulmans de naissance le parlent, est-ce pour autant que nous allons renier cette évidence ? Sachez que l’arabe que Renoir qualifie d’universel, et non à tort, est dit arabe littéraire et constitue le mode de communication entre les pays du proche orient.
    PS : @Caughnawaga : depuis quand les ottomans parlent l’arabe ?

    • Merci Christine. J’avais rédigé ce post à Renoir avant les autres donc il y a chassé croisé. Je tiens à remercier aussi Renoir car évoquer des sujets intéressants nous remettent en question dans le but d’éclaircir certains problèmes de compréhension. La preuve, le nombre de post.

  2. Autre petite expérience (vécue en Algérie quand j’y enseignais): la « langue arabe » enseignée au collège étant vraiment différente de l’arabe algérien, il n’y avait pas un seul prof d’arabe qui soit algérien ou même maghrébin: ils venaient tous de Palestine et d’Iraq! Expliquez-moi ça, si l' »arabe uni » est la même chose que l’arabe algérien ?!
    Autre point intéressant de notre point de vue: la langue algérienne, et c’est le résultat naturel de son histoire, a emprunté des mots à la langue française : ces mots sont niés par les tenants de l' »arabe unifié » et remplacés par les mots « purement arabes », évidemment incompréhensible des Algériens : j’avais à l’époque appris que l’algérien « toumoubil », dérivé du français « automobile » était banni de la langue purifiée…
    C’est donc AUSSI, cet « arabe unifié », une entreprise de dé-francisation de la langue réelle, autrement dit une négation de l’histoire de l’Algérie française. L’arabe algérien langue vivante réelle est imprégné de cette histoire commune d’une cohabitation de deux langues (trois en réalité, avec le kabyle) : l’arabe unifié, lui, veut nier la présence française en Algérie, présence inscrite dans la langue vivante.
    A vous Résistants de voir et de juger…

  3. dire que nous ne pourrions pas comprendre la langue du moyen age est très exagéré ; il ya certes des expressions qui nous sembleraient amusantes mais c’est le cas avec nos cousins québécois

    • Or y pensez, belle Gantière,
      Qui m’escolière souliez estre,
      Et vous, Blanche la Savetière,
      Ores est temps de vous congnoistre.
      Prenez à dextre et à senestre ;
      N’espargnez homme, je vous prie :
      Car vieilles n’ont ne cours ne estre,
      Ne que monnoye qu’on descrie.
      Ben en voila du français non pas médiéval mais de Villon : vous trouvez vraiment que ce n’est qu’une question d’ « expressions amusantes » ?
      Je veux bien admettre que j’ai une intelligence médiocre, mais je trouve ça difficile à comprendre quand c’est écrit, alors si vous me parliez dans cette langue…

      • ça a l’air facile à comprendre mais quand on commence à traduire on se bat avec tous ces petits mots qui n’ont l’air de rien et qui changent tout… foi de prof de latin qui a fait, forcément de l’ancien français et même du moyen français… on a souffert ! Que de nuits à tracer l’origine des mots français modernes pour remonter au latin avec toutes les étapes…

        • Merci Christine pour cet appui autorisé, car voila bien exactement où je voulais en venir : l’ancien français, comme l' »arabe unifié » ou l' »occitan unifié » et sans soute le « breton unifié » ça a bien des airs de famille, on reconnaît bien qu’il y a parenté, mais plus des cousins éloignés que des frères !
          Or toute langue est faite pour communiquer, et le plus facilement possible: il y a problème dès qu’il y a difficulté.
          Et l’exemple que j’ai pris avec le français sert avant tout à démontrer que l’entreprise « arabe un et indivisible » est une entreprise à la fois imbécile sur le plan pratique (quel Français aurait l’idée saugrenue de prendre Villon ou Froissard comme modèle linguistique du XXIe siècle?? C’est ce que font les occitans avec leur modèle de langue imitée des troubadours) et réactionnaire sur le plan politique: les gaucho-occitanistes veulent nous replonger à l’époque médiévael parce que, selon leur idéologie délirante, c’était l’époque de « paratge », harmonie sociale, égalité hommes-femmes, etc. (ne riez pas : ils le croient vraiment!)
          Quant aux islamistes et assimilés, c’est encore plus clair : ils veulent nous imposer leur société de l’époque de Mahomet par l’intermédiaire du coran et du sabre qui l’accompagne : accepter que l’arabe (tiré du coran) soit UNE langue unie et réelle, c’est accepter une très dangereuse illusion qui sert à préparer l’oumma.
          Et les linguistes qui continuent de trimbaler cette illusion sans aucun recul sociolinguistique ont leur part de responsabilité : ils contribuent à renforcer la notion criminelle de « nation arabe unie », d’un front commun de tous les fanatismes islamistes dont Israel, si elle n’avait pas eu ce courage héroïque depuis 1948, aurait été la première nation à subir les conséquences mortelles.
          C’est tout cela qui se cache, selon moi, derrière la prétendue « unité de la langue arabe », j’espère que les Résistants voudront bien en tenir compte : la linguistique, pas plus qu’aucune autre science humaine, n’échappe à l’idéologie, et une simple classification des langues peut vous entraîner sur des chemins très dangereux.

