Le gouvernement veut interdire les bénévoles dans les associations culturelles


arènes de nimesRien ne nous sera épargné par ce gouvernement de fous furieux.

Pour comprendre ce qui se passe, il suffit de lire la lettre de Philippe de Villiers au Président de la République, explicite. J’ajouterai pour que les choses soient claires que je n’ai pas grand-chose en commun avec Philippe de Villiers, ne partageant pas du tout sa vision de la société et de la France, et que pour rien au monde je ne mettrais les pieds au  Puy du Fou pour assister à un dénigrement sans aucune objectivité de la révolution française et de la République.

Revenons, sans nous attarder sur nos divergences avec Philippe de Villiers, au fond de l’affaire.

Notre passé, notre histoire, revivent, chaque été, dans de très nombreuses villes françaises, qui, pour la plus grande joie des touristes et des habitants du cru qui, bénévolement, font de l’éducation populaire et   font vivre leurs villes et villages.

Que ce soit à Autun, à Nîmes ou dans tous ces châteaux où ont lieu des spectacles son et lumière dus à des associations locales, le tourisme et l’histoire de France font bon ménage.

Tout allait trop bien dans le meilleur des mondes possibles. Pensez, les intermittents, talentueux ou calamiteux, qui sont majoritairement électeurs du PS, ont là une concurrence inadmissible !

Proposer  des spectacles sans être payés ! Proposer des spectacles gratuits ou peu onéreux parce que sans cachet d’artiste ? Quelle concurrence déloyale pour les chéris de Hollande et Lang !

Et puis, et puis… peut-être que faire vivre/revivre notre passé pose-t-il un gros problème à ce gouvernement qui ne pense qu’à remplacer notre peuple et notre culture par ceux qui viennent d’ailleurs ?

Lettre ouverte de Philippe de Villiers au Président de la République

Monsieur le Président de la République,
J’ai l’honneur d’appeler votre attention sur l’inquiétude des 3400 bénévoles du Puy du Fou ainsi que des 1375 salariés de cette grande aventure qui a obtenu récemment, à Los Angeles, l’Oscar du « plus beau parc du monde ».

Cette inquiétude sera, à la publication de cette lettre, très largement partagée par les 3000 personnes qui, du fait des retombées indirectes, tirent l’essentiel de leurs revenus du Puy du Fou dans les Régions Bretagne et Pays de la Loire, avec un chiffre d’affaires de 193 millions d’euros.

En effet, nous avons appris récemment qu’un projet de loi en préparation, visant soi-disant à codifier les « pratiques amateurs », aura pour conséquence de mettre le Puy du Fou sous tutelle et de le soumettre pour chacune des représentations de la Cinéscénie à une autorisation de l’Etat.

Nous avions déjà combattu le projet Albanel du gouvernement Sarkozy-Fillon qui était un projet identique. Il ne s’agit donc pas d’un combat politique mais d’un combat culturel qui vise à ramener les hautes sphères au sens commun.

L’avant-projet que nous avons pu nous procurer est très clair : il considère que le régime juridique normal du spectacle vivant en France est lesalariat. Le bénévolat est ainsi réputé illégal. Il ne peut donc être toléré, selon les penseurs du Ministère de la Culture, que, de manière exceptionnelle et par un système dérogatoire, avec des conditions draconiennes dont l’administration énoncera le contenu dans un décret à venir.

Aujourd’hui, le Puy du Fou est libre. Libre vis-à-vis de l’Etat et de quiconque. Il s’organise comme il l’entend, pour son calendrier et l’appel aux bénévoles.
Demain, par une application simple de cette loi, le Puy du Fou sera soumis à autorisation. Il devra donc remplir une déclaration annuelle et attendre l’agrément du gouvernement avant de commencer les réservations.
Selon le projet de loi, la déclaration adressée au Ministre de la Culture devra « décrire les engagements de la structure » (sic).

