Non, Nicolas Gardères, le voile à l’université n’a rien à voir avec la liberté


daechetmarcheesclavessexuellesDécidément,  Nicolas, tu t’obstines à cultiver les paradoxes. Non seulement tu es  adhérent d’Europe Ecologie Les Verts, fort engagé aux côtés des délinquants que sont les clandestins  appelés par désinformation manipulatoire « sans-papiers » et un des avocats de Riposte laïque, mais tu es capable d’écrire tout et son contraire dans un seul article.

C’est le cas dans celui-ci, sommet de désinformation et de mauvaise foi.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/03/06/respectons-les-libertes-de-chacun_4588843_3232.html?xtmc=garderes&xtcr=1

L’article est réservé aux abonnés pour l’essentiel, nous en  citerons donc quelques extraits afin de retracer le cheminement de ta pensée.

Le début de l’article offre, sans en avoir l’air, une explication (et quand on est avocat, il n’y a pas loin de l’explication au dédouanement) à l’enfermement des femmes :

Etre propriétaire du corps des femmes, de la sienne, le séquestrer, a ainsi semblé aux hommes la meilleure assurance d’une descendance biologiquement conforme.

Ces pauvres pères jamais assurés de ne pas avoir été trompés, d’être bien les pères de leurs enfants auraient ainsi de bonnes raisons de cacher et enfermer leurs femmes….

Avec bien d’autres institutions, notamment occidentales, l’impératif de pudeur féminine matérialisé dans le voile islamique participe totalement de la logique de séquestration du corps des femmes.

Certes, le mot « séquestration » est fort et sent sa condamnation mais la phrase est si obscure que l’on peut lui faire dire ce que l’on veut. Quelles sont ces institutions occidentales qui participeraient à l’impératif de pudeur féminine ? Celles que nous appelons collabos ou dhimmis ou bien celles qui, au cours de l’histoire de l’humanité, occidentale, ont parfois veillé à ce que le corps des femmes n’appartienne qu’à leur seigneur et maître ? Je crains bien que la seconde interprétation ne soit la bonne, jeune Nicolas, et que tu n’aies cherché ici, par un rapprochement incongru, à dédouaner l’islam de sa misogynie et de la tyrannie, anti-républicaine, des mâles.    Tu as seulement oublié que nos ancêtres ont lutté pour émanciper la femme et qu’il n’y a aucune raison pour que chacun de nous soit agressé par une image barbare au pays d’Olympe de Gouges et de Voltaire. Si l’islam veut voiler ses femmes qu’il retourne le faire dans les pays musulmans et qu’il revienne dans dix siècles, quand il sera devenu compatible avec la République et la France.

Il y a ainsi quelque chose de profondément inégalitaire dans le voile. Il y a deux sexes, et il est bon, que l’un des deux soit plus pudique que l’autre. Le voile est un cache sexe.

Nous savons que Nicolas Gardères est un excellent avocat, qui connaît le poids des mots et de la ponctuation. On pourrait comprendre qu’il fasse parler ici un musulman voilant sa femme, mais dans ce cas, où sont les guillemets ? Dans ce cas, où est le conditionnel « il serait bon…. » ?  Sans ces outils marquant que le locuteur est autre que l’auteur, ou que l’auteur prend de la distance avec les mots prononcés, on ne peut que croire qu’il s’agit de la pensée même de Nicolas…. « Il est bon que l’un des deux sexes sont plus pudique que l’autre« . En 68 on a lapidé des machos pour bien moins que ça, Nicolas…

Serais-tu en voie de conversion islamique ? Le vert libertaire cacherait-il un sens de la possession inavouable ? Qu’en dit ta chère et tendre ?

Le meilleur est pour la fin :

Porter le voile est en effet un acte paradoxal de liberté individuelle, en tant qu’il correspond à l’exercice des libertés constitutionnelles de conscience et de culte. 