          • merci à toi pour ces explications lumineuses et le temps que tu passes depuis quelques jours à expliquer ad nauseam ce qui me paraît à moi évident ; l’arabe est la langue artificielle que l’on veut associer à la oumma… bref la langue unique c’est celle du coran…

  4. Si , mon cher Renoir , l’arabe est bien une langue ,pas unifiée certes mais une langue quand même et comprise du Maghreb au fin fond de l’Irak . Vous dites  » vive les langues régionales  » mais savez vous que le breton est une langue unifiée à savoir qu’auparavant un breton de Morlaix avait du mal à comprendre un breton de Vannes , de Nantes ou de Pontivy et  » lycée de versailles  » ! Et que ma grand-mère  » patoisante  » des Basses-pyrénées comprenait très bien mon grand-père  » patoisant  » du Médoc

    • Le « breton unifié », à ce que j’en sais, est lui aussi une construction idéologique comme l’occitan et ne fait pas l’unanimité chez les bretonnants qui ont du mal à y retrouver leur langue authentique.
      Quand je dis « vive les langues régionales » je dis « vive les langues VIVANTES AUTHENTIQUES régionales », pas les volapuk et autres salmigondis où on mélange mots médiévaux et mots modernes pour « prouver » l’unité de la langue:
      « Le jouvenceau fut dans une ire terrible quand il constata que son ordinateur venait de tomber en panne derechef  » : c’est ce genre de phrase qu’on trouve en « occitan unifié ». Je souhaite aux Bretons qu’ils n’aient pas à affronter une telle calamité.

  5. L’arabe ne sert à rien, mieux vaut le chinois, le russe ou l’anglais. L’anglais on sait pourquoi, les 2 autres parce que ce sont des puissances émergentes. Autant négocier sans intermédiaire.
    l’Empire ottoman est bel et bien mort et ne reviendra pas. L’arabe va devenir une langue morte comme le latin. Il ne transmet aucun savoir. Ni science, ni littérature, ni médecine etc.
    Combien de prix Nobel chez les arabes 7 et 5 sont des prix de la paix donc politique. Sur 57 pays musulmans c pauvre
    Qui parle l’étrusque de nos jours

    • Hé oh, les sachants ! Cessez le feu mon Lieutenant ! …
      Y’a que des très bons intervenants sur ce blog, en ce compris nos arabisants…ce qui est loin d’être une tare, au contraire, car il faut vraiment s’accrocher pour progresser dans cette langue, à l’écrit comme à l’oral !…
      Il n’y a qu’à essayer de capter une radio locale pour comprendre où ils en sont… C’est devenu un sabir incroyable : un mot ou deux en français entrecoupant deux mots en arabe…c à d le globish franco-arabe …très sympathique mais symptomatique d’une société qui a perdu tout repère, sauf……….l’islam…le fond commun qui reste à ceux qui ont tout perdu !…
      Mais s’entêter, surtout en France, à y remédier de façon à réapprendre aux jeunes français (??..) un arabe qui est en train de s’abâtardir chez lui, c’est une totale ineptie ! Le tout, au détriment du français, du grec, du latin !..
      Hé oui, l’hollandouille, faut vous attendre à rendre des comptes aux français un jour ou l’autre !!…

  6. Pourquoi polémiquer 500 ans
    L’arabe est une langue il n’y a aucun doute la dessus !
    Mais je ne voit pas l’intérêt de l’enseigner en france !
    La France est un pays de culture greco-latine !
    De religion chrétienne !
    Et de race blanche !
    Je n’ai rien ni contre les arabes ni contre leurs langues!

