Le dictateur Juncker écarte par avance les patriotes de la Commission !


Le dictateur Juncker écarte par avance les patriotes  de la Commission !

UE anti-démocratique : le président Juncker révèle que les eurosceptiques n’obtiendront aucun poste dans la commission européenne, quels que soient les résultats des élections

3 mai 2019 parARTHUR LYONS

 

 

Pas question, s’est vanté Juncker, que les eurosceptiques obtiennent des postes dans la Commission européenne, quels que soient les résultats des élections de mai. Ils seront bloqués.

Dans une interview accordée à des médias polonais, Juncker a rejeté l’idée que le soutien accru en faveur des partis populistes nationaux aux prochaines élections européennes puisse affecter de quelque manière que ce soit le projet d’intégration mondialiste de l’Union européenne.

« Dans ces élections, ceux qui prônent un nationalisme idiot en paieront le prix »,

a menacé Juncker.

« Personne ne le sait, mais la dernière fois, j’ai rejeté les candidatures de six des commissaires que les gouvernements nationaux m’avaient présentées »,

a ajouté le bureaucrate non élu avec grande satisfaction.

 

« N’oubliez pas que les gouvernements ne proposent que des commissaires. C’est le président de la Commission qui les accepte et répartit leurs responsabilités »,

a-t-il continué.

Tandis qu’il s’entretenait avec un journaliste de Rzeczpospolita, Juncker a déclaré que peu importe si le parti populiste national polonais au pouvoir, le PiS, remporte les élections législatives de novembre ou qu’il soit battu par une coalition de l’opposition soutenue par les mondialistes de Bruxelles, la Pologne devra rester dans l’Union européenne en raison de sa dépendance financière vis-à-vis de l’institution transnationale.

« Les Polonais ne veulent pas être coupés de tout cela », a proclamé Juncker avec arrogance, avant d’ajouter que les Européens occidentaux « ne devraient pas penser que la Pologne fait uniquement partie du bloc pour l’argent ».

Le politicien luxembourgeois non élu a ensuite affirmé que l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne dépendait essentiellement de ses « valeurs communes » partagées avec d’autres pays de l’Union européenne, ajoutant que l’argent de Bruxelles « n’était pas un cadeau, mais une  reconnaissance de l’ampleur des réformes effectuées » depuis son adhésion au bloc.

Au cours de cette même interview, Juncker a évoqué la décision de la Commission européenne de poursuivre des sanctions disciplinaires à l’encontre de la Pologne en raison de la prétendue répudiation par le gouvernement de « normes démocratiques » contenant des réformes que le parti au pouvoir PiS considère comme l’exigence de davantage de responsabilité par un système judiciaire corrompu.

Juncker a déclaré que « l’état de droit est la pierre angulaire de l’Union européenne », estimant que « certains pays se permettent, parfois, une certaine insubordination, en fonction de ceux qui se trouvent au pouvoir et de l’étape du cycle politique dans lequel ils se trouvent », il était « confiant que dans quelques années, ces problèmes auront disparu ».

https://voiceofeurope.com/2019/05/anti-democratic-eu-president-junker-reveals-eurosceptics-will-be-blocked-from-commission-jobs-regardless-of-election-results/

Traduit par Jack pour Résistance Républicaine.

 

Note de Christine Tasin

 

Cette déclaration de Juncker a deux objectifs.

D’un côté rassurer les Macronistes, quel que soit le résultat des Européennes, rien ne changera à Bruxelles parce que Juncker, qui dirige, qui n’est pas élu, fait exactement ce qu’il veut et n’acceptera que les commissaires qu’il veut. En gros quand bien même l’Europe toute entière se révèlerait populiste et voterait à 60% pour des lépreux, cela ne changerait rien.

