Robert Ménard bien plus macho que ces hommes de gôche qui cognent leur compagne

Toute la caste politico-médiatique est en émoi. Le très méchant maire de Béziers a encore fait des siennes. Après l’affaires des statistiques ethniques, le voilà qui, selon les vierges effarouchées du politiquement correct, afficherait ses fantasmes nauséeux dans le journal municipal de sa ville.

http://www.lepoint.fr/politique/beziers-une-fessee-polemique-dans-le-journal-municipal-menard-attaque-07-08-2015-1955517_20.php

Le crime de Robert Ménard : pour illustrer une double page montrant la fessée judiciaire de la LDH, déboutée de cinq plaintes contre la mairie de Béziers, il a représenté une image d’un film des années 1920, montrant un homme donner une vigoureuse fessée à une dame.

Outre la LDH, le commissaire politique Corbière, mouchard professionnel, et la secrétaire d’Etat aux droits des femmes Pascale Boistard, ont pleurniché, et gémi que décidément, le maire de Béziers, et forcément tout le Front national, étaient infréquentables, et tiraient leur ville vers le bas.

Manque de chance pour ces pleureuses professionnelles, les électeurs, à chaque consultation, en redemandent, et accordent de plus en plus massivement leurs voix à Robert Ménard et ses amis.

Ces pères La Pudeur ressemblent de plus en plus à ces culs serrés qui voulaient interdire « La religieuse » de Diderot, au cinéma, dans les années 1970. Voulant émasculer l’homme, ils ne sont plus capables de comprendre que dans le rapport amoureux, il peut y avoir, à partir du moment où cela est librement consenti par deux adultes, des jeux complices de domination où la fessée peut jouer son rôle.

Eux qui retrouvent des élans féministes contre le maire de Béziers n’ont pas un mot contre les pratiques de l’islam, le voile, le mariage forcé, l’apologie du viol de tout ce qui n’est pas musulman (Boko Haram ou l’Etat islamique). Cela ne les émeut pas qu’on voile en France des gamines de 5 ans, mais une photo d’une fessée sur un journal municipal les amène au bord de l’évanouissement. Amenez les sels…

Faut-il rappeler à ces pleureuses que jamais Emmanuelle Duverger ne s’est plaint de violences conjugales de son mari Robert Ménard, ni qu’aucun cadre du Front national, puisque ce parti est cité dans tous les articles, n’a été pris en flagrant délit de violence conjugale.

Par contre, faut-il leur rappeler qu’Aurélie Filippetti a déposé plainte contre Thomas Piketty, économiste toujours en cours au PS, pour lui avoir « caressé le museau » fort vigoureusement ?

http://dossierssignales.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/03/19/l-affaire-filippetti-et-les-rumeurs.html

Ont-ils oublié que le responsable de Sos Racisme Flandres, Antony Simati, a, lui, carrément défiguré sa compagne ?

http://www.lavoixdunord.fr/region/violences-conjugales-un-responsable-de-sos-racisme-incarcere-jna0b0n624226

De même Stéphane Pocrain, alors porte-parole national des Verts, avait-il été condamné à deux mois de prison avec sursis pour violence envers sa compagne, une militante socialiste. Peut-être une divergence sur le nucléaire ?

http://www.enquete-debat.fr/archives/retour-sur-une-casserole-de-la-gauche-stephane-pocrain-28126

Nul n’a oublié les exploits de Yacine Chaouat, que Cambadelis proposait comme secrétaire national à l’intégration républicaine, qui attachait sa compagne à un radiateur pour mieux lui taper dessus à coups de ceinturon. La conception républicaine de Solferino ?

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/couacs/2015/06/21/25005-20150621ARTFIG00194-violences-conjugales-un-secretaire-du-ps-pousse-a-la-demission.php

Autre grand donneur de leçons aux Blancs devant l’éternel, Lilian Thuram, lors de sa séparation avec Karine Lemarchand, sera accusé par sa compagne du moment de l’avoir un peu cognée contre un frigidaire. Sans doute la faute à l’esclavage !

http://www.lexpress.fr/styles/vip/retour-sur-l-affaire-karine-le-marchand-lilian-thuram_1294792.html

On n’a pas entendu, à cette époque, les bonnes âmes de la LDH, les féministes en peau de lapin ou le mouchard Corbière gémir ou protester. Solidarité clanique et de caste.

