L’islam ne connaît pas la signification du mot « liberté », par Philippe Jallade


Une ou deux remarques pour anticiper éventuellement sur des contestations de pros de la taqyya ou des dhimmis génétiquement modifiés.
Le mot « liberté » peut figurer très exceptionnellement dans le coran, … dans des traductions françaises assez récentes. C’est le cas notamment, à deux reprises (2 :229 et 33 :49) d’une traduction (souvent édulcorée voire falsifiée) sur un site islamique grand-public. Il s’agit de l’expression, en français, « rendre sa liberté », pour traduire un mot arabe signifiant en fait « renvoyer, congédier en répudiant (une femme) ».
Le mot arabe pour « liberté » (« hurriah ») est inconnu dans le coran.
Il y a par contre un mot voulant dire « homme libre » (« hurr »), à deux reprises dans un verset, par opposition à « esclave », même verset.
Le mot « libre » peut lui aussi apparaître dans des traductions françaises récentes, sans grand rapport avec le « mot à mot » de l’arabe.
Enfin, un mot arabe signifiant « libérer » est utilisé sauf erreur quatre fois dans ce livre dont trois fois dans le même verset (verset 92, sourate 4) pour signifier « affranchir un esclave » (partie du prix à payer quand un musulman tue un autre musulman par erreur).

Philippe Jallade

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




16 thoughts on “L’islam ne connaît pas la signification du mot « liberté », par Philippe Jallade

  1. AvatarCosta

    La Conscience Universelle ou « Dieu » ou autre n’a NULLEMENT besoin de mosquées, églises et temples…! Le « JE SUIS » en nous se passe de cette influence crée par les ignorants de la réalité cosmiques!!!
    Peut-être qu’en réalisant cette vérité il n’y aurait jamais eu de guerre de religion!:!!

  2. Avatarfarmel

    Vendredi dernier, je suis passée en voiture vers la Porte des Poissonniers. Il y a quelques mois, daniel vaillant, maire du 18ème a attribué un local pour les musulmans pour leur prière du vendredi. Quelle a été ma surprise de voir des personnes étalant leur tapis et priez SUR LES TROTTOIRS. C’est un remake de la « MYRA ».

  3. AvatarLa Tortue

    Je vous cite : « affranchir un esclave » (partie du prix à payer quand un musulman tue un autre musulman par erreur).

    Quand un musulman tue un musulman par erreur il doit affranchir un esclave ?
    Cela n’est pas clair. Pouvez-vous reformuler ? Merci.

    1. AvatarJallade

      « Quand un musulman tue un musulman par erreur il doit affranchir un esclave ? »

      Oui, c’est clair, pas besoin de reformuler ; ci-dessous trois traductions françaises de ce verset en entier, suivies de l’original (mais quand on insère des caractères arabes dans des commentaires sur RR, ils deviennent presque microscopiques donc pas très lisibles). A noter que :
      . Dans le coran, « croyant » signifie « musulman », ce dernier mot étant assez peu usité.
      . Si le coupable « n’a pas trouvé » (textuellement), d’esclave à libérer, il compense par un jeûne de deux mois… dont les modalités ne sont d’ailleurs pas précisées.
      . Si la victime appartient à un peuple ennemi, l’affranchissement, par le coupable, d’un esclave est suffisant comme expiation ; si la victime appartient à un peuple allié, l’affranchissement d’un esclave doit être complété par un « prix du sang » à payer à la famille de la victime.

      . Traduction Hamidullah : 4.92. Il n’appartient pas à un croyant de tuer un autre croyant, si ce n’est par erreur. Quiconque tue par erreur un croyant, qu’il affranchisse alors UN ESCLAVE CROYANT et remette à sa famille le prix du sang, à moins que celle-ci n’y renonce par charité. Mais si (le tué) appartenait à un peuple ennemi à vous et qu’il soit croyant, qu’on affranchisse alors UN ESCLAVE CROYANT. S’il appartenait à un peuple auquel vous êtes liés par un pacte, qu’on verse alors à sa famille le prix du sang et qu’on affranchisse UN ESCLAVE CROYANT. Celui qui n’en trouve pas les moyens, qu’il jeûne deux mois d’affilée pour être pardonné par Allah. Allah est Omniscient et Sage.

