Général Bruno Le Ray : il fallait laisser tuer les civils au Bataclan pour préserver la vie des soldats

Publié le 8 juin 2018 - par - 94 commentaires

Pourquoi les soldats de l’opération sentinelle ne sont-ils pas intervenus ? »Il est impensable de mettre des soldats en danger dans l’espoir hypothétique de sauver d’autres personnes »

Telle aurait été la réponse à la plainte de 17 familles de victimes par le gouverneur militaire de Paris  de l’époque, le Général Bruno Le Ray. Toujours en poste aujourd’hui… Nul doute qu’il reçoit ainsi la récompense pour avoir préservé les soldats et ne pas avoir levé le petit doigt pour éviter le carnage.

Nous évoquions ce matin la plainte de familles qui veulent savoir.

http://resistancerepublicaine.com/2018/06/08/bataclan-va-t-on-enfin-savoir-qui-a-donne-lordre-aux-soldats-a-proximite-de-ne-pas-intervenir/

Nous apprenons à cette occasion la réponse du Général Le Ray, lors des auditions qui ont fait suite aux assassinats du 13 novembre, du responsable des dits soldats :

Pourquoi des militaires présents près du Bataclan le soir du 13 novembre n’ont-ils pas eu le droit d’intervenir ? Dénonçant l’absence de réponse « précise » depuis deux ans et demi, une trentaine familles de victimes ont décidé de déposer plainte à Paris.

Une trentaine de victimes ou familles de victimes de l’attentat du Bataclan vont déposer plainte contre X vendredi à Paris pour « non-assistance à personne en péril » afin qu’une enquête soit menée sur l’absence d’intervention de militaires le soir du 13 novembre 2015, a-t-on appris auprès de leurs avocats.
« Deux ans et demi après les attentats, les familles de victimes ne comprennent toujours pas pourquoi on a empêché, sur ordre, huit militaires de l’opération Sentinelle présents devant le Bataclan d’intervenir. Nous voulons une réponse précise », a expliqué à l’AFP l’une des avocates, Samia Maktouf, confirmant une information du Parisien.

« On leur a interdit une intervention physique, c’est-à-dire de rentrer (dans le Bataclan), mais aussi le prêt de matériel médical de premiers secours à des policiers », a-t-elle affirmé, estimant qu’« on n’aurait peut-être pas empêché la mort de 90 personnes mais au moins évité des hémorragies qui ont donné la mort ».

« Négatif, vous n’engagez pas les militaires, on n’est pas en zone de guerre »
Quatre-vingt dix personnes ont été tuées au Bataclan le 13 novembre. D’autres attaques jihadistes menées à Paris et Saint-Denis le même soir ont au total fait 130 morts.

Le soir du 13 novembre, alors que la prise d’otages débutait au Bataclan, huit militaires du 1er régiment de chasseurs de Thierville (Meuse) s’étaient retrouvés parmi les premières forces de l’ordre sur place aux côtés de policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) du Val-de-Marne.

Dans un rapport de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats du 13-Novembre, un officier de la BAC du Val-de-Marne racontait notamment avoir demandé l’autorisation de les faire intervenir afin « d’atteindre le terroriste embusqué derrière l’issue de secours ». « Devant la commission, il a expliqué avoir reçu pour réponse de la Préfecture de police de Paris : « Négatif, vous n’engagez pas les militaires, on n’est pas en zone de guerre ». L’un des militaires lui aurait également indiqué qu’il ne pourrait engager le feu, faute d’avoir reçu un ordre en ce sens », décrit le rapport.

Lors des auditions, la question du non-engagement des militaires avait également été posée au gouverneur militaire de Paris, le général Bruno Le Ray. « Sa réponse a été aussi froide et violente qu’inacceptable : « il est impensable de mettre des soldats en danger dans l’espoir hypothétique de sauver d’autres personnes » », affirment les avocats dans un communiqué commun.

