Robinson sodomisait les chèvres ? Alors c’est qu’il s’était converti à l’islam !


Robinson sodomisait les chèvres ? Alors c’est qu’il s’était converti à l’islam !

http://resistancerepublicaine.com/2019/03/30/robinson-crusoe-sodomisait-des-chevres-cest-la-prof-qui-le-dit-mman/

Selkirk misait des chèvres ???
Oumma.com va sûrement publier un communiqué comme quoi, d’après de grands savants musulmans, l’Ecossais s’est converti à la meilleure des religions pendant son séjour d’introspection sur l’île, lisant tous les jours un coran donné par un esclave de Zanzibar servant dans l’équipage.

Perso ces histoires de zoophilie chez les mâles blancs désoeuvrés, les chèvres de la légion, je n’y crois guère. Chez les musulmans oui, ils copulent dès leur jeune avec des animaux de ferme (ou autres), c’est prouvé.
https://www.ladepeche.fr/article/2017/08/22/2631788-maroc-15-jeunes-attrapent-rage-apres-avoir-viole-anesse.html

Par désoeuvrement selon eux. Alors que Selkirk s’est occupé, lui, la CAF était pas là pour le nourrir. Un homme rationnel, même en manque affectif, ne s’abaissera pas à souiller ses animaux de compagnie.
Puis avec du temps sans humain du sexe opposé, j’imagine que le désir s’efface, se met en sommeil, sinon les traditions ascétiques et monastiques n’existeraient pas (en islam ça n’existe pas de toute façon).

Un livre également consacré à la solitude, Je suis une légende, interpelle sur ce sujet.

Le protagoniste, Richard Neville, se retrouve véritablement seul au monde, toute la race humaine s’étant changée en vampires. Enfin des trucs qui boivent du sang et dorment le jour. Pour le faire sortir de nuit, les vampirettes l’aguichent, ce qui le frustre au plus haut point mais l’instinct de survie prend le dessus, et quand il en capture une pour ses expériences (faut bien qu’il s’occupe), il est partagé entre désir, dégoût, un restant de morale qui lui dit de ne pas violer… Enfin bref, il est pas muslim.

Quand il trouve un chien qu’il apprivoise et que ce dernier lui claque entre les pattes, il en est bien plus affecté.

Puisqu’un humain développe un lien avec les animaux dont il s’occupe, même s’ils vont finir dans son assiette. Y a que des tarés qui commettraient ce crime contre nature, c’est pas une histoire d’urgence sexuelle, excuse invoquée par les envahisseurs quand ils violent des gosses.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email