Et c’est parti pour les salles de shoot !


Elles sont illégales en France mais vont être organisées par les pouvoirs publics et donc payées par le contribuable. Comme si cela ne suffisait de voir nos enfants s’abîmer avec ces saloperies qui envahissent notre pays essentiellement  via les réseaux de l’immigration, légale et illégale, il faut, en plus, les aider à se piquer, les entourer, les cocooner pour qu’ils puissent se shooter en toute tranquillité.

 Sans doute que les contribuables parisiens se réjouissent également de la subvention de 38000 euros votée par le Conseil de Paris pour ouvrir la première salle  de shoot… (j’utilise ce mot à dessein malgré mon parti-pris de refuser tous les anglicismes pour montrer à quel point, même dans le vocabulaire employé, nos gouvernants nous imposent ce qui n’est pas nôtre)

 Nous dénoncions il y a peu l’irresponsabilité de MST qui voudrait que les buralistes cachassent sous un drap les cigarettes qu’ils ont à la vente mais qui trouve normal d’installer au vu et au su de chacun des salles où l’on peut se livrer à la consommation de drogues illicites, avec tout l’accompagnement médical nécessaire proposé aux frais de la princesse.

 Il est évident que nous assistons à une entreprise  de dégénérescence  gauchiste de notre monde jamais atteinte dans l’histoire.  D’un côté le retour aux barbaries et au tribalisme encouragé par les naturalisations sans  retenues des immigrés, le droit de vote qui leur est accordé, les facilitations pour obtenir visas et permis de séjour… et de l’autre côté la destruction de notre langue, de notre héritage, de nos valeurs, de notre constitution.

Oui j’ose dire que l’immigration c’est le retour au tribalisme et à la barbarie parce que, comme Sarkozy en personne l’a reconnu lors du débat l’opposant à Hollande avant le deuxième tour, la majorité des immigrés, légaux et illégaux, viennent de pays musulmans. Et nous avons suffisamment montré, ici et ailleurs, que l’islam veut imposer au XXIème siècle des moeurs du VIIème pour ne pas avoir  à y revenir.

 Les socialistes et leurs alliés qui nous gouvernent ont perdu toute forme de légitimité et ils nous ont déclaré la guerre, à nous les patriotes, parce qu’ils ont déclaré la guerre à la France. Leur mépris/haine pour les victimes, ceux qui se lèvent tôt et leur dévouement pour les coupables nous mène à une société schizophrénique en pleine dégénérescence.

 Il nous appartient d’ouvrir les yeux, encore et encore, de tous ceux qui n’ont pas Internet et de tous ceux qui, sur Internet, ne connaissent pas les sites des patriotes. Il en va de notre existence et, plus encore, de notre capacité à laisser à nos enfants et petits-enfants un monde qui ne soit pas l’enfer.

 Christine Tasin

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


30 thoughts on “Et c’est parti pour les salles de shoot !

  1. AvatarJojo

    J’aime beaucoup, et ce que vous écrivez Christine, et votre courageuse initiative. Mais il faut quand même faire attention de ne pas trop utiliser à mon sens de formules extrêmes, même si je suis évidemment d’accord avec vous sur le fond, au risque de vous laisser discréditer par ceux qui pourraient reprendre certains passages de vos articles.

      1. Avatarbagheera

        Je suis d’accord avec Jojo.
        Il y a des formulations qui parfois me font sursauter,
        Les frontières à poser dans le langage participent à/de notre sécurité.

      2. AvatarDURADUPIF

        Je ne suis pas du tout d’accord avec celles et ceux qui demandent à Christine d’édulcorer son discours face aux
        islamo-fascistes. Avec les tenants de l’islam il ne peut y avoir de troisième voie, il n’ y en a qu’une et il n’y en aura qu’une : La Force. Toute tentative sur cette voie substituée a toujours échoué. L’islam n’ a jamais accepté une
        compromission sur aucun des ses textes qu’il qualifie de sacrés. Christine, tenez le discours qui vous convient
        sur une problématique que vous connaissez, ô combien, face à ce dangereux fanatique dogme religieux dont on mesure bien sa principale caractéristique : l’intolérance totale, à tout ce qui n’est lui.

