Mâcon : 6 mois fermes pour avoir tenté d’incendier une mosquée. Leur crime ? Ils étaient patriotes…

mosqueemacon

Les faits :

http://www.lejsl.com/edition-macon/2015/05/06/les-suspects-passent-aux-aveux

La condamnation :

http://www.leparisien.fr/faits-divers/macon-six-mois-ferme-pour-avoir-tente-d-incendier-une-mosquee-06-05-2015-4751057.php

A la barre, les deux jeunes hommes ont exclu tout mobile religieux mais ont expliqué leur geste par, pêle-mêle, le «contexte global» après les attentats parisiens de la mi-janvier et des altercations dont ils disent avoir été victimes avec des personnes issues de l’immigration dans le passé, a dit la procureur de Mâcon, Karine Malara.

Pas d’islamophobie, juste un réflexe de défense par rapport à un lieu susceptible d’endoctriner, comme toute mosquée, des djihadistes et un ras-le-bol de subir des altercations (faut-il lire « agressions » ? ).  

Naturellement, l’avocat de l’association turque, lui, ne manque pas de dénoncer  l’islamophobie (comme si c’était un délit de ne pas aimer l’islam….) mais, et on ne nous l’avait pas encore fait,  le patriotisme des deux jeunes !

«Le mobile de ces jeunes qui n’ont cessé de se présenter à l’audience comme des patriotes, est clairement islamophobe et raciste», a commenté l’avocat de l’association culturelle turque de Mâcon, partie civile dans le dossier, Me Ramazan Oztürk. «Nous saluons le travail de la police et nous sommes satisfaits d’avoir été entendus mais nous attendions un peu plus de fermeté», a complété l’avocat.

Déçu tout de même,  seulement 6 mois fermes pour une tentative d’incendie qui ne faisait courir aucun risque à l’ensemble du bâtiment ni à qui que ce soit… Que dirait Madame Taubira qui voit dans les condamnés à moins de 5 ans, des auteurs de délits plus que mineurs… quand ils ne sont pas français d’origine, naturellement !

Un certain nombre de juges jouent exactement le rôle joué par les miliciens sous Pétain : auxiliaires de l’occupant, ravis de mettre hors d’état de résister les victimes du nazisme.

Christine Tasin

 169 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. Il parait d’après certaines source que les deux patriotes sont attendu en prison par les musulmans.

    Si cela s’avère vrai l’état se rend responsable d’un lynchage et il y aura non assistance a personnes en danger.

    Moi les mus on incendié mon véhicule d’entreprise ,j’ai failli me faire lyncher .et rien aucune suite malgré un dépôt de plainte .Alors qui protègent-on?

  2. Les ennemis du peuples sont ceux qui imposent leurs volontés contre celui du peuple, et l’ennemi ne sont pas toujours ceux qui sont visibles et armer, et sont les plus dangereux, et peuvent s’infiltrer jusqu’au pouvoir et ainsi tirer les ficelles pour faire avancer leurs intérêts stratégiques, avec tout l’appareil de l’état, la politique, la justice comme les forces de l’ordres et militaire à leurs dispositions par la suite devant votre nez.
    L’ennemi est au pouvoir et ouvre toutes les portes.
    Le racisme, une des ruses devant votre nez, est un des prétextes tactiques pour vous empêcher de les faire sortir du pays et de pouvoir vous attaquer de l’intérieur, avec l’aide des associations anti raciste, puisqu’il n’y à pas de racisme français, l’immigration peut continuer de force.
    L’Europe ne peut pas être pris par la force, mais par la ruse.

