On leur a dit, aux Anglais, que la Suisse a retiré sa demande d'entrer dans l'UE ?

L’Union européenne ? Non, merci ! La Suisse retire sa demande d’adhésion

Le vote du Conseil des Etats venant valider la décision du Conseil national datant du mois de mars, le Parlement demande au Conseil fédéral d’écrire à Bruxelles pour annuler sa requête d’adhésion à l’UE, vieille de 24 ans.

L’euroscepticisme semble s’intensifier en Europe alors que le référendum sur le Brexit approche. Une semaine avant le vote des Britanniques, 27 des 46 membres de la chambre haute du Parlement hevlétique, le Conseil des Etat, ont voté pour le retrait de la demande d’adhésion à l’UE que la Suisse avait officiellement déposée en 1992.

Ce vote n’est pas anodin. Car le 6 décembre 1992, juste après cette demande auprès des instances de l’UE, près de 50,3% des citoyens suisses s’était prononcés contre l’entrée de leur pays dans l’espace économique européen.

D’après les sondages, les Suisses ne sont pas les seuls eurosceptiques sur le Vieux Continent. La tendance grandit au sein même de l’UE. En février, le site Atlantico avait mené une enquête sur internet auprès d’un échantillon de 4 800 personnes. Selon ces résultats plus de 40% des Français, 37% des Belges, des Néerlandais et des Italiens considéraient qu’il y avait «plus d’inconvénients que d’avantages» d’appartenir l’UE, contre respectivement 26% des Français et des Italiens, 25% des Belges et des Néerlandais qui y voyaient plus de bénéfices.

Le référendum sur le Brexit aura lieu le 23 juin prochain. En février, le Premier ministre David Cameron avait annoncé la tenue de ce vote afin de tenter de calmer les députés de son propre parti, le Parti conservateur, qui réclamaient une révision des liens unissant le Royaume-Uni à l’UE. La position officielle du gouvernement britannique est de maintenir le pays au sein de l’organisation issue du Traité de Rome.

https://francais.rt.com/international/22229-union-europeenne-non-merci-suisse

 281 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Les partisans du « maintien » ont eux aussi fait une campagne anxiogène n’hésitant pas à parler d’une Troisième guerre mondiale , de la « fin de l’occident », du démantèlement de l’Europe en cas de Brexit
    L’instrumentalisation de ce drame est un fait vérifiable par toutes les personnes de bonne foi; Il n’y a qu’à voir la propagande massive des milieux financiers en faveur du maintien de la GB dans l’UE, des institutions multilatérales : OCDE, FMI, OTAN (13 anciens secrétaires généraux) sans compter l’Union européenne à commencer par Junker le Président de la Commission européenne parlant de « traîtres à propos des propos des pro Brexit; on croirait un langage de maffieux. Ils ont contribué à la dramatisation de même que les marchés financiers et leur mouvement spéculatif.
    ça n’est pas parce qu’un déséquilibré lié à un mouvement d’extrême droite – AMERICAIN – sans doute surveillée par le FBI et peut être sur écoute de la NSA a commis ce meurtre qu’il faut accuser les pro Brexit qui comme les anti Brexit représentent des courants d’opinion très divers.
    Assimiler le camps des pro Brexit à un petit groupuscule d’extrême droite c’est intellectuellement malhonnête mais rien n’arrête les anti Brexit à commencer par Obama dont le pays n’est pas membre de l’Union européenne et qui est venu dire aux britanniques ce qu’ils doivent voter, comme le Japon d’ailleurs sous pression de la diplomatie US, sans doute. De quoi je me mêle !?
    Sans ce drame – inespéré pour le camps des anti Brexit – , l’Angleterre retrouvait sa liberté. Il n’en sera rien. Mais si comme je le pense les anti-Brexit l’emporte, sur un plan éthique et moral ils n’ auront pas gagner.