    • Merci d’avoir mis un pluriel : « Je n’ai rien ni contre les arabes ni contre leurS langueS! »
      Il n’y a d’ailleurs pas de polémique à engager sur le sujet: qu’il y ait UNE SEULE langue arabe ou PLUSIEURS (arabe algérien, égyptien, etc.), ma position demeure la même: pas d’enseignement à l’école de la République des langues de populations immigrées. IL faut savoir que l’Education Nationale a tendance à vouloir mélanger, dans l’appellation « langues de France » les langues territoriales authentiques (langues régionales) et les langues importées par les immigrés :faut-il vous dire que je suis absolument contre cet amalgame ?
      L’Université est l’endroit adéquat pour étudier l’arabe, uni ou dialectal, au même titre que tout autre langue du monde.

    • et bien c’est parfait continuez de les adorer!!!vous ne serez pas décu!!car dans quelques temps vous allez en avoir l’occasion!!

  7. Je confirme ce que dit Gamma : au boulot, où je n’ai que des collègues maghrébins qui regardent à longueur de temps des vidéos en rapport avec le monde arabo-musulman, il y a quelques semaines, un des collègues tunisien a pu interpréter les paroles de Saddam Hussein lors de son procès.

    • Le problème c’est que l’enseignement de l' »arabe unifié » est obligatoire dans tous les pays arabophones (sauf erreur, à corriger éventuellement) alors que la vraie langue arabe locale, elle, est interdite d’enseignement (c’était bien le cas en Algérie quand j’y enseignais), donc tous les arabophones un peu cultivés peuvent (à peu près) reconnaître et balbutier cette « langue arabe ».
      Elle n’en reste pas moins une langue unifiée artificiellement : si on forçait tous les peuples latins à apprendre le latin en leur affirmant que c’est leur langue unique (et c’était bien le cas à l’époque de Mohammed), alors on aurait le même résultat: les élèves ânonneraient du latin à l’école mais dès la sortie ils s’empresseraient de parler leur vraie langue vivante, ici le français et là l’italien ou le roumain ! Par contre, un Espagnol rencontrant un Rhéto-romanche essaierait peut-être de se faire comprendre en parlant/baragouinant son latin d’école…

  8. Le mieux à faire c’est de demander à Eva pour l’arabe, pour moi c’est simple, l’arabe, c’est la langue des esclavagistes n’est pas très esthétique et laid à entendre.
    L’arabe est la langue des musulmans d’origine, de mohamed reçu directement d’Allah, mais tous les musulmans ne parlent pas l’arabe et récitent en arabe sans comprendre se qu’ils disent.
    Les pratiques de l’Islam sont indignes pour les humains, n’a rien de religieux et pue la haine à dix kilomètre à la ronde.

  9. Désolé Renoir vous n’y êtes pas du tout. Je vais vous préparer une étude sur la langue arabe qui fait qu’une personne de Syrie ou d’Egypte peu discourir avec un marocain et un tunisien. Car même dans les dialectes régionaux, on retrouve des termes qui se ressemblent. Lorsque la ligue arabe se réunit, en quelle langue échange-t-elle ? La langue arabe est une langue qui existe et le coran tel qu’il est aujourd’hui a été perfectionné par les exégètes des langues orientales et en ont accouché de l’arabe tel qu’on le connait. Mais dire que l’arabe n’est pas une langue, c’est faire preuve d’une profonde méconnaissance de cette langue. Utiliser ces arguments car on apprécie pas l’arabe n’est pas un exemple d’honnêteté intellectuelle, ou du moins une ignorance technique du sujet. Toutes les langues ont évolué à partir de quelque chose, et ça, Christine pourrait en disserter. Tout comme l’arabe a évolué à partir des langues sémites qui l’on précédé. Voyez-vous, lorsque le fanatisme en arrive à dénigrer des fait je dis que là je ne marche plus !
    Avec tout mon respect .
    Suite…

    • Renoir,mais où donc êtes vous allé chercher tout ce fatras ???
      Prenez vite un billet d’avion pour un circuit Rabat- leCaire- Dubaï et revenez nous vite enfin éclairé de la lumière du Bob sens!

