En cas de manifs interdites, les deux options des patriotes

Publié le 1 février 2016 - par - 34 commentaires

Le préfet de Saint-Brieuc a annoncé à la presse sa volonté d’interdire le rassemblement de vendredi prochain. On ne sait s’il ira au bout de son annonce, mais c’est sans doute le moment de réfléchir, puisque comme par hasard tout le monde peut manifester en France, même les illégaux !  sauf ceux qui dénoncent les dangers de l’islam.

2 options pour les patriotes :

1) Braver l’interdiction et aller manifester pour dire son ras-le-bol et faire entendre la voix des patriotes.

Ce ne sont pas les exemples de manifestations interdites et qui, néanmoins ont lieu qui manquent… manifestants pro-Gaza ou anti-Israël (c’est la même chose), manifestations d’antifas, manifestations à Toulouse en novembre dernier ou la semaine dernière… interdites sur le papier mais qui se déroulent… sans interpellation, sans que les contrevenants soient embarqués dans le panier à salade… Ces exemples ne donnent pas envie de se coucher. Pourquoi serions-nous les seuls à obéir et à accepter les ordres préfectoraux ? Pourquoi, surtout, devrions-nous accepter l’inacceptable, à savoir le règne de l’arbitraire et de l’interdiction de la liberté d’expression digne de Pol Pot ?

La question est importante et, plus que jamais, d’actualité. Elle mérite débat entre nous et sur ce site.   

Moi, je pense que participer quand même à un rassemblement interdit n’apportera rien, on risque interpellations, lynchage médiatique voire physique par les militants d’extrême gauche qui seront présents et plus nombreux… 

Réponse de Christine Tasin

On risque des interpellations, oui, mais face à des régimes totalitaires que reste-t-il ? Fallait-il accepter la dictature de Pinochet ou des Colonels en Grèce sans rien faire ? Les Identitaires qui sont montés sur le toir de la mosquée de Poitiers ont des emmerdements, c’est vrai, mais ce qu’ils ont fait est grandiose et en valait la peine. On ne peut pas se coucher indéfiniment, surtout quand le droit, naturel, légal, de manifester, inscrit dans la Constitution nous est refusé, et n’est refusé qu’à nous.

Quant au lynchage médiatique… J’en ris. Nous qui sommes légalistes, qui  obéissons scrupuleusement aux lois, qui n’avons jamais usé de violences, nous sommes déjà lynchés médiatiquement pour délit d’opinion. Ce ne serait pas de participer à une manifestation interdite qui changerait les choses. Et au moins les medias parleraient de nous, eux qui ne relaient jamais nos initiatives… peut-être que cela permettrait à quelques Français de nous découvrir et de se sentir moins seuls ?

Pour le reste, le Préfet doit assurer l’ordre et la défense des manifestants avec la police, venant en renfort du service d’ordre de toute manifestation. Devrait-on accepter que les milices fascistes constituées d’auto-proclamés « antifas » tiennent la rue et imposent leur loi ??? Ce serait gravissime.

Mais le débat peut et doit être lancé et chacun doit prendre ses responsabilités.

2) « Accepter » de ne pas manifester mais :

A) utiliser les voies de recours juridiques et surtout demander des indemnités financières pour réparation du préjudice posé (interdiction du rassemblement, injures en le qualifiant de racistes)

B) Monter une campagne unitaire (RR, FN, ADSAV, Identitaires, AF, Indépendants) sur le thème de la liberté d’opinion et d’expression en appelant les citoyens à la ré-information auprès des organisations signataires (on ne demande pas de sous, pas d’adhésions on leur propose juste de s’informer sur la situation) et surtout on joue le plus possible la carte de la victimisation (ne nous leurrons pas ca fera plus mouche auprès du grand public que de jouer aux méchants gros bras qui braveront l’interdiction). L’optique doit se faire la plus unitaire possible, à la base, même si les responsables nationaux n’en veulent pas. faisons des comités locaux, de base, prémices d’un nouveau conseil national de résistance

C) Organiser des réunions unitaires pour mettre sur pieds des actions d’infiltrations massive et groupée dans les lieux d’influences : syndicats, associations de consommateurs, comité de quartiers, représentants des parents d’élèves etc…

D) Inscriptions groupées et unitaire dans les clubs de musculation et de self défense, juste au cas ou…

Ne nous plaignons pas des interdictions, réfléchissons au nouveau mode de communication pour se faire entendre… se former… recruter… au delà du traditionnel cercle activiste.