  3. avec ces » juges  » vendus à l’islam et notre gouvernement lécheur de babouches, que leurs proches, les enfants de ces traitres soient dans l’obligation de s’unir maritalement à des musulmans salafistes polygames !!
    Chaque geste, parole de mimolette nous rappelle la bienveillance de pétain envers les allemands ….:
     » nous devons accepter que les musulmans nous dictent notre conduite, leur civilisation est souhaitable pour vivre ensemble !!!

    de ce quinquenat socialaud , ns retiendrons que l’esclavage des blancs , le racisme anti blanc auront été les seuls objectifs de ce gouvernement…

  4. La liberté de penser, de conscience et de religion étant étrangère à la religion musulmane, elle devrait donc être exclue de notre démocratie : Sinon nous pouvons nous considérer comme un peuple occupé avec un gouvernement laissant les terroristes en liberté et enfermant les résistants maladie mentale sinon on en crèvera.

  5. 6ème fois que mon commentaire est rejeté. Par qui par quoi ? Je demandais un lien pour signer en faveur des accusés mais un message s’affiche disant qu’il s’agit d’un « doublon » !!! Encore une fois c’était de l’inédit. MARRE !

    • il n’apparaît qu’une fois sur le site, Olivia… pas de souci ! petits dysfonctionnements, on vz refaire le site de fond en comble au cours des semaines à venir, ça devrait disparaître

  6. J’aimerais signer en leur faveur. Si un adhérent RR est au courant de la mise en ligne d’une pétition merci de donner le lien.

  7. Les avocats de ces deux jeunes hommes doivent faire appel et invoquer :

    1 – le jugement de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 31 juillet 2001 et le jugement de la grande chambre de la Cour Européenne des Droits de l’Homme du 13 février 2003 qui confirme le premier jugement.

    Extraits de l’arrêt du 31 juillet 2001

    • La Cour européenne des droits de l’homme a estimé que la Charia est incompatible avec la Convention européenne des droits de l’homme de 1950. Il s’agissait à cette occasion pour la Cour de juger si le gouvernement turc avait le droit de dissoudre un parti islamique turc, le Refah, en raison des valeurs prônées par ce parti (la Charia notamment). La Cour a validé la dissolution du Refah. Du jugement final, on citera essentiellement les extraits suivants :

    • La Cour constitutionnelle a rappelé qu’un tel système (la charia), qui avait ses origines dans l’histoire de l’Islam en tant que régime politique, s’opposait au sentiment d’appartenance à une nation ayant une unité législative et judiciaire.

    • Pour la Cour constitutionnelle, la Charia serait l’antithèse de la démocratie, dans la mesure où elle se fonde sur des valeurs dogmatiques et est le contraire de la suprématie de la raison, des conceptions de la liberté, de l’indépendance, ou de l’idéal de l’humanité développé à la lumière de la science.

    • La Cour reconnaît que la Charia, reflétant fidèlement les dogmes et les règles divines édictées par la religion, présente un caractère stable et invariable. Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques.

    • La Cour relève que (…) les références explicites à l’instauration de la Charia sont difficilement compatibles avec les principes fondamentaux de la démocratie, tels qu’ils résultent de la Convention, comprise comme un tout.

    • Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la Charia, qui se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique et à son intervention dans tous les domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses.

    • La Cour constitutionnelle (fait également référence) à la notion de djihad, qui se définit, dans son sens premier, comme la guerre sainte et la lutte à mener jusqu’à la domination totale de la religion musulmane dans la société.

    • La Cour constate également que les propos tenus par Xxxxx, le député d’Ankara, (…) traduisaient une haine profonde envers ceux qu’il considérait comme des opposants au régime islamiste. La Cour estime à cet égard que lorsque le comportement incriminé atteint un niveau élevé d’insulte et se rapproche d’une négation de la liberté de religion d’autrui, il perd pour lui-même le droit d’être toléré par la société.”

    Extraits de l’arrêt du 13 février 2003

    • La Cour rappelle que la liberté de pensée, de conscience et de religion représente l’une des assises d’une « société démocratique » au sens de la Convention. Cette liberté figure, dans sa dimension religieuse, parmi les éléments les plus essentiels de l’identité des croyants et de leur conception de la vie, mais elle est aussi un bien précieux pour les athées, les agnostiques, les sceptiques ou les indifférents.

