Traité transatlantique : Juncker et Merkel disent merde à Hollande, les négociations se poursuivront

Publié le 8 septembre 2016 - par - 12 commentaires

Hollande s’arrache le peu de cheveux qui lui restent malgré son coiffeur à 10000 euros mensuels. Les sondages ne sont pas bons pour lui, il cherche comment récupérer des voix à gauche. Il a trouvé. Il va dénoncer le fameux Tafta (voir notre dossier sur cette haute-trahison ).

C’est une excellente idée. Sauf qu’il y a moins de deux mois il avait donné son feu vert à la poursuite des négociations qui nous mettent, carrément, sous la coupe des Américains ou plutôt, ce qui est encore pire, sous celle des entreprises américaines qui pourront nous imposer veau aux hormones, maïs aux OGM, légumes et poulets javellisés, hormones et antibiotiques dans notre assiette, Monsanto, le gaz de schiste, l’abandon des interdits du travail de nuit, les 60 heures par semaine, les règlements d’hygiène et de sécurité… Le pied quoi. On ne devra rien conserver qui puisse faire obstacle à la concurrence libre et non faussée.

Autant dire que Hollande fait du Hollande. Il cause, espérant que les Français retiendront son timide « j’aimerais bien qu’on suspende les négociations jusqu’aux élections« ,  oubliant que cela signifie  » on reprendra ensuite, ne vous inquiétez pas ».

Rappel des faits :

Fin août 

Le secrétaire d’Etat français au commerce extérieur, Matthias Fekl, a annoncé que la France demandait l’arrêt de ces négociations.

Dimanche c’est le vice-chancelier allemand qui avait jugé que ces négociations avaient échoué.

Interrogé ce mardi matin sur RMC, le secrétaire d’Etat français au Commerce extérieur, Matthias Fekl, a annoncé que la France demandait l’arrêt des négociations sur le traité de libre-échange transatlantique (TTIP ou Tafta en anglais). 

Une demande qui intervient au lendemain d’une journée riche en rebondissements au cours de laquelle  Bruxelles avait été obligé de monter au créneau pour tenter de sauver un traité qui, selon le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel, était un échec.

 Des négociations déséquilibrées

« Il n’y a plus de soutien politique de la France à ces négociations » et « ce que demande la France c’est l’arrêt pur et simple des négociations « , a encore déclaré le secrétaire d’Etat français sur RMC.

Et de justifier cette demande par le fait que les négociations, qui sont menées, côté européen, par la Commission européenne au nom des 27 Etats membres, souffraient d’un déséquilibre en faveur des positions américaines. « Les Américains ne donnent rien ou alors des miettes (…), ce n’est pas comme ça qu’entre alliés on doit négocier », a-t-il indiqué, ajoutant que « les relations ne sont pas à la hauteur entre l’Europe et les USA, il faut reprendre plus tard sur de bonnes bases ».

 

Une position qui sera exprimée en septembre

Des propos qui, après ceux du vice-chancelier allemand, risquent de contrarier Bruxelles et la Commission européenne et surtout de rendre très hypothétique la 15ème réunion prévue début octobre entre les Européens et les Américains. La France exprimera en effet sa position en septembre prochain, lors d’une réunion des ministres chargés du commerce extérieur à Bratislava, a encore précisé le ministre français.

http://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/0211239690343-traite-de-libre-echange-la-france-va-demander-larret-des-negociations-2023582.php

 

Début septembre

Hollande réplique à Juncker sur le traité transatlantique

François Hollande Jean-Claude Juncker lors d’un sommet européen Bruxelles juin 2016.
François Hollande et Jean-Claude Juncker lors d’un sommet européen à Bruxelles en juin 2016. – SIPA

Interrogé sur la volonté du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker de poursuivre les négociations sur le traité transatlantique, François Hollande a redit son désaccord, rappelant que « la position de la France est claire ».