Réponse de Christine Tasin

Les voies de recours juridiques ? On les a déjà utilisées et on les utilisera à nouveau ces jours-ci si besoin, mais on ne peut les multiplier pour cause de finances tout simplement. Un recours en référé-liberté c’est un avocat à  payer, comme pour un procès… L’année dernière  nous en avons fait deux, gagné un, perdu l’autre, on a obtenu 800 euros de dédommagement pour une affaire qui nous a coûté, entre les honoraires d’avocat, les contrats de service d’ordre et de sonorisation prévus et annulés au dernier moment qu’il a fallu payer, à peu près 8000 euros… Et on n’a pas encore reçu les 800 euros d’indemnité… Alors, on ne peut pas multiplier les procédures, tout simplement. Résistance républicaine comme Riposte laïque croulent déjà sous les frais de fonctionnement (protection des sites attaqués régulièrement notamment), de sécurité, d’avocats et autres frais de justice, sans parler des manifestations, frais de déplacement etc. Nous ne pouvons pas jouer le seul jeu juridique systématiquement.

Une campagne unitaire sur la liberté d’expression ? On l’a déjà fait, on a monté les Assises en mars 2015 sur ce sujet, et les différents adhérents ou sympathisants sont au courant par les différents sites, les différentes organisations de ce qui se passe. Une campagne unitaire ne servirait à rien, on est tous plus au moins en contact (j’ai 70 contacts responsables de sites, associations, partis…auxquels je signale ce que nous faisons et auxquels je propose de s’associer) mais il est important que chacun puisse adhérer là où il se sent bien et en phase avec la ligne directrice de l’organisation. Les jacobins se sentent mal dans un mouvement identitaire régionaliste, les autonomistes ne supportent pas les jacobins, et ne parlons pas de droite, gauche, royaliste, républicain etc. Par ailleurs il ne faut surtout pas un mouvement unitaire on ne ferait pas mieux et surtout rien ne se ferait, parce que l’on ne décide rien si on est nombreux à être consultés. On travaille, Pierre Cassen et moi dans l’urgence et la réactivité ; si on avait dû consulter 30, 40 ou 60 personnes qui ont chacun leur façon de voir, on n’aurait jamais rien fait. Si un Conseil National de la Résistance devait naître, il naîtrait à partir de quelques  responsables nationaux, pas de la base, ça partirait dans tous les sens. Imaginez un De Gaulle attendre que des comités locaux (avec n’importe qui… imaginez les fadas du Mouvement du 14 juillet décider…) se forment et proposent un CNR… La catastrophe !

Réunions unitaires ? Un mythe. Je demande depuis quelques années aux adhérents de RR d’entrer effectivement dans les syndicats, partis, associations tous azimuts. C’est une démarche individuelle… la seule qui vaille, la seule efficace. Ce qui n’empêche pas de se regrouper en réseaux locaux partout où c’est possible.

Quant aux inscriptions dans les clubs de tir et self défense, cela fait également partie des conseils distribués à nos adhérents et c’est, également, une démarche individuelle.

Print Friendly, PDF & Email

34 réponses à “En cas de manifs interdites, les deux options des patriotes”

  1. Avatar catou29 dit :

    Si dans ma ville était prévue une manifestation, qu’elle soit autorisée ou interdite ne changerait rien pour moi, j’irai. Nul ne peut interdire que nous ne manifestions pas quand le danger est à notre porte. Notre sécurité est extrêmement importante en ce moment et nous avons le devoir de manifester contre ce que le gouvernement décide à notre place. Demandons un référendum national et on verra ce qui en ressort.

  2. Avatar Éliane dit :

    Christine, comme toujours, c’est vous qui avez raison
     » face à des régimes totalitaires que reste-t-il? »
    « au moins les medias parleraient de nous! »
    Et donc….action….la rue ne doit pas être laissée aux collabos!