Nicolas, nous sommes en France, la laïcité est le garant de la République et de nos principes constitutionnels, rien à voir avec la laïcité à l’anglo-saxonne que nos gouvernants voudraient nous imposer. La liberté individuelle avant le bien commun, c’est au Royaume Uni ou aux USA, pas en France. Le voile n’est pas une marque religieuse, c’est une marque infamante pour dire l’infériorité des femmes, bien appartenant à l’homme qui décide tout pour elle ; pour dire, aussi,  la bassesse de l’homme islamique incapable de réfréner ses pulsions sexuelles devant une mèche de cheveux. Si le voile était une simple question religieuse, on ne fouetterait pas, dans nombre de pays islamiques, celles qui ne le portent pas ou le portent mal. Si le voile était une simple question religieuse, on ne tuerait pas, dans nombre de  pays  islamiques, celles qui refusent de le porter, comme ils ont fait à Katia Bengana.  Si le voile était une simple question religieuse, on ne demanderait pas aux femmes non musulmanes de le porter dans les pays musulmans, comme à Hillary Clinton ou Christine Boutin en Iran. Si le voile était une simple question religieuse, on ne violerait pas les non musulmanes, non voilées, dans tout l’Occident, au motif qu’elles seraient « des putes ». Il n’est donc pas possible d’invoquer la liberté de culte pour imposer/accepter le port du voile en France.

Et puis, et puis, Nicolas, tu es censé connaître la loi, non ? La constitution garantit la liberté de conscience, ce qu’interdit l’islam. Qu’a à faire sur notre terre un système anti-constitutionnel ?

Nicolas, tu oses ensuite relativiser les choses et prétendre que le cas des femmes qui, en France, portent le voile sous contrainte et contre leur gré serait marginal.

Marginal. Je ne sais s’il me faut pleurer ou te jeter un verre à la figure, Nicolas.

Regarde ces videos et ose encore me dire que ces gamines de 5 ans voilées ont choisi et que ce fait est marginal et pas important. Ose !

http://resistancerepublicaine.com/2015/voulez-vous-payer-pour-que-soient-construites-des-ecoles-musulmanes/

 

http://resistancerepublicaine.com/2015/une-nouvelle-ecole-musulmane-en-plein-paris-pour-proteger-les-enfants-musulmans-du-feu-de-lenfer/

Alors ta conclusion, mon pauvre ami, ne tient pas la route une seconde :

« Je ne pense pas en effet, que les jeunes femmes voilées sous contrainte patriarcale soient nombreuses à faire des études supérieures. « 

Ah bon ! Les études émanciperaient les femmes et leur donneraient tous les droits, y compris celui d’amener dans nos Universités un modèle de sexisme, de séparation des sexes, pour ne pas parler de l’idéologie islamique, violente et incitant à la haine par essence ?

Aurais-tu oublié, Nicolas, que ceux qui ont mis des bombes dans le métro londonien étaient bardés de diplômes ? Ils ont eux aussi utilisé leur liberté. Contre celle des autres. Contre la vie des autres.

« Or, c’est précisément parce que l’Université est un lieu d’exercice extrêmement large, le plus large possible, des libertés individuelles, que l’interdiction du port du voile y serait profondément scandaleuse. »

Non, Nicolas, l’Université n’est pas le lieu d’exercice des libertés individuelles, c’est le lieu où l’on doit, plus qu’ailleurs, parce qu’on y forme l’élite de la nation, y appliquer nos lois, le respect de notre constitution, de notre héritage et de nos valeurs.

Cela s’appelle la Res publica et Robert de Sorbon, qui, il y a huit siècles, créa la Sorbonne,  disait clairement son projet : : « Vivre en bonne société, collégialement, moralement et studieusement ».   Rien à voir avec le déchaînement anglo-saxon  des libertés individuelles…

Et puis, Nicolas, qu’est-ce que c’est que cette liberté des unes qui s’accompagnerait de la négation de la liberté des autres ? Quid de la liberté de conscience des enseignants et des autres étudiants qui, selon leur éthique, leur conscience, leur « religion », refusent de parler ou d’être devant le symbole de l’asservissement féminin et de la conquête islamique ?

Bref, Nicolas, vis-tu dans une sphère à cent mille pieds de la réalité ? Atterris, je te prie. Et si tu aimes les femmes et la liberté, viens lutter avec nous contre le voile. Le reste n’est que littérature ou posture politicienne.