Le damné Traité de Lisbonne que le peuple de France avait très justement refusé permettrait  donc à un homme seul, non élu, de décider de l’avenir de tout un continent, malgré et contre le désir des peuples qui le composent. Enorme ! Et il est tellement sûr de son pouvoir qu’il  est confiant : dans quelques années la dictature sera si complète, si bien établie, si irréversible… que les peuples n’auront même la possibilité de l’insubordination. Décidément, Macron comme Juncker utilisent de la même rhétorique pour parler de nous. Ils nous considèrent et nous traitent comme des enfants…

https://www.touteleurope.eu/actualite/comment-est-elu-le-president-de-la-commission-europeenne.html

De l’autre côté, il s’agit bien entendu de décourager les Français tentés par l’insubordination – traduisez le vote RN- d’aller voter… « Puisque ça ne sert à rien, tu vois bien, même Juncker le dit ». C’est fait pour. Et ce serait une énorme erreur. Parce que ce n’est pas tout à fait vrai… et même pas du tout vrai.

D’abord, on l’a déjà dit et répété ici, l’enjeu des Européennes est énorme en France, puisque Macron voudrait en faire un plébiscite, un referendum sur sa politique. S’il l’emportait le 26 mai, il jubilerait et appliquerait sans hésitations tous ses noirs desseins. Et ce serait terrible pour nos jeunes, nos vieux, nos petits patrons, nos salariés… Sans parler du Grand Remplacement. Rien que pour cela, on n’a pas le choix.

http://resistancerepublicaine.com/2019/05/05/il-ny-a-pas-le-choix-pour-que-macron-soit-battu-il-faut-voter-marine/

Ensuite, Juncker a beau se la jouer beau, il ne sera plus à la tête de l’UE  puisque son mandat de 5 expire en novembre prochain et qu’il a annoncé qu’il ne se représenterait pas. S’il était si sûr de la disparition des populismes on se demande pourquoi il fait voter à tour de bras le Parlement toutes les lois et directives qu’il peut, histoire de graver dans le marbre l’obligation pour l’UE d’accueillir toute la misère de la terre et le fédéralisme complet qu’il souhaite.

Et le Traité de Lisbonne permet en effet que le dirigeant du parti vainqueur lors des Européennes soit candidat au poste de Président de la commission… et si un raz-de-marée populiste emportait tout ? Le nouveau dirigeant serait un anti-Juncker, voire un anti-UE…. Espérons !

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jack

Résistance républicaine Etats-Unis “Those who surrender freedom for security will not have, nor do they deserve, either one.” « Ceux qui sacrifient la liberté pour la sécurité n'obtiendront, ni ne méritent, ni l'une ni l'autre » Benjamin Franklin


18 thoughts on “Le dictateur Juncker écarte par avance les patriotes de la Commission !

  1. Avatarcalvo

    Et dire que ce téteur de glaçons – même pas élu, mène la coalition de la fin…
    Ils sont capables de toutes les saloperies pour ne pas perdre leurs lieux de sieste.

    1. AvatarAlexcendre 62

      Juncker a partir de tes déclaration tu ne peut plus dire que ton Europe c’est la démocratie , le contre coup ne va pas tarder a se produire accroche ta ceinture le vent se lève . Une honte ce type !

  2. AvatarJoël

    Adolf avait les chars et les avions, juncker a le carnet de chèques. Mais la finalité est la même.

  3. AvatarEric des Monteils

    ET IL Y EN A QUI DOUTENT ENCORE DE CE QUE NOUS SOMME EN DICTATURE ? ? ?
    Étonnement de certains de mes interlocuteurs lorsque je leur présente l’UE sous cette éclairage. Aussitôt catalogués « bobos-gauchos » : çà simplifie et dégage un peu l’horizon.

  4. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Sébastien Chenu : « Ce gouvernement a mis la France sens dessus dessous »
    :::: https://www.bvoltaire.fr/sebastien-chenu-ce-gouvernement-a-mis-la-france-sens-dessus-dessous/
    2 mai 2019

    Marine Le Pen avait choisi Metz pour célébrer le 1er mai et rendre hommage à Jeanne d’Arc.

    Au micro de Boulevard Voltaire, Sébastien Chenu, député du Rassemblement national, revient sur cet événement et évoque également l’actualité sociale et politique : violences à Paris lors du 1er mai, conflit des gilets jaunes, élections européennes.