    • Il y va du pluralisme – chèrement conquis au cours des siècles – qui ne saurait être dissocié de pareille société. Cette liberté implique, notamment, celle d’adhérer ou non à une religion et celle de la pratiquer ou de ne pas la pratiquer.

    • Par ailleurs, dans une société démocratique, où plusieurs religions coexistent au sein d’une même population, il peut se révéler nécessaire d’assortir la liberté en question de limitations propres à concilier les intérêts des divers groupes et à assurer le respect des convictions de chacun.

    • Selon la Cour, dans une société démocratique, l’Etat peut limiter la liberté de manifester une religion, par exemple le port du foulard islamique, si l’usage de cette liberté nuit à l’objectif visé de protection des droits et libertés d’autrui, de l’ordre et de la sécurité publique

    • la Cour estime (…) qu’un parti politique dont les responsables incitent à recourir à la violence ou proposent un projet politique qui ne respecte pas la démocratie ou qui vise la destruction de celle-ci ainsi que la méconnaissance des droits et libertés qu’elle reconnaît, ne peut se prévaloir de la protection de la Convention contre les sanctions infligées pour ces motifs.

    • Nul ne doit être autorisé à se prévaloir des dispositions de la Convention pour affaiblir ou détruire les idéaux et valeurs d’une société démocratique.

    • Dans ce contexte, la Cour considère qu’il n’est pas du tout improbable que des mouvements totalitaires, organisés sous la forme de partis politiques, mettent fin à la démocratie, après avoir prospéré sous le régime démocratique. L’histoire européenne contemporaine en connaît des exemples.

    • la Cour partage l’analyse effectuée par la chambre quant à l’incompatibilité de la charia avec les principes fondamentaux de la démocratie,

    • A l’instar de la Cour constitutionnelle, la Cour reconnaît que la charia, reflétant fidèlement les dogmes et les règles divines édictés par la religion, présente un caractère stable et invariable. Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques.

    • La Cour relève que (…) l’instauration de la charia est difficilement compatible avec les principes fondamentaux de la démocratie

    • Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la charia, qui se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique et à son intervention dans tous les domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses.

    • La Cour considère que, quelle que soit l’acception que l’on donne à la notion de djihad (dont le premier sens est la guerre sainte et la lutte à mener jusqu’à la domination totale de la religion musulmane dans la société), invoquée dans la plupart des discours mentionnés ci-dessus, une ambiguïté régnait dans la terminologie utilisée quant à la méthode à employer pour accéder au pouvoir politique.

    Source : http://marie-masson-gaechter.over-blog.com/article-cour-europeenne-des-droits-de-l-homme-la-loi-islamique-est-incompatible-avec-la-democratie-et-les-87349840.html

    2 – le livre de Sam Solomon et de Elias Al Maqdisi, MODERN DAY TROJAN HORSE. http://www.amazon.fr/Modern-Day-Trojan-Horse-Immigration/dp/0979492955/ref=sr_1_sc_1?ie=UTF8&qid=1409401179
    Ce livre explique comment fonctionne l’antique stratégie de conquête et comment s’effectue la migration des musulmans dans les territoires non-musulmans. Les auteurs décrivent chaque étape de cette immigration stratégique, dont le but est de répandre l’islam pour préparer le djihad. L’objectif est de transformer peu à peu la culture du pays d’accueil de façon à imposer progressivement la charia. Le premier acte consistera donc à faire accepter des activités caractéristiques de l’islam: exemple des lieux de prière, de fondation d’écoles coraniques. Les auteurs expliquent aussi qu’une mosquée n’est pas comme une égilse, mais que c’est un centre de gouvernement islamique. A ce titre, les fonctions d’une mosquée sont en priorité :
    – d’enseigner le Coran et la charia,
    – de répandre la charia dans la ville où elle est construite,
    – de préparer le djihad pour attaquer les non-musulmans et imposer la charia. https://www.youtube.com/watch?v=zXInAtDfizI

    Sam Solomon est un ancien professeur de droit musulman converti au christianisme, il peut témoigner par courrier, par vidéo ou en personne. Il consacre sa vie à informer du danger de l’Islam et des mosquées.