  2. Les Suisses soufflent un peu le chaud et le froid : capables de bon sens en refusant l’Europe, mais aussi capables de donner bien des avantages aux musulmans (comme ne pas serrer la main des femmes, encore qu’ils se sont rétractés).
    Quoiqu’il en soit, on se demande comment, avec l’exemple de la Suisse, les peuples peuvent encore croire qu’on ne peut pas s’en sortir sans l’Europe.

  3. Je suis très sceptique quand à l’issue du vote Britannique, je soupçonne le coup de l’Autriche, la manipulation des votes et mensonges habituels.
    Le dépouillement des votes devrait se faire publiquement devant les gens et même le vote devrait aussi être en publique, comme en Suisse.
    Je n’ai vraiment pas confiance du tout aux escrocs aux pouvoirs, il y a beaucoup trop de magouilles autour d’eux.
    Les Suisses ont plus que raison de ne pas céder d’entrer à cette union européenne de misère et fasciste, car au moment même où ils entrerons, c’est la faillite immédiate et totalement ruiné, pour payer toutes les dettes de tous les pays européens et toutes leurs économies seront disparus pour la dette abyssale sans fond et soumis aux diktats des escrocs de Bruxelles, qui obéissent à une organisation criminel au niveau mondial, un ennemi total planétaire de l’humanité, qui vole tous les peuples du monde, çà aussi il faut ose dénoncer malgré les menaces, car c’est eux qui mettent tous les peuples du monde les un contre les autres, pendant qu’ils regardent encore, avec leurs médias menteurs manufacturés avec nos sous.

    • Moi aussi je suis sceptique car l’enjeu est tellement grand que les peuples n’ont pas leur mot à dire!!!Voici une analyse qui fait apparaître la dangerosité de cette UE:
      Anna Lindh, Joe Cox : une troublante coïncidence…
      Aujourd’hui
      Si les électeurs britanniques, après avoir dit non au Brexit, découvrent qu’ils ont été manipulés, l’Europe aura un goût de sang.
      Roland Hureaux
      Essayiste
      Anna Lindh était suédoise, de gauche, et très favorable à l’adhésion de la Suède à l’euro. Ministre des Affaires étrangères, elle était devenue l’égérie des partisans de l’euro. Mère de deux jeunes enfants, elle est assassinée à 46 ans à Stockholm.
      Joe Cox était anglaise, de gauche, et très favorable au maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne. Députée travailliste, elle était devenue l’égérie des opposants au Brexit. Mère de deux jeunes enfants, elle est assassinée à 42 ans à Leeds.
      Le premier meutre a eu lieu le 11 septembre 2003, à trois jours du scrutin.
      Le second meurtre a eu lieu le 16 juin 2016, à six jours du scrutin.
      Deux victimes pathétiques.
      Dans les deux cas, les meurtriers sont des déséquilibrés. Ils avaient fait des séjours en hôpital psychiatrique. Le premier était d’origine serbe, le second est anglais. « Des meurtriers dans le genre de Lee Harvey Oswald » dit François Asselineau, homme politique français, président d’un petit parti souverainiste, l’UPR, qui, dès le 8 juin, avait envisagé que les partisans du maintien aient recours à un attentat analogue à celui qui avait frappé Anna Lindt.
      Le bruit a couru que le meurtrier de Joe Cox, apolitique pour les uns et néo-nazi pour les autres, aurait crié au moment du meurtre « la Grande-Bretagne d’abord ! ». Mais le témoin cité a démenti avoir entendu rien de tel. Les techniciens de la communication le savent : après un drame, c’est la première parole que l’on retient.
      La presse favorable au maintien a immédiatement installé le meurtrier dans le rôle de partisan fanatique du Brexit. Bien mal inspiré puisque les sondages étaient en train de se retourner en faveur du Brexit. Être contre l’Europe de Bruxelles, n’est-ce pas être nationaliste et donc nazi, et donc criminel en puissance ?
      Le meurtre de Stockholm, venu trop tard sans doute, n’avait pas changé l’issue du scrutin : les Suédois avaient refusé l’euro et s’en portent d’autant mieux aujourd’hui. Celui de Leeds a déjà inversé les sondages en faveur du maintien dans l’Union européenne.
      Entre complotisme et naïveté, la ligne de faîte est étroite. La coïncidence entre les deux drames demeure troublante.
      Ce qui est sûr, c’est que le Brexit remettrait en cause, à terme, l’Union européenne dans son ensemble et que celle-ci est une des pièces maîtresses de l’architecture politico-militaire et économique de plus en plus contraignante imposée au monde occidental. Obama, plus impérial que jamais, est venu dire aux Britanniques ce qu’ils devaient voter. Les défenseurs de l’ordre occidental ne plaisantent pas. Les idéologues non plus. Les idéologies – et la construction européenne qui prétend en finir avec les nations, comme d’autres voulaient en finir avec les classes sociales, en est une -, font toujours passer leur logique avant toute autre considération. Le crime ne leur fait sûrement pas peur.
      Si les électeurs britanniques, après avoir dit non au Brexit, découvrent un jour qu’ils ont été manipulés, nul doute que l’Europe aura un goût de sang.