Selon eux, d’autres victimes pourraient se joindre à cette démarche « qui vise à établir clairement toutes les responsabilités et savoir précisément quelles sont les missions de Sentinelle, s’il ne s’agit pas d’intervenir lorsque des civils sont attaqués à l’arme de guerre ».

Source : Libération
Auteur : La Rédaction
Date : 08/06/18

http://www.fenvac.org/attentat-du-bataclan-des-victimes

Telle est bien la question. Les soldats de l’opération sentinelle, ils sont là pour quoi faire ?

Pour faire croire que le gouvernement se soucie de la sécurité des Français ?

Pour assurer leur propre sécurité et celle des politiques qui passeraient dans le coin ?

Et le « général » Bruno Le Ray, il sert à quoi ?

A-t-il jamais pris de risques ? Sait-il ce que signifie le mot « guerre » ?

Si on regarde son parcours sur wikipedia, on a un peu le sentiment d’avoir affaire à un planqué :

Il occupe de 1987 à 1989 la fonction d’instructeur au Centre national d’entraînement commando de Mont-Louis

Après avoir rejoint le 170e Régiment d’Infanterie à Épinal en 1989 comme adjoint d’une compagnie de combat mécanisée, il commande de 1990 à 1992 la 3e compagnie de combat.

En 1992, il est muté à l’École d’application de l’infanterie où il participe à l’encadrement des lieutenants. Il est promu chef de bataillon en 1993.

Il réussit au concours du Cours supérieur d’état-major en 1994 et il suit l’enseignement de la 108e promotion, puis celui de la 3e promotion du Collège interarmées de défense l’année suivante.

Affecté au 8e Groupe de Chasseurs à Wittlich (Allemagne), il est chef de bureau opération instruction de cette unité de 1996 à 1998 ; il est détaché en 1997 en qualité d’officier de liaison de la Division multinationale sud-est auprès de l’état-major de la Force de stabilisation de l’OTAN (SFOR) à Sarajevo (Ex-Yougoslavie). Il est promu lieutenant-colonel en 1997.

De 1998 à 2002 il occupe la fonction d’officier traitant à l’état-major des armées. Il est promu au grade de colonel en août 2002.

Il commande le 16e Bataillon de Chasseurs à Pied à Saarburg (Allemagne) entre 2002 et 2004.

Il sert de nouveau à l’état-major des armées de 2004 à 2006 avant de suivre pendant un an la 56e session du Centre des hautes études militaires et la 59e session de l’Institut des hautes études de la défense nationale (2007).

Il occupe la fonction d‘adjoint Terre au sein du cabinet militaire du Premier ministre de 2007 à l’été 2009, date à la laquelle il est promu au grade de général de brigade4. Il devient alors commandant de la division « Plans-programmes-évaluation (PPE) » de l’état-major des armées.

Promu au grade de général de division au 1er août 2012, il devient le 1er septembre 2013 adjoint au sous-chef d’état-major « plans » de l’état-major des armées.

Il est nommé inspecteur à l’Inspection de l’armée de Terre à compter du 1er septembre 20145,6.

Il est nommé gouverneur militaire de Paris et est élevé au rang et appellation de général de corps d’armée pour prendre rang le 1er août 20157.

Suite aux Attentats du 13 novembre 2015 en France, le général Bruno Le Ray alors gouverneur militaire de Paris est questionné sur le non-engagement des militaires, ce à quoi il répond : « il est impensable de mettre des soldats en danger dans l’espoir hypothétique de sauver d’autres personnes »8.

Pas vraiment un baroudeur, n’est-ce pas ?

Et c’est à ça qu’on confie la défense de Paris et des Parisiens…

Encore une nomination des plus étranges et incohérentes du quinquennat Hollande… Nomination que Macron n’a pas remise en cause. Evidemment. Il ne faudrait surtout pas, sur Paris, objectif prioritaire des terroristes, un vrai chef militaire, un baroudeur, un homme de terrain, un homme qui encourage ses hommes à tirer…  Un homme tel que les soldats, au moment du Bataclan, n’auraient pas attendu l’ordre mais auraient foncé….