François Hollande persiste et signe : la France ne veut pas du Tafta. Depuis Hangzhou (Chine) où le G20 prend fin ce lundi, le président de la République a vivement répliqué au président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker qui avait fait part de son intention de  poursuivre les négociations avec Washington sur le traité transatlantique de libre-échange (TTIP ou Tafta), lui rappelant que « la position de la France est claire ».

« Jean-Claude Juncker peut poursuivre, mais la position de la France est claire », a balayé d’une phrase le chef de l’Etat français, lors d’une conférence de presse. Le 30 août, le secrétaire d’Etat français au Commerce extérieur Mathias Fekl avait déclaré que  la France souhaitait l’arrêt des négociations sur ce traité visant à supprimer les barrières commerciales et réglementaires entre les Etats-Unis et l’Union européenne. La France reproche à la Commission européenne de faire trop de concessions aux intérêts américains, si bien que le Premier ministre Manuel Valls, qui avait réclamé « un coup d’arrêt clair » dans les négociations, a qualifié ce projet d’accord d’« inacceptable ».

L’éxécutif allemand divisé

Dimanche dernier, c’était le ministre de l’Economie et vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel, qui avait  affirmé que les prétentions américaines n’étaient pas acceptables : « les négociations avec les Etats-Unis ont de facto échoué parce que nous, les Européens, nous ne voulions pas nous soumettre aux exigences américaines », avait-il déclaré, prenant à contre-pied Angela Merkel. La chancelière allemande, dont Sigmar Gabriel se pose en principal opposant politique pour les prochaines élections allemandes, a indiqué qu’elle restait favorable à un accord avec les Etats-Unis.

Malgré cette contestation croissante, Jean-Claude Juncker a fait part dimanche de son intention de poursuivre les discussions, indiquant que Bruxelles « continuera de négocier » avec les Etats-Unis. Le président de la Commission estime que son mandat restait pleinement valable en dépit de l’opposition de la France et d’une partie du gouvernement allemand. « Lors du dernier Conseil européen en juin, j’ai demandé à l’ensemble des chefs d’Etat et de gouvernement (des pays membres) s’ils voulaient que l’on poursuive les négociations. La réponse fut un oui » unanime, avait-il rappelé.

 http://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/0211257611799-hollande-replique-a-juncker-sur-le-traite-transatlantique-2024973.php?q4kDWrafHk6qyeHz.99

 

Résultat des courses. C’est le bordel. Mais… Juncker a toujours raison. N’oublions pas qu’il a juste annulé la séance qui devait interdire à Monsanto de nous polluer avec son round up… Alors l’agent des USA et de la mondialisation qu’il est ne risque pas de se laisser arrêter par le falot Hollande…

http://resistancerepublicaine.com/2016/06/09/les-etats-disent-non-au-roundup-cuisante-defaite-pour-monsanto-et-bruxelles-qui-veut-passer-outre/

http://resistancerepublicaine.com/2016/06/28/monsanto-la-commission-europeenne-napplique-pas-linterdiction-du-glyphosate-sous-pretexte-de-brexit/ 

 

Traité transatlantique : la poursuite des négociations fait débat

TTIPPublié le mercredi 7 septembre 2016

La poursuite des négociations sur le traité transatlantique semble compromise, alors que la contestation contre le projet gagne le coeur même des gouvernements européeens, sur fond de polémique avec la Commission européenne.

François Hollande a vivement répliqué lundi 5 septembre au président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker qui avait fait part de son intention de poursuivre les négociations avec Washington sur le traité transatlantique de libre-échange (TTIP ou Tafta). « Jean-Claude Juncker peut poursuivre, mais la position de la France est claire« , a balayé d’une phrase le chef de l’Etat français, opposé en l’état à la poursuite de ces négociations. François Hollande répondait à des journalistes à l’issue de sa conférence de presse de clôture du G20 de Hangzhou (Chine).
Dimanche, Jean-Claude Juncker, qui représentait l’Union européenne au G20, avait indiqué que Bruxelles « continuera de négocier » avec les Etats-Unis. Le président de la Commission estime que son mandat reste pleinement valable en dépit de l’opposition de la France et d’une partie du gouvernement allemand. « Lors du dernier Conseil européen en juin, j’ai demandé à l’ensemble des chefs d’Etat et de gouvernement (des pays membres) s’ils voulaient que l’on poursuive les négociations. La réponse fut un oui unanime », s’est agacé M. Juncker.
François Hollande avait cependant prévenu quelques jours plus tôt que la France n’entendait pas « cultiver l’illusion » d’un accord « avant la fin de l’année » et la fin du mandat de Barack Obama à la Maison Blanche, jugeant le projet d’accord déséquilibré. Le Premier ministre français Manuel Valls avait réclamé quant à lui « un coup d’arrêt clair » dans les négociations, estimant ce projet d’accord « inacceptable », renchérissant sur ses déclarations du début de l’été (voir notre article du 28 juin).