Le gouvernement vérifiera alors si les engagements en question sont conformes aux conditions figurant dans le décret à venir. L’autorisation sera donc conditionnelle, soumise au bon vouloir et aux humeurs du gouvernement, pour ne pas dire à son contrôle idéologique.
Celui-ci fera connaître par récépissé sa décision d’autoriser ou non la Cinéscénie à faire appel à des bénévoles.
Cette novation, liberticide, est proprement incroyable : pour faire jouer un spectacle vivant à des salariés, il n’y a pas d’autorisation à demander. Mais pour faire jouer le même spectacle à des bénévoles, il faudra une autorisation précaire de l’Etat, renouvelable chaque année.

D’ores et déjà, le projet de loi, anticipant sur le décret à venir, prévoit, parmi les conditions d’obtention de la permission « un nombre limité de représentations ». Ce qui veut dire concrètement que si on joue moins de trente fois, on pourra solliciter l’autorisation de faire appel à des bénévoles, mais au-delà de trente fois, il faut alors faire appel à des salariés.

Beaucoup d’associations, qui ne s’en doutent pas aujourd’hui, sont dans la même situation que nous.

Le Ministère de la Culture entend nous faire entrer dans un nouveau monde, celui du bénévolat sous bracelet électronique. Pour nous, il y a alerte rouge : le bénévolat, dont le nom n’est même pas prononcé dans le projet de loi, est en danger de mort. Si cette loi est votée, de nombreuses associations à but non lucratif et qui font rayonner les activités culturelles et sportives de notre patrimoine seront frappées à mort.

C’est pourquoi, Monsieur le Président de la République, je vous adresse ce cri d’alarme : en tuant le bénévolat français, en voulant tout codifier, tout monétiser, tout soumettre à l’argent, privé ou public, en prétendant tout réglementer, jusqu’aux cris du cœur et aux larmes d’émotion, vous allez tuer la meilleure partie de la France, celle qui s’exprime par le volontariat ; et, en décourageant le bénévolat associatif, vous allez priver la France de tout un monde qui génère une économie puissante et riche de nombreux emplois. 

Ce projet de loi nous paraît dangereux, infondé et néfaste. Il s’appuie sur l’idée que les scènes françaises ne devraient être réservées qu’aux seuls professionnels. En d’autres termes, si l’on en croit ce projet, il faudra demain percevoir un salaire pour prétendre être un artiste.

Cette loi inique représente un danger majeur pour la création artistique en France. Des millions d’artistes amateurs dans notre pays ont su prouver, depuis des décennies, que le bénévolat est sans aucun doute l’une des toutes premières sources de création artistique. Tuer le bénévolat revient à tuer l’initiative populaire et la libre expression d’une passion. Une telle mesure aura pour conséquence inéluctable la disparition de très nombreux arts et traditions largement répandus et faisant la richesse de l’exception culturelle française.

Vous avez le pouvoir d’arrêter ce projet absurde.
Je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma haute considération.

Philippe de Villiers, 
Président de Puy du Fou Stratégie

 

Christine Tasin

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


18 thoughts on “Le gouvernement veut interdire les bénévoles dans les associations culturelles