    • Arrêtez de dire que les français sont des cons, tous les européens sont manipulés, dupés et volés depuis très longtemps.
      Et sont les raisons d’établir une vraie démocratie pour chaque peuple européen où c’est le peuple qui a tous les pouvoirs et tous les droits de son avenir, avec des élus par le peuple et pour uniquement que le peuple, en véritables laquais de service du peuple, proposer des idées et non les imposer, comme le font trop souvent nos dictateurs aux pouvoirs et s’incliner devant le vote et tout cela en publique, avec la plus grande transparence total, sans magouilles où tous les peuples européens auront le droit total de vérifier tous les dépouillements de leurs votes sans exceptions aucune.
      Tout système totalitaires doivent être écartés d’offices avec la plus grande fermeté sans conditions et de façon impitoyable avec ces gens là.

      • On peut être manipulé, volé et dupé et…… pouvoir se révolter, non !
        Je rejoins l’interprétation que fait Aldo Sterone dans une de ses vidéos.
        Bon je me méfie du personnage, mais en substance voici son analyse concernant la passivité des européens face à ce qu’ils subissent.
        La guerre de 14/18 a décimé dans un très grand nombre les mâles alpha européens.
        Ceux ci, jeunes, morts à 20 ans n’ont pas laissé de descendants.
        Puis la seconde guerre Mondiale a continué a faire disparaître bon nombre de mâles alpha.
        L’analyse vaut ce qu’elle vaut mais je me demande si il n’y a pas un peu de vrai. Les hommes européens dominants sont morts lors des deux conflits mondiaux laissant seul des mâles « dominés » à avoir des enfants, why not !

        • Si les hommes européens dominant sont sont morts, c’est qu’ils étaient tout aussi dominés pour partir en guerre et c’était aussi pour des dictatures et à l’époque il n’y avait pas internet, seulement la T.S.F, le mors et le téléphone, probablement toute aussi manipulé et nos anciens sont morts pour engraisser les mêmes aux pouvoirs qui en profitent, surtout les marchants d’armes et bien d’autres choses pour la caste des privilégiés.
          C’est maintenant que nous voyons le plus les manipulations et c’est maintenant qu’il faut agir pour reprendre le pouvoir pour les peuples et plus aux élus payés par le système et de partir encore aux fronts pour les mêmes qui s’engraissent financièrement et autres avantages.
          Et c’est la même chose pour musulmans qui croient servir leurs causes, ils ne font que servir les grosses monarchies du pétrole et en faisant des morts pour rien.
          C’est aussi pour ces raisons, que les religions comme la politique doivent être pour le libre arbitre pour les peuples du monde, autrement c’est les dictatures qui se servent de ces prétextes pour s’enrichir sur le dos des peuples pigeons.

  4. la solution de tout les problèmes serait vite régler avec la sortie de l’Europe et en remettant toute les frontières et même temps s’occuper à jeter dehors cette merde sectaire sanguinaire avec tout ces adeptes de débiles mentaux ! voilà ce qu’il faut faire .Roland L’Alsacien .

Les commentaires sont fermés.