        1. Avatarresistancerepublicaine

          Merci de votre soutien, je suis en effet persuadée que le seul rapport possible face aux fascistes c’est le rapport de force, on ne gagne rien en discutant au contraire

    1. Avatarbarquisseau

      OK c’est ce que je fais ! je distribue vos tracts, j’envoie vos articles à tous mes contacts, j’en parle autour de moi , mais pas facile de mobiliser les troupes ! il y en a tellement qui sont bien à l’aide dans leur petit confort et se désintéressent de ce qui se prépare chez nous ! les plus difficiles à convaincre, ce sont les jeunes , à croire qu’on les a décérébrés dès le plus jeune âge à l’école ! dommage ! c’est pourtant pour leur avenir que nous nous battons !

      1. Avatarresistancerepublicaine

        Je sais c’est difficile, nous sommes trop peu nombreux à agir…. merci pour votre implication

      2. AvatarPETIT

        tout à fait d’accord avec Barquisseau … y a de quoi se démoraliser et se tirer de ce pays malheureusement … quand je vois la mentalité des Français, ou ,presque tous, ont leur esprit manipulé dans ce système d’assistanat, d’égoïsme, ou le respect, les valeurs n’existent plus, ou tout le monde se fout de tout : ça craint …
        tant que l’on ne touchera pas directement et profondément à leur petit confort, et à leurs enfants, je crains que l’on aura beaucoup de mal et ce soir là il sera trop tard …

  2. AvatarDorothée - Paulmest

    Au point ou va la dérive, Je viens de lire que Gilbert COLLARD propose des salles pour viols, pour vols, etc…afin de mieux classer et répertoriés les délits. Il a raison, et moi je serai d’accord d’ouvrir des salles pour c…. ! sûre de faire le plein !
    Et le bouquet sur le site « le cri du contribuable », une subvention de 20 000 euros accordée à une association pour créer une sexothèque !

    1. Avatarresistancerepublicaine

      Je leur ai répondu dans mon discours à la fin de la marche du 10 novembre, ils nous on t déclaré la guerre, nous sommes en guerre, ilfaut juste mobiliser les troupes en nombre…

      1. AvatarJean

        Attention à l’emploi de vocabulaire belliciste, car nous sommes des pacifiques. Je propose, plutôt que de dire ou d’écrire : « Mobilisons nos troupes », ceci : « Rassemblons nos forces ». Qu’en pensez-vous ?

          1. AvatarJeanne

            Oui, je crois que vous avez raison: c’est une guerre et ce n’est pas nous qui l’avons déclenchée. On a vu a quoi a mené le pacifisme de l’entre-deux guerres. Comme Churchil l’avait prédit après les accords de Munich, ils voulaient la paix et ils ont récolté la honte, ils auront et la honte et la guerre. C’est une guerre contre le laxisme criminel qui conduit à à créer de tels endroits; une guerre contre l’obscurantisme fasciste de l’idéologie islamiste; une guerre contre le totalitarisme d ela pensée unique.

        1. Avatardelalande

          c’est parce que nous sommes des pacifiques que nous en sommes arrivés là !
          Alors, arrêtons le langage modéré et appelons un chat un chat !
          Ceux qui pourrissent la France ne connaissent pas les nuances de langage, ce sont des
          sauvages retardés et Christine a raison…nous sommes en guerre, et en guerre il n’y a pas
          de courbettes…il faut foncer et frapper plus fort qu’eux !
          Heureusement qu’il y a des  » Christine  » !!! Je suis très étonnée et abasourdie quand je vois
          des discours comme celui de JEAN ! Mais cher Monsieur, ce qui se trame est grave, très grave,
          ouvrez les yeux de grâce et ….REGARDER !!!

        2. AvatarB.H.29

          C’est Christine qui a raison !! Chaque mot a une signification précise , et il est urgent de les employer!
          Pourquoi tourner autour du pot et vouloir à tout prix se montrer poli et modéré face à des gens qui ne le
          sont pas et qui se foutent de notre gueule !! La guerre , c’est la guerre !! ça n’est pas une petite
          protestation du bout des lèvres !!! …. que personne n’entendra du reste !!!
          Aux salles de shoot , il faut répondre par des bombes ! car c’est toute notre jeunesse qu’ils sont en train de décerveler ..et sciemment !! pour en faire des automates dégénérés et obeïssants …
          Vous devriez tous relire  » 1984″ de Georges Orwell ….Autrefois ‘on pouvait se croire dans la
          science-fiction , mais aujourd’hui on se retrouve dans la réalité ….
          Il est urgent de réagir avec violence , aux violences qui nous sont faites .