  1. AvatarPivoine

    « J’ajouterai pour que les choses soient claires que je n’ai pas grand-chose en commun avec Philippe de Villiers, ne partageant pas du tout sa vision de la société et de la France, »
    Quant à moi, je n’en dirais pas tant, puisqu’au 1er tour des présidentielles en 1995, et 2002, j’avais voté pour lui. Dès le début des années 1990, il dénonçait les méfaits de la mondialisation, n’hésitait pas à souligner la nocivité de l’immigration, et pointait (déjà) le danger de l’islam. De plus, il avait un très bon programme économique. Et peut-on lui reprocher d’être fervent catholique ? Si mai 68 n’avait pas laïcisé à outrance la société française, il n’y aurait certainement pas autant de Français pour se convertir à l’islam. Quoi qu’on en dise, les sociétés ont besoin d’une religion; la police et la justice ne sont pas suffisantes pour établir des garde-fous. Si on avait obligé les enfants à aller au cathéchisme, il n’y aurait pas aujourd’hui ce vide spirituel. La nature ayant horreur du vide, c’est l’islam qui est venu le combler.
    Il ne s’agit pas d’obliger les gens à aller à l’église (peu importe qu’ils soient pratiquants, ou croyants), mais de leur apporter une instruction religieuse, de sorte que s’ils se sentent vulnérables à une période de leur vie, ils puisent dans le christianisme pour y trouver du réconfort, au lieu de tomber dans la gueule des imams. Philippe de Villiers, en homme intelligent, l’a très bien compris, car si la laïcité devait disparaitre, il vaudrait mieux pour la France que la religion catholique regagne son influence et sa place dans la société, plutôt que de devenir une république islamique.
    Après tout, avant mai 68, la vie n’était pas si terrible, les Français avaient la liberté (d’expression, de moeurs), que voulaient-ils de plus ?
    Ah oui, la légaisation de l’avortement… qui est une arme à double tranchant : la grande majorité des couples ayant un ou deux enfants, l’immigration (de peuplement) s’en trouve justifiée. Et cela n’empêche pas, comme hélas l’actualité nous le rappelle régulièrement, des femmes de jeter leur bébé dans une poubelle, ou de les mettre au congélateur !
    Philippe de Villiers était l’homme providentiel, les électeurs n’ont pas voulu le voir, aujourd’hui ils sont accablés par les bourreaux qu’ils ont portés au pouvoir. Mais ils sont tellement c*** qu’ils sont capables de voter en masse pour l’UMP aux prochaines élections, tant est grand leur aveuglement !

    1. Avatarresistancerepublicaine

      Nous ne sommes pas du tout d’accord, Pivoine ; chacune a ses bonnes raisons, cela ne nous empêche pas de lutter contre l’islam. Je ne reproche pas à de Villiers d’être catholique mais de vouloir, comme le smusulmans, imposer à tous la loi ou les idées chrétiennes. Votre argumentation ne tient pas parce que l’histoire ou l’expérience, comme vous voulez, le démontre. C’est ma génération, élevée à 95 % dans la religion catholique, ayant fait sa communion, étant allé au cathéchisme, de bon ou de mauvais gré, qui a rejeté la foi. Je suis de ceux-là, j’ai cru jusqu’19 ans et la vie, mes lectures, mon itinéraire philosophique ont fait que j’ai perdu la foi et je ne l’ai jamais regretté, je trouve ma foi en l’homme et en la culture infiniment plus riche et consolatrice que la foi, c’est mon choix, merci de respecter celui des athées et de ne pas leur faire porter le chapeau de la venue de l’islam; même l’Espagne et l’Italie du sud historiquement restés plus longtemps catholiques ont subi et subissent l’islam. Et je ne voudrais pour rien au monde vivre à nouveau dans la France d’avant 68 où le divorce par consentement mutuel n’était pas autorisé, où la contraception était inexistante à part la méthode Ogino (bien le bonjour la spontanéité et le plaisir) etc. Quant à l’avortement, je préfère que les enfants ne soient que 2 mais aimés et pas obligés de travailler pour nourrir la famille. Ma mère, aînée de 7 enfants, a dû, par exemple, cesser d’aller à l’école pour s’occuper de ses frères et soeurs parce que sa mère était malade et c’était la norme. Alors non, zut alors, on ne va pas nous faire revenir à des temps-là ! La planète souffre de surpopulation et parce qu’on n’est pas capable de mettre des frontières et de réservernos avantages aux nôtres il faudrait qu’on deveinne des lapins ? pardonnez mon exaspération Pivoine mais ces sujets ont le don de me mettre en colère

      1. AlainAlain

        En tant que femme qui s’ignore -si on en croit tous ces abrutis malades des genreuuuus, absolument d’accord Christine, hors de questions que les dames se retrouvent des décennies en arrières ! De plus, opinion personnelle qui n’engage que moi, pour ce qui est des religions, nul n’a le droit de l’imposer quoi que ce soit sur qui que ce soit, point barre. Ceux qui veulent croire en ont le droit et le choix, mais perso je ne supporte pas ceux qui ont le culot de vouloir faire leur prosélytisme et en plus se permettent de fustiger lorsque pas d’accord pour suivre en bon moutons.

