Superbe discours de Viktor Orban : "serons-nous des esclaves ou des hommes libres ?"

« Serons-nous des esclaves ou des hommes libres ? »

(Discours historique du premier ministre hongrois à la veille des attentats de Bruxelles… Après Paris et Bruxelles, à qui le tour ? Car ce n’est que le début.  Européens, Français, écoutez un VRAI Premier Ministre patriote.)  

 Retransmis (en anglais) par Pamela Geller le 21 mars 2016

http://pamelageller.com/2016/03/watch-historic-speech-by-hungarian-pm-the-question-upon-which-the-future-of-europe-stands-or-falls-is-this-shall-we-be-slaves-or-men-set-free.html/

Viktor Orban, Premier Ministre de Hongrie pendant son discours historique

La destinée des Hongrois s’est jointe à celle des nations d’une Europe dont la croissance est devenue telle qu’aujourd’hui aucun peuple, et bien sûr pas le peuple hongrois, ne peut être libre si l’Europe n’est pas libre.

Et aujourd’hui l’Europe est aussi fragile, faible et malsaine qu’une fleur avalée par un ver de terre en embuscade. Aujourd’hui, 168 ans après la grande guerre d’indépendance des peuples européens, l’Europe, notre maison commune, n’est pas libre !

Mesdames et Messieurs, l’Europe n’est pas libre, parce que la liberté commence par dire la vérité.

Aujourd’hui en Europe il est interdit de dire la vérité.

Même s’il est de soie, un museau est un museau.

Il est interdit de dire que ceux qui arrivent ne sont pas des réfugiés, et que l’Europe est menacée par la migration.

Il est interdit de dire que des dizaines de millions sont prêts à venir dans notre direction.

Il est interdit de dire que l’immigration apporte le crime et la terreur dans nos pays.

Il est interdit de préciser que les masses qui arrivent d’autres civilisations mettent en danger notre façon de vivre, notre culture, nos habitudes et nos traditions chrétiennes.

Il est interdit de dire que ceux qui sont arrivés plus tôt ont déjà établi leur propre nouveau monde distinct pour eux-mêmes, avec ses propres lois et idéaux, qui est en train de mettre en pièces la structure millénaire de l’Europe.

Il est interdit de préciser que tout cela n’est pas une suite de conséquences accidentelles et involontaires, mais une opération planifiée et orchestrée à l’avance ; une masse de gens dirigée vers nous.

Il est interdit de dire qu’à Bruxelles, ils mijotent des plans pour amener ici des étrangers aussi rapidement que possible et pour les installer ici parmi nous.

Il est interdit de préciser que l’objectif de l’installation de ces gens ici est de remanier l’environnement religieux et culturel de l’Europe et de transformer ses fondations ethniques, en éliminant ainsi la dernière barrière de l’internationalisme : les nations-états.

Il est interdit de dire que maintenant Bruxelles est en train de dévorer furtivement de plus en plus de tranches de notre souveraineté nationale et qu’à Bruxelles ils sont nombreux à préparer les États-Unis d’Europe, un plan pour lequel personne n’a jamais donné le feu vert.

Mesdames et Messieurs, les ennemis de la liberté d’aujourd’hui sont d’une différente lignée que les souverains royaux et impériaux du passé, ou que ceux qui ont régi le système soviétique ; ils emploient une panoplie d’outils différente pour nous forcer à la soumission.

Aujourd’hui ils ne nous mettent pas en prison, ils ne nous enferment pas dans des camps de concentration et ils ne nous envoient pas des tanks pour occuper les pays loyaux à la liberté.

Aujourd’hui les bombardements, dénonciations, menaces et chantages de l’artillerie internationale des médias suffisent, ou plutôt ont suffi jusqu’à maintenant.

Les Européens commencent à se réveiller doucement, ils se regroupent et bientôt regagneront du terrain.

Les rayonnements de l’Europe qui subsistent malgré la suppression de la liberté grincent et se libèrent.

Les peuples d’Europe pourraient avoir enfin compris que leur avenir est en jeu.

Maintenant non seulement leur prospérité, leurs vies confortables, leurs emplois sont-ils en jeu, mais notre sécurité-même et l’ordre pacifique de nos vies sont tout aussi menacés.

Finalement les peuples d’Europe, qui sommeillaient sur leur abondance et leur prospérité, ont compris que les principes de la vie sur lesquels l’Europe s’est construite sont en danger de mort.

