La députée irakienne Vianne Dakhil blessée dans un "accident" (?) d'hélicoptère !

chretiennesenirakOn se souvient de cette video terriblement émouvante, vous prenant aux tripes, avec cette députée irakienne appelant au secours les députés… qui se contentaient de crier « chut » comme nous avons pu le comprendre grâce à  la traduction de Eva, placée sous la video dans l’article ci-dessous :

http://resistancerepublicaine.com/2014/les-chretiennes-vendues-comme-esclaves-au-souk-de-mossoul/

Elle a été blessée hier dans un accident d’hélicoptère. Elle revenait d’une distribution de vivres à la communauté Yazidi réfugiée dans les montagnes.

http://www.kapitalis.com/societe/23982-irak-la-deputee-yezidie-vian-dakhil-blessee-dans-un-crash-d-helico.html

Je ne crois pas aux coïncidences. Je doute fortement que cet accident d’hélicoptère n’ait pas été téléguidé par ceux que la véhémence et l’activisme de Vianne Dakhil dérange.  Et je suis persuadée que, s’il s’agit d’une tentative de meurtre, elle n’est pas le fait du nouveau calife mais des pairs de Vianne… Leurs réactions à son discours étaient si effroyables… 

Christine Tasin

 

 125 total views,  1 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. Ce n’est peut être pas un complot, toujours est-il que ceux qui apportent leur aides aux Yézidis et aux chrétiens sont certes très mal vu par les fanatiques de l’EIIL alors tout les moyens sont bons pour empêcher et faire taire les gens qui tentent de leur apporter de l’aide, en tout cas elle est la seule femme irakienne qui ait eu ce courage de dénoncer avec une grande émotion ce qui ce passe là bas, je ne vois aucuns hommes faire la même chose.

    • En effet, Françoise. Si vous écoutez la vidéo où elle réclame de l’aide, vous entendrez à un certain moment des voix d’hommes qui protestent, qui veulent qu’elle se taise, et d’ailleurs le président du parlement lui demande de s’en tenir à la déclaration qu’elle devait lire, et qui a été préalablement approuvée.
      Mais elle a continué, et à un moment vous entendez le président lui dire « chuuut », ce que je trouve scandaleux, quand on est en train d’appeler au secours pour arrêter un génocide.
      En tous cas en tant que députée, on ne peut pas dire qu’elle n’a pas fait son travail. Elle a dénoncé publiquement le génocide de ceux qu’elle représente au parlement irakien, et elle a survolé des forces armées qui assiégeaient les siens pour leur porter secours. Elle a probablement dû remuer ciel et terre pour trouver un grand hélicoptère, dans lequel elle a embarqué de l’eau, de la nourriture et des médicaments pour les assiégés.
      C’est sur le chemin du retour que son hélicoptère s’est écrasé. Il y avait avec elle à bord des personnes qui avaient besoin d’être soignées d’urgence dans un hôpital.
      Si tous les députés pouvaient être comme elle ! Elle était très désemparée, mais elle a quand même trouvé le moyen d’aider les siens au risque de sa vie.

  2. Bonjour Madame Tasin,
    Je crois qu’il est peu probable que ce soit un accident, étant donné que l’hélicoptère avait pour mission de secourir les familles assiégées et affamées dans le Mont Sinjâr par les musulmans.
    L’hélicoptère a donc dû survoler les positions des islamistes qui encerclent ce lieu. C’est bien entendu un gros risque, et il arrive souvent que l’hélicoptère se fasse canarder à partir du sol.
    Je suppose que la députée Vianne Dakhîl connaissait le risque, mais en tant que députée et en tant que membre de la communauté assiégée, elle se sentait tenue de prendre ce risque pour aider les siens.
    Je suis donc convaincue qu’il ne s’agit pas d’un accident. Mais je ne suis pas sûre que Madame Dakhîl était visée personnellement. Car d’une manière générale, quand il y a un siège, ceux qui défient ce siège en apportant des vivres aux assiégés sont bien sûr visés par les assiégeants, quelque soit leur appartenance politique ou religieuse.
    Quand j’étais jeune, j’habitais un quartier chrétien qui a été cerné à plusieurs reprises par les adeptes de la religion de paix, qui prenaient soin de nous couper l’eau et l’électricité, et qui barraient les routes menant vers notre quartier, rendant impossible tout approvisionnement en nourriture.
    Il arrivait que des ambulances de la Croix Rouge tentent de nous apporter des vivres ou des médicaments: ces ambulances étaient parfois criblées de balles, et leurs occupants mourraient pour avoir voulu nous porter secours.
    Mais personne en particulier n’était visé, c’est juste que nos assiégeants ne supportaient pas que nous recevions une aide qui nous permette de survivre au siège qu’ils nous imposaient.
    J’espère que cette femme courageuse va s’en sortir, ainsi que les autres blessés qui étaient avec elle dans l’hélicoptère. Pour les assiégés du Mont Sinjar, elle était le dernier recours, la dernière personne à tenter de faire entendre leur appel au secours. J’ose à peine imaginer le choc qu’ils ressentent à l’idée que leur bienfaitrice a été blessée dans ce crash.

Les commentaires sont fermés.