Le racisme anti-blanc bat son plein à Mayotte… que font le Mrap et Taubira ?

Nous en apprenons tous les jours depuis qu’un de nos contacts nous a signalé le cas ahurissant de cette institutrice  enterrée honteusement et de nuit à Mayotte.

On nous l’avait signalée comme chrétienne et, à ce titre, jugée indésirable au cimetière ; des témoignages datant de mars, moment de son inhumation, en font une athée qui aurait été refusée car « blanche ». Bref, cette Française pourtant mariée à un Mahorais et mère d’un enfant, au bout de 20 ans à Mayotte était toujours perçue comme étrangère (ennemie ? ) au point de lui refuser le cimetière…

Il me semble important de porter à votre connaissance ces témoignages que l’on peut lire l’un sur facebook l’autre sur un forum d’expatriés. Captures d’écran faisant foi ci-dessous. Merci au talent et à la patience de Jean qui est parvenu à nous trouver ces témoignages dans la jungle d’Internet.

Ils disent mieux que tout que ce n’est pas la France qui exclut, que ce ne sont pas les Français qui sont racistes mais au contraire que ce sont des cultures fortement communautaristes, loin de nos valeurs, qui sont responsables des pires xénophobies. Mais ce sont nos enfants auxquels on fait la leçon à l’école en leur faisant croire qu’ils seraient des affreux parce que descendants de Gaulois ! 

https://www.facebook.com/MayotteEnDanger

 

 

LAÏCITÉ ET INTÉGRITÉ RÉPUBLICAINE.

Une Mahoraise décédée à la Réunion et devant être légalement inhumée au cimetière de Bandrélé n’a pu l’être suite à diverses pressions.

Pression communautariste ? Pression d’un islam exclusif ? Pression des échéances électorales à venir ?
Contrairement à un tweet « Mayotte la honte », en date du 22 mars, il faut se garder de tout jugement hâtif débouchant sur la ségrégation, subodorant le racisme…

La mairie a proposé un lieu de sépulture à part, défriché pour l’occasion mais sans pouvoir assurer la pérennité de la tombe. Plus laconiquement, la préfecture a refusé. La défunte, mariée à Mayotte, vivant à Bandrélé avec mari et enfants repose finalement au cimetière dit « catholique » de Mamoudzou alors qu’elle se déclarait athée.

Sur tout le territoire de la République, la question qui se pose est de savoir si le cimetière communal est réservé à une seule confession religieuse. Que deviennent les religions minoritaires ? On parle de « carrés » dévolus… Qu’arrive-t-il aux athées, aux agnostiques et tous ceux qui se prévalent de leur liberté de conscience ?

Et est-ce que les couples dits « mixtes », en dépit de la laïcité de la République ne se retrouvent pas discriminés devant la mort ?
Contribution 34. lundi 25 mars 2013.

Commentaire 98 (à droite sur la ligne verte)
Ils nous tolèrent c’est tout, ils veulent de la france avec tout ce qu’elle peut leur apporter mais certainement des français métropolitains
Pour preuve une enseignante qui vit à Mayotte depuis plus de 20 ans qui est mariée avec avec un mahorais et qui a un enfant et qui malheureusement vient de décédée n’a pas eu le droit d’être enterrée dans son village sad pourquoi ???? tout simplement parce que c’est une n’zungu ??? alors que c’est censé être un cimetière COMMUNAL !!!!
Donc je suis d’accord avec ceux qui disent que si on ne conserve pas notre prime d’éloignement on ne restera pas, car ni la vie ni les habitants ne sont faciles ici, même si on fait tous les efforts nécessaires et qu’on ne sort pas qu’entre « blancs » qu’on vit tout simplement à leurs cotés, sans rien demander, simplement de la politesse, de l’amabalité, de la courtoisie.
Qui vivra verra …. on sera fixé sur notre devenir dans quelques semaines et ça risque d’être l’exode vers la métropole, malheureusement pour certains (métro ou locaux).
Je tiens à préciser que je ne suis pas fonctionnaire de l’éducation nationale et que mon conjoint n’est pas fonctionnaire du tout, et que malgré ses qualifications il a eu beaucoup de mal à trouver du boulot, car pas couleur locale, je n’extrapole pas c’est ce qu’on lui a dit….
mayotte 1
mayotte 2
mayotte 3
Christine Tasin

 128 total views,  1 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. Je n’ai aucune pitié pour ces « Métros » qui s’imaginent trouver le Paradis (soleil, mer, température, pognon…). ET, qui plus est à Mayotte devenu Département français (en mars 2011) sans que personne ne lève le petit doigt mais par la Grace de Sarkozy. Pour tous ces français qui s’en foutent et sans neurones je leur précise que Mayotte à une population de 98 pour ne pas dire 99% islamiste et polygame à gogo et j’en dirai autant pour la Guyane de la « Naine » Taubira. Il serait grand temps de se défaire de ces DOM/TOM ventres nourriciers pour un remplacement de notre population.