        Vraiment de nos jours, c’est à s’en demander si franchement les religions ne foutent plus le bordel qu’elles n’apportent de positif -hormis peut-être le bouddhisme qui lui ne cherche ni à s’imposer ni ne revendique quoi que ce soit. Le besoin dont Pivoine parle, pas d’accord !

        C’est individuel tout ça, certains en ont besoin, d’autres pas, un peu comme ceux qui ne sentent entiers s’ils n’ont quelqu’un dans leur vie, alors que d’autres n’ont besoin de personne pour se sentir entier et voient leur relations simplement complémentaires, et non condition sine qua non pour pouvoir fonctionner pleinement.

        Et effectivement, faire ainsi porter chapeaux de maux présent est franchement bien trop fort de café !

  2. Laurent CLaurent C

    Donc si j’ai bien tout compris, le spectacle des Restos du coeur va fermer sauf si les acteurs (JJ Goldmann, Mimie Maty, Bruel etc) sont rémunérés.

    Les bénévoles de S.O.S Racisme, Mrap, Cran aussi ?
    Ah… ils sont salariés, eux ! pardon j’ai encore dit une connerie.
    Et ceux de la Croix rouge ?
    A Coucy-le-Chateau, chaque année a lieu une représentation médiévale.
    Même soucis qu’au Puy du Fou alors ? Quid du Fort de la Pompelle à Reims, du Fort de Condé dans l’Aisne, de la Caverne du Dragon Haut-lieu d’histoire près de Craonne. Les grottes de Confrécourt ayant servi d’hopital et tapissée de sculptures des poilus, Varennes en Argonne, Vaux, Douaumont, Péronne, Notre-dame de Lorette, la ligne Maginot…etc liste non exhaustive de sites historiques entretenus ou pris en main par des bénévoles assurant les visites?

    Tous ces sites devront-ils écrire une demande en quinze exemplaires ( pourquoi faire simple quand on peux faire compliqué ?) pour continuer une oeuvre d’intérêt publique ?
    Serait-ce pareil, s’il s’agissait d’une représentation de la prise de Narbonne en Chameaux par un imam très connu à Bordeaux ?

  3. AvatarGiraudeau

    « pour rien au monde je ne mettrais les pieds au Puy du Fou pour assister à un dénigrement sans aucune objectivité de la révolution française et de la République. »
    Je ne peux pas être d’accord!
    Vous avez entendu parler des guerres de Vendée? Les massacres perpétrés par Turreau et ses colonnes infernales sous les directives de Robespierre sont un véritable génocide, bien que la République refuse catégoriquement de le reconnaître. Et vous même semble-il… Les vendéens sont catholiques, et ils ont une mémoire collective et un attachement aux traditions tenaces. Il ne s’agit pas d’un dénigrement de la République mais d’une comémoration. Ils se battaient exactement contre ce que vous villipendez vous-même aujourd’hui…
    Rembarre! Rembarre!

    1. Avatarresistancerepublicaine

      Vous niez l’histoire en oubliant que « les massacresé de Vendée ont été une réponse aux massacres des soldats de la toute jeune République par les Vendéens et vous créez délibérément la haine de la France et la scission entre Français en campant sur des évènements passés au lieu de considérer que nous sommes les héritiers de tout notre passé, qu’il nous convienne ou pas.

  4. AvatarS.Jacqueline

    quoiqu’il en soit , le but essentiel du gouvernement actuel socialaud/vert est de ne n’autoriser que les associations étrangères d’afrique et d’ailleurs,

  5. AvatarS.Jacqueline

    chére Christine

    en période électorale , les voyous exercant leur mandat électoral nieront leurs préférences , soyez prudentes … les socialauds /

    1. Avatarresistancerepublicaine

      C’est vrai, Jacqueline… mais il faut interpeller, poser des questions, ne serait-ce que pour inquiéter…

Comments are closed.