Le logo des JO de Paris 2024 sera féministe, inclusif, écolo et à la gloire du « vivre ensemble » !

Publié le 23 octobre 2019 - par - 21 commentaires

Illustration : logo digital en mode sombre « pour consommer moins d’énergie »

.

Élaboré par l’agence française Royalties Ecobranding (?), voici le nouveau logo des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024.

Fini la Tour Eiffel stylisée, place à un visage féminin façon art déco représentant la médaille d’or, la flamme et Marianne qui « porte l’exigence de progrès pour tous, dont l’esprit français révèle une ambition : celle de l’égalité, du partage, de la générosité. Un visage pour mettre l’humain au cœur des Jeux. »

Tout un programme politique et… idéologique, visible et risible sur le site officiel : https://www.paris2024.org/fr/

.

.

L’humain au cœur des jeux mais aussi, quand même, de gros sponsors tels Coca-cola, Alibaba ou Toyota.

Pas de français hormis la BPCE (Banque populaire – Caisse d’épargne); le groupe Total ayant renoncé devant le véto d’Hidalgo souhaitant des « JO neutres en carbone » (mais alors, pourquoi accepter le constructeur automobile Toyota ou le fabricant de pneus Bridgestone ?)

.

.

En somme, c’est à nouveau l’alliance de la mondialisation heureuse (libéralisme sans frein) et du progressisme de gauche (haine de l’identité nationale, multiculturalisme, métissage obligatoire…) ou bien l’alliance du camp du fric avec le camp du bien…

En fouillant un peu sur le site officiel, on retrouve effectivement les thème de l’inclusivité, du néoféminisme et du totalitarisme écologique sur fond d’appel aux « valeurs de la République » et de slogans débiles.

.

« Cet emblème est le premier visage de l’histoire des Jeux. Il traduit la volonté de Paris 2024 d’organiser des Jeux pour les gens et avec les gens »

« Les émotions du sport pour vivre plus fort. La pratique du sport pour vivre mieux. Les valeurs du sport pour vivre ensemble »

« Outil d’éducation, de santé, de cohésion, de rassemblement, le sport a le pouvoir de tout changer »

.

– Le nouveau logo sera donc féministe : le précédent projet (un « 24 » en forme de tour Eiffel) faisait sans doute trop franchouillard, trop identitaire et son côté phallique heurtait peut-être les âmes sensibles en lutte contre les féminicides du patriarcat occidental.

Le comité d’organisation des jeux a donc choisi une sorte de Marianne art déco, très fashionista, que l’on imagine parisienne, bourgeoise, volage et libérée, votant – bien sûr – socialiste (genre Daisy Buchanan dans « Gatsby le magnifique »).

.

 

.

– Le nouveau logo sera inclusif pour un meilleur vivre-ensemble : le visage de Marianne et son slogan « égalité – partage – générosité » sous-entend des JO sublimant les notions de mixité, de différence et de diversité.

Les vidéos de la campagne de communication montreront qu’unijambistes, femmes à barbe, métis noirabes ou chiroux, Vietnamiennes malentendantes du Congo ou Papoues non-voyantes de Paris peuvent TOUS faire du sport ensemble et « changer les vies ».

Et quel meilleur modèle de « vivre-ensemble », de mixité sociale et d’enrichissement culturel que la Seine-Saint-Denis ? Le « 93 » accueillera, en effet, les cérémonies (Stade de France), le centre des médias ainsi que les projets de village olympique et de centre nautique.

.

« Ce visage incarne notre ambition de mettre les gens au cœur des Jeux », explique Tony Estanguet dans l’édito du dossier de présentation. Des Jeux que le président du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop) de Paris 2024 souhaite « plus ouverts, plus participatifs, plus inclusifs » et « où le spectateur est aussi acteur ». (Le Monde)

.

.

Enfin, le nouveau logo Marianne Paris 2024TM se veut à la pointe de l’écologie, pour des JO « durables » et « zéro carbone ».

.

« Des Jeux révolutionnaires, à la fois spectaculaires et durables.

Des Jeux spectaculaires, pour marquer les esprits, en amenant le sport là où on ne l’attend pas, dans une fête au cœur des villes, en créant des ponts avec la culture et l’éducation.

Des Jeux durables et respectueux de l’environnement, au service de tous, pour inspirer les générations futures et laisser un héritage positif aux individus et à la société. »

.

Un logo féministe, inclusif et écolo peut-être… mais cachant mal, derrière des effets clinquants de novlangue gauchisante, la réalité d’un programme politique et idéologique : Paris 2024 ne sera qu’un gouffre à pognon, un énième « plan banlieue » inutile, pour tenter de sauver la Seine-Saint-Denis, un département sinistré, terre d’islam, de communautarisme et de violence.