      . Autre traduction (Chiadmi) : 4.92. Aucun croyant n’a le droit de tuer un autre croyant, si ce n’est par erreur. Si un tel acte se produit, le coupable devra affranchir un ESCLAVE CROYANT et verser à la famille de la victime le prix du sang, à moins que les ayants droit n’en fassent remise. Si la victime est un croyant qui appartient à un groupe hostile, le meurtrier affranchira seulement UN ESCLAVE CROYANT, mais si la victime appartient à un groupe auquel vous êtes liés par un pacte, la remise du prix du sang à la famille et l’affranchissement d’un ESCLAVE CROYANT seront exigés du meurtrier. Si ce dernier n’en a pas les moyens, il devra observer un jeûne de deux mois consécutifs, à titre d’expiation prescrite par Dieu, l’Omniscient, le Sage.

      . Autre traduction (Kasimirski 1850) : 4.92. Pourquoi un croyant tuerait-il un autre croyant, sauf si c’est involontairement ? Celui qui en tuera un involontairement sera tenu d’affranchir UN ESCLAVE CROYANT et de payer à la famille du mort le prix du sang fixé par la loi, à moins que la famille ne fasse convertir cette somme en aumône. Pour la mort d’un croyant d’une nation ennemie, on donnera la liberté à UN ESCLAVE CROYANT. Pour la mort d’un individu d’une nation alliée, on affranchira UN ESCLAVE CROYANT, et on payera à la famille du mort la somme prescrite. Celui qui ne trouvera pas d’esclave à racheter jeûnera deux mois de suite. Voila les expiations établies par Dieu le savant, le sage.

      Texte original :
      4.92.????? ????? ?????????? ??? ???????? ????????? ?????? ??????? ????? ?????? ????????? ??????? ??????????? ???????? ??????????? ???????? ???????????? ????? ???????? ?????? ??? ????????????? ????? ????? ??? ?????? ??????? ??????? ?????? ???????? ??????????? ???????? ??????????? ????? ????? ??? ?????? ?????????? ???????????? ????????? ???????? ???????????? ????? ???????? ??????????? ???????? ??????????? ????? ????? ?????? ????????? ?????????? ??????????????? ???????? ????? ?????? ??????? ?????? ???????? ????????

      A noter accessoirement ceci :
      1- le fait d’être musulman n’empêche pas d’être esclave…
      2- Au vu de ces expressions : « peuple ennemi », « groupe hostile », « nation ennemie », pour traduire ?????? ??????? ??????? , l’unité, la fraternité musulmane, semblent plutôt aléatoires déjà à l’époque de Mohammed ; problème confirmé ailleurs dans le coran, hors-sujet aujourd’hui.

  4. Avatarapocalyptus

    En arabe, il y a 22 mots pour désigner « esclave ».
    source:
    Robert C. Davis: Esclaves chrétiens, maîtres musulmans – L’esclavage blanc en Méditerranée, (1500-1800) –
    # éditions Actes Sud, collection de poche Babel.

    1. AvatarJallade

      « En arabe, il y a 22 mots pour désigner « esclave ».
      source: Robert C. Davis: Esclaves chrétiens, maîtres musulmans »

      Ce n’est pas vraiment le sujet, mais pouvez-vous en fournir la liste ? (je ne vais pas acheter le livre…)
      Figure certainement dans cette liste le mot « raqabat » ou « raqabah » (vu du français, c’est la même chose) pour « ???????? », qui figure à trois reprises au verset précité 4:92 dans une expression signifiant « libérer un esclave ».
      Il est significatif que ce mot « raqabat » -qui est curieusement un mot féminin-, pas très utilisé dans le coran (neuf fois), désigne non seulement un esclave mais aussi le cou, la nuque (… d’un esclave, dans le coran) ; la racine verbale Q R B de ce mot a plusieurs sens dont « attacher quelqu’un par le cou avec une corde ou une chaîne » (source : Dictionnaire arabe – Kasimirski – 1865).

