Coup de chapeau à Dupont-Aignan pour son attaque du Traité transatlantique

A lire et faire circuler, un excellent article sur le Traité transatlantique sur le site de Nicolas Dupont-Aignan.

Traité de commerce transatlantique : vers le coup d’Etat européiste

Trop souvent ces vingt-cinq dernières années, nombre de parlementaires ont joué les godillots un peu complaisants dès lors qu’il s’agissait de faire le sale boulot européen du gouvernement : en ratifiant des traités contestés, voire carrément rejetés par les urnes, en votant les yeux fermés des trains d’ordonnance transposant en droit français par pans entiers un droit européen proliférant et tatillon, en fermant les yeux sur les drôles de rapports entre Paris et Bruxelles (sacrifice du français dans les enceintes communautaires, de notre industrie, etc.),… ils ont trop souvent laissé bafouer leur mandant, le peuple français, dont ils ne sont pourtant que les représentants révocables.

Mais aujourd’hui, à travers les modalités de consultation des documents secrets de la négociation sur le traité de commerce transatlantique (actuellement en cours entre l’UE et les Etats-Unis), ils vont découvrir qu’ils n’étaient que les prochains sur la liste, qu’ils se sont eux-mêmes passé la corde autour du cou en favorisant la prise de pouvoir de Bruxelles sur la démocratie française.
En effet, suite à des fuites par le passé dans certains pays européens sur ces négociations, la Commission de Bruxelles (judicieusement surnommée naguère « Commission américaine de Bruxelles » par un ministre français de l’Agriculture) a décidé, avec l’accord des gouvernements, d’imposer des règles draconiennes de consultation des documents « classés restreints » relatifs au TTIP. Ces règles, restrictions, interdits et sanctions, s’appliquent aux parlementaires eux-mêmes, comme s’ils étaient de simples lanceurs d’alertes en puissance et non les représentants de la Nation, à ce titre dépositaires de droits démocratiques inaliénables.
C’est à une véritable emprise de Big Brother qu’on a affaire. Tout d’abord, en cas de fuite, ce seront tous les parlementaires qui seront collectivement punis par une interdiction d’accès que la Commission se réservera, seule, discrétionnairement, le droit de prononcer. Chacun sait pourtant ce qu’il faut penser de cette notion de « punition collective », à juste titre réprouvée dans nos salles de classes et expressément interdite dans les pays démocratiques – et au contraire très en vogue dans les dictatures, à commencer par les pires d’entre elles…
Mais gageons qu’on n’en arrivera pas là puisque, tout étant fait pour dissuader les parlementaires de procéder à aucune consultation, on peut raisonnablement douter que l’occasion leur en sera offerte.
Seuls deux créneaux hebdomadaires de quatre heures chacun sont ainsi proposés aux 925 parlementaires, sénateurs et députés confondus, pour une capacité totale d’accueil de… deux places maximum ! Cela revient à dire que si chaque parlementaire souhaitait avoir accès à ces documents dans le cadre d’un créneau complet, il faudrait au bas mot 4 ans et demi pour que tous le puissent effectivement ! Faudra-t-il donc rappeler au Gouvernement que la législature s’achève en juin 2017, soit dans un peu moins de 18 mois ? !
Les conditions d’inscription sont à l’avenant : le visiteur doit à l’avance se faire inscrire, préciser le nom du document qu’il souhaite consulter (mais où en est donc la liste ? !), le temps estimatif de consultation ( ? !) et, bien entendu, signer un acte de confidentialité.
Du début à la fin de la consultation elle-même, le parlementaire, tel un détenu en garde à vue, est surveillé par un fonctionnaire du ministère qui est son interlocuteur unique et peut à tout moment interrompre la visite.
Il est strictement interdit de prendre toute photographie des documents consultés et, en conséquence, le parlementaire ne peut accéder muni de son téléphone portable. De même, toute prise de notes par ordinateur est rigoureusement interdite, seule l’est une prise de notes manuscrite au moyen d’un crayon « mis à la disposition du SGAE » – on ne sait jamais, des fois que les élus se mettent à jouer les James Bond avec des stylos caméras ou autre gadgets dernier cri fournis par les agents Q des rues de Vaugirard et de l’Université… Enfin, qu’il ne vienne pas à l’esprit de notre visiteur de « copier » ainsi ce qu’il lui sera donné de voir (d’entrevoir ?), toute copie étant « strictement interdite » et son gardien devant manifestement contrôler les « précieuses » notes à la sortie, avant de signer en bonne et due forme un registre de sortie.
On le voit, ce cahier des charges de la Commission de Bruxelles, appliqué avec un zèle de garde-chiourme par le Secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, n’est pas seulement scandaleusement contraire au respect des droits élémentaires des représentants de la Nation, de leur droit à l’information et de leur immunité (comment, dans ces conditions, recueillir une information réelle et substantielle ? !). Non, il est aussi outrageant pour la dignité de la fonction parlementaire et, par ricochet, pour la dignité de la démocratie et de la République.
Elisabeth GUIGOU, présidente de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale s’en est d’ailleurs un peu émue dans une lettre datée du 28 décembre, sans que l’on sache quelle en a été la suite – s’il y en a eu une…
En tout cas, le ton est donné : le TTIP, qui engage pourtant l’avenir de notre modèle économique, social et même démocratique, est et restera l’affaire des eurocrates de la Commission et de quelques hauts fonctionnaires dans les pays-membres. De toute évidence, un nouveau coup d’Etat européiste, après la ratification du traité de Lisbonne en février 2008, est en marche.
Face au péril, chacun doit agir pour empêcher qu’un nouveau coup, qui pourrait bien être lui aussi irréparable, soit porté à notre cher vieux pays !