Cette manne, à n’en pas douter, profitera, encore une fois, à ceux qui détestent la France et se moquent comme d’une guigne de Marianne, du féminisme, du vivre-ensemble et de l’écologie.

.

Complément de Francois des Groux

Visuellement, la Marianne des JO 2024 de Paris semble réussie pour illustrer… la devanture d’un salon de coiffure à la mode ou une bouteille de laque L’Oréal.

.

Mais derrière tout ce blablabla vivre-ensemblesque, on devine l’emprise idéologique de la gauche (Hidaldingo, maires, dirigeants socialistes et communistes de l’ancienne ceinture rouge de Paris…) qui arrive à mélanger sport et politique en intégrant écriture inclusive, question de genre, migrants, monde associatif et artistique subventionné.

 Au delà du grand rendez-vous sportif mondialisé, attendez-vous – aussi – à un éprouvant spectacle « culturel » prétentieux et moralisateur à message social digne du dernier festival d’Avignon ! (l’immigrationniste fou, pro-Théo Luhaka, anti-RN obsessionnel Olivier Py, sera de la partie…)

.

Pour la gauche, l’essentiel est bien de gagner et d’imposer, même dans le sport, son idéologie.

.

L’Olympiade culturelle se prépare aujourd’hui

Mardi 15 octobre, près de 250 actrices et acteurs des mondes culturels et sportifs se sont réuni·e·s à l’Embarcadère d’Aubervilliers dans le cadre de la Fabrique des Jeux pour travailler au projet d’Olympiade culturelle de Paris 2024.

Stéphane Troussel, président [PS] du Département, l’a rappelé en ouverture des travaux : […] « Cette Olympiade culturelle doit vivre durant les quatre années qui précèdent l’événement, avec la population. Un grand festival sera organisé durant les Jeux olympiques et paralympiques.

Mathieu Bauer, directeur du nouveau Théâtre de Montreuil a présenté le manifeste du collectif « La beauté du geste », rassemblement d’acteurs culturels, sportifs, associatifs, intellectuels, chercheurs et élus volontaires pour inventer une olympiade culturelle ambitieuse.

Ruth Mackenzie, directrice artistique du Théâtre du Châtelet […] est très confiante quant à la réussite de cette Olympiade culturelle : « Paris 2024 a le grand atout de se fonder sur des valeurs clairement énoncées et partagées : l’inclusion, l’innovation, la diversité et l’héritage. Nous n’avions pas compris cela en 2012. Donc Paris 2024 va être plus réussi que Londres ! »

Lors de la restitution des travaux, les idées fusent. Certaines sont partagées par plusieurs groupes de travail : accueillir le monde entier en leur montrant la richesse de la diversité de la Seine-Saint-Denis (« Bienvenue chez vous ! »)… associer pleinement les jeunes à la construction de cet événement, s’appuyer sur les habitants et la richesse de leurs particularités culturelles…

D’autres sont plus singulières : imaginer des Olympiades gastronomiques, créer un spectacle racontant les Érythréens venus pour gagner le marathon et les Érythréens de la Plaine Saint-Denis venus pour ne pas perdre, écrire et chanter un hymne des Jeux olympiques dans toutes les langues parlées en Seine-Saint-Denis…

.

 » Comme l’ensemble de la société, l’esprit des Jeux est en effet sans cesse exposé au risque d’être dominé par les puissances de l’argent et l’inquiétant pouvoir de fascination des images.

L’art comme le sport véhiculent pourtant ces valeurs essentielles à l’émancipation individuelle et collective que sont la solidarité ou l’hospitalité…

Nous, acteurs de la vie culturelle, sportive, associative, éducative, intellectuels, chercheurs, élus de la Seine-Saint-Denis, avons la conviction que notre département est le territoire idéal pour réaliser en profondeur les transformations économiques, écologiques, sociales et urbaines que promet le projet olympique.

En Seine-Saint-Denis, « territoire-monde », les besoins et la demande de démocratie des citoyens sont immenses, tout autant que l’inventivité et la richesse des expérimentations sociales. Fiers de nos savoir-faire, singularités et pluralités, nous sommes convaincus que l’Olympiade culturelle doit être marquée par le sceau de la jeunesse et de l’inclusion.

Nous proposons de fabriquer collectivement des projets – avec les habitants –, qui démultiplieront les imaginaires, feront rayonner la féconde diversité de notre territoire, dynamiseront le Grand Paris de la culture et créeront des ponts avec les autres territoires olympiques, notamment Marseille, qui nous ressemble à tant d’égards.

