L'Ouest a renoncé à sa liberté d'expression : personne n'a proclamé « Je suis Avijit Roy »

Adieu liberté d’expression. L’Ouest se voile la face

Publié le 28 avril 2016, par Alpineski

(Originellement par Tyler Durden via l’Institut Gatestone)

http://conservativepapers.com/news/2016/04/28/the-death-of-free-speech-the-west-veils-itself/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+TheConservativePapers+%28The+Conservative+Papers%29

L’Ouest a renoncé à sa liberté d’expression. Personne n’a proclamé « Je suis Avijit Roy », le nom du premier de plusieurs blogueurs massacrés, fouettés ou emprisonnés l’an dernier pour avoir critiqué l’Islam.

La chancelière Angela Merkel a pris le parti des Turcs en définissant « d’insulte délibérée » le poème d’un comédien allemand, puis en acceptant qu’il soit poursuivi en justice par le président turc. Le renoncement de l’Ouest face au monde islamique, c’est l’histoire de Salman Rushdie, des caricatures danoises, de Théo van Gogh, de Charlie Hebdo.

Le Ministre des affaires étrangères iranien, Javad Zarif, dans une interview avec le plus grand journal italien, Il Corriere della Sera, a tout simplement suggéré ce marché : « Nous, les Iraniens, discuterons avec vous des droits de l’homme, quand vous, les Européens, supprimerez la liberté d’expression sur l’Islam ».

La semaine dernière, Nazimuddin Samad s’est assis chez lui devant son ordinateur et a écrit quelques lignes critiques contre la poussée islamiste dans son pays, le Bangladesh. Le lendemain, quatre hommes l’ont approché en criant « Allahu Akbar ! » et l’ont tué à coups de machettes.

Ces assassinats sont monnaie courante au Bangladesh, où de nombreux blogueurs, journalistes et auteurs ont été tués en plein jour pour critiquer l’Islam. Le nombre de « blogueurs sataniques » à punir s’élèverait à 84 ! Une vague de terrorisme par des groupes islamistes armés a aussi frappé quelques 60 journalistes en Algérie entre 1993 et 1997.

Ces tueries n’ont pas valu la moindre ligne dans les journaux européens. Est-ce parce que ces blogueurs n’étaient pas aussi fameux que les dessinateurs de Charlie Hebdo ? Est-ce parce que leurs histoires ne venaient pas de la ville des lumières, Paris, mais d’une des villes les plus pauvres du monde, Dacca ? Non, c’est parce que l’Ouest a capitulé et renoncé à son droit d’expression. Aucun Occidental n’a imprimé une pancarte « Je Suis Avijit Roy », le nom du premier de ces blogueurs égorgés l’année dernière.

 
Du Bangladesh, nous avons maintenant droit à des photos d’auteurs dans des mares de sang, d’ordinateurs portables saisis par la police et de claviers brûlés par des islamistes. Nous avons droit à des images nous rappelant les émeutes de 1989 à Bradford, Angleterre, après les vers sataniques de Salman Rushdie, 10 ans après la révolution par l’Ayatollah Khomeini faisant de l’Iran une forteresse de l’extrémisme islamique.
 Les histoires de ces blogueurs, bien loin de l’Europe, restent couvertes d’une pâle transparence, comme si leur mort n’était que virtuelle, comme si le Net était devenu leur tombe, comme s’ils ne méritaient pas la viralité des réseaux sociaux.
 N’oublions pas non plus le cas de Raif Badawi, en Arabie Saoudite, condamné à 1000 coups de fouet, 10 ans de prison et l’équivalent de quelques 236 000 € pour des blogs tels que « je m’engage à rejeter toute répression au nom d’une religion… un but que nous devrons atteindre dans le calme et légalement ». Comme si cela ne suffisait pas, son avocat, défenseur des droits de l’homme, Walid Abu al-Khayr, a été condamné le 6 juillet 2014 à 10 ans de prison, accusé « d’encouragement de l’opinion publique », de « désobéissance au souverain », « de manque de respect envers le pouvoir », de « critique du système judiciaire », « d’encouragement d’organisations internationales contre le royaume saoudien » et, finalement, d’avoir fondé illégalement, ou sans autorisation, son association « Contrôle des droits de l’homme en Arabie Saoudite ». Il va en outre devoir payer une amende de 200 000 riyals (environ 46 300 €) et, une fois libéré, ne pourra pas voyager pendant 15 ans, selon Abdullah al-Shihri de Associated Press.
 
