Darmanin voudrait retirer le terme « séparatisme » au projet de loi !

Publié le 7 octobre 2020 - par - 13 commentaires

.

Pendant qu’aux confins de la chrétienté, des hommes, des vrais, se battent comme des lions contre le conquérant musulman, azéri et ottoman, une bataille de mots fait rage dans les couloirs feutrés de la Macronie.

Pendant que le peuple arménien se bat pour son existence, le ministre de l’Intérieur français lutte, tel Don Quichotte, contre les moulins à vent de la sémantique et pose LA question existentielle du jour : le terme « séparatisme » ne s’avère-t-il pas un peu trop fort, un peu trop stigmatisant-amalgamant ?

Et pendant que le Karabakh fait face, bientôt, à son nettoyage ethnique par les hordes mahométanes, les chochottes islamophiles du gouvernement accélèrent, impuissantes ou complices, à la mise en place tranquille de notre futur génocide.

Ainsi, Emmanuel Macron et Gérald Darmanin, dans un étonnant pas de deux acrobatique, s’élancent en duo dans une chorégraphie téméraire pour, de suite, effectuer un brusque mouvement arrière : le ballet de la gauche sur le thème de l’islam pourrait s’intituler « Un pas en avant, deux en arrière » ou « A l’assaut mais à reculons »

Un coup, je te lance une loi « contre les séparatismes »*, un autre je te donne des gages en proposant de renforcer l’apprentissage de l’arabe. Et un autre, enfin, qui exclurait finalement le terme définissant l’objet de la loi, signifiant son détricotage avant même la naissance et la capitulation en rase campagne (politique).

Bref, une nouvelle reculade ! Face à l’urgence de lutter contre la partition, le gouvernement préfère donc lancer un débat d’enculeurs de mouches et proposer, à la place du terme « séparatisme », l’expression encore plus sibylline « pour la laïcité et les valeurs républicaines ».

Parce qu’il faut « créer du commun » et produire du « vivre-ensemble » avec une « République en actes » appuyé par un « réveil républicain »… Une novlangue qui ne veut rien dire, typique d’une gauche tremblant de désigner l’ennemi alors que la guerre est depuis longtemps déclarée !

Face aux soldats Macron et Darmanin faisant pipi dans leur culotte avant le prochain assaut sémantique, les séparatistes musulmans, affutant leurs armes, sont véritablement morts de rire.

*incluant, forcément, les séparatistes identitaires en lutte contre l’État et sa promotion de « l’islam de France » ainsi que les séparatistes de la Manif pour tous ou les anti-IVG…

Séparatisme ou laïcité : Gérald Darmanin lance le débat

Les discussions sur l’intitulé du texte de loi se poursuivent. Le terme de «séparatisme» pourrait être abandonné au profit de la notion de laïcité ou de République.

La journée du ministre de l’Intérieur a mal commencé. Au micro de Radio Classique, Gérald Darmanin a laissé entendre que le terme «séparatisme» employé par Emmanuel Macron pour son plan contre l’islam radical serait retiré de l’intitulé du projet de loi, présenté le 9 décembre.

«Ce ne sera sans doute pas son nom, puisque le président de la République a évoqué dans son discours quelque chose qui ressemblerait à un projet de loi renforçant la laïcité et les principes républicains, a expliqué le numéro un de Beauvau. Mais l’idée est bien de lutter contre le séparatisme principal qui est l’islam radical, mais ce n’est pas le seul objet du texteDevant l’emballement médiatique, le ministère a dû rectifier le tir, rappelant que le titre exact du texte de loi n’était pas arbitré.

«Nous avons du temps pour le choisir. L’important, c’est que la menace soit clairement désignée», insiste l’entourage de Darmanin.

En coulisses, le titre du projet de loi donne lieu à d’âpres négociations.

Faut-il clairement désigner l’islam radical ?

Jean Castex et Jean-Michel Blanquer y sont favorables. Quant au concept de «séparatisme» issu de la pensée complexe macronienne, beaucoup de ministres conviennent qu’il est difficilement compréhensible.