Ici en Seine-Saint-Denis plus qu’ailleurs, la créativité s’incarne dans la jeunesse qui, lucide sur la nécessité de changer nos modes de vie, est porteuse d’avenir. C’est avec l’élan de cette jeunesse que nous pourrons réinventer la solidarité intergénérationnelle et internationale ; permettre l’hospitalité avec les plus démunis ou isolés ; mener des actions écologiques au profit des habitants ; proposer des programmes artistiques et sportifs autour du handicap ; créer des projets par les nouvelles technologies et nouveaux langages dont les jeunes sont détenteurs.

Il faudra pour cela continuer d’ouvrir nos lieux, déplacer les usages habituels des équipements culturels, repenser avec des architectes, des artistes, des acteurs du monde sportif et les habitants leur transformation, habiter aussi les équipements sportifs, les friches industrielles, les parcs et places publiques… afin de créer des espaces de convergence qui laissent émerger des nouveaux usages de sociabilité, de production artistique, sportifs, d’éducation populaire et ainsi renouveler concrètement nos imaginaires. C’est un nouveau paysage hors du commun qui verra le jour, des sites d’exception divers, vivants, miroirs de la Seine-Saint-Denis.
Nous avons ici et aujourd’hui cette grande ambition, que nous voulons partager avec Paris, la France, l’Europe et le monde.

Elle est le pivot historique d’une politique en faveur de nos villes et quartiers populaires.

Nous l’avons appelé « La Beauté du geste ». C’est à partir de cette beauté et avec les nouvelles générations que nous écrirons le récit de cette olympiade, tournée vers le futur. »

https://lemag.seinesaintdenis.fr/L-Olympiade-culturelle-se-prepare-aujourd-hui

http://lafabriquedesjeux.seinesaintdenis.fr/

 

Print Friendly, PDF & Email

21 réponses à “Le logo des JO de Paris 2024 sera féministe, inclusif, écolo et à la gloire du « vivre ensemble » !”

  1. Avatar Christian dit :

    Vu ce qu’à dit le pseudo humoriste Belatar le 93 n’est que paix et amour sauf pour les non-musulmans qui n’y sont pas les bienvenus (Blanquer risque un coup de canif « céramique », enfin c’est ce que Belatar lui promet si il met les pieds en islamie de France=

  2. Avatar Rajkoumar dit :

    https://www.sciencesetavenir.fr/sciences/les-animaux-males-sur-representes-dans-les-musees-d-histoire-naturelle_138440
    il faut interdire les mâles, aux JO, dans les musées, les féministes sont partout.
    La science parviendra à les faire reproduire par parthénogenèse dans quelques millénaires, et elles seront enfin heureuses. Les Mantes religieuses n’auront plus de mâles à bouffer, et les mollusques hermaphrodites se retrouveront comme des cons !
    Pauvre humanité ……….

    • Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

      Sauf qu’avec la « parthénogenèse » c’est la dégénérescence assurée…. Bon, un peu plus, un peu moins…. c’est leur problème.

      Je propose ainsi une partition :

      – d’un côté ceux qui sont pour la non-diversité sexuée,

      – de l’autre, ceux qui sont pour un sain mélange mâle/femelle (j’avais même lu quelque part que légalement, on pouvait même prendre l’initiative de constituer un « pays »…. pas mal, histoire de tout recommencer à zéro).

      Le Monde de demain……

      • Avatar Rajkoumar dit :

        Une partition ? pourquoi pas, et reprendre les deux solutions, en faire une nouvelle synthèse :
        Prendre l’initiative de constituer un « pays », et y adapter la non-diversité sexuée.
        Peupler cette Nation avec tous les mâles muzz, et attendre un siècle.
        La parthénogenèse ne peut s’accomplir qu’avec des femelles, procréant donc des femelles (à l’exception de parthénogenèse inverse, qui ne donne que des mâles, comme chez les Hyménoptères). Mais jamais dans le règne animal, nous n’avons vu de cas de reproduction asexuée chez des mâles.
        Donc, le résultat est garanti : évolution régressive !
        … et bon débarras !

        • Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

          Oui une solution efficace, il s’en faut, on n’y avait pas pensé.

          Mais ce qui est dommage on ne sera plus là pour voir le résultat….

          Il faudrait quand même, j’insiste, un pays avec « un sain mélange mâle/femelle », il faudrait donc bien « deux » pays.