http://blog.nicolasdupontaignan.fr/post/Trait%C3%A9-de-commerce-transatlantique-:-vers-le-coup-d%E2%80%99Etat-europ%C3%A9iste

Voir en complément tous nos articles sur le sujet

 37 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. Bonjour à tous. Qui se cache derriere RINOCERO ? Analyse pertinente et juste, ton sans l’agressivité débile de certains blogs. Ce fut un plaisir de te lire, car mème sensibilité, merci.

  2. Et bien, ce que dit Dupont Aigan, de l’union européenne est tout simplement un état fasciste à coup d’état à répétition contre les états membres obligés et bien sûr aucune transparence avec çà.
    En dénonçant le système corrompu, Dupont- Aigan se met en danger avec çà, qu’il fait attention à lui, qu’il protège ses arrières, à suivre.
    C’est aussi l’occasion de placer une commission parlementaire indépendant, sous haute protection, pour cette organisme union européenne mafieuse.
    Et les mafieux se protègent bien avec leurs lois liberticides et leurs petits accords.
    Voilà pourquoi ils ont peur plus des européens que des intégristes musulmans, les musulmans ne sont que instrumentalisés par les mêmes, les musulmans ne contrôle pas leur Islam.

  3. Moi je ne m’interroge plus sur ce type il est de mèche avec les autres , en dépannage électronique on utilise une petit générateur pour injecter un signal a l’entrée des amplis et on suit a travers tous les étages de l’appareil et ça nous donne une bonne appréciation des parties douteuses et défaillantes . Cette technique s’appelle le signal-tracing et monsieur Dupont aignan adore injecter un train de vérités dans l’opinion ensuite des tas de gens observent comment ça passe et combien de temps ça dure , Dupont aignan est le larbin utile aux ex ump . Si ce monsieur avait un soupçon de vérité , d’honnêteté et de courage il y a longtemps qu’il aurait du rejoins le RBM afin d’être plus efficace pour défendre ce qu’il dénonce régulièrement , moi pour défendre mon pays je signe même avec le diable d’autant que Marine est loin voir très loin d’être le diable . Ne perdons pas notre temps avec ce type il est creux !

    • Il pourrait effectivement sinon adhérer au RBM , tout au moins entamer une procédure de rapprochement et des accords de désistement pour le s seconds tours des élections avec le FN. Il n’est pas obligé mais au moins de converger, vu que les programmes sont très proches, mais il reste prisonnier d’une certain façon de ses liens passés avec l’UMP et puis sur le créneau souverainiste il estime avoir une sorte de « droit d’ainesse » : en quelque sorte, c’est lui ou personne d’autre . Mais ce faisant il fait passer son égo en premier , au risque qu’il n’y ait pas de candidature patriote au second tour de la présidentielle 2017.

  4. Où se trouve l’initiative d’ampleur pour faire barrage à ce traité? NDA a raison, mais les rivalités avec MLP sont irresponsables. Des petites querelles d’ego auront raison de toute opposition efficace. Comme c’est facile pour Bruxelles!

  5. Oui l’état d’urgence c’est cela : barrer le plan EU/US — qui nous lie à des unions contre nature.
    Sinon cela bardera aux prochaines élections.

