Ils tuent aussi le grec et le latin : fin de la licence de lettres classiques

genocideculturelIl y a un an, nous dénoncions (avec la seule Marine Le Pen) la décision de Peillon de faire disparaître le Capes de lettres classiques, concours permettant de recruter des enseignants de grec et de latin.

http://resistancerepublicaine.com/2013/les-socialistes-font-disparaitre-nos-racines-grecques-et-latines-seule-marine-le-pen-sinsurge/ 

Naturellement c’était le début d’une razzia contre nos racines, notre identité, notre civilisation, notre langue et nos valeurs. Connaissant les « socialistes » au pouvoir on pouvait s’attendre à ce qu’ils aillent jusqu’au bout et fassent disparaître même la formation des étudiants en lettres classiques en supprimant la licence de lettres classiques.  

A lire, un excellent dossier paru sur Polemia.

http://www.polemia.com/licence-de-lettres-classiques-fermeture-definitive/

Un seul espoir nous reste, Marine Le Pen qui s’est engagée l’année dernière à restaurer le Capes de lettres classiques si le FN arrive au pouvoir.

En attendant… une fois de plus nous comptons sur vous, amis lecteurs patriotes et résistants pour dire, écrire et téléphoner votre indignation à l’Elysée, Matignon, Ministère de l’Education nationale, à vos députés, sénateurs et maires… Seule la mobilisation populaire paye. 

Christine Tasin

 254 total views,  1 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. Cette triste situation est bien le reflet logique de la présence puissante de barbares auxquels le cycle des temps donne le pouvoir actuellement. Mais cela les empêchera, par le fait même, de pouvoir pendant des siècles se réclamer de ce renouveau d’intérêt des langues dites mortes, qui s’amorce lentement, mais fermement. Ils se mettent eux-mêmes en situation de futurs esclaves pour des millénaires.
    Laissons-leur donc le droit de dominer brièvement maintenant leurs futurs maîtres… de façon à ce qu’ils ne puissent nullement se plaindre dans la suite qu’ils auront librement choisie.
    Ergo, nunc, Latinistae, in familia loquamini Latine, legite Graece, si cras novam aristocratiam participare vultis. Valete neque plangete!
    Pr Stéphane Feye
    Schola Nova (non soumise au décret inscriptions) – Humanités Gréco-Latines et Artistiques
    http://www.scholanova.be
    http://www.concertschola.be
    http://www.liberte-scolaire.com/…/schola-nova
    http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702303755504579207862529717146
    http://www.rtbf.be/video/detail_jt-13h?id=1889832

  2. La suppression du CAPES de Lettres classiques est une grave erreur. Mais Il faut aussi se mobiliser contre la marginalisation de notre propre langue, le français, dont les heures de cours ont diminués dans les établissements scolaires et qui est mis à mal, par les médias aussi bien audiovisuels qu’écrits, les publicitaires, le monde des entreprises, les grandes enseignes, mais aussi les commerces de proximité qui suivent cette évolution dans l’indifférence la plus complète des pouvoirs publics.
    J’invite toutes les personnes qui aiment la langue française à réagir et à ne pas hésiter à écrire pour protester contre le recours trop fréquent à des néologismes anglo-saxons, voire contre l’adoption de mots anglais là où des mots français équivalent existent.
    Si vous envoyez un courrier postal ou électronique à une administration, une entreprise, un média qui abuse de cette novlangue anglicisée ou que vous réagissez sur les réseaux sociaux, faites le toujours en des termes courtois et sans insulter vos interlocuteurs. Au demeurant la courtoisie n’empêche pas de faire preuve de fermeté dans ses convictions. On peut recourir aussi à l’humour et chercher au préalable à persuader avant de se montrer plus critique. Par ailleurs le soutien à la langue française est trans courant, il rassemble aussi bien des personnes proches de la droite nationale (FN) des gaullo-souverainistes mais aussi des partisans de Mélenchon ou des gens proches du Parti communiste ou du MRC de Chevènement, d’où la nécessité de ne pas lier le combat contre le radicalisme islamiste et le communautarisme à des revendications concernant la place de la langue française en France même. En effet si malheureusement encore beaucoup de nos compatriotes refusent de prendre conscience du danger du prosélytisme islamiste, cela n’implique pas qu’il soit pour autant indifférent au devenir de la langue française. Donc si certains adhérents ou internautes , lecteurs réguliers de Résistance républicaine se mobilisent pour soutenir la langue française, ils doivent le faire, sans faire référence à d’autres causes légitimes comme celle que défend Résistance républicaine en faveur de la sauvegarde de notre identité nationale et de l’opposition au prosélytisme religieux qui ne se limite pas uniquement à l’islam certes mais qui émane majoritairement quand même de certains pratiquants de cette religion. Je prend un exemple : on peut, comme c’est mon opinion personnelle, être très critique vis à vis des syndicats
    en fonction de leurs positions pro européennes , de leur soutien aux immigrés en situation irrégulière et d’une façon plus générale de leur refus de toute régulation en matière d’immigration, on peut également leur reprocher leur refus de combattre le communautarisme en milieu professionnel , mais apprécier sur un autre plan leur lutte ponctuelle pour défendre l’emploi et leur combat pour que la langue française reste la langue de référence dans le monde du travail et qu’elle ne soit pas remplacée par l’anglais que cherche à imposer les milieux patronaux.
    Donc si vous êtes conscient comme moi des dangers que fait courir à notre pays le prosélytisme islamiste, on peut dénoncer ce prosélytisme , tout en dénonçant par ailleurs l’abandon de notre langue par les décideurs économiques en veillant toutefois à ne pas mélanger ces deux combats utiles afin de ne pas dissuader des personnes qui seraient sensibles au combat pour la langue française mais qui ne partagerait pas par ailleurs les positions défendues sur ce site d’intervenir en faveur de la langue française. Et inversement, il peut y avoir des personnes qui sont conscientes du danger du prosélytisme islamiste sans partager pour autant la vision souverainiste de Résistance républicaine et les inquiétudes de personnes qui comme moi craignent pour la pérennité de la langue française en France même.