L’Europe est une communauté de nations chrétiennes, libres et indépendantes ; c’est l’égalité des hommes et des femmes, la concurrence et la solidarité équitables, la fierté et l’humilité, la justice et le pardon.

Cette fois, le danger ne nous attaque pas à la façon des guerres et des désastres naturels, tirant soudainement le tapis sous nos pieds.

La migration massive est le lent courant des eaux qui érode les rivages avec persistance.

C’est une mascarade de la cause humanitaire ; sa véritable nature est l’occupation du territoire.

Le gain de territoire pour eux est autant de perte de territoire pour nous.

Des troupeaux de défenseurs obsédés des droits humains soutiennent l’urgence accablante de nous réprimander et de nous couvrir d’accusations.

Il semble que nous soyons des xénophobes hostiles, mais la vérité est que l’histoire de notre nation se trouve concernée, ainsi que la fusion de cultures.

Ceux qui ont pensé à venir ici comme des membres d’une nouvelle famille, comme des alliés, ou comme des personnes déplacées craignant pour leurs vies, ont fini par s’établir, trouvant une nouvelle maison pour eux.

Mais ceux qui sont venus ici avec l’intention de changer notre pays, de transformer notre nation à leur propre image, ceux qui sont venus avec la violence et contre notre volonté, ceux-là ont toujours été accueillis avec résistance.

Mesdames et Messieurs,

Tout d’abord, on ne nous en a annoncé que quelques centaines, un millier ou deux milliers de personnes à reloger.

Mais pas un seul leader européen responsable n’oserait jurer sous serment que ces quelques milliers ne deviendraient pas éventuellement des dizaines de centaines de milliers.

Si nous voulons arrêter cette migration massive, nous devons en premier lieu freiner Bruxelles.

Le danger principal pour l’avenir de l’Europe ne provient pas de ceux qui veulent venir ici, mais de l’internationalisme fanatique de Bruxelles.

Nous ne devrions pas permettre à Bruxelles de se placer au-dessus de la loi.

Nous n’allons pas lui permettre de nous forcer à avaler le fruit amer de sa politique d’immigration cosmopolite.

Nous n’allons pas importer en Hongrie le crime, le terrorisme, l’homophobie et les antisémites incendiaires de synagogues.

Il ne doit exister aucun district urbain ne respectant pas nos lois, il n’y aura aucun désordre de masse.

Pas d’émeutes d’immigrants ici, et pas question de gangs chassant nos femmes et nos filles.

Nous ne permettrons pas à d’autres de nous dire qui nous pouvons accueillir dans notre pays et avec qui nous le partagerons.

Nous savons comment tout cela se déroule. D’abord nous leur permettons de nous dire qui nous devons accepter, puis ils nous forcent à rendre service à des étrangers dans notre propre pays.

En fin de compte, nous nous trouverons dans la situation de faire nos valises et de quitter notre propre terre.
Par conséquent, nous rejetons ce plan forcé de réinstallation et nous ne tolérerons ni chantage ni menaces.

L’heure est venue de tirer la sonnette d’alarme. L’heure est venue pour l’opposition et la résistance.

L’heure est venue pour assembler nos alliés. L’heure est venue d’élever le drapeau de nos fières nations.

L’heure est venue de prévenir la destruction de l’Europe et de préserver son avenir.

À cette fin, quelle que soit l’affiliation à un parti, nous appelons chaque citoyen hongrois à l’unité et nous appelons chaque nation européenne à s’unir.

Les leaders et citoyens de l’Europe ne doivent plus vivre dans deux mondes séparés. Nous devons restaurer l’unité de l’Europe. Nous, les peuples d’Europe, ne pouvons être libres individuellement si nous ne sommes pas libres ensemble.

Si nous rassemblons nos forces, nous réussirons ; si nous allons dans des directions différentes, nous échouerons.

Ensemble nous sommes forts, désunis  nous sommes faibles. Ensemble ou rien du tout, c’est la loi d’aujourd’hui.

Hongrois, en 1848 il a été écrit dans le livre du destin que rien ne pourrait se produire contre l’Empire des Habsburg. Si nous nous étions résignés, notre destin aurait été scellé et la marée  allemande aurait englouti les Hongrois.

En 1956 il a été écrit dans le livre du destin que nous devions rester occupés et devenir un pays soviétisé, jusqu’au moment où le patriotisme serait éteint dans le tout dernier Hongrois. Si nous nous étions alors résignés, notre destin aurait été scellé et la marée soviétique aurait englouti les Hongrois.