Ce glissement sémantique permet toutefois au président d’éviter de parler de «communautarisme», terme trop connoté.

«Au début, le président a voulu faire le pari de la complexité, d’où le terme séparatisme. C’était aussi une manière de se distinguer de Marine Le Pen, qui verse dans le simplisme», expose un macroniste historique. «C’est un terme mal compris, convient un ministre de premier plan. Ce que j’entends, c’est: “Le président veut une loi contre le séparatisme, mais c’est quoi, ce truc?”»

Tantôt utilisé au pluriel, tantôt au singulier, le terme pourrait donc petit à petit disparaître. «On voudrait faire en sorte que ce soit une loi pour, et non contre quelque chose», insiste un ministre impliqué dans ce dossier, qui rappelle que le président de la République entend, grâce à ce plan, unir le pays.

«L’idée, c’est donc de passer du communautarisme au séparatisme et enfin à la laïcité, pour aborder le discours de manière plus positive, pour que l’objet crée du commun, du rassemblement», approuve une députée de la majorité.

Les concepts de «la République en actes» et du «réveil républicain», utilisés par le chef de l’État pour présenter son projet, font aussi partie des discussions.

À la fin, Emmanuel Macron aura le dernier mot. «Le titre, ce n’est pas vraiment le sujet, estime l’entourage de Gérald Darmanin. Qui se rappelle que la loi sur l’interdiction de la burqa portait en fait dans son appellation exacte sur l’interdiction de la dissimulation du visage dans l’espace public ? Le tout, c’est que le titre soit englobant

En attendant de connaître l’arbitrage final et le contenu, Gérald Darmanin et Marlène Schiappa ont commencé à consulter les responsables des partis. Après le patron de La République en marche, lundi, la patronne du Rassemblement national, Marine Le Pen, a été reçue mardi. Adrien Quatennens et Alexis Corbière étaient attendus à leur tour en fin d’après-midi, au nom de La France insoumise.

Lors des questions au gouvernement, Gérald Darmanin a accusé le parti de Jean-Luc Mélenchon d’être lié à un «islamo-gauchisme» qui «détruit la République» .

 

https://www.lefigaro.fr/politique/separatisme-ou-laicite-gerald-darmanin-lance-le-debat-20201006

Pendant que les soldats Karabaghtsi se préparent à l’assaut de l’ennemi, les planqués de l’arrière Darmanin et Macron ergotent et finassent, en France, avec la cinquième colonne

Print Friendly, PDF & Email

13 réponses à “Darmanin voudrait retirer le terme « séparatisme » au projet de loi !”

  1. Avatar Gisèle dit :

    Tout ce que fait ce gouvernement ne va pas dans le sens de la France et le respect de la nation. Donner la même place à la langue arabe qu’à la langue française en l’enseignant dès la primaire, c’est facilité encore plus la non intégration. La suppression du mot séparatisme est une reculade pur et simple. Il ne faut rien attendre de ce gouvernement. 🇫🇷

  2. Avatar bouillot marie ange dit :

    un pas en avant et 10 pas en arrière. ils savent bien danser la polka ces couards

  3. MACRON C’EST LA HONNNNNNNNNNNTE A TOUS POINTS DE VUE !

  4. Avatar Annie Szabo dit :

    Mais de quel droit macron nous pourrit autant la vie ?