      1. AvatarJallade

        Lamentable coquille de ma part : lire « racine … R Q B » et non « racine … Q R B ».
        Si çà continue comme çà, j’vais finir par me faire engueuler par MOMO.

  5. AvatarCharlie

    Mes ancêtres qui ont combattu durant la guerre de cent ans vont se retourner dans leur tombe, mais je ne peux pas m’empêcher d’entonner l’hymne de la Royal Navy :

    « Rule, Britannia! Britannia, rule the waves:
    Britons never, never, never shall be slaves. »

    Dans les heures sombres et en réponse au fascisme, qu’il soit brun ou vert, nous devrons, comme jadis, faire alliance avec nos « meilleurs ennemis » contre une menace commune.
    Espérons que, cette fois, l’Allemagne soit de notre côté ainsi que tous les autres pays du continent.

    Que les islamistes en soient assurés: Les britanniques, comme les Français et, par extension, les Européens dans leur ensemble, ne seront jamais esclaves.
    Et pour paraphraser Winston Curchill : « We shall never surrender ! »

  6. AvatarJallade

    C’est peut-être l’occasion de faire ici un petit rappel:

    Des naïfs pourraient vouloir se rassurer en disant : « Ces histoires d’esclaves, c’est en Arabie, c’est du passé ». Qu’ils se détrompent, ce n’est pas du passé, au train où vont les choses c’est peut-être leur avenir ici en Europe ou celui de leurs enfants. Le coran est valable jusqu’à la fin des temps (et ses propagandistes mettent les bouchées doubles pour étendre son application sous nos cieux). Pour preuve, voir cette note du traducteur Hamidullah (au verset 8.50. Si tu voyais, lorsque les Anges arrachaient les âmes aux mécréants ! etc…) : « … AU-DELA DE L’ASPECT HISTORIQUE, IL FAUT SURTOUT Y VOIR COMME TOUJOURS DANS LE CORAN, SON APPLICATION FUTURE ET SA VERITE ETERNELLE (:comment traiter les mécréants.) »

    Un autre, dans le même registre, écrit :
    « (ne pas) les interpréter (les versets) en limitant leur compréhension à la cause de la révélation ou à l’époque du prophète. … la cause de la révélation d’un verset peut nous aider à comprendre le verset, mais il ne doit pas être utilisé comme étant limitation pour restreindre son interprétation à un moment historique. Les savants ont expliqué cela très clairement dans la règle célèbre qui dit : qu’il faut tenir compte du sens général du texte et non pas de la cause de la révélation en particulier. On ne doit donc pas mettre la cause de la révélation au-dessus de la généralité du texte. Ces gens ne peuvent donc pas prétendre que les versets et les Hadiths… se limitent à l’époque du prophète. Car LE QOR’AN EST LA PAROLE D’ALLAH ET ELLE EST APPLICABLE JUSQU’A LA FIN DES TEMPS. Allah connaît tout, donc sa parole englobe le passé et l’avenir ! » (Abou Hammad Sulaiman Al-Hayiti ; Explication du principe de Al-Walaa wal-Baraa).

  7. AvatarPhilippe le Breton

    J’aimerais, quant à moi, si les faits sont avérés, que la justice de mon pays apprenne à conjuger les verbes « incarcérer » et « priver de liberté » à tous les temps et à perpétuité. Aucun écho au niveau national. « Pas d’amalgame, faut pas stigmatiser ». Imaginez les unes, le tollé, la curée des assos subventionnées, si les présumés coupables étaient des membres, chose improbable, inimaginable, d’un courant catholique intégriste!