Une contestation qui s’intensifie

Depuis la fin du mois dernier, la contestation semble s’intensifier parmi les gouvernements européens, en butte à une vive hostilité de l’opinion publique et en pleine montée des tentations protectionnistes à travers le globe. En France, le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, Matthias Fekl, a ainsi indiqué le 30 août que la France demanderait en septembre à la Commission, à l’occasion d’une réunion des ministres européens du Commerce, d’arrêter les négociations sur ce projet. Deux jours avant, le ministre social-démocrate allemand de l’Economie, Sigmar Gabriel, avait pour sa part estimé que les discussions avaient de facto échoué car les Européens ne devaient pas céder aux exigences des Etats-Unis. La chancelière conservatrice Angela Merkel continue néanmoins de défendre le projet. 
Négocié depuis mi-2013 par le gouvernement américain et la Commission européenne, l’accord TTIP vise à supprimer les barrières commerciales et réglementaires de part et d’autre de l’Atlantique pour créer une vaste zone de libre-échange censée doper l’activité économique. Ses détracteurs craignent, outre une remise en cause des normes sociales, sanitaires et environnementales européennes, la création d’un mécanisme d’arbitrage parallèle pour les investisseurs étrangers qui viendrait affaiblir le pouvoir des autorités publiques face aux grandes entreprises.
 

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250271276205&cid=1250271273256

Avec AFP

 

A lire en complément :

https://leblogdepaysansavoyard.wordpress.com

Print Friendly, PDF & Email

12 réponses à “Traité transatlantique : Juncker et Merkel disent merde à Hollande, les négociations se poursuivront”

  1. Avatar severic2009 dit :

    holland’ouille a même pas 10% se noie,et par n’importe quelle turpitude elle même déjà une turpitude de trahison envers les nations Européens, »LE TAFTA »un suicide économique aux seuls profits de nos chères américains,mais « TOCARD D’HOLLAND’OUILLE »tu portes bien ton nom « HOLLAND’OUILLE’,tous dans ton quinquennat n’aura été qu’une « CATASTROPHE,TOUS »,mais le pire c’est l’ISLAMISATION,ou nos racines,notre culture,nos existence même aura été mise en péril,et ça, »LE PEUPLE NE PARDONNERA PAS »..!!