    BANDE SONORE : https://soundcloud.com/bvoltaire/sebastien-chenu-9

    ….

    §.- Durant ce banquet, Marine Le Pen a qualifié l’Union européenne d’impériale, hégémonique et totalitaire. Ce sont des mots assez forts qui pourraient apparenter l’Union européenne à une dictature.
    …/…

  5. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Ivan Rioufol
    Bloc-notes : Macron dans l’impasse du chaos
    :::: http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2019/05/bloc-notes-macron-dans-limpass.html
    2 mai 2019

    Emmanuel Macron semble sincère quand il parle des Français en colère : « J’ai entendu, compris, senti dans ma chair ce qu’ils vivent. » C’était le 25 avril, lors de sa première conférence de presse à l’Élysée. En réalité, la grandiloquence du Narcisse blessé expose sa propre souffrance, causée par l’irritation qu’il suscite. Le président est trop fin pour ne pas l’avoir compris : c’est son diagnostic sur l’état de la société qui se révèle erroné. L’impasse est là. Sa faute initiale, martelée ici depuis son hold-up électoral il y a deux ans, est d’avoir fait du populisme un repoussoir. Or les aspirations populaires sont éminemment respectables quand elles attendent plus de démocratie pour les humbles, moins d’arrogance chez les puissants. Quand Macron, l’autre jour, fait l’éloge de l’enracinement, il oublie qu’il déclarait il y a un an aux catholiques : « Ce ne sont pas les racines qui importent, c’est la sève. » Sa nouvelle ode à l’ »art d’être français » se heurte à son affirmation de 2017 : « Il n’y a pas de culture française. » « Je peux mieux faire », a-t-il promis cette fois. Mais où est, chez lui, la pensée limpide ?

    Attention ! La colère française est toujours là. Le 1er Mai l’a rappelé. Les 17 milliards d’euros que le gouvernement a lâchés, au total, pour tenter d’éteindre la révolte des « gilets jaunes » ne suffiront pas à acheter la paix sociale. La crise n’est pas seulement économique et sociale, comme le soutient le chef de l’État avec son « état d’urgence ». L’enjeu est de « répondre au sentiment d’exclusion d’une partie de la population » (Gérard Larcher, président du Sénat). Le gouvernement, qui a décidé lundi d’accélérer le rythme des réformes, n’a rien réglé de la crise de la démocratie, clé de voûte de l’insurrection des Oubliés. En refusant d’accéder à la demande, formulée lors du grand débat, d’un référendum d’initiative citoyenne, même encadré, et en n’octroyant que 20 % de proportionnelle pour de futures élections législatives, le président a pris le risque d’attiser le chaos né des frustrations de trop de citoyens marginalisés. Les prochaines élections européennes pourraient devenir le prétexte à un vote sanction contre un pouvoir en mal d’idées claires.

    L’entourloupe se dessine à mesure que l’Élysée joue sur les mots, obscurcit ses desseins, se campe dans le centrisme savonneux du « en même temps ».
    …/… —> http://plus.lefigaro.fr/page/ivan-rioufol

  6. Avatarjpass60

    c’est bien pour cela que la seule issue consiste à quitter l’UE. Réformer cette Europe de l’intérieur ce sera mission impossible…

    1. AvatarHellen

      @jpass60
      Effectivement à part quitter cette U.E. Aucune autre issue est possible…!
      Il y a une chose que je n’ai jamais compris et à l’époque en 2007, j’arrêtais pas d’en parler autour de moi :
      «  » » »Pourquoi n’avons nous pas bondi, tous les Français, lorsque en 2007, Sarko, nous a vendu à l’Europe, alors que majoritairement nous avions voté NON à cette U.E.???? » » » »

      Tout le monde me répondait, bah vas-y toi…!
      Moi toute seule????
      Depuis je serai toujours en prison, seule impossible… mais ça n’était pas l’envie qui me manquait…

      Pourquoi aucun politique n’en a parlé….!!!!
      Pourquoi?????!!!!!

