Le début du réveil ? En Allemagne des universités ferment les salles de prières

Peut-on espérer un réveil, enfin ? Voilà qu’en Allemagne, certaines universités ferment leurs salles de prières :

Pas de place pour Allah : des universités allemandes ferment des salles de prière.
 
Trois grandes universités allemandes ont fermé des salles de prière utilisées par les musulmans, déclenchant des accusations selon lesquelles elles isolent les  musulmans et les traitent injustement.
 
 «Les musulmans pratiquants trouveront un moyen de prier d’une façon ou d’une autre, et ils trouveront un endroit » a dit à « The Local » Ender Cetin, président de  la mosquée Sehitlik à Berlin.
« Si la mosquée est trop loin, ils vont trouver un coin pour le faire à l’intérieur », dit-il.
Cetin avertit : « Vous vous sentez facilement victime de discrimination, de la part de gens qui ne vous parlent pas, et puis qui vous disent : « Vous ne pouvez pas pratiquer votre religion comme vous avez l’habitude de le faire. »
«Il n’est pas nécessaire que ça soit une  salle de prière seulement pour les musulmans. Une salle de prière commune est une bonne idée pour le bien-être de chacun. »
 
Mais plusieurs grandes universités voient les choses différemment et une série de décisions de fermeture de salles de prière a conduit à des allégations de discrimination.
 
«Menace de sécurité»
 
L’Université technique de Dortmund a fermé définitivement sa salle de prière – qui a été conçue pour des gens de toutes confessions – a rapporté « Die Welt » en Février.
 
L’université dit que les hommes musulmans avaient tenté de se l’approprier, en imposant la ségrégation entre les sexes (avec un espace de prière pour les hommes plus grand que celui pour les femmes) et en y entreposant des tapis de prière.
 
« La tentative de créer un espace de méditation multireligieux a échoué », a déclaré un porte-parole.
 
Mais les étudiants musulmans accusent l’université de les livrer à la suspicion générale, et 400 noms ont été réunis sur une pétition accusant l’administration de l’université de discrimination à leur égard.
 
Particulièrement troublante est l’explication de l’université selon laquelle l’espace a été fermé pour des «raisons de sécurité» – ce qui pourrait éventuellement amener les gens à croire que les musulmans qui l’utilisaient pratiquaient des formes radicales de l’Islam, tels que le salafisme.
 
« Pas assez de place »
 
A l’université d’Essen-Duisburg, une salle pour les étudiants musulmans, qui existait depuis plus de 20 ans, a également été fermée.
 
Les autorités ont mentionné dans une lettre officielle que la salle avait dû être fermée en raison de « problèmes de place pour étudier ».
 
« Avec plus de 130 nations dans notre université, nous ne pouvons pas offrir une salle pour chaque religion ou chaque culture», a déclaré l’université. « La salle a été ouverte à une époque où il n’y avait pas, pour les Musulmans, de lieu proche où aller. Cela a changé, au cours des deux dernières décennies. »
 
Mais une partie de la raison de la fermeture pourrait être aussi que l’institution a reçu des plaintes des étudiants non-musulmans selon lesquels, pendant les heures de prière, certaines activités devenaient interdites, comme l’utilisation de l’ascenseur et des toilettes, situés à proximité.
 
La zone de prière est maintenant remplacée par une «salle de silence » neutre.
 
A l’Université technique de Berlin – une institution qui compte 34.000 étudiants – une salle de prière musulmane qui était là depuis des années a été brusquement fermée.
 
Là encore, l’argument semble être celui de la place.
 
« La salle a été créée à une époque où les étudiants musulmans n’avaient pas de lieu à proximité pour prier » a dit Christian Thomsen, président de l’université,  à la « Süddeutsche Zeitung ».
 
« Les endroits proches permettant aux étudiants musulmans de prier ne sont peut-être pas à « distance de marche », mais en bus, ce n’est qu’à deux ou trois stations », a-t-il ajouté.
 
Les universités non autorisées à enregistrer la religion
 
Savoir quelle est la demande exacte pour les salles de prière est difficile à quantifier.
Les universités allemandes ne sont pas autorisées à enregistrer la religion de leurs étudiants, ce qui rend difficile le fait de savoir combien de musulmans étudient, dans chaque institution.
 
« Si nous savions combien d’étudiants musulmans il y a ici, nous pourrions utiliser cela pour discuter avec les administrateurs, » a dit un étudiant de l’Université Technique de Berlin à la « Süddeutsche Zeitung ».
 
Mais toutes les universités ne choisissent pas de se distinguer comme des lieux où la religion ne joue pas de rôle.
 
L’Université de Cologne est prête à ouvrir un nouvel espace de prière cet été.
 
« En tant qu’université, nous avons toujours été confrontés à un conflit entre la laïcité et la liberté religieuse » a dit un porte-parole à la « Süddeutsche Zeitung »..
 
Mais il ajoute que beaucoup de croyants ont des besoins liés à la prière  « et ils ont besoin d’un espace spécial pour ça. »
Traduction Steve Preve

 

 133 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. L’islam est la pire des calamités que notre pays connait, ce qui est surtout inquiétant c’est qu’ils sont partout: à la RATP, au gouvernement, dans la police, à l’éducation, ça c’est le plus grave…..La petite histoire, c’est que dans la ville où je réside, St Maur des Fossés, on apprend à l’école des Mûriers aux élèves de CM1 l’islam et oui…….On fait du bourrage de crane à nos enfants…J’en ai alerté la mère de cette petite fille qui n’a eu aucune réaction!!!!!

    • on peut avoir un peu plus de détails sur cette école et ce qui s’y fait ? l’islam est en effet dans les programmes dès le primaire mais pas le coran

Les commentaires sont fermés.