Christine Tasin

Résistance républicaine  

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


9 thoughts on “Non, Nicolas Gardères, le voile à l’université n’a rien à voir avec la liberté

  1. AvatarDUVAL Maxime

    La femme est l’avenir de l’islam en France. L’islamisation de la France se fera par la femme musulmane. La femme est vraiment l’avenir de l’homme… musulman. La conquête, elle en est le petit soldat et porte tous ses espoirs jusqu’au sacrifice suprême.

    http://www.prechi-precha.fr/islamophilie-dans-les-quartiers-populaires-lacces-a-lemploi-est-redevenu-un-combat-feministe/#more-40128

    Mais peut-être suis-je dans l’erreur… Que sont devenus les communistes que j’estimais, ceux de la Résistance.

    Pour vous reprendre Christine :

    Bref, Nicolas, vis-tu dans une sphère à cent mille pieds de la réalité ? Atterris, je te prie. Et si tu aimes les femmes et la liberté, viens lutter avec nous contre le voile. Le reste n’est que littérature ou posture politicienne.

    Christine Tasin

  2. AvatarSPARTAC

    Bonjour Christine,

    ton post tombe à pic pour moi !

    je tenais justement à exprimer ma désapprobation quant à la présence aux assises, de ce gauchiste islamo dégénéré de Gardères.
    Je souhaitais assister à ces assises du 15 mars…. mais je préfère y renoncer car je connais les limites de ma patience.

    Je considère, aujourd’hui, que la liberté d’expression trouve ses limites en la présence de tels fachos.

    Il ne faut pas confondre débat contradictoire et donner la parole à un attardé fascisant adepte de la pensé unique.
    Gardères ne discute pas …. Gardères impose son idéologie rétrograde.

    Gardères ne débat pas….. Gardères méprise ce qu’on lui oppose.

    Gardères, comme tant d’autres, en quittant la France lui rendrait service !

    Un statut d’avocat n’a jamais été un gage d’intelligence. La fonction ne fait pas l’homme…. il appartient à l’homme de développer la fonction !

    Au delà de ses propos ineptes, Gardères se vautre dans une autosuffisance et une autosatisfaction typiquement gauchiste et hautement méprisable.
    Il suffit de l’entendre « s’exprimer » dans TV Libertés face à un Monsieur Obertone imperturbable. Pathétique Gardères !

    Bref ! Je n’assisterai pas aux assises.
    Une prochaine fois ……………..sans Gardères.

    Semper Fi

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Cher Spartak je t’ai envoyé un courriel te demandant de m’appeler (je n’ai pas ton téléphone) pour en parler. Je répondrai suelement à quelques points ici.
      – Ne faisons pas comme nos ennemis qui veulent nous interdire tout débat, tout ce qui est contraire à ce qu’ils pensent. Ce sont des assises sur la liberté d’expression, à nous de montrer que nous ne sommes pas sectaires et que nous ne pratiquons pas ce que nous dénonçons chez d’autres.
      – Il est important, face à ce qui nous menace, de rassembler le plus largement possible dans les mouvements, partis, associations… il y a un certain nombre d’intervenants avec lesquels je ne suis pas d’accord politiquement, philosophiquement, sociétalement… et pourtant je les ai invités et je parlerai comme eux.
      – Il me semble important de pouvoir laisser parler ceux avec qui nous ne sommes pas d’accord pour pouvoir justement contre-argumenter et aider les gens à voir clair plu^tôt que de les interdire.Et il est bien qu’il y ait des gens de gauche comme Nicolas Gardères, moi ou d’autres pour que l’on ne nous fasse pas le procès d’un rassemblement « d’extrême droite ». c’est d’autant plus important quand il s’agit de liberté d’expression.
      – Je ferai un petit bilan de la matinée, juste après lui ; s’il dit des choses qui peuvent choquer les nôtres, je pourrai rappeler que cela n’engage que lui et que nous ne sommes pas d’accord.
      – et puis, sur la liberté d’expression, il peut être excellent comme il l’a été à Montpellier où il a obtenu la relaxe de Josiane Filio et de Richard Roudier.
      – Par ailleurs te priver d’une journée exceptionnelle à cause de quelqu’un que tu n’encadres pas, c’est dommage non ? D’autant que tu peux sortir quand il parle, n’arriver qu’après son discours….

