Répression contre les patriotes : notre camarade Jacques Philarchein est désormais officiellement poursuivi par la justice


La justice et les associations dites antiracistes n’aiment pas les patriotes et font tout pour que leurs voix disparaissent du web. Après Pierre Cassen et Pascal Hilout de Riposte laïque c’est à présent Jacques Philarchein, rédacteur à Riposte laïque et responsable de Résistance républicaine Bourgogne qui est poursuivi. Nous sommes et serons avec lui, fiers de lui et de notre combat.

  Christine Tasin

La nouvelle est tombée récemment : notre camarade Jacques Philarchein a reçu, par voie d’huissier, sa convocation à une audience de fixation qui aura lieu fin août 2012. A l’heure où nous écrivons cet article, personne ne connaît la date du procès proprement dit, mais il est clair que Jacques devra comparaître, à la demande du MRAP, devant la XVII° Chambre Correctionnelle du TGI de Paris. C’est ce que nous appelons, chez les patriotes, la police de la pensée. Jacques devra répondre du crime inexpiable d’avoir proféré quelques vérités interdites sur l’islam et l’immigration en France, lors des Assises de l’Islamisation, où sa prestation a compté parmi les plus remarquées, ce qui a fait de notre camarade l’un des orateurs les plus exposés.

http://ripostelaique.com/le-mrap-aurait-il-ete-irrite-par-le-succes-de-mon-discours-aux-assises-de-lislamisation.html

En même temps que Jacques Philarchein, l’écrivain Renaud Camus avait été lui-même menacé de poursuites judiciaires. Riposte Laïque a contacté récemment le secrétariat de M. Camus : il semblerait que de ce côté, il n’y ait pas, du moins à ce jour, de convocations judiciaires. Nous nous en réjouissons pour M. Camus, cela va sans dire. Mais l’acharnement contre Jacques Philarcheïn prouve de manière irréfutable que les associations dites « antiracistes » ont ciblé leurs tirs sur Riposte Laïque et ses cadres. Le procès de Jacques Philarcheïn constituera clairement le deuxième coup bas porté à Riposte Laïque après le procès spectaculaire contre Pierre Cassen et Pascal Hilout. Il faut également noter que la plainte de Jacques déposée contre Bernadette Hétier et le MRAP pour dénonciation calomnieuse a été rejetée par la procureur Anne de Fontette, la même magistrate qui a requis une ouverture d’enquête contre notre camarade.

http://ripostelaique.com/pourquoi-je-depose-plainte-contre-bernadette-hetier-et-le-mrap-pour-denonciation-calomnieuse.html

Pas plus que Pierre Cassen ou Pascal Hilout, Jacques Philarcheïn n’a de fortune personnelle ni de réseaux d’influence. Un procès l’expose aux pires sanctions pénales, à la ruine et à la perte de son emploi par radiation de la fonction publique (Jacques est un simple professeur de lycée). Jacques est membre de deux organisations non-subventionnées, Riposte Laïque et Résistance Républicaine, et il est poursuivi par une association subventionnée, ayant pignon sur rue, le MRAP, dont il ne connaît personnellement aucun des membres. Nous nous doutons que le MRAP a diligenté des poursuites contre Jacques aussi parce qu’il est coupable de mieux connaître les textes de Marx que cette association communiste appartenant à la grande nébuleuse des défenseurs – d’opérette – du prolétariat.

Jacques a choisi de ne plus communiquer sur son procès, et de continuer à écrire des articles de fond ou des billets événementiels sur des sujets divers. Sa philosophie présente, face aux associations liberticides de répression de la pensée, se résume à cet aphorisme qu’il répète souvent dans nos réunions : « Aujourd’hui, savoir est un délit, faire savoir est un crime ; si je me retrouve devant les juges, c’est parce que j’en sais trop. » Voilà d’ailleurs ce que Jacques écrivait quelques mois auparavant :

http://ripostelaique.com/pourquoi-je-depose-plainte-contre-bernadette-hetier-et-le-mrap-pour-denonciation-calomnieuse.html