    • On se calme un peu dans la tonalité de la réponse SVP ! Commencez par bien me lire, puis critiquez ensuite mais sur des bases un peu plus assurées !
      Où avez-vous vu que je n’appréciais pas l’arabe ??? J’ai dit que j’avais acheté en Algérie des ouvrages d’étude de cette langue, vous n’avez pas lu ça, ou vous ne l’avez pas compris ?? J’ai pris des cours d’arabe en Algérie puiis en Libye…
      Quant à votre « démonstration » sur l’intercompréhension je l’attends avec beaucoup de sérénité, car la fameuse « intercompréhension » n’est pas une donnée linguistique stable: tels se comprennent là où d’autres affirment le contraire, et même quand on se comprend ça ne veut pas dire qu’on parle la même langue : un Portugais comprend un Espagnol, vous en déduisez quoi ??
      Vous parlez de « fanatisme » ?? Vous comprenez le sens de ce mot ??? Quand je dis qu’il existe non pas UNE mais DES langues arabes, ça prouve que je suis un fanatique ???
      J’ai établi un parallèle entre occitan et arabe: bien sûr qu’il existe UNE langue arabe comme UNE langue occitane, j’ai dit que c’était une CONSTRUCTION idéologique, un truc artificiel, pas une langue vivante réelle.
      Je suis un peu découragé de rencontrer des gens comme vous qui veulent faire les savants et donner des leçons là où ce n’est absolument pas la question : l’enjeu est POLITIQUE et CULTUREL, et votre prétendue « science en langue arabe » n’y changera rien.
      Ceci dit avec tout le respect qu’on doit à un interlocuteur.

      • Ma prétendue leçon ?
        Cher ami,
        Je ne prétend rien, je répond simplement à votre exposé qui lui pourrait être pris pour une leçon.
        Je cite dans votre message : »J’ai dit que j’avais acheté en Algérie des ouvrages d’étude de cette langue, vous n’avez pas lu ça, ou vous ne l’avez pas compris ??  »
        Je ne vois pas dans votre texte cette phrase ? Alors comment pourrai-je comprendre ce qui n’a pas été écrit ?
        Par ailleurs, venir dire que la langue du coran est une langue artificielle ? Artificielle comment ? combien ? Affirmation qui demande à être développée.
        Et lorsque vous souhaitez juger un interlocuteur en lui disant : votre prétendue « science en langue arabe » – j’en conclu que vous connaissez le profil de votre interlocuteur. Connaissez-vous le mien ?
        Cela étant, j’ai posté un message avant que vous ne répondiez au mien, donc il y aura croisement d’infos.
        Et si j’ai été à évoquer le fanatisme, c’est que votre texte amenait le lecteur dans ce sens, n’ayant pas bien éclairci votre position.
        Cordialement

        • Si mon article se voulait une « lesson », pensez-vous que j’aurais demandé l’avis d’Eva qui elle connaît la (ou une) langue arabe, alors que je n’ai que des notions ?
          Quand je parlais des bouquins d’arabe dialectal c’était dans une autre discussion que celle-ci, il est vrai qu’on ne peut pas exiger que vous suiviez toutes les discussions, je le reconnais bien volontiers. Allez quand même vérifier ce que je vous dis ici.
          L’arabe du coran , langue artificielle : j’entendais par là que pas plus que le français de Villon elle n’est comprise à l’heure actuelle par l’arabophone de base. Je maintiens, non par science personnelle mais parce que tous mes interlocuteurs arabophones en Algérie et au Maroc m’ont dit ça et que je leur fais confiance.
          Au total je pense que nous n’avons pas d’opposition frontale, et je ne pense pas que vous soyez plus « fanatique » que moi. Si une discussion a pu permettre d’éclaircir certaines choses, j’en suis ravi.
          Il est toujours agréable d’échanger des idées et des propositions sur ce site !

    • Non pas du tout !
      L’hébreu n’est absolument pas une langue européenne !
      D’ailleurs l’Europe est de tradition chrétienne tout court!

    • Non. C’est une langue sémitique, comme l’arabe. C’est d’ailleurs une des nombreuses similarités entre les Juifs et les Arabes.
      Expliquent-elles par exemple que les premiers aient soutenu les seconds lors de leur invasion de l’Espagne wisigothique ? Ou que nombre de personnalités juives, d’organisations religieuses juives, ou antiracistes et dirigées par des gens d’origine juive (genre LICRA), soutiennent l’arrivée de « réfugiés » ?
      [http://www.supportrefugees.org.uk/about-2/about/]
      A vous de juger.

      • Les Juifs ont « soutenu » l’invasion des musulmans (pas des arabes SVP) en Espagne ? Première nouvelle, si vous avez des documents pour étayer ça, je suis preneur.
        Mais ça n’a rien à voir avec le sujet, et les « personnalités juives » dont vous parlez ne représentent en rien leur communauté !
        Quant à la langue hébraïque, qu’elle soit sémitique ça change quoi à son rôle culturel ? Le Hongrois ou le Basque, d’origine non-européenne, ce sont des langues non européennes pour vous ???