          1. Avatarresistancerepublicaine

            Réagir avec détermination et conviction oui mais pas avec violence car ils en profiteraient pour couper les têtes des Résistants et fermer tous les sites patriotes soyons plus malins

  3. AvatarCentaure62

    Encore un scandale de plus! D’autant que la gare du Nord est réellement une plaque tournante de la drogue, suffit de passer devant le quick ou vous pouvez observer de bons trafiquants d’origine africaine qui attendent le client, avec leur collier et bagouze en or !!C’est de notoriété publique et la police du 10e n’y met pas les pieds évidemment. Encore des zones de non droit . Il ont meme supprimer les sdf du coin pour ne pas faire fuir la clientèle ! Au secours la FRANCE fout le camp !

  4. AvatarDorothée - Paulmest

    A Christine, voici un article du site « le cri du contribuable » concernant les salles de shoot, associations, coût etc…
    On part à la dérive complètement, à lire très interressant. Excusez moi pour les fautes, mais là j’en arrive à avoir une OVERDOSE !
    Salles de shoot : des associations dopées à l’argent public – 06/02/2013 @ 15:23 dans A la une, Actualités

    Sous prétexte de «réduction des risques», l’Etat verse chaque année des dizaines de millions d’euros à des associations militant ouvertement pour les salles de shoot ou la dépénalisation de la drogue ! Des subventions jusqu’à l’overdose…
    L’héroïne ? « Après quelque temps de consommation (…), l’usager ne pique plus du nez, a plus de facilité pour communiquer avec son entourage et commence à apprécier les effets relaxants et planants. Il se trouve dans un état de bien-être total. »
    La kétamine (un anesthésiant vétérinaire) ? « Dès les premières minutes, tu ressens un changement de perception (…) ; tu peux, par exemple, te retrouver à trois mètres du sol et voir ton corps allongé en bas. »
    Ces quelques lignes, dont on imagine l’effet incitatif qu’elles peuvent avoir sur certains, figurent en bonne place sur deux sites Internet en accès libre : celui de Keep Smiling (« Gardez le sourire »), « conseillé par Asud (Auto-support des usagers de drogue) », et celui de Techno +.
    La drogue revendiquée comme un droit de l’homme
    Or ces deux dernières structures sont financées par l’Etat, avec l’argent de nos impôts, à hauteur, respective¬ment, de… 230 000 et 220 000 € par an ! Difficile, pourtant, d’ignorer la réalité de ces associations.
    La première, dont le logo a la forme d’une… seringue, évoque dans son journal « le plaisir que chacun retire d’une prise de drogue » et revendique clairement « l’usage de la drogue comme droit légitime et imprescriptible protégé par la déclaration des droits de l’homme de 1789 ».
    Pour fêter le 50e numéro de son journal, son comité de rédaction est allé jusqu’à s’offrir un « test » de… 50 « produits stupéfiants » !
    Quant à la seconde, Techno +, l’un de ses ex-présidents a été poursuivi pour « provocation à l’usa¬ge des stupéfiants » à la suite de la publication sur son site d’un très explicite dossier sur le « shoot propre ».
    Extrait : « Pour un sniff propre, débouche bien tes narines, prépare bien tes lignes, enfonce bien ta paille, envoie la purée (sic) haut dans la cavité nasale, rince-toi bien le nez et entretiens tes narines (…) car il faut lubrifier et restaurer tout ce bazar (re-sic)».
    Doit-on, au nom de la « réduction des risques », continuer d’injecter chaque année plusieurs dizai¬nes de millions d’euros dans ces associations dont le message et les méthodes se situent aux anti¬podes de la « lutte contre la toxicomanie », poste budgétaire duquel elles perçoivent l’essentiel de leurs subventions ?
    Comment justifier les 230 000 € octroyés à Asud, lorsqu’une partie au moins de cet argent est utilisé, sur son site, à promouvoir la culture du cannabis ?
    Au total, ce sont plusieurs dizaines de millions d’euros qui sont distribués chaque année à une cen¬taine d’associations, petites ou grosses, ouvertement favorables à la dépénalisation de la drogue ou aux « salles de shoot », que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a promis d’expérimenter « ra¬pidement ». Matignon vient d’ailleurs de donner son feu vert pour l’ouverture d’une salle de consommation de drogue à Paris, courant 2013.
    Outre Asud et Techno +, citons Gaïa (qui vient de percevoir 38 000 € de la Mairie de Paris pour une « campagne d’information » sur les « salles d’injection »), Act Up, Aides, Safe, Ani¬téa, SOS Drogue International, ou encore Prev’en Teuf, L’Oasis, La Case, Turbulence…
    Ensemble contre le SIDA, qui organise chaque année le Sidaction, milite aussi – c’est moins connu – pour cet¬te politique de « réduction des risques » qui consiste à faire la chasse aux effets et non à la cause, la drogue elle-même.
    Des subventions publiques dont le montant augmente régulièrement
    Ses subventions se montent à plus de 2 millions € par an émanant, à la fois, des collectivités locales (villes, régions), de grandes administrations (dont l’administration pénitentiaire !) et de différents ministères : «subvention de fonctionnement », « solidarité à l’égard des pays en développement », « santé publique et prévention »…
    Selon l’ex-député UMP de Gironde Jean-Paul Garraud, en pointe sur ces questions, ces « nombreu¬ses associations “branchées” orchestrent tout un tapage destiné à faire croire au Français moyen qu’il s’agit là de la seule solution pour aider les drogués à s’en sortir ».
    Mais les Français, justement, hostiles à plus de 70 % à toute dépénalisation des drogues dites « douces », savent-ils qu’à l’heure de la crise une part de leurs impôts sert à financer de telles associations ?
    Mise en cause dans un rapport de l’Inspection générale des Affaires sociales, SOS Drogue interna¬tional se voit notamment reprocher son « manque de transparence » et son « opacité dans la ges¬tion ».
    Au point, poursuit le rapport, que « malgré ses très importantes subventions publiques dont le montant augmente régulièrement (…) seule la poursuite du financement de ses activités par l’Etat est en mesure d’assurer la pérennité du dispositif immobilier et financier mis en place».
    Bref, à l’image des toxicomanes dont elle prétend s’occuper, l’association est elle-même devenue… accro à l’argent public ! Comme la plupart d’entre elles…
    « C’est la croisade morale et la stupidité qui ont tué plus que les drogues », écrit Asud. Et si c’était, surtout, le coupable aveuglement des pouvoirs publics ?
    Fabrice Durtal