    • Christine Tasin Christine Tasin dit :

      Tout à fait d’accord Eliane ils ne nous laissent plus guère d’autre choix

    • Avatar PUGNACITÉ dit :

      Les troupes ne sont déjà pas nombreuses…
      Les patriotes qui peuvent se permettre l’arrestation éventuelle et la perte d’emploi afférente sont encore moins nombreux(hormis des fonctionnaires et des retraites actifs).
      Nous ne sommes encore pas arrivés au bout du bout comme disent les Québécois.
      À mon sens ce sera au paroxysme de la situation qu’il faudra peut être se soulever .
      Avec toutes nos forces et non avec des mouvement désagrégés.

      • Christine Tasin Christine Tasin dit :

        C’est en effet une thèse qui se défend

      • Avatar jan dit :

         » Les troupes ne sont déjà pas nombreuses… »
        En effet, l’un des gros probléme qui se pose, c’est le nombre.
        Si le mouvement patriote ( le notre… ) pouvait rassembler ne serait ce que 2000 ou 3000 personnes dans une manif locale comme celle de Saint Brieuc, là on pourrait braver une interdiction plus allégrement. On se protège avec le nombre.

        Pour l’instant, je ne vois que deux choses pouvant permettre au mouvement patriote de décoller à ce niveau. D’accélérer le mouvement ,si l’on veut
        Soit l’apparition d’un ( ou d’une ) leader, – un Chef si l’on préfère – charismatique, mais vraiment charismatique !
        Soit l’apparition d’une importante source de financement…

  3. Avatar claude t.a.l dit :

    il y a 2 sortes de manifestations interdites :
    – les  » manifestations interdites  » autorisées,
    comme celles de juillet 2014 où on peut crier  » mort aux Juifs  » et attaquer des synagogues, sans risque judiciaire, et avec la bénédiction de la presse, etc…
    – les  » manifestations interdites  » interdites
    je ne connais pas précisément la situation de St Brieuc, mais maintenir serait s’exposer à :
    interpellation, ou coups ( c’est pas grave )
    amendes
    lapidation par la presse (  » les  » antifas » sauvent la démocratie  » )
    dissolution, et c’est pas le moment !
    je n’ai rien,par principe, contre les manifestations illégales, mais il faut que ce soit productif
    je pencherais pour les actions du style de  » génération identitaire  » : ce n’est pas interdit ( personne ne sait où pourrait avoir lieu quelque chose qui aurait pu être interdit ) et, ça paie
    les Résistants et les maoÏstes appelaient ça :  » action de partisans « 

  4. Avatar DUVAL Maxime dit :

    Bonsoir tout le monde.
    Bon, comme tous ici, nous trouvons cette décision préfectorale pour le moins injuste et édictée par le seul « bon plaisir » d’un préfet partial. Maintenant,pour le cas probable, mais jamais sûr qu’il maintienne sa position,..
    Crhristine, vous analysez 2 possibilité offertes à nous. J’annonce de suite que je n’y connais rien en organisation, mais par curiosité me suis adressé chez Google et ai trouvé cette 3ème, qui pourrait nous faire nous réunir… au moins pour la photo et plus si possible…

    Autrement,et le dis ici, bouleversé par la mort d’Anne-Marie Delcambre à qui vous devez énormément en crédibilité en même temps qu’à d’autres « Pointures ». Comment a-t-elle pu s’effacer aussi discrètement que nous ne l’apprenions qu’aujourd’hui et ne manque-t-il pas plus de contact entre vous tous, leaders d’une cause pour un combat d’une telle ampleur.

    Donc voici la « chose » :

    L’attroupement

    L’article 431-3 du Code pénal désigne l’attroupement comme étant «le rassemblement de personnes, sur la voie publique ou dans un lieu public, susceptible de troubler l’ordre public». Il convient donc d’abord de rétablir l’Ordre Public avant d’exercer la répression adaptée aux circonstances.
    Tout attroupement peut être dispersé par la force publique lorsque deux sommations de se disperser sont restées sans effet. Il convient de rappeler que la maintien de l’ordre relève exclusivement du ministre de l’Intérieur.

