Non le coran de La Mecque et celui de Médine ne sont pas différents ! Par Jean Théron

Publié le 16 octobre 2014 - par - 13 commentaires

coran_mecqueStop à la différenciation entre le Coran de La Mecque et le Coran de Médine.
Dans son article paru sur Résistance Républicaine, Madame Lucinda Ivarsen nous fait une présentation particulièrement favorable des versets dits de La Mecque : «(des versets) chaleureux,exaltant l’âme en compassion généralisée… » « La plupart de ces premiers textes considérés comme sains et bienfaisants représente le fond positif « séduisant » de l’islam…La trame bienfaisante – dite de La mecque – est d’autant plus acceptable et sympathique » 

Diable ! Le Coran serait, dans sa partie mecquoise, en gros la moitié, « chaleureux »« sain » « bienfaisant » «(avec un)fond positif » « séduisant » « acceptable » « sympathique ».
Et l’on ne se précipiterait pas dans des bras aussi accueillants !
Je pense que cette vision du Coran est totalement déformée.
Comme l’analyse que fait Eric Zemmour depuis quelques temps de ce Coran de La Mecque. Ses versets seraient selon lui « plutôt universalistes et pacifiques« , présenteraient « un Islam de paix », »un islam tolérant« , ce qui a permis à Doménach de se réjouir d’un « on progresse » victorieux.

Il n’y a rien de pacifique, de tolérant,de chaleureux, de sain etc… dans ces passages du Coran pas plus que dans les autres.

C’est la même dichotomie, il suffit de lire, entre les « croyants », « les musulmans » , qui doivent, entre autres, se méfier de leurs femmes, de leurs enfants, ou de leur père et mère, s’ils veulent atteindre le paradis « aux jeunes vierges au regard modeste dont jamais ni homme ni génie n’a profané la pudeur » et tous les autres, : « infidèles », « incrédules », « idolâtres »,« ceux qui ont perdu leur âme( les juifs) » « ceux qui associent ( les chrétiens) » « ceux qui ne croient point à la vie future », qui sont « ignorants », « comme des brutes et même plus que des brutes », « gonflés d’orgueil » « menteurs », « perfides », « pervers »,« méchants », « coupables », « criminels »…menacés d’extermination «comme les peuples qui les ont précédés », « d’être transformés en singes »et destinés au feu de l’enfer, à boire de l’eau bouillante ou du pus.

C’est exactement le même contenu à l’exception des appels à la guerre sainte et à tuer les autres que l’on trouve dans le « coran de Médine », tout simplement parce qu’avant Médine, Mohamed n’avait pas encore créé le premier Etat Islamique, si l’on en croit la tradition.

Aujourd’hui ce n’est plus le cas et nous voyons se créer en temps réel un nouvel Etat Islamique en Syrie-Irak avec son cortège de saloperies barbares, de pillages, d’assassinats de masse, de milliers de décapitations,de destruction de peuples « infidèles » précédemment installés, d’excision pour toutes les femmes, de viols, de mise en esclavage…, saloperies qui ont toujours accompagné, depuis le VIIème siècle, l’installation des états islamiques.

Mettre artificiellement en opposition les versets donnés à La Mecque et ceux donnés à Médine aboutit à avaliser le dicours hypocrite et mortel sur l’islam religion de paix, de tolérance et d’amour, vecteur de l’islamisation de notre pays, processus vers un Etat Islamique.

Stop ! N’utilisons pas contre nous les armes idéologiques de nos ennemis.