        • @ renoir
          Si mes souces sont bonnes il sembleraient que lug à raison et ils apparaît même que les juifs ont fuits l’espagne et rejoints les musulmans au maghreb après la reconquista
          Mais bon à vérifier quand meme!

          • quand Isabelle la catholique a gagné (Reconquista) il y a eu épuration et notamment chasse aux juifs effectivement dont un certain nombre sont partis en Afrique du Nord (pas fous les musulmans à cette époque, des gens cultivés, lettrés et travailleurs qui payaient la dîme des non musulmans fallait pas cracher dessus), mais ce n’est pas ce qui a été affirmé dans le commentaire original qui parlait de juifs qui auraient aidé à la conquête de l’Espagne

          • [[https://fr.wikipedia.org/wiki/Conqu%C3%AAte_musulmane_de_la_p%C3%A9ninsule_Ib%C3%A9rique]]
            Wikipédia n’est pas la meilleure source qui soit, mais c’est un fait avéré que les Juifs ont aidé à l’anéantissement de l’Espagne Wisigothique. Sinon, pourquoi les Espagnols auraient-ils viré musulmans ET Juifs de leur pays lors de la Reconquista ?

          • Bonjour,
            De nombreux Chrétiens ont, eux aussi, accueilli les Musulmans,avec bienveillance dans tous les pays de la colonisation musulmane pour des raisons diverses (conflits avec les Byzantins etc).
            Ils n’ont pas mis longtemps à s’en repentir.
            Comme les Juifs d’Espagne d’ailleurs, qui ont été très nombreux à se réfugier, au cours des siècles, dans le Nord, dans le réduit catholique, pour fuir l’oppression de la colonisation musulmane : c’est un fait jamais dit et même dissimulé par l’islamophilie actuelle (Plenel etc).
            Plus actuellement, il y a bien des Français qui, au nom de l’antiracisme, ont accueilli favorablement les immigrants musulmans et très nombreux sont aussi ceux qui s’en repentent.
            Bref, nous n’allons pas faire tout un plat des conneries initiales …

      • Le maltais est un dialecte arabe, c’est une langue sémitique, les maltais sont catholiques à 99, 9%, vais – je en déduire que l’arabe est une langue européenne ?
        Sûrement pas, pas plus que l’hébreu.
        Mais l’ impact n’est pas le même, l’arabe est une langue de prosélytisme et de conquête.
        Les guerriers d’allaitement ne sont pas les francs de Clovis!

        • Bon exemple !! Justement, moi qui dis qu’il y a plusieurs langues arabes, je n’ai aucune peine à reconnaître l’ARABE MALTAIS, que je préfère appeler LANGUE MALTAISE comme une langue européenne. Tout comme l’HEBREU PROVENCAL, langue de culture qui a donné les chants bilingues dont j’ai déjà parlé.
          N’oubliez pas, les uns et les autres, que je parle de ces langues au plan CULTUREL, alors que d’autres ici se sont lancés dans un tout autre problème, celui de la classification desdites langues.
          Ce qui fonde l’apport culturel d’une langue c’est sa littérature; cet apport est évidemment variable en quantité comme en qualité, et ce n’est pas moi qui vais vous dire que l’apport de l’hébreu à la littérature européenne est égal à celui du français ou de l’anglais ou du latin !

    • Rachi le rabbin vigneron champenois, utilisait l’hébreu et l’araméen dans sa communauté et le dialecte champenois dans sa vie quotidienne au contact de la majorité chrétienne, alors, même si l’hébreu n’est pas européen par ses origines (cela dit le hongrois et le finnois) n’existaient pas en Europe il y a 2000 ans on ne cherche pas à nous l’imposer comme les tartuffes d’édiles qui nous imposent la rupture du jeune du ramadan dans des salles municipales.
      On apprend l’apprend l’araméen France aujourd’hui sans se forcer dans des zones où il n’y a plus d’ordre républicain (il serait monarchique comme à Luton, ville natale de Tommy Robinson, le résultat est le même ).