    L’article 431-3 du Code pénal précise également les autorités habilitées à faire les sommations :

    > Le préfet ou le sous-préfet

    > Le maire ou l’un de ses adjoints

    > Tout officier de police judiciaire responsable de la sécurité publique

    > Tout officier de police judiciaire porteur des insignes de fonction

    Ainsi, avant de disperser un attroupement par la force, l’une de ses autorités doit annoncer sa présence en énonçant, par haut-parleur, les mots «Obéissance à la loi, dispersez-vous».

    Ensuite, elle doit faire une première sommation: «Première sommation: on va faire usage de la force».

    Enfin, elle procède à une seconde et dernière sommation: «Dernière sommation: on va faire usage de la force».

    Cependant, pour procéder aux sommations, l’autorité en question doit porter soit une écharpe tricolore soit un brassard tricolore.

    Si les sommations de se disperser restent sans effet, l’autorité peut décider de procéder à l’emploi de la force.
    Il n’y a qu’une seule exception à ces principes. Si les représentants de la force publique font l’objet de voies de fait ou de violences, ils peuvent immédiatement faire usage de la force.

    La répression

    La participation à un attroupement en étant porteur d’une arme

    En revanche, selon l’article 431-10 du Code pénal, les personnes assistants à une manifestation munies d’une arme encourt une peine de trois ans d’emprisonnement et de 45000€ d’amende. Elles encourent également des peines complémentaires telles que l’interdiction des droits civiques, l’interdiction de détenir une arme soumise à autorisation, l’interdiction de séjour, etc.

    Le fait pour la personne porteuse d’une arme de se maintenir dans l’attroupement après les sommations de dispersion est une circonstance aggravante portant la peine à 5 ans d’emprisonnement et 75000€ d’amende.

    La participation à des attroupements après sommations

    Le Code pénal réprime également le fait de continuer volontairement à participer à un attroupement après sommations. Ce délit est prévu aux articles 431-4 et 431-5 du Code pénal. Si la personne n’est pas porteuse d’une arme, elle encourt une peine d’un an d’emprisonnement et 15000€ d’amende. Au contraire, comme nous l’avons vu précédemment, si elle est porteuse d’une arme, elle encourt une peine de 5 ans d’emprisonnement et 75000€ d’amende.

    La provocation à un attroupement armé

    Le Code pénal sanctionne aussi toute provocation à un groupement armé. En effet, toute provocation directe à un attroupement armé (par des affiches, discours, etc.) est un délit puni d’un an d’emprisonnement et de 15000€ d’amende. Toutefois, si la provocation a été suivie d’effet et que l’attroupement a bien eu lieu, la répression s’avère plus sévère. La personne encourt alors 7 ans d’emprisonnement et 100000€ d’amende.

    La provocation à commettre certaines infractions

    D’autre part, les personnes qui, publiquement, auront directement provoqué à certaines infractions, encourent une peine de 5 ans d’emprisonnement et de 45000 € d’amende et ce, à condition que les provocations n’aient pas été suivies d’effet. Ces infractions sont les suivantes :

    > meurtre
    > atteintes volontaires aux personnes
    > vol

    > pillage
    > destructions, dégradation d’objets mobiliers ou immobiliers par substance explosive ou incendiaire

    Outre les quelques infractions étudiées, les manifestants peuvent aussi se rendre coupable de toutes les infractions de droit commun tel que la destruction et détérioration de biens, la rébellion, l’outrage contre les agents de la force publique, etc.

    • Christine Tasin Christine Tasin dit :

      Merci Maxime pour toutes ces précisions, si j’ai bien compris vous laissez entendre que les manifestants peuventse rendre à une manifestation interdite et y rester jusqu’à la deuxième sommation ? Après quoi ils pourront se retrouver dans les cafés alentour pour boire un verre de Résistants ensemble ?

      • Avatar claude t.a.l dit :

        ben oui ! c’est bien joli tout ça ,
        mais, à ma connaissance, il n’y a que 2 possibilités pour participer à une manif interdite :
        1
        on peut résister ( physiquement )
        2
        il y a un tel soutien de la population qu’on peut le faire sans problème

         » tout le reste est littérature  »

        je parle d’expérience .