    Via F. de Souche
    Meurtre d’un jeune gay à Nîmes en 2011 : 10 personnes interpellées
    HOCINE ROUAGDIA
    18/06/2013, 12 h 26 | Mis à jour le 18/06/2013, 18 h 09
    Les policiers du Raid, du GIPN et du SRPJ de Montpellier ont procédé à une série d’arrestations ce mardi matin notamment dans des immeubles des quartiers de Pissevin et de Valdegour de Nîmes. 10 personnes sont entendues au sujet du meurtre d’un jeune homme, retrouvé enterré dans la garrigue nîmoise, en juillet 2011….
    De source non confirmée officiellement, les personnes entendues dans le cadre de ce dossier appartiendraient à une mouvance pouvant relever d’un courant traditionaliste voire radical de l’islam.

    1. Avatarresistancerepublicaine

      Quelle horreur cher Philippe, merci de nous la rappeler. Témoigner sans relâche des horreurs de l’islam…

    2. Avatarjarczyk

      Affaire à suivre…Je viens de lire l’article sur le Midi Libre. Combien d’agressions homophobes va t-il donc falloir encaisser, avant que les Associations concernées bougent ?
      Bientôt la Marche des » Fiertés….. » Dans quelques grandes villes de France… A Lyon, de nombreux actes homophobes avaient eu lieu en 2012 et 2011…Mais ces messieurs/dames, tous riches de leurs « fiertés » respectives, font allègrement l’impasse sur l’origine culturelle et ethnique probable (mais pas certaine) desdits actes…tous préoccupés
      qu’ils sont par l’éventuelle acquisition de « droits » égocentriques…

      Pour la petite histoire, il existe en Italie une insulte grossière :  » testa di cazzo » –  » tête de queues  » en français, désignant généralement quelqu’un de stupide, ne réfléchissant pas avec son cerveau, mais avec le bas ventre…Ce que l’on peut tout à fait traduire par la non moins grossière expression gauloise : « avoir une b… à la place du cerveau »…
      La « coquine » remonterait au XVI ème siècle et nombre d’artistes plus ou moins célèbres en ont illustré, avec les attributs que l’on sait, mult gravures, peintures , dessins et faïences…
      Il ne vous aura pas échappé que, l’islam , en ce temps là, n’ était pas encore monté sur la scène de la société civile…Il s’est bien rattrapé depuis, ce que semble ignorer, par surdité profonde et coupable aveuglement, nos indignés de tous sexes et genres…

      1. Avatarresistancerepublicaine

        Excellentes remarques : oui l’islam ne semble pas indigner beaucoup nos indignés !

  8. Avatarapocalyptus

    @Jallade

    L’ouvrage de Robert C. Davis* est un livre d’histoire, pas un livre de linguistique. Il mentionne cette pléthore de mots (22) pour « esclave » dans la seule intention de montrer l’importance de l’esclavage dans les sociétés barbaresques qu’il décrit. En revanche, il cite explicitement 4 mots qui, en arabe, signifient À LA FOIS Noir et esclave: kahlouche, khel, abid, abd.

    Incidemment, il mentionne que les Esquimaux possèdent 30 mots pour définir la neige ou la glace, ce qui n’a pas de quoi surprendre au demeurant.

    * Robert C. Davis est professeur d’histoire à l’université de Columbus (Ohio), spécialiste de l’Italie de la Renaissance. L’esclavage en Méditerranée constitue un de ses champs de recherche.
    ___________________

    Effectivement, il serait naïf de croire que l’esclavage a définitivement disparu de la surface du globe.
    Aux Etats-Unis, Jesse Sage et Liona Kasten, directeurs du AMERICAN ANTI-SLAVERY GROUP, ont d’ailleurs publié il y a quelques années à peine un livre de témoignages consacré à cette plaie moderne:
    « ENSLAVED – TRUE STORIES OF MODERN DAY SLAVERY »
    (Pelgrave Mac Millan Publishers).
    Les histoires impliquant le monde musulman y apparaissent non comme une « mauvaise » résurgence due au manque de vigilance, mais s’y déploient dans une pleine continuité de la tradition esclavagiste.

Comments are closed.