Jean Théron, responsable Résistance républicaine PACA et membre du Directoire

Print Friendly, PDF & Email

13 réponses à “Non le coran de La Mecque et celui de Médine ne sont pas différents ! Par Jean Théron”

  1. EVA EVA dit :

    Merci beaucoup pour cet article.
    Ce que vous dites est vrai, mais il n’en reste pas moins que c’est de cette partie du coran, la partie mecquoise, que sont puisées les paroles sympathiques que les musulmans utilisent pour enfumer les Occidentaux.
    Il est difficile de résister au charme d’une phrase comme:
    « Nulle contrainte en religion ».
    C’est pour cette raison que nous sommes constamment obligés de passer derrière les enfumeurs professionnels pour expliquer que telle parole a été abrogée, ou que tel verset a été tronqué par ceux qui le citent.
    Bref, on ne peut pas tourner le dos une minute sans que la religion de paix ne cherche à gruger quelque nouvelle victime.

  2. Avatar Huineng dit :

    Une erreur qu’on fait souvent c’est de comprendre les propos qu’Eric Zemmour au 1er degré .
    Si quelque part il a dit qu’il y a une partie sympa dans le Coran, c’est uniquement pour se ménager des critiques tordues que comme celles de Daniel Cohn-Bendit ou de Jacques Attali qui le considèrent comme un crétin fini
    Mais dans le fond je reste persuadé qu’il considère tout le Coran comme un livre de haine, dans lequel comme il l’a dit « on parle partout de tuer les juifs et les chrétiens » .

  3. Avatar Mandalay dit :

    Eva, dans son commentaire, a raison d’évoquer la question de l’abrogation.

    Vis-à-vis du coran, nous réagissons selon notre « vision » occidentale (et assez analytique) des choses.
    Il ne viendrait à l’esprit d’aucun occidental de publier un bouquin, en sachant que la moitié de son texte n’a aucune raison d’être, puisque se référant à des éléments abandonnés ou rejetés depuis des centaines d’années.
    Pour l’exemple, cela reviendrait à vouloir publier -aujourd’hui- un traité sur les techniques les plus avancées de la neuro-chirurgie, en incluant dans cet ouvrage très pointu,… l’ensemble de la thérapeutique de Galien (2ème siècle), ou des théories régissant la médecine, telles qu’elles étaient connues et enseignées par l’école médicale de Salernes au 12ème siècle !
    Donc, une absurdité et un non-sens total.

    Et pourtant, c’est ce qui se passe tous les jours avec le coran.

    La majorité des textes dits de la mecque, sont abrogés (mais ils sont toujours publiés, alors qu’ils sont sans valeur).
    Ce système d’abrogation a été mis en place par les responsables musulmans, et eux-seuls, sans contrainte réelle venue de l’extérieur de l’islam.
    Ne subsistent alors, que les textes dits de médine.

    D’un certain point de vue, vouloir abroger les textes médinois équivaut à achever la destruction du coran.
    Destruction entamée par les musulmans eux-mêmes, en abrogeant les versets mecquois.
    Ce n’est qu’une opinion, sans plus …

    Ceci étant dit, J. Theron a raison quand il dit que le coran est « un ».
    Même s’ils sont sans valeur, les textes mecquois sont des « idiots utiles »… et même très utiles »
    Ils créent un écran de fumée, ayant l’apparence de la pureté « religieuse » (car c’est la révélation faite à momo), et dissimulant avantageusement aux yeux de ceux qui ne veulent pas voir, les objectifs de suprématie, et d’asservissement de tout et de tous, au seul profit des autorités de l’islam.

    Conclusion, l’islam est une saloperie, et le coran est un outil de cette saloperie.

    • EVA EVA dit :

      C’est exactement ce que je suis en train d’écrire dans un commentaire sur la réforme de l’islam, que je posterai demain probablement.
      Merci Paul !

    • EVA EVA dit :

      Bonjour Mandalay,

      Les versets mecquois étant abrogés, si en plus les musulmans faisaient le ménage dans les versets médinois, il ne va pas leur rester grand-chose dans le coran !