         » les textes  » !  » les textes  » ! ça se tortille !

        quand on n’a pas beaucoup de forces, il faut les sauvegarder

      • Avatar DUVAL Maxime dit :

        Ma foi oui.
        Rien ne nous empêcherait de déambuler en tenant chacun un bouquet de fleurs tricolore, une corde symbolique autour du coup tels les Bourgeois de Calais (je plaisante mais pourquoi pas) d’avoir sur lui une feuille 21×29.7 roulée avec dessus ce qu’il pense et que dans une ola orchestrée de dresser tout ça au-dessus de la tête… un petit drapeau selon son coeur… que sais-je ?
        Quelques films et photos bien cadrés… Nos presses bienveillantes et même les autres, on est pas rancuniers…

        Notre « buzz » réussi, et si contraints et forcés, on se disperse pour se retrouver pour un verre bien mérité au café du coin…

        Ça peut-être une option si bien préparée par une communication entre « leaders » qui tiennent leurs troupes.

        C’est un crève-coeur que de renoncer à la rue.Mettre en difficulté ces jeunes courageux tels Mickaël et ses amis aussi, qui se sont mis en avant.Sans ignorer de sympathisants alliés dans le même cas.

        Oui, je crois que ce pourrait être une solution rentable. Mais je fais l’impasse sur les antifas et assimilés… Alors… évidemment…

        • Christine Tasin Christine Tasin dit :

          je garde l’idée on va voir si le préfet interdit ou pas et je vais voir avec Mickael comment il voit les choses

          • Avatar claude t.a.l dit :

            la Bretagne est proche, culturellement, de l’Irlande
            en 1981, en Irlande, il y avait les grèves de la faim ( Bobby Sands, etc..) – pour ceux qui se souviennent –
            les résistants ( les non violents, les autres étant l’IRA ) organisaient des  » white line pickets  »
            les  » piquets  » ( comme on dit piquet de grève ) de ligne blanche
            ils se mettaient à 10 ,15 ou plus ( c’était autorisé, enfin pas interdit ) au milieu de la route, sur la ligne blanche, en arborant un poster des grévistes de la faim, sans rien crier ( c’était interdit )
            pourquoi ne pas utiliser cette méthode ?
            des posters avec comme légende : assassiné, violée, etc….par l’islam ( voir quel terme ne serait pas condamnable )
            aux feux rouges, par exemple ( le milieu de la route ne serait pas autorisé en France )

          • Christine Tasin Christine Tasin dit :

            Encore une excellente suggestion merci

  5. Avatar La Gauloise dit :

    Je serai là quelle que soit l’avis du plus grand nombre… si d’autres manifestent illégalement sans être punis pourquoi pas nous ? N’y a t-il pas des avocats au sein de nos compatriotes pour nous éclairer sur les textes et comment les contourner au nom de LA LIBERTE D’EXPRESSION qui n’est plus réellement le cas dans ce pays depuis les meurtres des caricaturistes… Il faut renverser ce gouvernement et le faire en votant TOUS ! Peut être faudrait-il pour être entendu qu’il n’y ait qu’une seule manif mais tous au même endroit car l’union fait la force. Prévoir des co-voiturage (1 voiture pouvant transporter jusqu’à 5 personnes) permettant ainsi une économie financière. Je suis en région parisienne et s’il faut aller à Calais ou ailleurs, je suis ok pour partir en co-voiturage.

  6. Avatar La Gauloise dit :

    la manif doit être pacifiste pour montrer que ce n’est pas nous les barbares ! Nous pourrions défiler avec une fleur à la main que nous déposerions au pied d’une statue du Général Charles de Gaulle ou d’une figure emblématique de la France tout en entonnant la Marseillaise… un béret (bleu, rouge ou blanc) sur la tête et une baguette de pain sous le bras et levée en entonnant nos slogans, sans oublier tous un tee-shirt blanc avec un seul et même message court mais clair

  7. Jean-Paul Saint-Marc Jean-Paul Saint-Marc dit :

    Transformer la manif en une opération de tractage dans les boites à lettres !

