Algérie : la prof refuse de porter le voile ? Blâme, ponction sur salaire, conseil de discipline, mutation…


Algérie : la prof refuse de porter le voile ?  Blâme, ponction sur salaire, conseil de discipline, mutation…

.

Voilà l’avenir promis à nos filles si rien ne se passe en France. Et cela commencera dans les 150 quartiers « tenus par des islamistes », avant de s’étendre aux 1000 territoires perdus de la République, avant d’être imposé partout en France.

.

Voilà ce qui se passe en Algérie, pays dont les ressortissants se réclament, pays ami de Macron… Voilà le pays avec lequel nous devrions avoir des liens particuliers, très proches… Voilà le pays que nombre de voilées mettent aux nues… mais elles n’ont pas l’idée d’aller y vivre, préférant reconstituer l’Algérie en France. Et l’Etat en bouge pas, et les autres profs se taisent… Monstrueux.

Obligation de porter le voile pour les enseignants, convocation des parents si une élève commet la faute impardonnable de parler à un camarade masculin… L’article algérien ci-dessous dit tout des difficultés – impossibilités ? – de sortir de l’islam, d’échapper à la charia, malgré les forces vives laïques qui essaient de bouger les choses. 

Des tarés, obnubilés par le sexe, par l’infériorité de la femme… 

Et c’est pour eux que Macron nous menace, nous condamne à de la prison, et met des milliards sur la table pour « éviter le séparatisme »… 

.

Grosse pression sur une enseignante menacée de mutation par sa directrice pour avoir refusé de porter le voile. Cela se passe dans un CEM à Biskra. En effet, selon le témoignage de Mahtout Chafika, originaire de Tizi Ouzou, la directrice de l’établissement lui a exigé de se couvrir les cheveux, faute de quoi elle sera mutée dans une autre école.

Ainsi, l’enseignante qui a lancé un cri de détresse affirme que la directrice de l’établissement où elle enseigne l’a humiliée et a coupé tout contact avec elle à cause de son refus de porter le voile. Elle explique que malgré sa bonne réputation et ses très bons contacts avec les parents d’élèves, la directrice de l’établissement a tout fait pour salir son image. Elle ajoute que ses ennuis ont commencé lorsqu’elle a refusé de se plier aux exigences de sa responsable considérant la question vestimentaire comme une liberté individuelle.

Mahtout Chafika indique que les responsables locaux de l’Éducation n’ont pas levé le petit doigt, malgré toutes ses plaintes et les injustices qu’elle a subies. Elle souligne que la directrice s’est acharnée contre elle avec une ponction sur salaire injustifié ainsi qu’un blâme écrit, ajouté à son dossier.

Des directeurs qui font de l’école un terrain de luttes idéologiques

L’enseignante a tenu à alerter le corps des enseignants ainsi que l’opinion publique sur sa situation qui ne cesse de se détériorer avec la programmation de son passage en conseil de discipline et la menace de mutation qui pèse sur elle. Mahtout Chafika conclut qu’étant mère de deux enfants en bas âge et ayant loué dans la ville de Biskra pour une année qu’elle a payé à l’avance, elle ne pourra supporter une mesure de mutation.

Il faut souligner que le secteur de l’Éducation ne cesse de défrayer la chronique avec ce genre de décisions qui remettent en cause les lois de la République. Des décisions qui ont des conséquences désastreuses telles que la tentative de suicide d’une élève dans un lycée à Tkout, à Batna, suite à la convocation de ses parents pour avoir discuté avec un camarade de classe.

Source 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


4 thoughts on “Algérie : la prof refuse de porter le voile ? Blâme, ponction sur salaire, conseil de discipline, mutation…

  1. AvatarConan

    Outre l’absence d’avenir, de travail et la perspective de la fin de la manne pétrolière et gazière, ce carcan religieux totalitariste devrait amener des dizaines de millions de personnes à réclamer un visa pour regroupement familial en France….
    Etant donné que l’on accepte des photocopies de pièces d’état civil, quand elles existent, et que ce sont des cousins momo qui vérifieront les dossiers …on n’est pas sorti de l’auberge …
    J’ai écrit plusieurs fois au RN afin que la question de l’évolution des demandes de visas à ce titre soit posée à l’A.N? => aucune réaction ! La peur d’être diabolisés ???….
    Personnellement je préfèrerai passer pour un diable plutôt que crever de l’islamovirus !

  2. AvatarDorylée

    « …Etant donné que l’on accepte des photocopies de pièces d’état civil, quand elles existent, et que ce sont des cousins momo qui vérifieront les dossiers… » Comme ils ne disposent pas toujours de photocopieuse, ils sont autorisés à dessiner à main levée, leurs cartes d’identités (au pluriel, ils ont droit à plusieurs) ci bon coum laba, di !

  3. AvatarPhilippe Mangé

    Mahtout Chafika,, résistez, comme Mila….Asia Bibi et tant d’autres courageuses . Je vous admire….protégez-vous contre l’islam anti-droits humains…

Comments are closed.