  2. Avatar inconnue dit :

    je suis contre ce traité transatlantique qui finira pas nous anéantir

  3. Il faut sortir de l’Europe est cela rapidement ou tout nos Paysans et agriculteurs feront faillite est c’est ce que chercher les américains pour racheter à l’euros symbolique toute nos vrais ferme Française ! ce TAFTA est une magouille prévu pour voler les terrains d’agriculture à nos Paysans et ensuite imposer dans notre pays même toute leurs saloperies qu’ils  » les Ricains  » cultive dans leurs pays et de 2 pierres il n’en font qu’une ,et le Poulet tremper aux acides qu’ils le bouffent eux mêmes les Ricains avec leurs Mais en OGM et j’en passe du reste qu’ils veulent nous faire bouffer et rendre malade les gens parce que les plus grande Usines Pharmaceutiques ce trouve aux USA donc ils leurs faut du chiffre d’affaire et grâce TAFTA ils vont avoir des nouveaux malades cancéreux et cela fera marcher leurs usines pharmaceutique qui feront des milliards de profit et ils en ont rien a foutre si nos compatriotes seront tous malade avec la malbouffe des USA ,vous voyez cher compatriotes c’est comme cela qu’ils faut réfléchir  » Pourquoi ce TAFTA HEIN ? maintenant vous avez une réponse !!! posez vous la question pourquoi les Américains sont le peuple ou il y a le plus d’Obèse ! la raison c’est la malbouffe donc qu’ils ce le garde leur TAFTA DE MERDE qui fera la faillite de nos paysans et nos terrains agricole ils pourront par la suite les acheter à bas prix voilà aussi la raison et en plus c’est une spéculation immobilière la TAFTA donc beaucoup d’arnaques contre la France et ces paysans et malbouffe total dans notre pays qui est connus pour sa bonne bouffe et cela n’arrange pas le profit des USA coilà la vérité du TAFTA chères Patriotes .Bonne journée a tous et toute .Roland L’Alsacien .

  4. Avatar Laveritétriomphera dit :

    Angela Merkel fait ce qu’elle peut pour que la France s’allie à la Russie et rejette une UE dominée par l’Allemagne. La chancelière ne semble pas remarquer que la Russie et la France se sentent menacées par l’hégémonisme allemand http://www.opex360.com/2016/07/13/pour-lallemagne-la-russie-risque-de-poser-defi-pour-la-securite-de-leurope/.

  5. Avatar Nico57 dit :

    De toutes façons ils l’imposeront sans se soucier du peuple ni de quoi que ce soit …c’est un des principes du fascisme cela dit en passant…

  6. Bonjour Laveritétriomphera c’est très juste Merkel joue un double jeu mais cette fois ci elle perdra ! la FRANCE a tout intérêt de travailler avec les Russes et Poutine il ne faut pas oublier que ce sont les Russes en premier qui défendent notre culture Judeo-Chrétienne et Obama avec Merkel et Hollande nous ont envoyer et imposer toute ces racailles islamistes qui s’infiltre encore plus actuellement en Italie sous la grave complicité de tout nos élus sauf le FN ! Poutine travaille avec la Chine et ce n’est pas pour rien qu’ils ces deux pays ont des avoirs financiers énormes et la FRANCE est entrain de couler à cause de Merkel et Obama et Hollande voilà la vrai vérité !!

  7. Avatar Laveritétriomphera dit :

    Bonjour Roland,

    Angela Merkel risque de provoquer un exode de son propre peuple, et vers la Russie, et vers la France. La Russie est un pays très riche en opportunités et de culture européenne chrétienne.
    Je pense que toute la classe dirigeante en France est consciente d’une « menace » due à un hégémonisme allemand. Quant aux russes (qui par certains côtés nous ressemblent beaucoup), ils n’ont pas oublié le prix qu’ils ont dû payer lors des deux conflits mondiaux. Ils craignent les allemands.

  8. Avatar Delicheres dit :

    Qu’on le signe ce traite , et merde !

  9. Avatar Alexcendre 62 dit :

    Cette raison là est déjà largement suffisante pour virer notre clique qui est en grande partie pour , car soumis aux Américains , la garantie pour ne pas avoir cet accord c’est le vote massif pour Marine , elle c’est sur elle ne le signera pas !

  10. Avatar Jean marc dit :

    vous,vous rendez contre, le président du plus grand pays d’Europe,incapable d’imposé un NON devant merkel et juncker, quel limace.

  11. Avatar Jean marc dit :

    notre pays est dans la merdes , cela devrait inquiéter nos dirigeants,ils devrait être dans leurs bureaux du matin au soir ,et être déborder de travails,surtout avec les événements actuelles, que fait valls, il joue au football,je ne sais pas ,mais moi après mon boulot, je suis mort,j’ai des copains qui eux sont artisans est ils sont pires que moi, eux après le boulot ils travails encore,ils sont dans leurs bureaux,et cela 7jours sur 7,lui le premier ministe joue au foot, à quoi servent ils ses soit disant ministes.

Lire Aussi