Donc, selon la gôche, cogner sa compagne est moins grave que publier une photo d’un homme fessant une femme.

Lucette Jeanpierre

 231 total views,  2 views today

image_pdf

21 Commentaires

  1. ils sont systématiquement en opposition et vous avez amplement raison Nagau 06 si Le Pen aimait écouter du Mozart tout la bien ‘pensance ‘ vouerait Mozart aux gémonies, cela ne vous fait pas penser au régime stalinien?

  2. Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt…on est en plein dedans. j’avais lu la préface d’un livre de thierry Desjardins qui expliquait que tous ces idiots inutiles ouvraient un boulevard au front national. Il avait aussi indiqué que si jm Lepen informait qu’il aimait écouter du Mozart, Mozart serait du coup interdit…se sont de vrais comportements hystériques et immatures comme le ferait un ado systématiquement en opposition. Quel manque d’objectivité !

  3. Ah! S’il y avait autant d’émoi chez nos bobos quand l’un de nos compatriotes se fait décapiter…

  4. je ne pense pas que l’image tirée d’un film et montrant un homme donnant une fessée à sa femme soit une incitation pour nos hommes à faire pareil, je pense et je crois que nos hommes sont plus intelligents que ça!et si on avait montré une femme donnant une fessée à un homme quid des réactions des bien pensants?je suis d’accord avec Christine pour penser qu’un monde trop aseptisé est un monde mort et sans préconiser la violence – oh non- je dis qu’il nous faut regarder tout cela de loin avec un petit sourire ironique
    PS je suis en phase avec Philippe j’aime bien quand le taureau gagne!

    • Huguette..si effectivement il y avait eu une inversion des rôles sur cette photo..les hommes auraient crié « oh oui!! » 😉
      ils sont quand même sacrément perdus dans leur tête !!

  5. Bonjour,

    Suffit d’avoir fréquenté le blog du « commissaire Corbière » pour voir que la petite camarilla du Parti de Gauche, qui se pâme devant lui, se livre sur sur son site à une débauche d’insultes sexistes, homophobes, antisémites.

    Ils emploient les pires injures entre eux ou encore contre ceux qui divergent un tant soit peu de « La Ligne ».

    J’ai eu droit à:

    « Ne me parle pas de Zemmour, ce sale Juif » (sic) de la part d’un militant PdG revendiqué avec lequel j’avais commencé à dialoguer dans un certain apaisement.

    Je n’en suis pas encore revenu.

    Alors les leçons de morale de ces gens- là, je n’en reçois plus depuis longtemps.

  6. Hé oh, fais gaffe Robert : La Zoubira ne pourrait-elle prétendre que la représentation photographique d’un acte illégal (la fessée) place son auteur hors la Loi ?
    Tiens, ça leur donnera peut-être l’idée de pondre, si ce n’est une Loi, du moins une circulaire à ce sujet pour éviter de nouveaux débordements …
    Quelle productivité dans ce gouvernement de cuistres !…Quelle avalanche de Lois, décrets, amendements, même à coup de marteau 49-3 !…
    Saperlipopette! Que la Loi »fessée » et la Loi « main au c.. dans le métro » aurait été source d’inspiration pour notre regretté Georges !…

  7. les médias ne donnent pas le nom des assassins , facile de traduire
    qu’ il s’agit du peuple de remplacement !!!
    corbiére le farc représente la dictature au plus fort de sa splendeur …Ce personnage haineux ne rêve que de détruire la FRANCE, celle qui lui a permis d’accéder à ce poste aujourd’hui !!! gémisseur professionnel , couché aux pieds des islamistes est prêt à tout pour le pouvoir !!!
    espérons que les biterois continueront à garder la tête sur les épaules en soutenant leur maire…
    bravo , le courage de Robert MENARD nous fait honneur, nous qui avons l’habitude des élus lécheurs de babouches !!!

  8. Cogner sa compagne est plus grave que publier une photo d’un homme fessant une femme. MAIS publier une photo d’un homme fessant une femme pousse certains hommes à cogner leur compagne.

    Je suis contre les fessées, toutes les fessées et je n’aime pas la photographie.