    On dénonce l’interdiction et on informe….

    • Christine Tasin Christine Tasin dit :

      Oui bonne idée également

      • Jean-Paul Saint-Marc Jean-Paul Saint-Marc dit :

        Lors d’une précédente AG de RR, j’avais expliqué comment produire des tracts à un coût limité, suite à ma longue pratique sur le sujet !
        A part l’ordi, une imprimante TONER ANCIENNE dont on aura vérifié avant de se la procurer le prix des cartouches de toner (les compatibles peuvent être à un prix divisé par 4 ou 5 par rapport aux officielles).
        Il m’est arrivé bien plus d’une fois pour des élections de tirer à plus de 10 000 !

        Ceci fait impose après une répartition de la diffusion…
        Simplement, une 50ainte de personnes cela fait au moins dix équipes qui peuvent s’égayer dans une grande ville, voire le département…
        (Avantage, ils ne sont en plus pas isolés. Suivi par véhicule assuré…)

        Le saupoudrage par petites parties de rue, qui de ce fait risquent d’être nombreuses, peut donner une impression de masse et solliciter des réactions édiles, presse, autorité rajoutant à l’écho immédiat…

    • Avatar Bertrand dit :

      Tout a fait une bonne idée…

      Qui peut etre couplé avec les MOB proposées plus haut !

  8. Avatar parisienne dit :

    Les manifestations ayant lieu dans des villes souvent très éloignées pour beaucoup d’entre nous ,il est difficile de s’organiser pour y participer ,devant tant d’incertitudes quant à leur maintien….PARIS, pourrait être le point de ralliement ,mais demanderait une organisation de transports très pointue et difficile à réaliser (dans chaque province) ,sans compter sur la promptitude du préfet en place pour « INTERDIRE »
    Les patriotes sont de plus en plus nombreux, mais ont souvent le sentiment de ne plus pouvoir inverser la situation! pessimiste non loin de là mais tout simplement lucide devant le comportement de beaucoup de nos compatriotes!,
    !

  9. Avatar DUVAL Maxime dit :

    Dans quelque optique où la situation se décanterait positivement pour une action le 6 à Saint-Brieuc,

    Puis-je déclarer que notre véhicule peut inviter 2 personnes à se joindre à nous. Nous assurerons le ramassage de ces 2 valeureux patriotes et les assurons de les raccompagner… devant chez eux.

    Nous pourrons assurer de Morlaix passant par Guingamp, puis jusqu’à Saint-Brieuc et retour. Avis pour le pseudo « Armor » ou « Breizland » si à l’écoute.

    En l’attente de renseignements et directives particulières…

  10. Avatar Peter Wardein dit :

    De fait, si nous sommes nombreux à Calais, que peut signifier « nous interdire de manifester »? La police n’a pas à nous interdire de circuler à Calais, ni même de rester plus ou moins longtemps sur la place de la gare, ou à l’intérieur de la gare. Comment faire la différence entre les simples voyageurs et nous? De toute manière, dispersés dans Calais, nous sommes visibles par notre nombre (et par le fait que beaucoup d’entre nous parlent une langue étrangère), et nous pouvons consommer sur place, ce qui fait tourner le commerce. Solidarité effective à des commerçants qui ont besoin de notre argent, car ils sont durement touchés par la réputation actuelle de Calais. Et les gens verront que les allemands de Pegida ne sont pas de sinistres SS. Le drame c’est que nous allons être peu nombreux. Voilà le problème. Si ce type d’action était suivi par de nombreuses personnes, le préfet ne pourrait pas interdire l’irruption de nombreux voyageurs dans des villes moyennes comme Calais ou Saint-Brieuc.