  3. Avatar GERARD R. dit :

    Ce logo fait penser à un hijab. Et noir, avec ça ! Sûrement des coïncidences…

  4. Avatar Karnyx dit :

    Merci de m’ouvrir les yeux sur le sourire de cette bouche magnifique qui me rappelle celle de ces femmes objets présentes sur les enseignes pornographiques.
    Je n’avais pas vu au premier abord la symbolique de la « chatte poilue ».
    Pas plus que je n’avais vu celle du phallus en érection qu’incarnerait la tour Eiffel.
    Par ailleurs, je ne me souviens que depuis 1936 il y ait eu une autre idéologie pour détourner l’image des Jeux Olympiques afin de défendre une cause autre que le sport.

  5. Avatar Orange dit :

    Le logo de lèvres féminines surmontées de flammes me fait immédiatement penser aux femmes torches vivantes incendiées par leur mari et leur belle-famille dans les pays comme l’Inde et le Pakistan. Toutes les personnes en provenance de ces territoires vont y penser aussi. La version économie d’énergie noire est sinistre. Et évidemment pratique une discrimination injuste vis-à-vis des hommes. En ce moment, à la tête du groupe humain, il y a des militantes féministes 3.0 ultras connes, grimpées là par pistonnage et certainement pas pour leurs compétences. Elles jouissent dans la haine. Comme leurs pendants islamiques qu’elles ne critiquent jamais. L’amour est trop fin pour elles.

  6. Avatar pier dit :

    7 questions
    combien ont touché les créateurs de cette image ?
    combien les jeux vont couter aux contribuables ?

    rappelez vous l idalgo qui alla je ne sais où pour l’annonce des jeux avec 350 personnes alors qu’une trentaine étaient invitées dans la salle

  7. Jean-Paul Saint-Marc Jean-Paul Saint-Marc dit :

    Il faut se foutre de leur gueule, il a quelque chose du logo du RN, genre flamme !

  8. Avatar lucien dit :

    Ils ne se sont pas rendus compte que cela ressemblait furieusement au logo du FN. Si le logo avait été déposé, il y a sûrement moyen de faire interdire cette imitation bas de gamme.

  9. Avatar Michel dit :

    Etrange que ce logo ne soit pas aux couleurs de l’islam. Enfin, il y a assez de noir pour fuir tout ce qui pourra concerner ces « jeux » sans le moindre intérêt (sauf financier). Mais pour la couleur verte « oubliée », la vieille morue qui a transformé Paris en poubelle infestée de rats, va se faire engueuler par les musulmans, voire plus. Enfin, bof, s’ils l’envoie ad padrès, au moins, ils auront rendu un service appréciable à Paris.

  10. Avatar jojo ( le plombier ) dit :

    Et oui amis la flamme dans le cercle ne demande qu’à être colorée avec du Bleu, du blanc et du rouge . Et on obtient la flamme du Front National . Et oui ce logo est vraiment  » inclusif » au delà de toute espérance.. . Lapsus ? Lepénisation des esprits? Allez savoir .. le soucis pour les uns c’est qu’il a du couter bien cher ce beau lapsus , pour les autres ce sont de jouissifs travaux de coloriage en perspective.

  11. Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

    Ah oui ? On dirait une Marianne blonde à la peau noire… En tous les cas, une flamme n’a jamais été noire.

    Il est vrai que dans une image floue, en général, il y a toujours plusieurs interprétations…

    J’aime bien l’association des deux couleurs quand même mais quelque chose de plus représentatif de la France aurait été bienvenu.

  12. Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

    Forcément il y a sur l’image des blancs (obligé !), des noirs (ils ne pouvaient pas faire autrement) mais je trouve qu’il manque des « verts » (des Martiens)…… et des « jaunes » (des typés asiatiques), et des « rouges » (indiens d’Amérique).

    • Jean-Paul Saint-Marc Jean-Paul Saint-Marc dit :

      Les bleus, les violets, ce sont des espèces (il ne faut pas dire race) qui pourraient apparaître dans les futures mutations génétiques !

      • Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

        C’est vrai qu’avec le changement climatique en plus on peut s’attendre à tout. Alors si on mélange tout…. je ne sais pas quelle couleur in fine.

        Parfois, on croit avoir tout vu… mais non.

  13. Amélie Poulain Amélie Poulain dit :

    Franchement, pourquoi a Seine St Denis, ils sont si « méritants » que ça ? Avec tout l’argent qu’on leur donne en plus, cela devient la caverne d’Ali-Baba.

    Sans compter les effectifs policiers qu’il faudra y concentrer au détriment de la vraie France.

    Qui se risquera à y aller en plus ? Enfin, d’ici là, il y aura de l’eau qui aura coulé sous les ponts…. donc pas gagné.

  14. Avatar Hervé dit :

    Le gauchisme est la plus grosse tare de l’humanité.

Lire Aussi