  7. Avatarsitting bull

    un nazie comme Adolph , il mérite le procès de Nuremberg pour crime contre les blancs de souche

    1. AvatarHellen

      @sitting bull
      Je suis totalement d’accord avec vous…!
      Un procès comme celui de Nuremberg pour crime contre les blancs de souche…!!!!
      emprisonner ces gens à vie…
      Saisir tous leurs biens qui ne sont issus que de l’argent volé au Peuple…
      Sortir de cette UE pour toujours….
      Bien à vous

  8. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    LE SCANDALE ARJOWIGGINS – Les Reportages de Vincent Lapierre
    :::: https://www.youtube.com/watch?v=pPC9TYUJmQw
    DATE : 2 mai 2019
    DUREE : 24mn 10s

    ArjoWiggins est une usine française de fabrication de papier qui a deux siècles d’existence. Leader mondial dans le papier recyclé de haute qualité, elle ferme ses portes au début de l’année 2019 suite à un redressement judiciaire alors que l’usine ne donnait aucun signe de mauvaise santé. Que s’est-il passé pour que ce fleuron de l’industrie française, employant 550 personnes et faisant vivre toute une commune, mette si brutalement la clé sous la porte ? C’est ce que Vincent Lapierre et son équipe du Média pour Tous ont cherché à savoir en se rendant sur place…

  9. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Le pape François dénonce le nationalisme et l’extrême droite en Europe
    :::: https://www.atlantico.fr/pepite/3571786/le-pape-francois-denonce-le-nationalisme-et-l-extreme-droite-en-europe-bulgarie-matteo-salvini-italie-migrants-refugies-accueil-pont-religion-fraternite-
    05 mai 2019

    Dans un récent discours, le souverain pontife a fait allusion aux partis d’extrême droite européens. Le pape François a dénoncé le nationalisme et « la réapparition de courants agressifs envers les étrangers ». Le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, lui a répondu. Le Pape est actuellement en visite en Bulgarie.

    En visite en Bulgarie ce dimanche, le pape François a souhaité se positionner contre l’extrêmisme et envoyer un signal fort contre le nationalisme.

    Selon des informations du JDD, le pape François se pose en défenseur d’une Europe des « ponts », qui accueille les étrangers. Il a opposé cette vision à celle d’une Europe des « murs ».

    Le pape a l’intention d’aller visiter un camp de migrants en Bulgarie ce lundi.

    Il est arrivé dimanche à Sofia dans le cadre d’un voyage apostolique de trois jours dans les Balkans. Il se rendra également mardi en Macédoine du Nord.

    Le pape a prononcé un discours fort jeudi contre le nationalisme devant les membres de l’Académie pontificale des sciences sociales au Vatican. François a condamné « l’attachement au peuple, à la patrie » quand celui-ci « porte à l’exclusion et à la haine de l’autre, quand il devient nationalisme conflictuel qui lève des murs ».

    Il a indiqué observer « avec préoccupation la réapparition de courants agressifs envers les étrangers, surtout les immigrés, comme ce nationalisme croissant qui omet le bien commun ».

    Matteo Salvini, le ministre italien de l’Intérieur, était – le même jour – en visite à la frontière entre la Hongrie de la Serbie, avec le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Matteo Salvini a tenu à répondre au discours du pape.

    Pour le ministre de l’Intérieur italien, François « parle toujours de migrants, de ports ouverts. La vraie intégration est possible seulement avec des numéros contrôlés. Sinon, c’est le chaos, et je ne crois pas que [le pape] Bergoglio veuille le chaos. »

    Vu sur : Le JDD

  10. AvatarLangevin

    Comment peut-on laisser ce poivrot en liberté,alors que plus de cinq cents millions d’Européens risquent de disparaîtrent,à cause de lui,et de ses petits copains,tel que macron..?!

    1. HopliteHoplite

      T’arrives bourré à l’usine, tu te fais virer en 5 minutes. Pas lui, il est protégé par Merkel, c’est son homme de paille.

  11. AvatarJ

    Un de ses copains prônait l’euthanasie pour les +60ans. Charité bien ordonnée commençant par soi-même, ce déchet alcoolique devrait appliquer cette solution sur sa petite personne.

Comments are closed.