Également en Arabie Saoudite, le 24 mars dernier selon Amnesty International, en violation totale de la loi internationale, le journaliste Alaa Brinji a été condamné à 5 ans de prison, 8 ans d’interdiction de voyager et une amende de l’équivalent de 11 360 € pour un tweet, paraît-il, insultant envers les dirigeants, « encourageant l’opinion publique » et « accusant des agents de la sécurité d’avoir tué des protestataires en Awamiyya », province dans l’est du royaume où se trouvent des champs de pétrole shiites.
 

Malheureusement, les gouvernements occidentaux se sont bien abstenus de mentionner l’affaire Badawi près des dirigeants saoudiens, se voilant la face pour ignorer la façon dont l’Arabie Saoudite traite ses citoyens.

 
Mais oublions un instant le pauvre Bangladesh islamisé et tournons-nous vers l’Allemagne, où le comédien Jan Böhmermann s’est moqué en télévision du Président turc Recep Tayyip Erdogan. Le procureur de Mainz a lancé un procès contre le comédien en vertu du paragraphe 103 du code pénal allemand, qui peut faire prononcer une condamnation allant jusqu’à 5 ans de prison pour insulte envers un chef d’état étranger. La chancelière Angela Merkel a approuvé cette poursuite. La chaîne de télévision allemande, Zdf, a retiré la vidéo de Jan Böhmermann et ce dernier a suspendu son spectacle. Le comédien, après des menaces islamistes, vit maintenant sous protection policière.
Il y a quelques semaines, lors d’une visite à Rome du Président iranien Rouhani, des grandes boîtes ont été placées sur les sculptures de nus afin de les cacher, par mesure de « respect » pour les regards sensibles du président.
Et désormais, pour les journalistes et auteurs européens, il devient de plus en plus difficile de trouver des éditeurs. Tel est le cas de Caroline Fourest pour son livre Eloge du blasphème. « Le traitement de son travail par les éditeurs montre bien tout ce que nous avons perdu » a écrit le journaliste britannique  Nick Cohen. « Aucun éditeur anglo-saxon ne l’aurait touché. Seule la peur peut expliquer les lettres de rejet ». « Aucun éditeur américain ou britannique n’a voulu publié le livre » a dit Caroline Fourest à l’auteur de cet article. « Il n’y a pas de marché pour ce livre » lui disait-on constamment, pour  justifier le refus de toucher quelque chose d’aussi explosif. « C’était un grand projet que Salman Rushdie avait tenté de concrétiser avec sa propre maison d’édition » a ajouté Caroline Fourest, concluant que « c’est très alarmant car on s’aperçoit de plus en plus que mes collègues agissent comme des idiots utiles ».
L’Europe supprime aussi la liberté d’expression de quelques rares voix islamiques modérées. Ainsi le 31 janvier 2016, l’auteur algérien Kamel Daoud a publé un article dans Le Monde sur les évènements du nouvel an à Cologne, disant à quel point le sexe « est la plus grande misère dans le monde d’Allah ». Quelques jours plus tards, des sociologues, historiens et anthropologues accusaient Kamel Daoud d’islamophobie. Jeanne Favret-Saada, orientaliste à l’École Pratique des Hautes Études, a écrit que Daoud « s’exprimait comme un Européen d’extrême droite ». Kamel Daoud n’a été défendu que par quelques autres auteurs arabes exilés en Europe.

Voilà où nous en sommes. Bien sûr, aucune mention n’est faite sur la façon dont la liberté d’expression et les droits de l’homme subissent des abus dans de nombreuses sociétés musulmanes, ni de la répression violente en vue de profaner les symboles du monde libre. Peu importent les blogueurs du Bangladesh ou d’Arabie Saoudite. Mme Merkel va abandonner le sort du comédien allemand pour ne pas froisser les islamistes turcs. Au Pakistan, la chrétienne Asia Bibi, condamnée à mort pour « blasphème », attend son sort en prison. Les Européens, si généreux pour protester contre la persécution des minorités, ne sont pas descendus dans les rues pour protester contre l’emprisonnement de Asia Bibi.