    3 – Démontrer ainsi que les institutions et les citoyens sont mis en danger par l’incompétence et la trahison des responsables politiques qui paticipent à l’instauration de la charia en France, en favorisant la construction de mosquées et en favorisant les pratiques de l’Islam dont le but est de répandre la charia.
    https://unmondesansislam.wordpress.com/2014/02/17/djihad-contre-la-france-avec-de-laide-des-responsables-politiques/

    • Puisque la Cour Européenne des Droits de l’Homme reconnait qu’il y a incompatibilité de la charia avec les principes fondamentaux de la démocratie,

    • puisque la Cour considère qu’il n’est pas du tout improbable que des mouvements totalitaires, organisés sous la forme de partis politiques, mettent fin à la démocratie, après avoir prospéré sous le régime démocratique. L’histoire européenne contemporaine en connaît des exemples,

    • puisque les mosquées sont des centres politiques chargés de répandre la charia et de préparer le djihad,

    • puisque les responsables politiques français collaborent à l’instauration de la charia en France en favorisant la construction de mosquées,

    • ces deux jeunes hommes ont agi en état de légitime défense dans le seul but d’empêcher la propagation de la charia en France.

    D’autres voies d’opposition auraient été légalement préférables, mais ils ont agi devant le danger mortel réel que représentent les centres de gouvernement islamique, faussement présentés aux occidentaux comme sur la page wikipédia « Une mosquée est un lieu de culte où se rassemblent les musulmans pour les prières » http://fr.wikipedia.org/wiki/Mosqu%C3%A9e

  8. Il y a un terrorisme qui commence apparemment au niveau gouvernemental et induit une défection de la solidarité envers les victimes des musulmans.
    Notre laïcité est devenue un marché de dupes :Nous nous faisons dépouiller de notre culture sans contrepartie par des migrants qui eux nous imposent de prendre en compte la leur…ce qui contredit singulièrement ceux qui croient encore, ou veulent nous faire croire a la valeur universelle de la laïcité

  9. Et souvent relaxe pour ceux qui attentent sérieusement à l’intégrité d’une personne en le blessant voire en la tuant.
    La justice est à géométrie politique bien pensante variable.
    En outre actuellement bruler une mosquée n’est pas incendier un lieu de culte mais un endroit où sont fomentés les exactions politico religieuses et où la haine est attisée entretenue impunément.

  10. hi

    et oui

    , ce sont ceux qui envahisse un pays qui imposse leurs lois …..
    a ceux qui sont envahie .

    en somme

    en laissant vos ennemi vous envahire
    vous leur permettez d’islamiser vos terre , vos societe , votre civilisation , et citoyen

    c’est toujour l ‘envahisseur qui impossnet ses lois a ceux qu’ils envahie

    la democratie ce laissse en vahir par l’islame
    alors c ‘est l’islame qui s’imposse a la democratie
    c »est donc la democratie qui s’islamise

    et non l’islame qui ce democratise

    la solution , combattre l ennemi et le repoussér hors de vos terres

    ensiute envahir vous memes les terres de vos ennemi
    les soumettres a vos volontées

    quand l etat oeuvre pour l ennemi
    alors l’etat devient votre ennemis
    car tous collaborateur avec l’ennemi
    devient de faite un ennemi

    le droit de ce defendre est garantie par la lois fondamentale
    et par les lois internationnal
    donc oeuvre contre votre ennemi est donc legale

    les lois de la guerre donne le droit a ce defendre contre ses ennemies

    il etait legale de oeuvrer contre le nazisme
    donc il est legale d’oeuvrer contre l’islamofaschisme genocidaire des non muzz

    by

Les commentaires sont fermés.