La première moitié du XVII° siècle, un siècle qui commence mal comme peut-être tous les grands siècles (souhaitons cela pour le nôtre, nous n’avons plus rien d’autre à faire), démontra de manière brutale l’inanité de toute inquisition ennemie de la vérité. Les inquisiteurs auraient aussi bien pu brûler tous les coperniciens d’Europe (Copernic, le grand prédécesseur, avait lui aussi caché sa pensée sous des artifices), cela eût-il changé un iota au fait que la Terre soit animée d’un double mouvement, sur elle-même et autour du Soleil ? Un autodafé n’invalide pas plus les calculs de Copernic, Kepler, Galilée ou Newton qu’il n’empêche l’été de succéder au printemps ou le Soleil de faire cache-cache avec la Lune. Nos inquisiteurs contemporains devraient soigneusement réfléchir à ce qui fut le paradoxal destin du XVII° siècle… Commencé dans l’obscurantisme, il finit sur un grand éclat de rire politique et scientifique, lorsque Louis XIV décida de s’autoproclamer Roi Soleil, manifestant ainsi son attachement aux fils de Copernic, certes pour les besoins de sa propagande (mais toutes les propagandes ne se valent pas et celle qui utilise le Vrai sera toujours supérieure au mensonge) et lorsque, en Angleterre, l’immense Isaac Newton théorisa définitivement l’héliocentrisme en produisant la plus formidable synthèse physico-mathématique de tous les temps (il mourut dans les années 20 du Siècle des Lumières, comblé d’honneurs et de considération dans son pays). J’aime à croire que la France et l’Angleterre furent les deux pays-phares du monde moderne, comme la Grèce fut le sens et la lumière du monde antique. Je redoute que l’effondrement de la Grèce actuelle, et les menaces sociétales ou culturelles sidérantes qui planent sur l’Angleterre et la France d’aujourd’hui, n’annoncent de bien funestes événements, donnant raison à M. Guillaume Faye lorsqu’il écrivait quelque part que les continents, comme le poisson, pourrissent par la tête. Mais il faut alors considérer que c’est seulement d’un chaos d’ombres que peut surgir la lumière.

Car c’est à une immense révolution épistémologique que le Système s’oppose et résiste à présent de toutes ses forces. Comme dans le premier XVII° siècle, il s’échine, coûte que coûte, à persuader tout un chacun de l’immobilité du globe terrestre. Ce genre de dispositions fâcheuses, ses mouvements d’humeur assassins, au propre ou au figuré, ne sont, hélas pour le Système et tant mieux pour nous, que les derniers remous du monstre, qui donne encore quelque coup de queue ou de dents, qui crache encore quelques flammèches noirâtres, capables il est vrai du frapper des gens, de briser ça et là l’émergence de la polémique, de freiner le dépassement du paradigme. Mais enfin, les prurits inquisitoriaux des associations obscurantistes n’empêcheront nullement cette révolution copernicienne des sciences humaines qui s’annonce aujourd’hui. Ce que le Grand Siècle a permis aux sciences de la nature, le nôtre le donnera aux sciences de l’homme. Pour l’instant le Système produit ses « experts » en un spectacle obscène et grotesque où l’on voit, en débats de parade, se disputer et se congratuler d’innombrables faux-savants, qui sont en réalité d’accord sur tout. Des islamologues de théâtre, des sociologues d’opérettes, des résistants de papier, des statisticiens véreux, des anthropologues qui n’ont jamais vu d’homme, des criminologues amoureux du crime, des pompiers pyromanes, des militants sans militance, des philosophes sans amour ni sagesse, des lutteurs de carnaval aux muscles gonflés de vent. Ils ont leurs expert ; nous avons les nôtres. Les nôtres sont minoritaires, décriés, moqués, raillés, parfois traqués… pourtant ils sont la vérité des sciences, j’allais écrire la vérité tout court.

De manière guère plus ludique, Guy Béart chantait aussi : Le premier qui dit la Vérité, il doit être exécuté.

http://www.youtube.com/watch?v=JPvo5U-oVQU&feature=related

Jeanne Bourdillon

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.