  11. Avatar Gabrielle dit :

    Je n’ai jamais encore manifesté à vos côtés. En dehors de la consultation régulière de votre site depuis des années, je n’ai participé qu’au rendez-vous des patriotes à Rungis.
    Il est vrai que le petit nombre de militants mobilisables dans la rue est une grande faiblesse. Je crois me souvenir que lors du dernier rassemblement interdit à Paris, les forces de l’ordre étaient plus nombreuses que les patriotes. Il est fort probable qu’il en sera de même cette fois-ci, si tant est que quelques uns bravent l’interdiction.
    Alors, je propose que chacun d’entre nous achète 3 oeillets tricolores qu’il ira mettre au revers des bretelles des membres des 3 compagnies de C.R.S. qui vont être dédiées à notre répression pour les remercier chaleureusement d’assurer aussi bien notre sécurité. Et ensuite, rendez-vous dans un café.
    Encore plus efficace, des « MOBS » bien organisés par groupe de dix ou douze, pas plus, dans un endroit-clé des grandes villes (pour Paris, les endroits à touristes : la Pyramide du Louvre, la flamme du Soldat Inconnu, la Tour Eiffel, Les Invalides, Notre-Dame…). Regroupement à l’heure H et déroulé d’une banderole ou de supports cartonnés répartis entre les participants, avec des lettres formant un slogan à la Pegida (en anglais pour être compris partout dans le monde). Immortalisation du MOB silencieux en photo et vidéo par un sympathisant plus des touristes du monde entier, diffusion sur les réseaux sociaux. Durée de l’action : 30 secondes et tout le monde se disperse. Je pense qu’il est nécessaire de porter un loup pour éviter le lynchage social.

  12. Avatar Denis Tarko dit :

    Encouragez Madame Tasin que tous les français Où qu’ils soient, manifestent dans toutes les rues et devant toutes les mairies dans chaque village et chaque ville de la France au même temps que ce rassemblement. C’est-à-dire que la grogne de la populace française se fait sentir. Bonne chance.

  13. Avatar michel dit :

    Bien sur il y a des risques à manifester, mais devons nous laisser la rue aux collabos, à ceux qui bradent la FRANCE. Non je ne l’accepte plus. Je sais qu’à Bordeaux nous ne serons pas nombreux, peu importe nous devons être présents. Il faut bien commencer un jour !
    La situation est trop grave. Nous devons montrer l’exemple, montrer que nous sommes là, d’autres viendront après nous rejoindre. C’est un travail de longue haleine car les esprits sont pollués par 40 ans de politiquement correcte, mais les citoyens se réveillent et commencent à se rendre compte de ce qui se passe. COURAGE !

  14. Avatar yoniii dit :

    hi

    nous sommes dans une guere
    et il n y aura pas d autre solution que la force pour reprendre notrte liberté

    l ennemi nous soumet par la force
    alors nous devront user de la meme demarche pour sauver et recuperer notre liberté

    la liberté s obtiens et ce maintein par la force

    nous ne sommes plus en etat dz paix et dans une democratie
    nous sommes en guerre et dans un etat dhimmis et faschissant
    et pour s en defendre il faudra passer par la force

    ceci dit

    a quel niveau de dhimmitude les democrate us sont

    https://www.youtube.com/watch?v=jPob5-_EAmc

    Hillary Supporters Endorse KARL MARX as Her Pick for Vice President! – SIGN PETITION TO APPROVE HIM

    https://www.youtube.com/watch?v=oKosd0xJadE

    Hillary Supporters Endorse SHARIA LAW in AMERICA!

    by

  15. Avatar Armor dit :

    Armor lit tout
    mais Armor ne fait pas ce qu’ elle veut hélas

    elle à son clavier heureusement

    et je doit dire que sur cet article , c’est rempli de bonnes idées
    ( convoiturage , Mob ect

    (merci à vous pour l ‘offre et à tous pour les idées )

  16. hoplite hoplite dit :

    c’est très clair.

    « J’ai demandé à la préfète du Pas-de-Calais de procéder à l’interdiction de toutes les manifestations, quels que soient leurs organisateurs, qui sont susceptibles d’occasionner des troubles à l’ordre public », a indiqué Bernard Cazeneuve. Et d’ajouter que cette interdiction concernait « tous ces groupes qui appellent à la tension, à la division et à la violence » et qu’elle durera « aussi longtemps que le climat actuel demeurera ».
    signé; Pol Pot Cazeneuve

    http://www.valeursactuelles.com/societe/calais-bernard-cazeneuve-interdit-toutes-les-manifestations-58940

Lire Aussi