Si je m’appelle Mohamed je suis musulman ou condamné à mort pour apostasie

etat-civil

Devant les cris d’orfraie poussés par les gauchistes mondialistes faisant semblant  de croire que les prénoms donnés ne permettraient pas de connaître la religion des petits musulmans, il faut faire un petit rappel, bien éloigné des sottises dites par une certaine Nadia qui écrit dans Slate.

http://www.slate.fr/story/101249/je-m-appelle-nadia-et-je-ne-suis-pas-musulmane#xtor=RSS-2

Quand on n’est pas musulman on n’appelle pas son fils Mohammed, qui est la forme usuelle de Mahomet, le prophète de l’islam. Parce que l’on sait que cela ferait de son enfant un être appartenant à la communauté musulmane. Mais on peut appeler sa fille Nadia qui est un prénom utilisé dans plusieurs pays, non musulmans compris.

Quand on est né musulman et que l’on a pris de la distance avec l’islam, on se garde bien, pour la même raison, de nommer son fils Mohammed. Et quand on s’appelle Mohamed et que l’on devient apostat de l’islam, on fait comme Pascal Hilout, né Mohamed Hilout, on change de prénom.

Les enfants qui ne portent pas de prénoms musulmans peuvent être baptisés ou pas, d’origine française ou pas, mais les enfants qui portent des prénoms musulmans donnent une très forte indication de la religion de leurs parents. Parce qu’un enfant né d’un père musulman est musulman, et on ne lui demande pas son avis. C’est la seule « religion » qui donne autant d’indication sur la personne qui porte un prénom.

Je m’appelle Christine, prénom éminemment chrétien, et pourtant personne n’imagine une seule seconde que, parce que je porte un prénom chrétien, je suis chrétienne ! Pour deux raisons. D’abord, en France, le libre choix des prénoms permet de donner à ses enfants un prénom français ou étranger ( et même ridicule comme le fameux Térébenthine  dont Cécile Duflot a affublé sa fille), un prénom bouddhiste ou un prénom qui fait partie du calendrier chrétien, juif, anglais ou japonais ! On peut donner le prénom de son héros, de sa grand-mère… ou encore un prénom qui évoque des référents culturels, c’est le cas de Alexandre, César, Tristan, Iseult ou Dorine. Ensuite parce que le calendrier dit chrétien est devenu le calendrier français et qu’il faut se lever de bonne heure pour savoir que Priscille ou Rodolphe sont des saints !

Par ailleurs, ma mère, chrétienne, n’a à aucun moment imaginé qu’elle ferait de moi une chrétienne en me choisissant ce prénom et quand je suis devenue athée elle n’y a vu aucun inconvénient. Notre civilisation c’est la liberté absolue.

Que dire encore de ces enfants d’immigrés italiens, espagnols, portugais  ou polonais  dont les parents ont francisé les prénoms parce que en France on vit comme les Romains ? J’ai rencontré au cours de ma carrière de professeur de nombreux Pauwels devenus Paul, Alejandro devenus Alexandre, Matilda devenus Mathilde…

Mais chez les musulmans l’empreinte et les ordres du coran sont très clairs. Un enfant doit se savoir musulman et donc porter un prénom qui rappelle sa communauté. Communauté qu’il n’a pas le droit de renier, sauf à risquer la mort pour apostasie. Même si de nombreux musulmans choisissent des prénoms moins évocateurs que Mohammed ou Glaive de l’islam, pour ne pas parler de Jihad, ce sont des prénoms qui disent clairement une appartenance. Appartenance et prénoms obligatoires si l’on veut que ces enfants aient la double nationalité. Parce que les consulats des pays musulmans, paraît-il, refusent d’inscrire comme ressortissant un enfant qui ne porte pas un prénom… musulman ou arabe. Il faut y voir un élément supplémentaire qui empêche, délibérément, l’assimilation des enfants nés en France…

On trouvera ici la liste des prénoms autorisés par le consulat du Maroc consulat_maroc  ; gageons que l’on trouve la même dans tous les pays musulmans…

Je ne serais pas choquée quant à moi que l’on dût utiliser en France une liste, celle du calendrier français ou tirée des calendriers des différents pays européens ; à condition que un enfant né en France et s’appelant Mohamed ne puisse pas être français automatiquement à la majorité comme c’est le cas actuellement. Et s’il en avait la possibilité, il devrait changer de prénom et prendre un prénom français.

A partir du moment où la loi est mal faite et permet tous les abus, permet d’avoir le beurre et l’argent du beurre, la nationalité algérienne mais aussi la citoyenneté française et ses avantages, il est légitime que des édiles comme Robert Ménard jettent un pavé dans la mare. Est-il normal qu’en France 64% des enfants d’une ville ne portent pas un prénom français ?

C’est là la preuve par neuf d’une immigration plus que massive et d’une islamisation qui menace notre civilisation.

Ce ne sont pas les employés des maternités françaises qui voient  débarquer des nuées de voilées qui diront le contraire !

Christine Tasin

.

 

 110 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. J’suis musulman et je m’appelle Noé j’vois pas de problème avec les prénoms comme personne d’ailleurs..