  4. Avatar paul dit :

    La partie Mecquoise du Coran correspond à la vie du prophete à la Mecque ,au début de son délire et quand il avait besoin des Juifs ,des Chrétiens et des paiens qui vivaient là…Cette pseudo tolerance n était que la premiere application de la takkiyya tout simplement..Ensuite chassé de la Mecque pour exces de provocations et de mépris ,le pseudo prophete s en alla à Medine ou il forma une solide armée de bandits ivres de butin et de pillage. Devenu victorieux apres avoir passé par le fil de l épée tous ses anciens protecteurs et opposants ,Mahomet n avait plus besoin de personne si ce n’était de terroriser ses ennemies et ainsi il en est de la partie dite Medinoise du Coran..

    Takkiyya ,victimisation ,provocation et exigence par la violence :Le schéma est le meme que ce soit pour le coran ,la vie prophete de malheur et les étapes lors de l’islamisation d un pays non musulman ..En France nous somme déjà entre la 3eme et 4eme étape..

  5. Avatar pelosse dit :

    L’islam, quelque sous-nom qu’il prenne, est toujours l’islam !
    Depuis que leur prophète a fait écrire son coran, faute de savoir écrire lui-même, les musulmans n’ont cessé de répandre leur religion de haine et de peur.
    Qu’il soit de la mecque ou de médine, le coran n’est qu’un tissu d’interdits ici-bas pour des récompenses que personne n’est jamais revenu confirmer.
    L’islam est une saloperie sanglante et infamante à l’égard de qui n’est pas musulman et une supercherie machiste à l’échelle mondiale.
    Les femmes suivent par hantise de la mort ces tyrans qui ne cherchent qu’à assouvir leurs instincts bestiaux de suprématie, de violence, de copulation, même contre nature.
    Leur jihad n’est qu’un prétexte pour éprouver des sensations extrêmes !
    Ceux qui reviendront raconteront à ceux qui mangent sur notre dos et ils en riront tous ensemble !

    .

    • Avatar Christine Tasin dit :

      il semble que le marchand mahomet n’était pas analphabète mais qu’on ait fait courir ce bruit pour rendre crédible la fable d’un enseignement reçu directement d’Allah

      • Avatar Huineng dit :

        Tout-à-fait

        Non seulement j’ai la conviction que Mahomet n’était pas analphabète, mais en outre j’ai la forte intuition qu’il a reçu un enseignement de la part de moines chrétiens certainement très rigides et un peu brutaux avec leurs élèves, d’où sans doute sa haine des moines dans le Coran.
        Dans le Coran, des “moines” sont mentionnés plusieurs fois. Les exégètes disent que l’attitude du Coran envers les moines reflète une attitude ambivalente envers le christianisme et les chrétiens en général. D’un côté, le Coran dit aux musulmans : « Tu trouveras que les gens les plus proches de ceux qui croient, par l’amitié, sont ceux qui disent « nous sommes chrétiens ». C’est que parmi ceux-ci se trouvent des prêtres et des moines et que ces gens ne s’enflent point d’orgueil ».

        D’autre part, le Coran dit aussi que les juifs et les chrétiens respectivement “ont pris leurs docteurs et leurs moines comme des Seigneurs en dehors de Dieu”. Et le texte poursuit “beaucoup de docteurs – juifs- et de moines dévorent certes le bien des gens injustement et détournent les autres du chemin de Dieu”. Bien qu’il existe dans les nombreuses traductions et interprétations du Coran dans les langues occidentales, le sens du jugement sur les moines est toujours le même.