  5. AvatarHélène

    C’est pas compliqué: il y a une connerie à faire, Hollande la fait! Il n’en a pas loupé une depuis son élection. Chapeau, l’artiste!

  6. AvatarJallade

    Et çà passe comme une lettre à la poste.
    Pourtant il est rappelé dans l’article mis en lien : « Actuellement illégales en France, ces salles de consommation … » et dans un autre article en lien avec le précédent (du 15-11-2012) : « … salles de shoot…, elles sont actuellement illégales en France, tout comme la consommation de drogue, mais existent dans près d’une dizaine de pays dont la Suisse, les Pays-Bas et l’Allemagne. »
    Touraine est ministre aux Pays-Bas ?
    Ici, en France, elle ne mérite pas la taule ?
    Y a-t-il un juge dans l’avion ? Ma’ame Taubira, au secours !

    Code Pénal Article 222-37 :
    Le transport, la détention, l’offre, la cession, l’acquisition ou l’emploi illicites de stupéfiants sont punis de dix ans d’emprisonnement et de 7 500 000 euros d’amende.
    Est puni des mêmes peines le fait de faciliter, par quelque moyen que ce soit, l’usage illicite de stupéfiants…

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006417724&cidTexte=LEGITEXT000006070719

    etc

  7. Avatarnini

    LA Gauche est entrain d’entreprendre une oeuvre générale de destruction de la France et de son peuple . Allons nous rester longtemps les bras croisés à assister à tout ça en baîllant aux corneilles ? …c’est désespérant à la fin !

  8. AvatarPhilippe

    Je crois l’avoir déjà dis mais tant pis (je ne suis pas fidèle en lecture de blog résistant mea culpa je ne sais plus si c’est ici ou ailleurs que j’avais posté ce qui va suivre)

    Quand je suis arrivé en Picardie j’ai découvert un truc inconnu dans mon Alsace natale, je veux parler des bars-tabac.

    En Picardie donc, je pouvais acheter mes cigarettes, puis me poser devant une table, boire un café ou deux et discuter avec les gens. Ce genre de chose est vraiment sympathique je trouve surtout quand on viens de loin et avec mon job de routier je passe beaucoup de temps seul, voir des gens etait un moyen agréable de faire une pause sans la passer seul dans mon camion.