Aujourd’hui il est écrit dans le livre du destin que des puissances mondiales cachées, sans visage, élimineront tout ce qui est unique, autonome, ancien et national. Ils mélangeront les cultures, les religions et les populations, jusqu’à ce que la fière Europe aux multiples visages devienne exsangue et docile.

Et si nous capitulons, notre destin sera scellé et nous serons engloutis dans l’énorme estomac des États-Unis d’Europe.
La tâche qui attend le peuple hongrois, les nations d’Europe centrale et les autres nations d’Europe qui n’ont pas encore perdu tout bon sens, est de battre, ré-écrire et transformer le destin qui nous est réservé.

Nous, Hongrois et Polonais, nous savons comment le faire. On nous a enseigné que nous ne pouvons regarder le danger qu’en face, si nous sommes assez braves.

Nous devons par conséquent draguer de la vase de l’oubli, la vertu du courage de nos anciens.

Tout d’abord nous devons mettre de l’acier dans nos vertèbres et répondre clairement, d’une voix si puissante qu’elle s’entende loin et forte ; le plus urgent, la simple question la plus importante déterminant notre destin : la question de savoir si l’Europe restera debout ou s’effondrera est celle-ci :

 Serons-nous des esclaves ou des hommes libres ? Voilà la question. Répondez-moi !

 Vas-y Hongrie, allez-y Hongrois !

Traduction par Jack

 133 total views,  1 views today

image_pdf

20 Commentaires

  1. Je ne sais pas vous, mais quand j’ai lu le discours, certains passages me donnaient des frissons, ça me rappelle cette Pologne fière et têtue aux coté de la Hongrie dans l’histoire. Renoir tu as raison de préciser ce détail, on a souvent pensé à tort que la Pologne est de l’est en raison de sa langue d’origine slave. Je rejoints l’avis de Alain de Catalogne à ceci près que la Bavière pourrait suivre, si elle ne va pas finir par se détacher de l’Allemagne. On sent un désaccord profond sur la politique de Merkel parmi les allemands. J’espère me tromper. « Nous ne tolérerons ni chantages ni menaces » voilà des mots à prendre au premier degré, car ce n’est pas la mère patrie qui nous défendra, c’est à nous de la défendre. Défendre l’Europe afin qu’elle reste telle que nous l’aimons, pour la céder en héritage à nos enfants.

  2. Dieu,quelle jalousie de voir des dirigeants responsables……….

  3. C’est sûr un discours pareil, çà nous change des lâcher de ballons, bougies, et marches blanches des peuples bisounours !!! je n’en peux plus de bouffer de la guimauve, c’est écoeurant ! Et maintenant on doit en plus se farcir cette campagne diffamatoire soit disant  » anti raciste » et on voit défiler les tronches de la brochettes d’hypocrites patentés de l’audio visuel ! du coup j’ai descendu ma tv à la cave, pour ne plus être tentée de la rallumer !
    Monsieur Orban a 1000 x raison !!! Que les peuples d’Europe qui sont encore lucides se lèvent et s’unissent pour agir !

  4. Hé oui! c’est un président comme M. Orban qu’il nous faudrait en France! c’est super tout ça!
    Mais n’oublions pas que dirigeants en place au gouvernement ont tout de même été élus par la majorité des français, (à quelques % de différence, il est vrai) alors???
    une fois de plus il s’avère que c’était le mauvais choix!!! et à cause de tous ces connards, l’autre moité des électeurs paient les pots cassés!!! prolifération de mosquées, halal, voile, burka et charia!!!
    les français ne connaissent pas leur chance d’avoir tous ces soi disant réfugiés qui nous apporteront richesse et savoir???? laissez nous rire!!!
    ça c’est la cerise sur le gâteau!
    il faut vite renverser la vapeur et agir!!!
    et cela par tous les moyens

  5. Je veux bien admettre qu’un noeud dans le fil de ma connection PC prise Internet, mais je viens de perdre aussi le commentaire posté à l’instant!

  6. La Ruth Elkrief l’a critiqué encore ce soir sur BFM.
    C’est bien mieux des irresponsables aux postes clés, comme Mogherini qui chiale dans les bras du ministre Jordanien (voir sur Riposte Laïque).
    Vu le nombre d’infos je ne sais plus où j’ai lu ce jour que l’attentat de Bruxelles coûtait 4 milliards d’Euros.
    Comme je suis un con de « sans dents » payant les impôts qui rémunère nos représentants, j’aimerais savoir combien nous coûte l’islam et ses dégâts collatéraux pour plaire à un soi-disant dieu sanguinaire!