  3. Mitterrand n’a pas réussi car a l’époque il n’y avait pas assez d’immigrés en France, mais depuis, les choses ont bien changer alors on déconstruit tout ce qui fait notre système d’éducation, nos grandes écoles, et nos diplômes, au profit d’une idéologie, d’une langue, et d’une religion qui n’en est pas une, nous avons toutes et tous içi des racines grecques et latines, mais non arabes, dans quel esprit fertile a bien pu germer une telle idée ? dans le cerveau d’un malade comme Peillon ?

    • Effectivement le latin et le grec étaient des langues formatrices et donnaient aux personnes qui maîtrisaient ces langues des atouts pour l’apprentissage des langues étrangères. Par exemple on peut trouver dans une langue latine comme l’espagnol des mots qui sont restés plus proches du latin classique. Le grec donne accès aussi à beaucoup de terme scientifiques, médicaux construits à partir de racines grecques. L’apprentissage de l’arabe n’aidera pas les enfants issus de l’immigration maghrébine à s’intégrer et à s’ouvrir au fameux « vivre ensemble » qu’on nous prône en permanence mais visiblement de manière unilatéral, c’est à dire qu’on demande aux autochtones de s’adapter à la culture des entrants et non l’inverse comme cela devrait être le cas. Par ailleurs il faut souligner le ravage du monolinguisme anglais qui est aussi une source d’acculturation pour notre peuple. Entendons nous bien, je ne nie pas la place qu’a prise la langue anglaise en tant que première langue de communication internationale, mais est-ce une raison pour autant pour introduire en masse des mots d’anglais dans notre langue par effet de mode et soumission à la mondialisation alors que des termes équivalent existent en français dans la plupart des cas. Entre une immigration récente qui récuse toute idée d’assimilation et se montre même parfois, dans certain cas, franchement hostile à notre culture et des médias et des milieux patronaux qui avec la complicité passive des pouvoirs publics cherchent à imposer l’anglais « globish » comme langue de la vie publique, les Français sont pris(e)s en sandwich entre deux rouleaux compresseurs qui ne se cachent pas de vouloir faire disparaître toute spécificité proprement nationale.

  4. Bonjour,
    Moi aussi passion du latin , frustration de ne pas avoir fait de grec.
    Surtout c’était le sens de la gratuité dans l’effort …
    Je pense aussi à ma pauvre grand-mère , une des toutes premières agrégées de lettres modernes « seulement » , et à sa grande frustration car l’agrégation de lettres classiques était alors réservée … aux hommes !

    • L’agrégée de lettres classiques que je suis a tellement été heureuse justement de pouvoir réussir ce concours… tout ça pour qu’ils suppriment carrément la discipline ! ils sont à tuer !

  5. Nos racines sont dans le latin et non dans l’arabe !…La langue française en découle.
    De plus la pratique du latin donne un sens de la logique, d’un certain effort qui devient vite un jeu, le latin prépare à l’apprentissage d’autres langues vivantes avec déclinaisons, et puis enfin c’est toute une culture. Je me souviens encore de toute ma classe de seconde qui s’était prise au jeu avec une traduction problématique. On avait fait du latin ensemble toute une journée !…J’ai adoré faire du latin !
    On va supprimer quoi encore ? Bientôt l’école ne sera vraiment plus qu’une garderie.

  6. UN très mauvais signe , en effet, lequel participe de ce processus d’acculturation, visant à bannir « l’esprit de l’Europe » celui qui nous apporta, par ces deux langues, l’humanisme, dans tous les domaines de la vie, pour aller vers une « culture » effroyablement naturaliste et matérialiste, engendrant un vide terrible dans les âmes , celui là même qui engendre les pires comportements et catastrophes sociales présentes et à venir…
    Mais l’Université Paris Sorbonne sait mettre en avant la licence d’arabe…pour mieux comprendre l’Histoire et pas seulement celle du seul monde arabo-musulman…Cherchez l’erreur. !!!!

  7. Les « sociétalistes » n’aiment pas l’histoire de France . Alors il la transforme . Le génocide culturel avance à grands pas . C’est inadmissible . Cela est de très mauvaise augure . Je l’avais prévu depuis longtemps . Nous sommes donc les prochains Amérindiens . Ce gouvernement veut changer le peuple . Même , le 14 juillet promet d’être chaud … Nous devons sauver notre patrimoine culturel …

    • Les socialistes sont en cela très proches des islamistes qui veulent effacer toute trace historico-culturelle pouvant prouver un mode de vie différent de celui que Mahomet a inventé et que ses fidèles veulent imposer au monde entier. Plus cons que ces deux idéologies tu meurs !

Les commentaires sont fermés.