  6. Ne vous inquietez pas, NDA ne votera pas avec le FN. C’est le bayrou de la » droite » et cheval de troie de l’UMP. Preuve indiscutable. Debout pouvait il gagner le nord ! s’l ne s’etait pas présenté Marine faisait 50% à Calais. Ses résultats aux elections ne lui permettant pas de remboursement, QUI PAYE.

    • Je me pose les mêmes questions que vous et j’ai les mêmes doutes, mais cela n’empêche pas de relayer de bonnes analyses du quidam, sans se faire d’illusions

      • L’ADN politique de Nicolas Dupont-Aignan fait qu’il préférera toujours, je le crains, sa famille politique d’origine, l’UMP devenu LR, à ses convictions politiques.
        En quittant en 2007 l’UMP, Nicolas Dupont-Aignan a su certes prendre son indépendance mais sans en tirer toutefois toutes les conséquences qui lui auraient permis d’aller au bout de ses convictions patriotiques. D’une certaine manière Il reste prisonnier du politiquement correct et je le soupçonne même d’avoir une sorte de condescendance bourgeoise vis à vis d’un parti le FN, qui engrange beaucoup de voix populaires, lors qu’il dit parlant du Front national nous n’avons pas les mêmes électeurs.. NDA se veut « ni système, ni extrême  » mais en assimilant le FN à un parti extrémiste, il sait bien que même en laissant à ses électeurs une liberté de choix au 2ème tour des élections où son parti n’est pas présent , il incite de fait ses électeurs à s’abstenir voir même à se reporter sur le candidat LR, car par défaut et faute d’ autre choix qui préférerait aller voter pour un candidat considéré comme extrémiste ! les électeurs qui ne voudront pas voter blanc ou s’abstenir auront tendance à se rabatte sur le candidat du « système ».
        Vis à vis du FN le Président de Debout la France ne pourrait envisager un rapprochement avec le FN que si ce parti se ralliait à lui ce qui semble impensable, les fleuves ne se mettant pas dans les rivières mais inconsciemment NDA a peut être en tête l’exemple du parti socialiste au moment de sa fondation lors du Congrès d’Epinal en 1970. A l’époque les forces de gauche non communistes s’étaient rassemblées pour fonder le parti socialiste qui à l’époque de sa création engrangeait moins de voix que le Parti communiste. Cela n’avait pas empêché François Mitterrand de passer des accords avec le PC, dans le cadre du Programme commun de la gauche, car même si le PS recueillaient alors moins de suffrages que les communistes il se savait porté par les générations montantes issues de Mai 1968.
        Or si la formation de Nicolas Dupont-Aignan a progressé régulièrement en terme de voix lors des dernières consultations électorales, la dynamique électorale joue malgré tout plutôt en faveur du FN. En outre sans mésestimer l’attractivité de sa formation politique , Debout la France il n’y a pas osmose entre celle-ci et les copulants majeurs de l’opinion publique comme c’était le cas pour le PS du début des années 1970.
        La stratégie de NDA, repose sur une conviction qu’il voudrait auto réalisatrice à savoir que les Français ne veulent pas du FN. Si ce parti n’a pas encore « brisé » son plafond de verre cette perpective semble toutefois de plus en plus crédible. Or NDA refuse cette hypothèse qui l’obligerait à bouger et faire des choix. Il préfère tabler sur un affaiblissement à terme du FN, voir sur des dissensions internes, si Marine Le Pen n’était pas présente au second tour de la Présidentielle de 2017.
        A supposer que ce schéma se réalise cela prendrait au moins quelques années et il n’est pas du tout certain que les électeurs FN, se reporteraient massivement sur Nicolas Dupont-Aignan car après tout pourquoi ne voteraient-ils pas dès maintenant pour lui si à leurs yeux il incarnait mieux une espérance patriotique! Au demeurant si faute d’accéder au pouvoir le FN perdait dans les années à venir un certain nombre de ces électeurs il n’est pas impensable notamment pour ceux qui étaient d’anciens électeurs UMP qu’ils retourneraient vers leur parti d’origine et pour ce qui concerne l’électorat FN du Nord et de l’Est de la France souvent issu de la gauche cet électorat là ne se reporterait pas sur le PS et le FDG car trop en désaccord sur l’immigration et l’insécurité mais grossirait à mon avis le rang des abstentionnistes plutôt que de se rallier à NDA, jugé trop techno.
        Enfin il n’est pas impossible qu’un recul du principal parti souverainiste en l’occurrence le FN, aurait aussi des conséquences pour l’ensemble des formations souverainistes dont le parti de Nicolas Dupont Aignan.