    • Précision à mon coup de gueule à l’encontre de Mogherini.
      ministre des Affaires étrangères du gouvernement Renzi avec délégation aux Affaires européennes !!!!!! Qui sont les cons qui ont élus cette enflure ?
      Elle étudie les sciences politiques à l’université La Sapienza de Rome et obtient un lauréa en soutenant un mémoire de >>>philosophie politique sur le >>>rapport entre la religion et la politique <<<dans l’islam, rédigé pendant son séjour dans le cadre du projet Erasmus à Sciences Po Aix.
      Mais Mme Mogherini, un simple breveté du collège qui lit "musulmans vous nous mentez" de H Lemaire et qui par acquit de conscience vérifierait dans le coran, cet adolescent comprendrait la dangerosité de cette idéologie.
      Qu'avez-vous donc appris à Science Po? Ou est-ce que votre trop grand savoir vous a embrumé le cerveau au point d'occulter les dangers qui nous menacent?
      Voyez-vous l'islam comme une histoire vieille de 1400 ans ,restée au 7è siécle vue depuis le hublot de votre avion entre Bruxelles et Strasbourg.
      Attérissez, l'islam n'a pas vieillit.
      Demain, en tant qu'ingénieur en constructions métalliques, puis-je postuler comme pharmacien ou chirurgien ??????
      Et dans ma colère je me permets d'ajouter ne plus avoir aucune estime ni respect pour ces élus qui tolèrent des chauffeurs de l'est payés 237E/mois (employés par Geodis filiale SNCF pour 9 semaines sans retour chez eux) impossibles à concurrencer par les routiers Français.
      Et ces travailleurs Roumains payés 3 E de l'heure pour 60H/semaine devant se payer leur propre chauffage dans les Algeco installés au Méthanier de….EDF.
      Toi le con de Français oublie de payer ton PV pris à 56 KM/H ramené à 51 (par générosité) mais qui te coûte 90 E tu verras combien cela te coûteras en plus.(voir Cash Investigation de E Lucet hier)
      MORALITE applicable à Mogherini et consors.
      Tu tues un humain t'es un assassin? tu tues 1000 hommes t'es un général!

  7. Bravos! monsieur Orban, unissons nous, tous les européens ensembles contre l’union des fascistes de Bruxelles.
    Et avec les attentats, de plus en plus de gens sont contre cette escroquerie union de Bruxelles, dans mon entourage les gens changent de plus en plus vite, même ceux qui étaient difficiles à convaincre.
    C’est le moment pour nous de jouer, car les gens voient maintenant les graves menaces de l’Islam et le danger mortel pour l’Europe.

  8. En France comme en Belgique,nombre de citoyens sont des esclaves consentants.Ils se contentent de pleurer ,de faire des marches blanches et d’allumer des bougies.Ils sont dans l’incapacité de se rebeller .
    Cette apathie voire inertie ne laisse rien augurer de favorable pour notre avenir.

  9. Bon sang, pourquoi n’avons nous pas des Viktor Orban au lieu des Valls, Merkel, Cameron et autres incompétents, voire même criminels ?

  10. c’est un Président comme ORBAN ,qui faut en France et pas des niqueurs a scooter ! mais les Français sont des veaux et vont encore revoter ces crétins et traîtres à la nation Française et à notre culture

  11. Magnifique discours,, je pense que ces pays Hongrie, Pologne, Slovaquie vont se fédérer et laisseront de côté les pays dhimmis

  12. Bravo et merci Monsieur Orban pour ce discours plein de patriotisme. Je transfère au maximum.

  13. Notre salut ( s’il existe encore ) viendra des pays de l’Est et de la Russie qui ne sont pas contaminés par la pourriture musulmane .

    • Pologne et Hongrie ne sont pas des « pays de l’est » mais des pays du CENTRE (à la fois géographique et politique) de l’Europe.
      je redis cela parce que tous mes amis polonais me l’ont toujours fait remarquer: l’est c’est la Russie, pas la Pologne !

  14. J’applaudis debout. Si seulement son discours pouvait être retransmis et diffusé, ce serait encore mieux.

Les commentaires sont fermés.