    Puis est arrivée l’interdiction de fumer dans les lieux publics. Vous avez toujours le droit d’acheter votre vice tabagique, MAIS, vous êtes priés de fumer sur le trottoir ou chez vous, interdiction de vous réunir entre gaulois pour taper le carton et refaire le monde (rare sont les fumeurs qui discutent deux heure sans vouloir en fumer une)
    Étant respectueux des lois je passe à nouveau mes pauses dans ma cabine et ce même si la pause en question est du temps d’attente dans un dépôt. On se réuni entre chauffeur devant les quais si on veux discuter en fumant, y compris en pleine nuit puisque les salles de pauses doivent être libres de fumée. (à l’heure ou j’écris je suis dans ma cabine)

    Mon propos n’est pas forcément de dire que le tabac c’est génial, pas du tout, mais en nous interdisant partout on à fait de nous des parias, je croise même des non fumeurs qui regrettent que je ne reste plus aussi longtemps avec eux en pause café, et je précise que les locaux ou nous pouvions fumer étaient tous très bien équipés en extraction d’air.

    Pour finir, si cela me révolte autant c’est surtout à cause d’une injustice criante. En effet les musulmans avec leur bar à chicha (pipe à eau) sont exemptés de cette loi, eux peuvent refaire le monde entre amis puisque le législateur à estimé que ces bars n’étaient destinés qu’aux fumeurs et qu’ils ne recevaient pas d’enfants.

    Alors me dire que des toxicos vont etre au chaud là ou moi je suis contraint de me peler ca passe pas.

    1. Avatarresistancerepublicaine

      Vous avez raison Philippe ça ne passe pas et la non fumeuse que je suis est révoltée par les persécutions subies par les fumeurs, la perte de convivialité que vous évoquez étant évidente

  9. Avatarparisienne

    Pus facile de mettre des salles de shoot à disposition des drogués que de créer des centres de prévention et de traitements ,qui demandent un personnel compétent et motivé, plutôt que des fournisseurs « spécialisés » en distribution de seringues stériles , surveillant que le drogué est bien en possessionde sa dose, afin qu’il se shoote en tout bien tout honneur et ne pratique pas « un trafic » à l’intérieur du local …ce dernier étant bien entendu résevé aux dealers du quartier ,qui vont se faire un devoir d’attendre leurs clients aux alentours!
    TRAFIQUANTS et AUTRES peuvent dormir tranquilles!!

  10. Avatarparisienne

    Plus facile semble-t-il d’ouvrir des salles de shoot ,que des centres de prévention et de traitement qui demandent l’intervention d’un personnel formé et compétent, alors que là, en fait ,il s’agira de « distributeurs spécialisés » de seringues stériles qui veilleront à ce que les drogués se présentent en tout bien tout honneur, avec leur dose ,afin qu’aucun trafic ,n’ait lieu dans la salle…. étant bien entendu, que le trafic sera exclusivement réservé aux dealers du quartier qui eux, croyez-moi, ne seront pas loin….
    Il y a quelques années, on nous parlait des produits de substitution, malgré les dérives , que sont-ils devenus?

    1. Avatarbarquisseau

      Les produits de substitution existent toujours mais malheureusement, ils sont pires que le mal ! apparemment, ils créent une dépendance encore pire !
      J’ai un témoignage d’un proche qui me dit que seul le sevrage donne des résultats ! et il m’a assuré que ce n’était pas une partie de plaisir mais la seule solution pour en sortir ! elle demande beaucoup de volonté ! mais a-t-on vraiment envie de résoudre ce problème ? Ne représente-t-il pas une sorte d’économie souterraine ? Si on avait réellement le désir de faire cesser les trafics , on y arriverait certainement ! mais existe-t-il ? J’en doute fortement.

  11. AvatarDorothée - Paulmest

    Cette après midi à C’dans l’air, l’émission concernait les salles de shoot. Il y avait le représentant de la police et qui était éberlué du fait que la loi n’autorise pas la conso de stupp, et il demande au gouvernement d’éclaicir leur position car pour la police ils sont en droit d’arrêter tout consommateurs et trafiquants. Mais pire, cette salle sera à côté de l’hopital de lariboisière et de la gard du nord, emplacement déjà très fréquenté par les dealers et consommateurs, endroit idéal pour mieux vendre leur came. Dixit le représentant de la police.

Comments are closed.