 

 134 total views,  1 views today

image_pdf

19 Commentaires

  1. Lorsque Fanny TRUCHELUT a été condamnée, fourest a trouvé ça très bien au nom de la liberté de culte. Mais aujourd’hui que personne ne veut prendre le risque de se retrouver devant la 17° chambre en publiant son bouquin, fourest tire la gueule et crie à l’injustice. Quand on crache en l’air, ça fini toujours par vous retomber sur le nez.
    N’oublions pas dans nos pensées Robert REDEKER.

    • super ! encore merci pour toutes ces infos pratiques je relaie ce soir

  2. Suivons le conseil de Jean Raspail. »Il n’y aura pas de solution sans la force ». Ajoutons, mais nous le savons tous déjà : Il n’y aura pas de victoire sans violence.

  3. Malheureusement tant qu’il y aura des gouvernements vendu à l’islam le peuple devra encore subir. A moins que le peuple ne se révolte, mais là aussi il y à des salauds. On est pas sorti de la merde. L’islam est un cancer qui gangrène toute les couches de la société.

    • MAIS CES SALAUDS RISQUE DE S NE MORDENT LES DOIGTS , CAR ILS NE SONT PAS POUR AUTANT A L ABRI DES ISLAMISTES , ET LA ILS NE RIGUOLERONT PLUS ET LE REGRETTERONS BIEN TROP TARD !!!

  4. Quand les peuples auront compris qu’il faut une véritable coalition contre l’islam… Mais TOUS les peuples, de toutes les cultures : chrétiens, juifs, bouddhistes, hindouistes et j’en passe. J’ai lu que l’Afd, en Allemagne, fait une coalition avec l’Autriche, les pays Balkans, la Finlande, mais qu’elle refuse la France qu’elle considère perdue comme les pays du Sud de l’Europe. Est-ce sérieux ? Il y a encore des patriotes en France, en Italie, au Royaume Uni. Comment peut-on gagner en se montrant aussi égoïste? Il ne faut négliger aucun allié. Il faut se rassembler.

    • Bonjour,
      Tous victimes à une époque ou à une autre de la peste islamique, en effet …
      Mais nos dirigeants incultes ont-ils seulement lu « Tristes tropiques » qui a déjà plus de 60 ans, où Lévi-Strauss , pourtant de par son métier ouvert à toutes les cultures, nous mettait sévèrement en garde contre l’islam ?

    • Nous avons rencontré la responsable Pegida de Dresdes, elle a confirmé qu’à l’est de l’europe on considère l’ouest comme perdu, ce que nous avons vigoureusement nié évidemment

      • Je comprends la réaction de PEGIDA, j’aurai tendance, par comparaison à voir les choses comme cela, l’Ouest perdu à côté de l’Est, si je ne faisais pas partie de Résistance Républicaine,, v’est comme son ,nom l’indique, notre raison d’être , de vivre de résiste<;;;;;;je suppose qu'à votre contact ils en ont conscience !!!!

    • D accord avec toi Roland ! Il nous faut éradiquer de la surface de la terre la peste verte qui sévit de par le monde et nous colonise !!! Grand respect à ceux qui défendent la liberté d expression au péril de leur vie ou qui en sont morts et ne les oublions pas : Avijit ROY Americano Bangladais Écrivain blogueur Raif BADAWÎ Saoudien emprisonné blogueur Walid Abu Al KHAYR son avocat emprisonné Alaa BRINJÎ journaliste Jan BOHMERMANN comedien’Allemand

    • DE PLUS JE NE SAIS SI VOUS LE SAVAIT , MAIS UNE PERSONNE M A DIT QUE LES FÊTES CATHOLIQUES ALLER ÊTRES SUPPRIMER ….. , QUI A PONDU CECI ??? ET QUI SE PERMET DE LES SUPPRIMER ???

Les commentaires sont fermés.