Complément de Claude T.A.L

La meilleure de ce général Alcazar :

« Négatif, vous n’engagez pas les militaires, on n’est pas en zone de guerre »

Nous ne sommes pas en zone de guerre …..
Nous sommes simplement dans le Dar al-Harb !
( le domaine de la guerre .)

Print Friendly, PDF & Email

94 réponses à “Général Bruno Le Ray : il fallait laisser tuer les civils au Bataclan pour préserver la vie des soldats”

  1. pikachu pikachu dit :

    @Sheldon Cooper

    Vous êtes con ou vous le faites exprès ???????????????
    OU AVEZ-VOUS VU UNE PRISE D’OTAGES AU BATACLANS ????

    L’armée était à côté, à l’intérieur un ennemi qui défouraille, on rentre et on tire sur les ennemis, point-barre.
    Vous allez me répondre quoi ?
    Que l’armée de terre ne sait pas tirer sur des ennemis ?

    • pikachu pikachu dit :

      Je n’ai effectivement pas vu une foule en panique, je le concède, mais je sais aussi ce qu’est le métier de l’armée de terre.
      Nous dire que c’est de la chirurgie que de faire de l’antiterrorisme soit, mais tout soldat, me semble-t-il, peut donner les premiers secours, même s’il n’est pas médecin, ni même infirmier de section.
      Alors quoi, les soldats auraient fait des dégats collatéraux, n’auraient pas fait de « frappe chirurgicale » ?
      Mais c’est une urgence et personne ne leur reprochera des dégats collatéraux ni d’avoir confondu un terroriste avec un civil.
      A ce niveau, on s’en fiche, on prie son dieu, on rentre et on fait ce qu’il faut faire en se disant que c’est peut-être le dernier jour de sa vie.
      C’est le métier de soldat.

      • pikachu pikachu dit :

        Et vous Sheldon Cooper, vous expliquerez aux familles, puisque vous êtes experts, pourquoi il fallait que les militaires n’interviennent pas et que c’était très bien comme ça : que grâce à cette retenue, il n’y a pas eu de morts collatéraux, mais au contraite un énorme paquet de simples morts.

        Votre sagacité vous honore.

  2. Avatar Joël dit :

    Faudrait arrêter de taper à tort et à travers sans savoir de quoi il retourne exactement. Les anciens militaires ou policiers sauront de quoi je parle en faisant un peu de chronologie.
    Le policier de terrain appelle son commissariat. Le commissariat appelle le permanent de la préf. Celui-ci appelle le chef de cabinet du préf qui appelle le préf qui appelle le permanent du ministère de l’intérieur qui appelle le chef de cabinet du ministre qui appelle le ministre, etc., etc.
    La même chose en parallèle côté défense et à chaque niveau le responsable demande à ses conseillers ce qu’ils en pensent.
    Et à chaque intermédiaire, il faut répéter toute l’histoire, chaque responsable ébahi demandant : « Vous êtes sûr ? »
    Hé oui, même en cas d’attentat il n’y a pas de ligne directe ou de téléphone rouge. Il ne faut donc pas s’étonner, avec la multiplicité des intermédiaires, de la longueur de la réaction.
    Ne pas oublier non plus que dès le début, le chef des armées hollande était au courant puisqu’il s’était enfui du stade de France qui subissait un attentat parallèle. il aurait donc pu dans un délai très court donner l’ordre d’ouverture du feu.
    Ajoutez à cela les guerres intestines police-gendarmerie…et peut-être armée et vous avez tous les ingrédients pour faire tout foirer.

    • Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

      Mais tout à fait, et c’est bien ce que je dis, on « paralyse » l’action en France empêchant toute spontanéité empêtrés dans des raisonnements à n’en plus finir et la Réalité, elle, n’attend pas….

      Exactement le même problème avec la notion de « légitime défense » où l’agressé doit réfléchir avant de réagir lorsque sa propre vie est en danger…. en oubliant, tout simplement, que lorsqu’on est en position de danger voire de survie l’humain fait appel le plus souvent à son instinct (je ne parle pas des soldats qui eux sont entraînés à des stratégies de défense)..

      J’ai toujours dit que ce besoin de parler (sans arrêt des « Droits de l’Homme » est suspect en fait : on ignore (volontairement ou non) ce qu’est l' »Humain ». On a besoin de « prouver » quelque chose à ce niveau ?…

  3. frejusien frejusien dit :

    Pour aller se mettre à l’abri, bidochon et cazevide ont été EXTREMEMENT RAPIDES , ils n’ont pas pris la peine de palabrer des heures,
    or, le président peut à tout moment donner l’ordre direct d’intervenir, c’est son rôle, sa prérogative, et sa RESPONSABILITE

  4. Avatar dahier dit :

    en conclusion, hollande le mou a protégé ses fesses sans se préoccuper du sort de ses compatriotes….

  5. Avatar motus dit :

    C’est vrai que son parcours de pantouflard est assez impressionnant par rapport au parcours d’autres officiers généraux de l’armée française! Parce que hormis son passage, obligé, comme chef de corps à Saarburg de 2002 à 2004 il n’a connu que les ors des bureaux d’Etat-Majors et des cabinets !

  6. Avatar Vertumne dit :

    Pr1 sheldon cooper, te voilà expert militaire maitenant tandis que sur l’autre site Riposte Laique tu te dis grand scientifique??
    Looooool!!!

  7. Avatar Fidèle dit :

    Sur les restrictions budgétaires et la présence des militaires armés près du Bataclan, petite question : être armé est une chose, mais avaient-ils réellement dans leur équipements des munitions ?
    D’où la réflexion du Général de ne pas engager ses soldats sur le Bataclan sachant pertinemment que ceux-ci étaient totalement inopérants.
    Oui je sais, je me rends compte de ma bêtises et que ce que je vous propose doit être une idiotie sans mon, quoique ….

  8. Avatar roux de chavanes dit :

    si cela est vrai et qu’un général 4 etoiles tient de tels discours ,il doit être limogé et poursuivi pour non assistance à personne en danger , zone de guerre ou pas !

  9. Avatar Tancrede dit :

    Ces justifications ne sont que des prétextes , dans une telle urgence il faut porter secours il n’y a aucun autre choix .

    La réponse du général ne peut pas être vraie .

  10. Avatar dahier dit :

    peut-être aussi que les militaires présents au bataclan manquaient de formation, trop jeunes et inexpérimentés et aussi manque de munitions, et que le général en question, au courant de ces lacunes, n’a pas voulu qu’ils interviennent connaissant d’avance ce qu’il adviendrait de ces jeunes.

  11. Avatar FRANC dit :

    Content d avoir quitté l armée,a cause de ce genre de mec, il finira maréchal sans une égratignure, mdr sinon sérieusement ne faudrait il pas demander le port d arme pour se defendre et defendre ses enfants?

  12. Avatar Pr Sheldon Cooper dit :

    Vous vouliez plus de morts ?

    • Antiislam Antiislam dit :

      Bonjour,

      Simplement des soldats qui se comportent comme des soldats.

      Incompréhensible ça aussi pour vous : preuve qu’un doctorat de physique n’ouvre pas toutes les écoutilles de l’intelligence et de la sensibilité …

  13. Avatar dahier dit :

    se comporter comme des soldats c’est bien, mais encore faut-il qu’ils aient une formation suffisante pour se battre contre des monstres, une formation et des munitions….

Lire Aussi