Des Imans qui justifient la lapidationDans la loi danoise «nous avons l’égalité hommes-femmes, et il n’y a pas de débat là-dessus», a déclaré à l’agence de presse Ritzau Mme Støjberg, membre d’un gouvernement de centre-droit qui prône la plus grande fermeté contre l’islam radical. «En revanche nous pouvons constater que dans un certain nombre de mosquées on prêche contre l’égalité. Cela, nous ne pouvons pas l’avoir au Danemark», a-t-elle poursuivi. 

Le débat sur la place de l’Islam au Danemark a rebondi après la diffusion sur la chaîne publique TV2 début mars du documentaire en trois parties intitulé «Les mosquées derrière le voile». On y voit un imam justifier des éléments de la charia, la loi islamique, comme la polygamie pour les hommes et l’interdiction pour les femmes de divorcer.

Un autre, qui prêche dans une mosquée d’Aarhus connue pour sa version radicale de l’islam, va plus loin en justifiant lors d’un cours sur la charia pour femmes et enfants la lapidation des femmes adultères et l’assassinat des apostats

.La ministre de l’immigration veut davantage de fermeté

 Mme Støjberg était interrogée sur une tribune de trois imams danois modérés, publiée samedi dans le quotidien Jyllands-Posten, qui affirment que «le Coran doit pouvoir être adapté à la réalité dans laquelle on se trouve, et doit prendre un sens à l’époque moderne».

D’après Ritzau, la ministre a estimé que cette tribune était insuffisante, et qu’il allait falloir changer le discours qu’entendent certains musulmans du pays. Le débat sur la place de l’islam au Danemark est omniprésent dans la vie politique et la société danoises depuis les réactions violentes à la publication de caricatures de Mahomet par Jyllands-Posten en 2005.