    – La Fessée, questions sur la violence éducative http://www.laplage.fr/ecologie/Parents-Enfants/La-Fessee-Olivier-Maurel-_0003_43_.html

    Auteur : Olivier Maurel https://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_Maurel

    Préface : Alice Miller http://www.alice-miller.com/index_fr.php

    – Observatoire de la Violence Educative Ordinaire http://www.oveo.org/

    • Pas du tout d’accord, Beate. A force de vouloir dé-manipuler les hommes, on les manipule, les considérant comme des animaux ou des petits enfants. Je dénie à quiconque le droit de penser à ma place et de croire que l’image d’une fessée va me donner envie de fesser. C’est stupide et une insulte à l’intelligence. Par ailleurs les hommes qui cognent ont ça en eux, pas besoin de l’image d’une fessée pour leur donner envie de cogner, d’autant plus quant elle est objectivement drôle, qu’elle est tirée d’un film drôle etc. Si on vous suit on commence à censurer La mégère apprivoisée et tous les fabliaux où l’on frappe volontiers pour faire rire le spectateur, et pourquoi pas censurer les Fourberies de Scapin ?

      • Je suis personnellement d’accord avec vous Christine pour refuser que quelqu’un pense à ma place et je déteste la sensation d’être manipulée : j’arrive dans la quasi-totalité des cas à déjouer les tentatives de manipulation . J’ai également beaucoup d’estime pour M. Menard. Cela dit, les images peuvent faire beaucoup de mal.
        En effet, j’ai 52 ans et ai donc vécu mon enfance pendant les années 60. Mon père battait ma mère (le jugement de divorce l’atteste). A la télévision à cette époque passaient de merveilleux westerns dans lesquels on voyait parfois une femme recevoir la fessée de la part de son mari. Quand on me demandait : »Agnès, quand tu seras grande, tu auras combien d’enfants ? ».Je répondais : »aucun, je ne me marierai jamais « .Quand on me demandait pourquoi, je répondais que je ne voulais pas être battue car, vu l’exemple que j’avais à la maison et les films qui « universalisaient  » si j’ose dire cet exemple, j’identifiais mariage et violences conjugales. Pour moi, les deux allaient de paire. C’était normal, à mes yeux de gamine. Pour moi le mariage était un contrat dans lequel la femme acceptait d’être battue. J’ai eu la chance ,parmi mon entourage, d’avoir des femmes qui m’ont dit n’avoir jamais été battues par leurs maris et que ce qu’endurait ma mère n’était pas acceptable. Elles m’ont heureusement « déprogrammée « et j’ai supplié ma mère de divorcer ce qu’elle a fini par faire quand j’avais onze ans. Elle a subi l’enfer pendant 12 ans. Et depuis j’ai toujours encouragé les femmes battues à porter plainte. Les avancées de la législation à cet égard ont permis à beaucoup de femmes de se sortir plus rapidement de cet enfer que les femmes de la génération de ma mère.

        • Merci Agnès pour ce témoignage, je persiste néanmoins à penser qu’il ne faut pas en arriver à interdire dans les films, cigarette, alcool, fessée etc la vraie société totalitaire puise sa source dans ces interdits qui touchent l’art. Il faut compter avec les autres, les lectures, la vie, les rencontres, comme cela a été le cas pour vous pour contre-balancer et produire un être équilibré.

        • N’oublions pas aussi les relations ambiguës de la femme ou de homme battu avec le conjoint… Quand on travaille dans un service social on se tire parfois les cheveux devant l’attachement à ces relations sado maso …

      • Pas d’accord.

        Nous ne sommes pas tellement éloignés des animaux.
        A lire : Le Singe nu de Desmond Morris qui décrit l’espèce humaine à travers le regard d’un zoologiste.

        Oui, je pense que L’image d’une fessée peut formater les gens à avoir envie de fesser. Ce n’est pas stupide, c’est ce que font les agences de publicité : utiliser des images pour influencer le comportement des gens et les pousser à acheter.

        Les images ont une action beaucoup plus directe que les textes.
        Un texte demande le temps de la lecture et de l’analyse pour que le lecteur ait vraiment connaissance du message qu’il contient.
        Une image est directe, le spectateur n’a pas le temps de réflexion, l’effet est instantanée.
        Lors que j’étais jeune, nous avons étudier en Histoire de l’Art le lvre de René Huyghe, « Les puissances de l’image ». Un livre encore plus vrai aujourd’hui.

        Ce qui est une insulte à l’intelligence est de nier que l’être humain est un être social qui se construit et évolue en la relation avec tout son environnement. Les images font partie de cet environnement et elles sont puissantes.