  2. Je suis fils de musulmans (j’ai 58 ans)
    J’ai fait voeux de ne pas êtres musulmans en 1978 j’ai appris en 2012
    qu’on pouvais changé de prénom
    de hocine hammou je suis passé à paul louis
    donc selon la charia je suis condamné à mort après ça on vient me dire que l’islam est une religion de paix

    • Merci pour votre témoignage et votre détermination Paul. Si vous voulez raconter votre histoire nos colonnes vous sont ouvertes.

  3. Les musulmans sont les seuls à ne jamais s’être intégrer dans les sociétés occidentales, tout les autres immigrés européens chrétiens d’Afrique et d’Orient en viennent à franciser leur noms alors que personne ne le leur demande, cela prouve bien la doctrine délibérée de vouloir conservé leurs identités et leurs cultures d’origines au populations musulmanes, le modèle d’assimilation est abandonné depuis longtemps.

  4. Ils font exprès de ne pas comprendre !!! Pensez à signer la pétition pour Ménard qui se trouve sur Boulevard Voltaire !

    • ça ne sert à rien chère Olivia…. sauf à se donner bonne conscience

    • Elle a dépassé les 41 000 signatures; beaucoup manquent encore.

  5. Les prénoms « musulmans » ne sont pas donnés uniquement aux enfants musulmans. OK.
    Certains vont pinailler sur l’exception. Laissons-les donc s’exciter à ce sujet, car après tout, il existe des exceptions… Une sur combien ? Soyons objectifs et reconnaissons-la.

    Cela change quoi au problème de fond?

    Que vont-ils faire? Une recherche statistique -ah! Non! onpeutpas- afin de démontrer ce rare cas, qui sera interviewé au JT ?
    Qu’ils engagent Indiana Jones pour l’enquête.

    Je me marre doucement. Je vois ici la démonstration d’une chose : le serpent qui se mord la queue.
    On crie haut et fort « discrimination », « racisme »… causes principales de la non-intégration, On crie : « nous sommes victimes »;
    Il y a des demandes incessantes pour que les autres s’adaptent à leur mode de vie, leur régime alimentaire, leur mode vestimentaire, etc… Les plus enragés assassinent car « les autres » ne veulent pas se soumettre.
    Et puis arrive un jour où l' »on » s’étonne lorsqu’on est montré du doigt ?!

    Car, vraiment, si on se sent bien dans ses pompes ou dans ses babouches, le constat du pourcentage ne devrait même pas occasionner autant d’agitation… sauf que cela fait remonter les peurs et les autres constats.

    Respirons posément. Monsieur Ménard a dit tout haut ce que tout le monde sait déjà! Il y a ceux qui en parlent et ceux qui font tout pour que éviter qu’on en parle.

    De plus, j’imagine bien que ce constat donne le sourire à certains envahisseurs. Démonstration de leur prophétie : ils domineront le monde.

    Petit apport personnel : Cela fait 15 ans que je travaille dans le secteur social (animation et aide aux devoirs). J’ai croisé des dizaines d’enfants. Dans l’association dans laquelle je travaille actuellement nous accueillons environ 80 enfants.
    En 15 ans, je n’ai JAMAIS rencontré un musulman qui ne portait pas un nom « autorisé » NI un non musulman portant un nom de la fameuse liste des prénoms « autorisés ». Je précise que j’ai travaillé dans des communes « défavorisées » et également dans des communes plus bourgeoises.

    Pour être honnête jusqu’au bout : j’ai connu un jeune homme belgo-belge qui s’appelait Karim (non musulman). Il m’a dit : « Mes parents sont des originaux! Comme je ne suis pas né en Europe (à cause de leur travail à l’étranger)… ». Pour couronner le tout : ce prénom ne lui plaisait pas.

  6.  » il est légitime que des édiles comme Robert Ménard jettent un pavé dans la mare. Est-il normal qu’en France 64% des enfants d’une ville ne portent pas un prénom français ?

    C’est là la preuve par neuf d’une immigration plus que massive et d’une islamisation qui menace notre civilisation.  »

    Brillant comme toujours !

    J’aimerais juste ajouter un petit truc.
    Si 64% des enfants de Beziers sont musulmans…
    … Ça veut dire grosso-modo que plus de 70% de la ville doit l’être.

    Ben oui, il faut bien un père et une mère pour chacun de ces gosses, donc, même si les musulmans font souvent des familles nombreuses (ce que nous avons fait aussi avec ma tendre et douce… Mais pas pour les allocations) ces 64% ne représentent QUE les enfants !

    Il manque donc les parents, et très probablement beaucoup de grands-parents ! (merci à ces cons qui ont permis le célèbre regroupement familial)

    Et, là je suis à Strasbourg (enfin un village juste à côté) pour quelques jours…
    … C’est un cauchemar !

    Leclerc doit se retourner dans sa tombe ainsi que tous les anciens de la troisième DB…
    … Il y a des voilées partout, même en burka (les flics doivent être myopes)

    Simple, on y est allé, mes filles ont le droit de connaître leurs racines, mais on y a pas dépensé un sous, sauf pour le parking.

    Nos achats alsacien on va les réserver pour des commerçants qui ne sont pas installés (souvent malgré eux mais tant pis) dans une réserve totalement sous contrôle islamique.

Les commentaires sont fermés.