  3. BeateBeate

    « Porter le voile est en effet un acte paradoxal de liberté individuelle, en tant qu’il correspond à l’exercice des libertés constitutionnelles de conscience et de culte. »

    NON.
    Madame Chahla Chafiq parle des enjeux du port du voile et de la Liberté. Dire « Ma liberté est de choisir le voile » est un contre-sens car la Liberté ne peut pas être un produit de consommation que nous utilisons à notre convenance. Les mots doivent être compris avant d’être utilisés, nous devons retourner à la source des mots. Lorsque le sens du mot Liberté est compris, il est impossible de revendiquer les signes d’une idéologie totalitaire au nom de la Liberté. https://www.youtube.com/watch?v=yWOTXcLy-gg

    « Or, c’est précisément parce que l’Université est un lieu d’exercice extrêmement large, le plus large possible, des libertés individuelles, que l’interdiction du port du voile y serait profondément scandaleuse. »

    NON.
    L’interdiction du port du voile est vital pour la sécurité des jeunes filles et jeunes femmes non-musulmanes ainsi que pour les musulmanes non-voilées.
    Pour les musulmans le port du voile islamique est soi-disant un signe de “modestie” et par la soumission aux lois de l’Islam les femmes voilées sont des femmes respectables, ce qui implique que les femmes non-voilées ne sont pas respectables, donc pas respectées par les musulmans.

    Le voile islamique n’est pas un signe religieux, mais c’est un outil de controle de toute la société. Le voile islamique est un outil totalitaire de ségrégation de la société; ségrégation des genres mettant les femmes au rang d’inferieures, ségrégation entre des pures (les musulmans) et des impurs (les non-musulmans).

  4. Laurent CLaurent C

    Merci aux contributeurs pour les compléments d’infos.
    Quant à la première minute de la seconde vidéo, l’école Louqman, on constate déjà qu’il instaure un autre état dans l’état, hormis le fait qu’il débite des citations en arabe. L’arabe n’est pas la langue de la République!

  5. Laurent CLaurent C

    Pour ceux qui ne liraient que cet article par manque de temps, voyez au moins celui de Salem Benammar:

    Bukhari (62:81) – « Le prophète dit: ‘les conditions les plus à même d’être respectées sont celles qui vous donnent le droit de jouir de ses parties intimes [à la femme] (c.-à-d. les conditions d’un contrat de mariage).’ » En d’autres mots, la chose la plus importante qu’une femme apporte lors de son mariage est ce qu’elle a entre les jambes.
    Bukhari (62:58) – Une femme s’offre en mariage à Mahomet, mais celui-ci ne la trouve pas attirante, alors il la « donne » aussitôt à un autre homme.
    Salem ne nous dit pas, pas plus les archéologues, si mahomet (minuscule voulue pour cette saleté) les achetaient au kilo, en promo etc et à quel prix, ramené en franc constant. Cette question est motivée pour réaliser une étude comparative avec les prix proposés par Daesch…mais peut-être devrait-on demander à ces étudiantes universitaires voilées, une thèse sur ce sujet (qui me dégoûte). On détecterait ainsi s’il y a commerce de bipèdes, respectueu de la pratique du merveilleux prophète (que Satan le bénisse)

    https://salembenammar.wordpress.com/2014/04/14/accorder-des-droits-a-la-femme-musulmane-revient-a-mettre-a-mort-lislam-lui-meme/

  6. AvatarFrançoise

    Protégeons nos enfants du feu de l’enfer ! moi je dirais protégeons nos enfants de la maladie du cerveau et à termes de l’aliénation mentale au lieu de faire toute cette propagande, ce n’est pas en faisant cette publicité que nous améliorerons le vivre ensemble, cela ne conduira qu’au chaos.

  7. AvatarXtemps

    Il faut encore expliquer cela à un avocat!, et en connaissant les lois!, il est payé combien pour dire des conneries pareille, malheureusement il n’est pas le seul dans ce cas.
    C’est toujours par lâcheté que l’Islam avance, dans un monde sain l’ Islam n’aurait jamais pu se développer, il serait déjà anéantis depuis longtemps, un truc pareille aussi débile, il faut être forcé pour y entrer, avec l’intelligence vous entrer pas, quel aberration.

Comments are closed.