        • Avatar Christine Tasin dit :

          TRès justes remarques

        • Avatar matamaure dit :

          Complètement faux, puisque le prophète de l’islam faisait appel à des secrétaires pour écrire les textes qu’il leur dictait et lui lire les lettres qu’on lui envoyait, l’un d’eaus s’était même vanté à la Mecque (avant sa conquête) décrire ce qu’il voulait (sachant qu’il était incapable de vérifier) Curieux pour un « prophète » qui a reçu comme premier commandement de lire.
          D’autre part, la religion chrétienne telle que nous la connaissons n’a eu que très peu d’influence sur l’islam contrairement au judaïsme antique dont il reprend non seulement une partie des règles alimentaires et d’hygiène mais surtout les peines barbares du Talion (« Le Talion est notre loi ») ainsi que la cruauté à la guerre tel ce verset du Deutéronomme :
           » Lorsque tu t’approcheras d’une ville pour l’ATTAQUER, tu lui proposeras d’abord la paix. Si elle l’accepte et t’ouvre ses portes, alors tout le peuple qui s’y trouve te sera soumis et tributaire. Si elle refuse, alors tu l’assiègeras et lorsque l’Eternel, ton Dieu te l’aura livrée entre tes mains, tu feras passer tous les mâles au fil de l’épée, mais tu garderas pour toi les femmes, les enfants, le bétail et tout le butin.  »
          Il s’agit bien d’une paix dans la soumission comme celle conçue par le prophète de l’islam lors de ses conquêtes qu’il va appliquer avec la plus grande sévérité vis à vis des juifs de la tribu des Banù Qurayzites, qui, assiègés dans leurs forteresses, s’étaient rendus après avoir reçu la promesse d’avoir la vie sauve, mais dont tous les hommes « en âge de se raser » furent décapités y compris les vieillards, les femmes et les enfants étant réduits en esclavage et leurs biens confisqués.
          Mais à la différence des juifs qui avaient limité leur conquête à leur « terre sainte » l’islam a pour but de s’imposer à l’humanité tout entière comme le proclame clairement la sourate 48 La Victoire :
           » Nous vous appelerons à marcher contre les nations et vous les combattrez jusqu’à ce qu’elles embrassent l’islam  »
          Verset confirmés par des dizaines d’autres aussi clairs, précis et non équivoques.
          Mais surtout les juifs ne font pas de prosélytisme, bien au contraire.

  6. Avatar matamaure dit :

    A l’origine, le prophète de l’islam voulait rassembler juifs et chrétiens dans un monothéisme rigoureux plagié sur le judaïsme antique dont il reprenait en partie seulement les règles d’hygiène et les interdits alimentaires, mais toutes les peines barbares du Talion. Il reconnaissait aux gens du Livre la possibilité d’accéder au paradis en pratiquant leur religion.
    Tout va changer à partir de l’installation à Médine où il va s’opposer aux juifs qui refusent de le considérer comme prophète :
     » Le Messager de Dieu ne cessa d’appeler les juifs à la religion de l’islam, en leur vantant ses vertus (?) et en les mettant en garde contre la colère de Dieu et les souffrances qu’il pourrait leur infliger. Deux d’entre eux lui répondirent :
    – Nous suivront plutôt la religion de nos pères, ils étaient plus savants et meilleurs que nous  »
    Le conflit va s’aggraver par la suite et aboutir à l’expulsion des juifs de leurs oasis, tribu après tribu, qui seront chassés et dépouillés de leurs biens.
    Quant aux chrétiens, peu nombreux à Médine mais formant une communauté importante à Najran, ils vont envoyé une délégation qui aboutira également à la ruprure. Pour apaiser le débat et rentrer à Najran; ils lui dirent :
    – Abù Qâsim (terme désignant le prophète), nous ne voulons pas nous disputer avec toi. Garde ta religion, nous garderons la nôtre  »
    Cette phrase attribuée à tort à Mahomet est en fait une phrase prononcée par les chrétiens comme le montre le sort réservé plus tard aux chrétiens de Najrân :
     » Le Messager de Dieu Khalîd ib al-Walid (massacreur de femmes et d’enfants même musulmans et récidiviste) « proposer » l’islam aux habitants de Najrân. Il ne devait les combattre qu’en cas de troisième refus…
    Quand les chefs de Najrân vinrent rencontrer le Prophète, il leur dit :
    – Si Khalid ne m’avait pas prévenu que vous aviez embrassé l’islam sans combattre, vos têtes seraient tombées à vos pieds  »