        Or le problème c’est que pour toutes les personnes qui souhaitent que notre pays retrouve à terme son indépendance nationale ne peuvent reporter leurs espoirs dans le futur tant le temps est compté et qu’il n’est même pas certain que dans dix ou quinze ans une restauration de notre souveraineté nationale soit envisageable du fait de l’ intégration probable des pays européens dans un grand bloc euro-atlantique en voie d’émergence via le Traité de libre échange transatlantique, espace géo-économico-politique qui serait de moins en moins guidé par des principes démocratiques et qui reposerait encore plus qu’aujourd’hui sur une technostructure ne rendant plus de compte aux opinions publiques et qui seraient au service des oligarchies financières et d’une technocratie ne rendant plus de compte aux opinions publiques, mais aux seules oligarchies financières. En outre ce bloc euro-atlantique serait sous l’emprise de plus en plus forte du monde musulman, notamment pour sa partie européenne et à fortiori si la Turquie finit pas intégrer les institutions européennes.
        Cela rend d’autant plus problématique et discutable le refus de Nicolas Dupont Aignan d’envisager un rapprochement avec le Front national alors même que toutes ces tentatives de créer une force alternative avec d’autres composantes de la droite et de la gauche ont échouées . A cet égard la participation de Chevènement lors de la dernière université d’été de Debout la France, le mouvement de Nicolas Dupont-Aignan ne doit pas faire illusion. L’intéressé a dû se mettre en congé de sa formation politique le MRC qui n’était pas favorable à un rapprochement avec Nicolas Dupont Aignan pour une question de survie électorale et peut être aussi pour des raisons de fond. Les tentatives d’ouverture de NDA vers Jean-Luc Mélenchon il y a une ou deux ans, au plus fort de la crise grecque n’ont pas été non plus couronné de succès, outre le fait que ce rapprochement n’était pas crédible. Reste les gaullistes souverainistes restés au sein du parti Les Républicains tels que Jacques Myard, Henri Guaino ,Thierry Mariani; Nicolas Dupont Aignan les croise à l’Assemblée nationale mais n’a pas réussi à les convaincre de rejoindre son mouvement même après la défaite de Sarkozy, lors de la présidentielle 2012, soit que ces députés LR, restés gaullistes de conviction ne reconnaissent pas à Nicolas Dupont Aignan une prééminence au sein de ce courant politique, soit qu’ils n’aient pas compris et partagé sa démarche lorsqu’en 2OO7, Nicolas Dupont-Aignan avait quitté l’UMP pour fonder son propre mouvement. Au final le Président de Debout la France reste un homme seul et semble s’accommoder de cette situation, guidant son mouvement comme il l’entend plutôt que d’essayer de créer une synergie avec le Front national. Nicolas Dupont Aignan aime bien se réclamer de l’action du Général de Gaulle oubliant que pendant la guerre le Général de Gaulle avait su dans l’intérêt de notre pays faire abstraction de ses propres affinités politiques en n’hésitant pas à fédérer autour de sa personne, lui qui était de culture maurrasienne, des personnalités politiques socialistes ou venant du parti radical et souvent franc-maçonnes, des royalistes qui pour certains s’étaient engagés dans la Cagoule , mouvement clandestin qui dans l’entre deux guerres avait organisés des attentats et des assassinats d’homme politique et avait même accepté de coordonné l’action des Forces françaises libres sur le sol français avec la résistance communiste alors même que le parti communiste était à l’époque complètement lié à l’Union soviétique et à Staline. Si, toute comparaison gardée, le Général de Gaulle avait été aussi circonspect que ne l’est Nicolas Dupont Aignan , le Président américain Roosvelt aurait imposé lors de la libération de la France son homme lige, le Général Giraud, et la France nouvellement libérée se serait retrouvé sous administration américaine directe.

  7. A Sieur Dupont aignan – souhaitant que vous fassiez selon votre temps libre des visites sur RR pour vous convaincre que nous ne sommes dupe de rien au plan infernal des FM , USA/:Bruxellois et quand concequence si nous parvenons jusqu’aux elections 2017 (insurrection possible) que vous ne trahirez pas les patriotes en prenant position avec le FN qui est la seul altenative d’urgence

Les commentaires sont fermés.