  5. Avatar Wallace dit :

    Voilà une réforme utile et intelligente.
    Si cette loi sur l’instruction de la langue arabe ne venait pas en application, mes petits enfants ne pourraient pas se faire comprendre des nouveaux français qui dirigeront notre pays dans quelques décennies. Vous avouerez que serait grave pour eux de ne pas parler la langue de leurs conquérants.
    A quand la modification des accords de Villers-Cotterêts, qui comme, comme chacun sait, imposa, entre autres, le français comme langue usuelle.
    Des idiomes celte au latin, du latin au français, du français à l’arabe; je me demande bien comment on va faire pour expliquer à nos descendants que touts ces changements illustres des victoires.
    Peut-être que lorsque l’on aura plus besoin de pétrole la prochaine victoire sera l’apprentissage du chinois dans les crèches…

  6. Avatar Et alors ! dit :

    Ces gens là sont des hypocrites et des lâches ; ils n’ont rien entre les jambes si ce n’est les couilles au cul ; tous des… ! Contre le séparatisme, il faudrait :
    interdire le coran en France, virer tous les imams salafistes et démolir toutes les mosquées concernées , interdire le voile ,le niqab ,le burkini, la burka , le halal ; et ceux qui sont pas contents, qu’ils aillent voir ailleurs, la France n’a jamais été terre d’islam et ne le sera jamais ! 732-2022 .

  7. Avatar Moi1 dit :

    « Macron veut restreindre la liberté scolaire tandis que la fille de Brigitte Macron ouvre un lycée hors-contrat  » – https://is.gd/ZIBL6O
    Lien * https://twitter.com/MichelJanva/status/1313846597093142528 *

  8. Avatar Vieux bidasse dit :

    Les Corses, les Bretons, Provencaux, et autres, vont pouvoir exiger l’apprentissage des « patois » dans les écoles…
    Ne pas oublier, non plus, que nous avons des descendants d’Italiens, Espagnols, Portugais, Polonais Et quelques représentants de toutes les nations de la terre…
    Dans les 60, j’avais une amie, fille de Polonais…. Ces gens parlaient Polonais à la maison, ce qui était interdit une fois franchi la porte. Ils considéraient que c’était la seule solution pour faire partie du pays

  9. Avatar LANGLOIS dit :

    moussa et choupinet sont deux salopards anti-FRANCAIS et pro-islamistes !!!

  10. frejusien frejusien dit :

    «  »Face aux soldats Macron et Darmanin faisant pipi dans leur culotte avant le prochain assaut sémantique, les séparatistes musulmans, affûtant leurs armes, sont véritablement morts de rire. » »

    j’approuve à 100%,
    vous avez raté la déclaration d’Erdogan qui a vu rouge quand il a entendu parler de séparatisme, c’est donc pour ne pas fâcher le psychopathe d’Istanbul que nos chérubins font deux pas en arrière,
    au final, la loi va être totalement vidée de sa substance primitive, et servira peut-être à créer d’autres contraintes pour les FDS.
    Pour lutter contre le séparatisme, nul besoin de nouvelles lois, qu’on applique celles existantes avec rigueur,
    et primo : arrêter net toute immigration !!
    sinon, c’est un coup d’épée dans l’eau, mais n’est-c pas le but de tout ce toutim, ? faire croire qu’on fait quelque chose ? mais surtout ne pas nommer la chose !!

    • François des Groux François des Groux dit :

      @frejusien

      Arrêter toute immigration et je dirais même mieux : renvoyer ceux qui n’ont pas respecté les règles (sinon, c’est trop facile : on arrive en France, on fait une demande jusqu’à recevoir des « papiers » puis une fois légalisé, on fait venir la smala…)

      Mais pour cela, il faut pouvoir « convaincre » les pays refusant de reprendre leurs nationaux…

      On a plus de 3 millions de chômeurs et il rentre encore des migrants, ce n’est plus possible ! La France va même en chercher au Maroc pour cueillir les clémentines en Corse (800 je crois) !

  11. frejusien frejusien dit :

    @F De Groux,

    800 pour cueillir les clémentines en Corse !!!
    je connais un viticulteur corse qui a dû embaucher cette année des Italiens , venus spécialement pour les vendanges, tous les arabes installés en Corse ne veulent plus faire le travail, je crois qu’ils ont trouvé la planque des alloc, et se sont trop enrichis pour continuer à travailler

  12. Avatar moustache et trotinette dit :

    Il préférerait remplacer ce mot déplaisant par « COLONISATION »?

Lire Aussi