    A ce propos et d’autres, il convient de lire le livre de Hichem Djaït, professeur émérite à l’Université de Tunis,  » La Grande Discorde  » – Religion et Politique dans l’islam des origines qui précise parfaitement le changement de comportement du prophète à partir de l’hégire :
     » Dieu a ordonné la guerre à son Prophète nous dit la Tradition, alors que jusque là et pendant 13 ans la carrière prophétique s’était déroulée comme une prédication pacifique. L’émigration hors de la Cité impie, la rupture avec le milieu tribal (et ce que je me permet d’ajouter : les conditions économiques désastreuses des musulmans à Médine qui ne devaient leur survie que grâce à la charité des Ansàrs (convertis médinois), s’est conjuguée avec un tournant majeur dans la conception même de la prophétie convertie à la politique et à la guerre… L’initiative offensive , très rapidement allait se révéler comme la raison même de cette cité (Médine) et de même la constitution d’une force de frappe qui de quelques centaines d’hommes au départ, allait gonfler jusqu’à compter à la fin 30000 combattants… Et tou d’abord parce que s’est opéré un glissement du pacte originel de défense vers l’Etat guerrier et de butin offensif… A Badr aussi, on remarque que le butin est devenu un élément déterminant pour entraîner les hommes… La bataille de Badr va consolider le pouvoir du Prophète à Médine et lui permettre de lancer de manière assurée l’action guerrière… Elle va lui permettre de préciser sa politique vis à vis des juifs en individualisant l’islam comme religion (changement de la direction de la prière) et en faisant des juifs une cible. A chaque crise guerrière les juifs vont payer le prix fort, non seulement parce qu’ils sont le témoins négateur vivant mais aussi pour alimenter un butin ceux qui suivent le prophète et le nouveau pouvoir en formation lui-même… Plus que jamais l’Etat islamique tend à devenir un ETAT-BUTIN, se pliant aux lois de la guerre de la Péninsule mais avec une détermination et une régularité inusitées dans les guerres inter-tribales. Surtout l’épisode du massacre froid et rationnel des Banù Qurayza va inaugurer une violence d’Etat et de guerre véritable, absolument inédite en Arabie et qui dérive des pratiques de l’Orient ancine :
    massacre de la totalité des hommes, mise en esclavage des femmes et des enfants. La violence bédouine n’avait pas cette allure systématique, cette détermination, cette organisation et elle ne se déroulait pas à si grande échelle. L’élément étatique intervient mais aussi le secours de l’idéologie religieuse, avec la vision clair d’un avenir à défendre et à qui il faut sacrifier massivement des vies humaines… »
     » Vers la fin de sa vie, le Prophète conçoit clairement la conquête comme un substitut au commerce… »
     » Au vrai, du fait même qu’il s’agit dès son acte de naissance au moment de l’hégire d’un ETAT GUERRIER, la conquête n’est plus pour lui un accident. Elle lui est consubstantielle. La seule manière de fédérer les tribus était de leur offrir un but familier, celui de la recherche du butin toujours recommencée.  »
    Pour conclure :
     » La cause primordiale de la conquête musulmane est donc l’existence d’une MACHINE DE GUERRE fondée par le Prophète, perfectionnée pas ses successeurs et qui avait vocation à l’expansion indéfinie. Inversement, cette machine de guerre n’a pu se crréer et s’étendre qu’en se fondant sur l’appétit de butin de cercles de plus en plus élargis d’Arabes.  »
    Heureusement que les historiens indépendants sont lâ pour rétablit la vérité falsifiée par certains prédicateurs et leurs « idiots utiles » qui veulent nous faire croire que l’islam est une « religion de paix et de tolérance » contrairement à ce que disent ses textes fondamentaux.

Lire Aussi