        Objectivement cette photographie n’est pas drôle. Elle vous amuse parce que vous avez appris à rire de « La mégère apprivoisée et tous les fabliaux où l’on frappe volontiers pour faire rire le spectateur. »

        Je ne demande pas la censure.
        Je demande LE DROIT DE DIRE QUE CELA NE ME FAIT PAS RIRE et que ce genre d’image est toxique.
        Comme j’ai le droit de m’exprimer, je le fais.
        Je n’aime pas cette image. Je n’aime pas « La mégère apprivoisée et tous les fabliaux où l’on frappe volontiers pour faire rire le spectateur. »
        Je pense que René Huyghe, Alice Miller et Olivier Maurel ont raison.

        • Vous avez le droit de ne pas aimer et de dire que vous n’aimez pas mais Dieu que le monde que vous souhaitez est triste ! Je ne voudrais pas plus vivre dans votre monde que dans celui de l’islam. A bas Huygue, Alice Miller et Olivier Maurel, tous ces emmerdeurs qui perdent leur temps à analyser et formater tout et tous avec leurs préceptes à la gomme. La vie ce n’est pas ça. La vie c’est un enfant qui se bat avec une épée en bois ou à travers un jeu de société comme Risk, la vie c’est l’éclat de voix de Cyrano qui se bat contre le petit marquis et gagne en le touchant avec l’épée, la vie c’est guignol qui donne ou reçoit des coups de bâton, la vie c’est Panurge qui jette lebélier par-dessus bord et se venge du marchand en voyant tout le troupeau le suivr, la vie c’est les combats de Gargantua, les guerres picrocholines et les éclats de rire énormes qu’elles suscitent. La vie, Beate, ce n’est pas un monde standardisé qui s’effraie d’un Ménard illustrant une leçon donnée à la LDH avec une fessée. La vie c’est l’être humain ses rires, ses colères, ses pulsions, et je n’ai pas envie quant à moi que nos jeunes n’aient plus envie de fesser une péronnelle ou de flanquer un coup de poing à un petit con sous prétexte qu’une Alice Miller aurait dit que ce n’est pas bien !

          • Je vous comprend Madame tasin et vous avez raison.
            Les gens qui ne savent pas regarder une image d’une fessé pour rire, sont des personnes qui ne font pas la différence entre la réalité et une fiction, pour moi dans mon cas, c’est pas une image qui me manipule et je ne me sent pas superman après le film et juste un divertissement pour moi, c’est la maturité qui l’emporte et pas la manipulation du film ou de n’importe quoi d’ailleurs.
            Et un homme qui bat sa femme n’est pas très mature dans sa tête et ne réalise pas le mal qu’il fait et ne se contrôle pas, jusqu’au jour où çà lui arrive à son tour, mais à l’age adulte c’est plus difficile à corrigé.
            Le danger n’est pas là, le danger sont les manipulateurs aux pouvoirs et leurs manipulations douteuses et surtout très malhonnête par la tournure qu’ils prennent de la part des pouvoirs en place, que des peuples entier subissent leurs conséquences est gravissimes par rapport aux petites fessés dont nous parlons ici, et de faire passer les gens pour se qu’ils ne sont pas en plus, tout en continuant leurs sales politiques puantes, dégoûtantes et insupportables pour écraser les peuples européens, déjà voir la pauvreté et la misère qu’ils provoquent avec lâcheté, sans que les peuples puissent se défendre pour leurs conditions.
            N’est rien d’autre qu’un monde Orwellien dans lequel nous sommes, et le plus dangereux c’est la manipulation, se croyant plus intelligents de nous imposer leurs manipulations imbéciles, avec aucun bonheur attendu.

  9. Mais il fait encore pire monsieur Ménard … (c’est ironique)

    http://www.fdesouche.com/634523-laicite-asif-arif-et-slimane-tirera-il-faut-sanctionner-robert-menard

    Avant qu’on me hurle dessus je précise que j’aime pas trop la corrida, sauf quand c’est le taureau qui gagne, mais sans non plus que le torero en meurt (faut pas exagérer suis pas sadique) car le taureau vainqueur n’est plus mis à mort, il sera choyé pour le restant de ses jours.

    Mais si je devais choisir entre être élevé comme un taureau de combat, ou un boeuf à viande…
    … Je prendrai la première solution.

Les commentaires sont fermés.