Strasbourg : où est le chef qui réunira les résistants à l’islamisation ? Par Jean-Louis

Publié le 21 novembre 2014 - par - 4 commentaires

mosqueeturqueLa nouvelle mosquée turque sera construite sur l’emplacement d’une ancienne et importante fabrique de jouets appelée Joustra. Quand sont arrivés sur le marché les jouets fabriqués en Asie, Joustra n’était plus concurrentiel et a dû fermer.

Curieuse destinée, là où il y a quelques décennies on confectionnait des jouets pour éveiller l’esprit des jeunes Français, on va aujourd’hui formater le mental des jeunes musulmans.

Le maire et son équipe sont des dhimmis de la pire espèce. Mais en cela, ils ne font que suivre la ligne de leur parti.

Qu’ils aient laissé construire une mosquée que l’on croirait directement transposée de Turquie (il est vrai qu’Allah est tout puissant, ce serait un jeu d’enfant pour lui), dotée de deux minarets de 44 m de haut, est une horreur absolue dont je serai obligé de subir la vision en traversant le quartier (j’habite à 10 mn du lieu).
Mais les Strasbourgeois qui vont faire leurs courses à Kehl (bourgade allemande située juste en face de Strasbourg, devenue presque un faubourg de cette dernière, et où les prix sont nettement moins élevés qu’en France) doivent déjà se farcir une mosquée turque, construite elle aussi à l’orientale avec deux imposants minarets. A côté de cela, la grande mosquée marocaine de Strasbourg est relativement discrète et ne jure pas trop dans le paysage.

Les élus strasbourgeois et alsaciens en général son devenus d’affreux trouillards. Ils assurent eux mêmes la promotion de l’Islam et associent systématiquement les dirigeants musulmans à la moindre manifestation cultuelle, culturelle ou autre qui se déroule dans leur ville. Le clergé chrétien n’est pas en reste et va lécher régulièrement les bottes aux musulmans. Même les juifs s’y mettent, aussi traîtres que les autres.

En fait, il manque à Strasbourg un rassemblement politique bien organisé de patriotes et de résistants doté d’un chef charismatique pour faire contrepoids. Les quelques rares qui ne se laissent pas marcher sur les pieds sont encore inaudibles et bien entendu écrasés par la bienpensance de l’UMPS.
Quant à la cité de la Meinau, un ami qui y habite me dit   je n’ai pas besoin de passer mes vacances au Maghreb, je n’ai qu’à regarder par la fenêtre de mon HLM pour croire que j’y suis.

Philippe a raison, ces gens haïssent la France. A mon avis par veulerie, par peur et et par soumission. Pourtant, leurs ancêtres en ont bavé sous la coupe de conquérants de toutes sortes, mais eux ont toujours su retrouver leur liberté. Ceux d’aujourd’hui se livrent eux mêmes à l’adversaire islamique sans même combattre. Des traîtres et des lâches, rien de plus !

Allons enfants …

Jean-Louis 

Print Friendly, PDF & Email

4 réponses à “Strasbourg : où est le chef qui réunira les résistants à l’islamisation ? Par Jean-Louis”

  1. Avatar jarczyk dit :

    Ce n’est pas qu’à Strasbourg qu’il manque des usines à c…….comme dirait Le Pen, père; quant aux usines à cons, elles sont légions!!!
    Le manque de réactivité des gens, des « autochtones » est vraiment consternant!
    Mais ce déclin du courage, est un processus qui dure depuis tant d’années que, seul, un coup très dur fera en sorte que les gens sortent de cette léthargie , et ce coup est en train de se produire, a quelques milliers de KM, pour l’instant, surtout ; Rappelons nous les paroles d’André Malraux !!!

    En 1956 déjà, un texte prémonitoire d’André Malraux sur la menace islamiste
    André Malraux (1901 – 1976), de son nom complet Georges André Malraux, est un écrivain, un aventurier et un homme politique français.

    Malraux

    « La montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam ». – André Malraux

    Glané sur MediArabe.info
    En 1956 déjà, un texte prémonitoire d’André Malraux sur la menace islamiste.

    En juin 1956, dans un enregistrement détenu par l’Institut Charles De Gaulle et reproduit par « Valeurs Actuelles » en décembre 2001, André Malraux évoquait déjà le « grand phénomène de la violence islamique ». Un demi-siècle plus tard, l’actualité confirme les craintes de l’ancien résistant, les doutes de l’ancien ministre, et les prémonitions du fervent gaulliste qu’était Malraux.

    En effet, le 3 juin 1956 Malraux disait :

    « C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles.

    A l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam. En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’Etat.

    Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis « musulmane », je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet. Dès maintenant, le sultan du Maroc est dépassé et Bourguiba ne conservera le pouvoir qu’en devenant une sorte de dictateur.

    Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps… Actuellement, il est trop tard ! Les « misérables » ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé.

    Nous avons d’eux une conception trop occidentale Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race. L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution ».

    Une guerre vient lentement vers nous…Et nous regardons ailleurs!

  2. Avatar Françoise dit :

    C’est hélas la majorité des élus quoiqu’on en dise, tout est bon pour apaiser les demandes,même les pires compromissions et en cela ils ne sont pas en reste, ce maire est UMP ? ça ne m’étonne pas mais…. après tout les strasbourgeois ont majoritairement votés pour lui ! il n’y en a vraiment pas un pour relever l’autre.

  3. Avatar david dit :

    « souvenez vous strasbourgeois,
    il n’y a pas si longtemps……..

    Le 12 juillet 2011, devant le groupe parlementaire de l’AKP, Recep Tayyip Erdogan a répondu aux critiques portant sur son programme de gouvernement. Il en a profité pour déclamer une nouvelle fois, en public et devant les caméras, le désormais fameux poème de Ziya Gökalp, pour lequel il avait été condamné à dix mois de prison en 1998 : « Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles sont nos casques, les mosquées nos casernes, et les croyants sont nos soldats 1 » (voir la vidéo). Les députés de l’AKP ont accueilli l’allocution du premier ministre par une ovation debout.

Lire Aussi