      • Merci de donner des exemples qui vont dans le sens de mes opinions : ce qui compte c’est l’apport de telle ou telle langue à notre CULTURE (littérature ou philosophie pour Rachi)
        Si un quelconque « dialecte arabe » avait apporté sa contribution à notre culture et à notre civilisation, j’aurais un tout autre sentiment vis-à-vis de la « langue arabe », mais les pilleurs du Moyen-Age et de la Renaissance, les pirates du XIXe et les envahisseurs des XXe et XXIe siècles n’ont, à ma connaissance, laissé que fort peu d’ouvrages de culture dans leur sillage sanglant.

      • Oui, excellent rappel: le yiddish, langue européenne à part entière avec une brillantissime littérature !
        Mélange d’allemand et d’hébreu, le yiddish est la preuve irréfutable d’une assimilation des juifs dans une communauté européenne, avec un apport culturel unique et inimitable (chant, théâtre, littérature, journalisme…)
        Mélange de provençal et d’hébreu, le judéo-provençal a lui aussi joué le même rôle (à un bien moindre degré, cependant) en Provence.

  10. vous convenez donc que le provençal est une langue, avec ses règles de grammaire et son orthographe, bien que ce soit une langue d’oc!

    • Non, la seule langue dans notre pays est le français. La seule raison pour laquelle Bécassine veut parler les langues d’oc, c’est pour pouvoir affaiblir le français comme seule et unique langue de la république (une façon d’imposer l’arabe quoi!)

      • Quel raisonnement lumineux ! Donc selon vous le latin et son paganisme assumé, n’étant pas de « tradition chrétienne », n’est pas non plus une langue européenne ? Et le grec ancien, même chose ??
        Vous confondez un peu tout, là !

      • Vous n’êtes pas au courant: Blecassine veut affaiblir l’enseignement des langues régionales!
        Quant au français, c’est la seule langue OFFICIELLE de la République, nuance !

    • On retombe sur le discours des langues ethniques autochtones de la France et on se trompe de combat, l’occitan (très diversifié il est vrai )pas plus que le breton ne menacent l’unité de la république ni la civilisation (plus que qui vous savez), se sont des langues de France, des langues européennes au même titre que la très belle langue française, sans doute, mais aussi corse, flamande ou alsacienne, ce n’est pas le cas de l’arabe qui est une langue d’importation (d’ailleurs elle même très diversifiée en nombre de dialectes), mais c’est une langue qui plus que nulle autre est le vecteur d’une idéologie totalitaire aux apparences religieuses : l’islam.
      L’islam lui, met d’accord tout le monde, républicains jacobins ou régionalistes ou fédéralistes et sûrement pas pour leur bien.
      Ne perdons pas notre temps dans des disputes aussi inutiles que stériles, je parle basque et béarnais, j’ai fait mes humanités et je ne hais pas ma France, je chante mes pastorales souletines et béarnaises d’un même coeur et d’un même choeur que la « Marseillaise », chant de résistance et de liberté (voir la belle scène de « Casablanca »).
      Je me sens plus proche d’un nationaliste breton comme Boris le Lay que des faux républicains qui se succèdent en ce moment dans nos ministères et nos assemblées jusqu’au sommet de l’Etat.
      Nos identités qui peuvent très bien s’emboîter dans une identité nationale française et européenne sont des boucliers contre l’islamisation et l’américanisation qui font des ravages les terroirs font les territoires et refondent chaque jour là nation.
      Arrêtons avec ces différences de conception, toutes légitimes, l’islam lui, s’en tape pas mal comme des byzantins qui se querellaient encore en plein siège sur des questions de théologie.
      De l’autre côté de la Méditerranée c’est l’islam qui fait taire le débat entre kabyles et arabes après avoir jeté européens, juifs et harkis à la mer, et ce pour un seul objectif fondre les peuples dans son Oumma totalitaire.
      Nous sommes dans un même camp (sauf quelques islamo-gauchistes qui peuvent être aussi bien jacobins qu’autonomistes), pour me moment, et ces débats bien légitime pourront reprendre quand nous nous serons libéré de l’islamisation qui ravagé tour notre continent.
      Cela dit, même en désaccord sur ce sujet je préfère être aux côtés d’une Christine Tasin aussi jacobine soit – elle ou d’un Oskar Freysinger aussi suisse et fédéraliste soit-il face à un même danger plutôt que dérouler le tapis rouge à des remplaçants et des effaceurs.

    • Pour moi oui, c’est très clair : le provençal est une langue à part entière. Une langue de la famille d’oc, mais une LANGUE et pas un vulgaire « dialecte ». Une langue qui a reçu le Prix Nobel de Littérature, en plus !

Les commentaires sont fermés.