  2. De la naissance à la mort l’islam ne pratique que le séparatisme. Et de nos JOURS il y a encore des Français et d’autres qui ne le savent pas. A croire qu’il va falloir expliquer AUX nuls ce qu’est l’islam. Mais le temps presse et pour l’éradiquer (on sera obligé) il faudra des méthodes plus que radicales…

  3. Bonjour,

    Étant au chômage en France avec un brevet d’état d’animateur technicien de l’éducation populaire « vie locale et de quartier » option médiation, j’avais l’intention de postuler (au vue d’un interview du président ZAIDANI du conseil général qui disait qu’il y avait environ 4 000 jeunes sur Mayotte qui n’avaient pas d’encadrement, pas de personnes qualifiés), mais j’ai eu un article sur une institutrice « athée » qui fut inhumé discrètement car il ne peut y avoir de chrétien enterré sur Mayotte. Je n’ai pas vue de journalistes parler de l’affaire.
    J’ai donc des doutes à aller la bas les aider.
    Ceux qui peuvent réellement me renseigner sur Mayotte (je préfère du vécu que des sites qui ne montrent que la beauté des iles).
    Amicalement.
    Merci.
    J Ph

    • Je pense que si vous allez sur les forums des expatriés comme les extraits que j’ai utilisés dans l’article vous allez en découvrir de belles…

  4. Se sont des gens sympathiques à Bandrélé, on refuse l’enterrement d’une chrétienne et on y à pratiqué l’esclavage

    30) il aurait existé au moins un centre de dépôt d’esclaves à Bandrélé, au sud-est de Mayotte. On allait chercher les esclaves sur la côte africaine par boutre : « le chef de Bandrélé, il s’appelait M’dallah M’sa, c’est ce que j’ai entendu dire, il allait les chercher en Afrique. Il les amenait chez lui. Celui qui avait besoin d’un esclave venait chez M’dallah M’sa. Je parle pour ce qui concerne Bandrélé et non Mayotte. M’dallah M’sa allait chercher les esclaves en Afrique et les amenait ici. C’était un grand propriétaire

    à lire et à envoyer d’urgence à Taubira

    Réveiller la mémoire. L’esclavage dans les fonds oraux des Archives départementales de Mayotte

    les Archives départementales traumatisent les petits Mahorais en faisant des expositions itinérantes dans les écoles et bibliothèques municipales. Manquerait plus qu’on en parle dans les livres scolaires. Taubira faut mettre le holà.

    http://insitu.revues.org/10175#ftn10

  5. Il y a 3 ans à la Réunion, un individu comparaissant au tribunal pour agression sexuelle avait refusé d’être défendu par une avocate au motif qu’elle était une femme blanche.

    Et à la présidente du tribunal, il avait rétorqué, en créole : « Mwin lé partou. La Réunion sa lé a nou sa. La Réunion lé pa aux gros blancs… »
    http://www.zinfos974.com/Discrimination-au-tribunal-il-refuse-l-avocate-parce-que-c-est-une-femme-et-qu-elle-est-blanche_a20416.html?com

    On peut aussi penser aux propos d’Elie Domota (indépendantiste guadeloupéen, défendu par le NPA), lorsqu’il appelait à traquer les blancs et à les dégager…
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/03/07/01016-20090307ARTFIG00661-enquete-judiciaire-apres-les-propos-de-domota-.php?page=&pagination=68

  6. Je crois que cette dame n’a pas été refusée dans les cimetières musulmans car elle est blanche, mais parce-qu’elle n’est pas musulmane.
    Elle pourrait être blanche, noire, jaune ou même mauve: si elle est convertie à l’islam, elle peut être enterrée dans un cimetière musulman, ça ne pose pas de problème.

  7. « …que font le Mrap et Taubira ?… »

    Comme ce sont les racistes anti-blanc au profil le plus haut en France, et – dans le cas de la Taubira dangereusement investee d’un pouvoir immense don’t elle abuse – c’est peut-etre meme d’eux que l’ordre pour ces actions meprisables vient.

Les commentaires sont fermés.