Chrétiens d’Orient : extinction programmée, par Sorel Zissu

chretiennesenirak Enfin on parle ! Plutôt, on commence à parler dans les médias, même sur la télévision publique (France 2, par exemple) qui d’habitude se penche à satiété sur tous les malheurs des populations non chrétiennes. Car c’est une activité de nos « élites » intellectuelles et surtout journalistiques, activité connue, archiconnue, un matraquage des esprits : tout ce qui est chrétien est à prendre avec des pincettes,  même avec répulsion ;  car il faut expier les graves fautes des croisades, les guerres de religions, le colonialisme, l’esclavage.

 

Esclavage, oui, mais suivant la doxa taubiriste condamnons uniquement l’esclavage transatlantique (par des blancs chrétiens, quelle horreur !) en omettant le fait que plus de 65 % des esclaves soit l’œuvre des arabo-ottomans et une partie des africains eux-mêmes.

C’est comme cela qu’on fabrique, plutôt on falsifie l’histoire,  avec le concours d’une grande partie des enseignants, journalistes, politiques et autres bonnes âmes (vous les connaissez, cœur à gauche, portefeuille à droite)

Revenant aux chrétiens d’Orient, cet Orient qui est le berceau historique du christianisme et qui a mieux conservé dans les rites et pratiques, l’essence originelle de l’enseignement chrétien. Or, j’accuse la majorité des leaders politiques, intellectuels, des responsables religieux, des faiseurs d’opinion de favoriser l’extinction de ces populations, leur anéantissement par des massacres, génocide,  conversions forcées, viols et, dans le meilleur des cas, contraintes à l’exil. Par couardise, ignorance ou calcul électoraliste.

Car, depuis un siècle, ce XX-e siècle dont les crimes abjects du nazisme et du communisme ont occulté cet autre crime contre l’humanité qui constitue la disparition forcée des populations chrétiennes du Proche et Moyen Orient. Action qui continue et se développe sous nos yeux au siècle actuel.

J’ai dit crime contre l’humanité ? Mais comment appeler autrement  ce travail continu d’extinction des peuples, seulement à cause de leur religion ?

Maintenant, trop c’est trop et les voix commencent à se faire entendre ; des voix et timidement, trop timidement et en tout cas assez tard, des actions : intervention aérienne des USA, aides humanitaires et c’est tout. Mais uniquement en Irak (coté kurde). Insuffisant, notoirement insuffisant !

Alors, j’ai envie de crier de toutes mes forces : que faites-vous d’utile MM. les gouvernants des pays démocratiques, que faites vous les bonnes âmes prêtes à défendre la veuve et l’orphelin là où ca vous arrange, où sont les grands manifs avec banderoles, slogans et cris (sans violence, bien sur). Et surtout, où sont les leaders musulmans dans le monde et dans nos pays occidentaux pour se révolter et condamner toutes ces atrocités ? Aux abonnés absents. Ne me dites pas que enfin, quelques voix ici ou là, condamnent des bouts de lèvres et seulement aujourd’hui et uniquement les exactions du « calife autoproclamé al Baghdadi » en Irak. Rien d’autre à signaler ?

Certains journalistes commencent à dessiller leurs yeux. Je me permets de citer un seul exemple, celui d’un journaliste courageux et honnête et qui sait mettre les points sur les « i » ; il s’agit de Jean-Claude Souléry qui écrit dans « La Dépêche » du 9 août 2014 sous le titre « La Passion des Chrétiens » :

« Les chrétiens d’Orient seront-ils à la longue chassés d’une terre qui est doublement la leur :celle qu’ils habitent depuis toujours, celle de leurs églises et de leurs cimetières ; celle surtout où, du plus profond de l’Histoire, ont poussé les racines de leur culture et de leur foi ! C’est ici, sur ces terres d’Orient supposées saintes, qu’est née, bien avant le prophète Mahomet et dans la filiation du judaïsme, la deuxième religion monothéiste… C’est une guerre de religion qui est clairement déclarée par les combattants de l’État islamique, un impitoyable «jihad»qui nous ramène aux temps lointains de l’islam de guerre, lorsqu’il s’agissait, dès le VIIe siècle, de conquérir des territoires toujours plus étendus et de convertir les peuples qui y vivaient»

 Fin de citation.

Mais l’élimination des chrétiens a commencé depuis longtemps, sous la chape d’un silence coupable et condamnable.

Suivant des estimations au début du XXe siècle, les chrétiens représentaient  entre 12 et 15% de la population dans les pays arabes du Proche-Orient. Au début du XXIe siècle, ils ne représenteraient plus que 4 à 5% de la population.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chr%C3%A9tiens_d’Orient#Les_chr.C3.A9tiens_d.27Orient_aujourd.27hui

 Ceci d’après les chiffres connus en 2010 ! Mais dans le rythme et l’ampleur des persécutions récentes, le chiffre doit être revu à la baisse.

Voilà le tableau noir, sinistre et douloureux de ce qu’est la situation de ces populations dont nous n’avons rien voulu voir, rien entendre, surtout ne pas parler, encore moins de les aider. Et je pense qu’ici, la culpabilité est collective, nous avons été (presque) tous soumis, aveuglés, apeurés par la dictature d’une idéologie de l’extrême gauche et de la gauche « bien pensante »

NOUS SOMMES COMPLICES DE CE CRIME !

Sorel Zissu 

 182 total views,  1 views today

image_pdf